Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Pedro Maria Olano Zabala a été arrêté cette nuit par la garde civile espagnole à Lizartza, dans le nord du Pays-Basque (photo). Le ministère de l’intérieur le soupçonne d’avoir collaboré avec l’appareil logistique de l’ETA. Selon lui, il aurait transporté du matériel vers la France et à travers l’Espagne. Lors de l’opération, les forces de l’ordre ont également perquisitionné son domicile ainsi que celui de ses parents et ont saisi divers documents. Olano Zabala avait déjà été condamné en 2009 pour avoir menacé de mort en 2007 la maire conservatrice de Lizartza, favorable a une ligne dure contre l’ETA. Cette arrestation fait suite à la décision du ministère espagnol de l’intérieur d’activer le niveau 2 (sur une échelle de 4) d’alerte antiterroriste en Espagne, de peur du risque d’une action ‘spectaculaire’ de l’ETA durant la présidence espagnole de l’Union Européenne.

Arrestation de Olano Zabala

Arrestation de Olano Zabala

En soutien aux exilés et prisonniers politiques basques (dont les quelques 450 membres d’ETA), 44.000 personnes ont manifesté le 2 janvier, à Bilbao. Black out dans les TV françaises… A l’échelle de le France, ça représenterait à peine 975.000 manifestants…

Voir la vidéo d’Euronews

L’Audience nationale a finalement autorisé la manifestation de solidarité avec prisonniers politiques basques cette après-midi à Bilbao (photo). Le tribunal a rejeté la demande d’interdiction présentée par l’association Dignidad y Justicia, tout en demandant à la Ertzaintza de veiller à ce que ‘des expressions de soutien à des organisations terroristes ou à ses membres‘ ne soient pas proférées ou que ‘des pancartes ou des slogans de cet acabit‘ ne soient pas portés. L’association Dignidad y Justicia a prévenu que si ‘une seule photo de membre de l’ETA en détention‘ était exhibé, l’association poursuivra ‘personnellement’ les coupables et a menacé de prendre des ‘mesures disciplinaires opportunes‘ contre le Procureur de l’Audience Nationale pour ‘abandon de ses fonctions‘.

Cette décision apparue quelques heures avant le départ du cortège intervient après la décision de l’Audience nationale qui a estimé la veille que l’aide attribuée aux familles de prisonniers politiques ne relevait pas de la compétence de la communauté autonome du Pays-Basque. Les aides accordées par la Communauté autonome basque aux familles des prisonniers, annulées par le Tribunal suprême espagnol, avaient été octroyées par l’ancien gouvernement basque (conduit par le Parti nationaliste basque PNV) afin de compenser les effets de la dispersion des prisonniers basques originaires de la communauté autonome d’Euskadi. Le gouvernement espagnol s’est opposé à ce décret, considérant qu’il allait à l’encontre de la loi de Reconnaissance des victimes du terrorisme de 2008. La justice espagnole a considéré que si le Statut d’Autonomie octroie bien la compétence en matière pénitentiaire au gouvernement basque, son exercice reste soumis au transfert de compétences en matière pénitentiaire, toujours en attente. Par ailleurs, le gouvernement basque ne peut attribuer des aides sociales qu’aux familles de détenus présents dans des centres pénitentiaires basques.

Manif pour les prisonniers basques

Manif pour les prisonniers basques

Le Collectif des prisonniers politiques basques, (Euskal Preso Kolektiboa Politiken, EPPK) a annoncé que dans les premiers jours de la nouvelle année il va lancer une nouvelle phase de lutte. Dans le texte, qui ne s’arrête pas sur les actions qui seront effectuées, est indiqué que le collectif de prisonniers, dont l’existence même est liée à un conflit politique et aussi à la solution de celui-ci, met sa ‘force’ pour que celui-ci soit résolu en suivant ‘des perspectives politiques et démocratiques‘. Il souligne que, par opposition à ‘cette répression, il est nécessaire d’ouvrir un processus démocratique fort en Euskal Herria‘. Dans ce sens, il remarque que ‘ce peuple (a besoin) d’obliger les deux Etats (à) élaborer une politique pénitentiaire basée uniquement sur des principes démocratiques, en abandonnant la politique de dispersion et de reconnaître la nature politique des prisonniers basques (…) Notre statut politique devrait être reconnue officiellement et positive pour que nous soyons rapatriés à Euskal Herria avec tous nos droits soient respectés‘, fait-il remarquer. De la même manière, il rappelle que ‘EPPK porte une dynamique politique permanente dans toutes les prisons dans les dernières années‘ et que, avec la nouvelle initiative, ‘nous voulons donner une nouvelle impulsion à notre dynamique de lutte‘.

