La police militaire a utilisé hier des gaz lacrymogènes, des bombes paralysantes, des aérosols de poivre et des charges de cavalerie pour réprimer des milliers de manifestants s’opposant au dur ajustement budgétaire adopté aujourd’hui par le Sénat brésilien. Au moins deux policiers et un manifestant ont été blessés alors que les deux camps s’affrontaient sur l’Esplanade des ministères.

Les manifestants s’opposaient à la proposition de modification constitutionnelle (PEC 55) par laquelle les dépenses publiques seront gelées pendant 20 ans. Des protestations ont eu lieu dans tout le Brésil. À Rio Grande do Sul, où les routes ont été bloquées et barricadées avec des pneus, la police militaire a également utilisé des bombes sonores pour disperser les manifestants. A Goiás, la police a arrêté tous les autobus publics transportant des étudiants, des enseignants et des syndicalistes qui tentaient de se joindre aux manifestations de Brasilia. Le Sénat fédéral a finalement voté au deuxième tour et à une large majorité (53 voix pour et 16 contre) la PEC 55 rejeté par 60% de la population.

Les affrontements d’hier à Brasilia

Les affrontements d'hier à Brasilia

Plus de 10.000 manifestants se sont rassemblés devant le Parlement brésilien pour protester contre une mesure prévoyant de geler les dépenses publiques du Brésil pour les 20 prochaines années. Des affrontements ont ensuite rapidement commencé à opposer à la police des manifestants aux visages souvent masqués. Ces manifestants ont enflammé des barricades et incendié quelques véhicules garés à proximité des bâtiments parlementaires. La police anti-émeutes a effectué des tirs nourris de gaz lacrymogène et de bombes assourdissantes pour tenter de les disperser. A la nuit tombée, la situation restait confuse.

La Proposition d’amendement à la Constitution (PEC) 55 d’affecter gravement des systèmes de santé et d’éducation publique déjà très précaires en plafonnant, hors inflation, les dépenses publiques de l’Etat à leur niveau actuel pour les 20 prochaines années. Cette mesure phare du programme de redressement économique du gouvernement Temer a déjà été approuvée en première lecture par les députés courant octobre.

Brésil: Affrontements à la manifestation anti-austérité

De violents affrontements ont opposé des manifestants à la police militaire, appuyés par les unités fédérales, ont été enregistrés hier mercredi à Rio de Janeiro. Les incidents ont commencé lorsque les manifestants (enseignants, médecins et membres de la fonction publique) ont tenté d’envahir l’Assemblée législative où le plan d’austérité (dit « d’ajustement ») était été mis en voix. Les forces de sécurité ont tiré des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et de l’eau contre les employés publics qui rejettent la réduction de salaire et la réformes du système de retraite.

Les manifestants avancent vers l’Assemblée à Rio

Les manifestants avancent vers l'Assemblée à Rio

La police militaire brésilienne a dispersé hier lundi à Río de Janeiro une manifestation contre la proposition d’amendement 241 à la Constitution, amendement plafonnant les dépenses publiques. L’amendement toucherait directement les secteurs de la santé et de l’éducation. La manifestation devait déboucher en face des bâtiments de Petrobras et de la Banque du développement économique et social (BNDES). Les affrontements ont commencé vers 19H30, les manifestants ont lancés des pétards et du mobilier de terrasse sur les policiers qui utilisaient des gaz lacrymogènes.

Les affrontements à Rio

Les affrontements à Rio

Des affrontements ont éclaté jeudi à Sao Paulo entre la police militaire brésilienne et un grand nombre d’étudiants protestant contre les réformes du système d’éducation publique. La police anti-émeute a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants. Selon le projet de réforme du gouverneur de l’Etat de Sao Paulo, 94 écoles publiques seront fermées et plus de 300.000 étudiants seront relocalisés dans le but d’économiser de l’argent, tandis que les établissements d’enseignement seront utilisé à d’autres fins ou vendus.

