Quelque 200 manifestants armés de barres de fer et pour la plupart masqués, ont saccagé dans la nuit du vendredi 12 au samedi 13 décembre le centre de Zurich, la plus grande ville de Suisse. Les manifestants portaient une banderole avec l’inscription en anglais « Reclaim the Streets ». Beaucoup d’entre eux étaient munis de barres de fer, certains portaient des casques, des masques à gaz et des vêtements de protection. La police a utilisé des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des lances à eau pour les disperser.

Dès l’annonce de ce cortège, qui s’est formé vers 22 heures, les manifestants ont jeté des projectiles sur la police. Ils ont arraché la portière d’un véhicule où s’étaient réfugiés des policiers, et y ont lancé une torche enflammée. L’équipement d’une policière a pris feu, mais la fonctionnaire n’a pas été blessée. Les manifestants ont également dérobé du matériel aux forces de l’ordre. DOutre les pierres, pétards et fusées lancés sur la police, des manifestants étaient également munis de laser. Le cortège a mis le feu à plusieurs containers à ordures et à des voitures. Plusieurs véhicules d’intervention ainsi que des locaux de la police ont été gravement endommagés. De nombreuses vitrines de magasins ont été brisées ou endommagée. Les manifestants ont également brisé toutes les vitres d’un restaurant bondé. Lors des échauffourées, sept policiers ont été blessés. Le montant des dommages n’a pas encore été chiffré, mais devrait s’élever à plusieurs centaines de milliers d’euros.

zu.jpg

Dossier(s): Archives Suisse Tags: ,

La police est intervenu ce vendredi soir à Bâle pour maîtriser une manifestation contre la conférence de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à la fin de la réunion de deux jours qui s’est déroulée dans la ville. Des affrontements, qui ont opposé policiers et manifestants après une action qui a rassemblé quelque 500 personnes, ont débuté après 20 heures sur la Claraplazt, où s’achevait la manifestation autorisée. Bouteilles, pétards et autres objets ont été projetés contre les policiers, qui ont riposté par des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes. Des poubelles ont été incendiées et les transports publics ont été bloqués un long moment. La police, qui avait reçu des renforts de plusieurs cantons, n’a pas fait état de blessés ou d’interpellations.

basel-2.jpg

Dossier(s): Archives Suisse Tags: ,

Lundi passé au petit matin, quatre fourgons banalisés de la police genevoise ont été incendiés dans la cour du centre de formation des forces de l’ordre, à Carouge. Ces véhicules servaient au transport d’aspirants policiers. Ils ont été complètement détruits. La brigade de police technique et scientifique s’est rendue sur les lieux et la brigade des vols et incendies de la police judiciaire a ouvert une enquête.

geneve-2.jpg

Dossier(s): Archives Suisse Tags:

La police a évacué le squat des anciens locaux de l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL). Le collectif squarrer Delta Jet s’y était installés là, à Bussigny le 17 juillet 2013. Les squatters y avaient créé un cinéma, un skatepark, une salle de concert et un magasin gratuit ouvert au public. L’hiver dernier, l’entreprise Fenaco, propriétaire des lieux, a entrepris une procédure afin d’expulser le collectif. Après avoir obtenu un sursis, les squatters se sont vu intimer l’ordre, par la justice, de quitter les lieux avant le 26 février dernier. Le groupe ayant refusé de se plier à cette décision, c’est finalement la police qui est intervenue vendredi passé pour les déloger.

ecal.jpg

Dossier(s): Archives Suisse Tags:

«Violation du secret de fonction», «diffamation et calomnie». Deux plaintes pénales viennent d’être déposées au Ministère public par la direction des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) contre le co-président du Syndicat suisse des services publics (SSP). Ce syndicaliste, David Andenmatten, a été désigné par le Parlement pour siéger au Conseil d’administration de l’hôpital où il représente Ensemble à Gauche. La direction de l’HUG accuse de s’être prévalu dans la presse d’informations portées à sa connaissance en sa qualité d’administrateur. La seconde plainte pour diffamation et calomnie a été déposée par le directeur des ressources humaines. Elle fait suite à un tract du SSP, qui en juin dernier demandait la démission dudit directeur.

Le syndicaliste parle d’intimidation de la part de la direction des HUG: il a parlé à la presse en tant que syndicaliste, pas comme administrateur, je n’ai violé aucun secret de fonction, il n’est nulle part rapporté comme rédacteur du tract? « Et de toute façon, ce qu’il disait était la vérité pure », ajoute-t-il. Quatre plaintes pénales ont déjà été déposées contre lui, cela fait six maintenant, ce qui trahit une politique d’intimidation.

Dossier(s): Archives Suisse Tags: ,

La menace opération policière contre le centre occupé Labitzke, le second en importance à Zurich, a suscité un mobilisation rapide et efficace, qui a pris la forme du blocage de la Hohlstrasse avec des militants lockés et des blocs de béton posés en travers de la rue. 16 militants ont été arrêtés dans l’opération de déblocage de la rue, ils étaient encore détenus en fin de soirée. Quant au Labitzke, il n’a pas encore été attaqué.

EDIT du lendemain 6 août: les personnes arrêtées son libérées les unes après les autres.

lbk.jpg

Dossier(s): Archives Suisse Tags:

Le 9 février 2014, à l’initiative des partis d’extrême-droite, un référendum a été tenu “pour ou contre l’immigration de masse”. La majorité des citoyens qui sont allés aux urnes ont voté en faveur de la proposition xénophobe. Lorsque les résultats ont été annoncés, des manifestations anti-racistes spontanées ont eu lieu dans différentes villes suisses.

A Zürich, dans la soirée du 9, 1.600 personnes sont descendus dans les rues en portant une banderole qui disait “Contre le racisme et la répression – solidarité internationale!”. Ils se sont rassemblés sur la place Helvetia, puis ont marché vers le centre-ville. Au pont Gessner, la police a utilisé des canons à eau pour empêcher la manif de se déplacer davantage dans le centre-ville. En conséquence, la manifestation s’est poursuivie dans le quartier 4. Dans le même temps, plusieurs vitrines de magasins ont été endommagées et des véhicules de police attaqués.

zurichantirep.jpg

Dossier(s): Archives Suisse Tags: ,