Prisonniers basques

Prisonniers basques

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Bilbao (Pays-Basque espagnol) pour soutenir cinq responsables d’un journal en langue basque, Egunkaria, jugés pour des liens présumés avec ETA. Les manifestants ont défilé dans les rues de Bilbao, le centre financier du Pays-Basque, derrière une large banderole noire et blanche sur laquelle on pouvait lire ‘Liberté pour Egunkaria’. Trois anciens dirigeants du gouvernement régional basque – Juan Jose Ibarretxe, Jose Antonio Ardanza et Carlos Garaikoetxea – de même que plusieurs écrivains basques connus ont pris part à la manifestation

En février 2003, la police espagnole avait fermé le journal Egunkaria – mot qui signifie ‘journal’ en langue basque – et arrêté les cinq responsables de la publication, dont le rédacteur en chef. Leur procès a commencé au début de cette semaine à Madrid devant l’Audience nationale, la plus haute instance pénale espagnole. Selon les autorités espagnoles, Egunkaria a été créé et financé par l’ETA qui s’en servait pour blanchir de l’argent obtenu grâce à des enlèvements et à propager l’idéologie du groupe armé.

Affiche de soutien au journal Egunkaria

Affiche de soutien au journal Egunkaria

Depuis début novembre, un nouveau pas vient d’être franchi – un de plus – dans le traitement arbitraire infligé aux prisonniers(ères) politiques basques et à leurs familles. Ces familles voient maintenant les conditions de leur droit élémentaire de visite remises en question, en péril, alors qu’elles étaient déjà difficiles et, parfois même, dangereuses. Chaque semaine, plusieurs familles partent de Bayonne, d’Anglet ou d’autres villes et villages du Labourd et de Basse-Navarre, en Pyrénées-Atlantiques, pour effectuer un voyage souvent très long, pour réaliser des aller-retour de 2400 km en deux jours, afin de rendre une courte visite à leurs proches incarcérés dans de lointaines prisons espagnoles ou françaises, des prisons aussi éloignées que possible – déjà – pour réduire au minimum ces possibilités de visites.

Depuis plus d’un mois, une nouvelle menace, qui se concrétise et s’amplifie chaque week-end, est venue s’ajouter à tout l’arsenal répressif touchant les prisonniers(ères) politiques basques et leurs familles. Suivant cette nouvelle directive – non spécifiée par une loi – les familles peuvent subir une fouille à corps exhaustive, en étant palpées manuellement sur tout le corps et/ou totalement dénudées, de force si les fonctionnaires le veulent, avant de pouvoir réaliser une visite. Exemple: Un visiteur qui souhaitait voir sa compagne, Agurtzane Izarza, incarcérée à Alicante, et qui avait refusé d’être dénudé par les fonctionnaires s’est vu déshabiller de force par quatre gardes civils appelés par ceux-ci et sans aucun résultat. Il ne cachait rien de répréhensible comme l’avaient déjà détecté portique de sécurité et raquette manuelle électroniques, procédés autorisés par la loi, eux. Autre cas: le samedi 5 décembre à la prison de Soria, les fonctionnaires ont refusé les béquilles en bois de la prison à un handicapé physique qui venait visiter Gaizka Gañan et, sans même essayer d’utiliser la raquette, l’ont obligé à enlever son pantalon alors qu’il ne pouvait le faire lui-même.

Depuis l’application de cette nouvelle mesure, à ce jour environ 200 prisonniers(ères) politiques basques n’ont pu recevoir de visite. Des avocats ont mis en route les recours nécessaires mais les procédures sont toujours très longues et peuvent durer plusieurs années en Espagne. Les autorités espagnoles ont très largement le temps de sévir.