Arrestation d’un manifestant jeudi à Sao Paulo

Arrestation d'un manifestant jeudi à Sao Paulo

La course de la flamme olympique vers Rio est l’occasion de multiples manifestations de protestations qui, toutes, mettent en parallèles les dépenses somptuaires faites pour les jeux et les besoins de logements, d’éducation et de santé. Des manifestants ont tentés d’éteindre la flamme avec des extincteurs et, dans la ville balnéaire de Angra dos Reis, la semaine dernière, les manifestants se sont emparé de la torche et semblaient réussir à l’emporter quand la police a tiré des balles en caoutchouc pour les en empêcher.

Rien que pour la journée d’hier, trois manifestations ont eu lieu au passage de la flamme le long de la baie de Guanabara de Rio. Dans la ville déshéritée d’Itaborai, les manifestants portaient une banderole: « Alors que la torche arrive à Itaborai, les emplois, la santé et l’éducation en sont exclus ». Dans la ville voisine de Sao Goncalo, les manifestants ont réisté et forcé la police à modifier l’itinéraire de la torche. A l’approche de Rio, dans une troisième manifestation à Niteroi, la police anti-émeute a utilisé des gaz lacrymogènes et a arrêté au moins deux manifestants.

Un manifestant tente d’éteindre de la flamme

Un manifestant tente d'éteindre de la flamme

Une attaque perpétrée par 70 membres d’une milice de propriétaires terriens contre des indigènes dans le centre-ouest du Brésil s’est soldée par la mort d’un indien Guarani-Kaiowa, au moins dix autres ayant été blessés, dont un enfant de 12 ans. Les attaquants sont arrivés mardi en voiture, ont encerclé le campement des Indiens, ont mis le feu aux huttes et motos des Guaranis-Kaiowas et ont ouvert le feu sur les habitants. Ils ont tué un infirmier de 26 ans, blessé plusieurs professeurs et un enfant de 12 ans.

L’attaque s’est produite dans une propriété située dans l’Etat de Mato Grosso do Sul, sur des terres ancestrales indigènes en cours de délimitation par le gouvernement. Une centaine de familles guarani-kaiowas l’avaient occupée lundi et monté un campement. Les Guaranis exigent depuis des années de récupérer les terres de leurs ancêtres. Dans le Mato Grosso do Sul plusieurs conflits ont éclaté avec les latifundiaires et producteurs ruraux, soutenus par le puissant groupe de l’agrobusiness au Parlement, qui s’oppose à la délimitation des territoires indigènes.

L’attaque contre les Guarani-Kaiowa

L'attaque contre les Guarani-Kaiowa

Luis Antonio Bonfim, dirigeant du Parti Communiste du Brésil (PCdoB) de São Domigos do Araguaia a été assassinée de six balles dans la tête vendredi dans une embuscade alors qu’il achetait du pain. Il avait mené des combat pour une réforme agraire et a ainsi participé à l’occupation de domaines agricoles dans les régions de Tabocão, Brejo Grande do Araguaia.

Luis Antonio Bonfim

Luis Antonio Bonfim

Le Movimento Passe Livre (MPL, mouvement « libre passage ») avait appelé à une manifestation jeudi à São Paulo pour protester contre l’augmentation des prix de transport public dans la ville. L’ambiance était tendue avant même le début de la manifestation. Mardi dernier, le marche n’avait même pas commencée que les policiers ont commencé à lancer des gaz lacrymogènes vers les manifestants. La manifestation a pu se dérouler ce jeudi. La seule confrontation a eu lieu à la fin de la manifestation, quand un groupe de manifestants a essayé d’entrer sans payer la station de métro Conceição, déclenchant la réaction de la police.

Gaz lacrymogènes à Sao Paulo

Gaz lacrymogènes à Sao Paulo

Le samedi, les tarifs des transports publics à Sao Paolo et à Rio de Janeiro ont augmentés. Dès vendredi des manifestations ont eu lieu dans les deux villes pour revendiquer l’annulation de la hausse et dans les deux villes, les manifestations ont tourné à l’affrontement. La police a utilisé des gaz lacrymogènes, des canons à eau, de la cavalerie et des grenades assourdissantes contre les manifestants qui leur lançaient des pierres. Des banques, des autobus et des bureaux ont été endommagés et des barricades ont été érigées et enflammées. Dix-sept personnes ont été arrêtées à Sao Paulo.

Affrontements à Sao Paulo

Affrontements à Sao Paulo