La semaine dernière, les forces de sécurité espagnoles ont arrêté lors d’une macro-opération policière une trentaine de jeunes indépendantistes (cf. vidéo). Cette opération dirigée par le juge Fernando Grande Marlaska visait 40 personnes, 34 d’entre elles ont été arrêtées et mises au secret et un autre jeune a été arrêté, sur les marches du tribunal (Audiencia Nacional) alors qu’il allait voir le juge pour s’expliquer.

La totalité des jeunes ont dénoncé des mauvais traitements de la part de la garde civile et de la police nationale espagnole. Si les premiers à être passé devant le juge ont dénoncé des pressions psychologiques, les suivants ont aussi dénoncé des tortures. Ainsi les jeunes ont parlé ‘d’attouchements, de simulacre de viol, coups violents sur la tête et dans les parties génitales, obligation de rester des heures dans des positions inconfortables, menaces de piqûres de drogue‘ selon leurs proches.

L’intégralité des personnes interpellées a été mise au secret avant de comparaître devant le juge et n’a donc pu avoir la visite d’un avocat. Sur les 35 jeunes concernés, certaines personnes sont restées quatre jours au secret puisque les arrestations ont eu lieu dans la nuit de lundi à mardi dernier et que les auditions devant le juge ont eu lieu entre jeudi et samedi.

Le juge de l’Audience nationale espagnole a envoyé en prison 11 jeunes supplémentaires, soit l’ensemble des personnes qu’il a entendu toute au long de la journée de vendredi. Les jeunes interpellés mardi et dont le juge Fernando Grande-Marlaska a demandé l’incarcération jeudi soir, dénoncent également avoir été victimes de mauvais traitements tels que pressions, menaces, coups et insultes. Ils révèlent avoir été obligés de rester dans des positions douloureuses. 21 personnes étaient hier soir encore dans l’attente d’être auditionnées et restaient sous le coup de la mise au secret, sans pouvoir bénéficier de l’assistance de leur avocat. Jeudi, le juge de l’Audiencia Nacional à Madrid avait exigé l’incarcération de onze jeunes et demandé la libération de deux personnes, sur les 34 personnes interpellées.

Arrestation des militants de SEGI

Arrestation des militants de SEGI

Le 24 novembre, 35 jeunes militants de la gauche indépendantiste basque membres présumés de l’organisation Segi, étaient interpelés. Segi est considérée comme terroriste par la Cour suprême espagnole depuis 2007, suspectée d’être un des viviers de l’ETA. Sur les 35 personnes interpellées, 31 ont été placée en détention par la juge de la plus haute instance pénale espagnole et accusées d’appartenir et de collaborer avec une organisation terroriste. Les quatre autres ont été remises en liberté.

Ce samedi soir, plus de 20.000 personnes ont manifesté dans les rues de Bilbao afin de réclamer la remise en liberté des jeunes militants (photo). De nombreux cris pour l’indépendance et en faveur des organisations interdites par la justice espagnole ont été entendus. A Bayonne, vendredi soir, une soixantaine de personnes s’étaient réunies à l’appel de Segi et de Batasuna devant le consulat général d’Espagne pour dénoncer les arrestations et la répression des états français et espagnol.

Manifestation pour Segi

Manifestation pour Segi

Plusieurs actes de violence urbaine ont été enregistrés dans la nuit de jeudi à vendredi à Getxo et à Markina, en Pays-Basque sud, où un autobus a été brûlé et de nombreux dégâts ont été causés dans une station de métro. Le ministre basque de l’Intérieur, Adolfo Ares, a condamné ces actes de violence, en soulignant que ‘ces apprentis de terroristes termineront par être incarcérés.’ À Markina, trois personnes encagoulées ont obligé le conducteur d’un autobus urbain à descendre du véhicule auquel ils ont mis le feu, a indiqué le ministère basque de l’Intérieur. À Getxo, des personnes encagoulées ont incendié et causé de nombreux dégâts dans une station de métro. Ces incidents se sont produits quelques jours après l’arrestation de 34 personnes membres de l’organisation de jeunes Segi.

Voir la vidéo de l’incendie de Markina