Mardi matin, les forces spéciales de police en uniforme sont intervenues en masse contre les étudiants de l’INBA (Internado Nacional Barros Arana) à Santiago. Des escarmouches avaient commencé lorsque quelques dizaines de jeunes cagoulés ont érigé des barricades à la périphérie du lycée, situé sur la Calle Santo Domingo. La manifestation commémorait les 10 ans des grandes manifestations étudiantes de mars 2006. Les affrontements se sont poursuivis lorsque les étudiants sont rentrés à l’intérieur de l’établissement, s’y barricadant et lançant sur les carabiniers des pierres et des cocktails Molotov. Les carabiniers ont fini par investir le lycée.

Les carabiniers forcent les grilles du lycée

Les carabiniers forcent les grilles du lycée

De violents affrontements entre manifestants cagoulés et policiers, avec barricades et voitures incendiées, ont marqué la “journée du jeune combattant” qui commémore à Santiago du Chili, la mort des frères Rafael et Eduardo Vergara Toledo lors d’une manifestation contre la dictature de Pinochet le 29 mars 1985. Les affrontements ont été particulièrement violent dans le quartier ouvrier de Villa Francia, où sont morts les frères Vergara. A plusieurs reprises, les policiers ont dû se réfugier dans les véhicules blindés pour éviter d’être touché par les projectiles. Des affrontements ont aussi eu lieu dans les quartiers de à San Bernardo, Lo Hermida, La Pincoya, Lo Espejo et Maipú.

A Santiago et dans la municipalité de La Pintana, des policiers ont essuyés des coups de feu. On a également signalé des barricades et des troubles dans la ville de Concepción, situé 515 kilomètres au sud de Santiago. Pendant la journée, des centaines de personnes ont été empêchées d’employer des transports en commun dans la capitale chilienne: de nombreux conducteurs ayant refusé de prendre le volant pour ne pas s’exposer aux cocktails Molotov des manifestants masqués.

Affrontements à Santiago pour la

Affrontements à Santiago pour la

Vers 22h le 5 février, Mijael Carbone Queipul, porte parole de l’Alliance Territoriale Mapuche a été sorti de son véhicule par une quinzaine d’agents de la GOPE répartis dans trois véhicules blindés. Il a été tabassé et les policiers ont écarté les témoins en menaçant d’utiliser leurs carabines. Les parents du militants ont à leur tour été pris à partie par des policiers en allant demander des explications au commissariat.

Cette agression semble être extra-légale, les policiers auraient déclaré vouloir “faire justice eux-mêmes”. Mijael devra se présenter devant une audience le 2 mars prochain pour faire le constat des lésions.

Mijael Carbone Queipul

Mijael Carbone Queipul

De violentes émeutes ont eu lieu hier à Santiago au cours d’une marche commémorant le huitième anniversaire de l’assassinat de Matías Catrileo, un jeune militant Mapuche, par un policier. Des groupes de manifestants masqués ont attaqué des commerces et des banques et affronté la police anti-émeute avec des pierres et des cocktails Molotov. Il y a eu au moins trois arrestations.

Matthias Catrileo, un étudiant en agronomie avait occupé un domaine, avec d’autres jeunes mapuches, le 3 janvier 2008. La police avait brutalement mis fin à l’occupation, et le policier Walter Ramirez avait abattu Matthias Catrileo. Le policier invoquait la légitime défense, mais au procès, les experts médico-légaux ont montré que sa version était mensongère. Il a été condamné à trois ans de prison, mais avec sursis et en restant dans les rangs de la police.

Affrontements hier à Santiago

Affrontements hier à Santiago

Le procureur a demandé une peine extrêmement lourde contre Monica Caballero et Fransisco Solar, dans l’affaire de la Basilica del Pilar. Le 2 octobre 2013, un engin incendiaire constitué d’une bouteille de butane et de deux kilos de poudre noir avait explosé en début d’après-midi après que des avertissements téléphoniques aient été passés vers les autorités. La Basilica del Pilar est l’un des symbole du fascisme et de l’impérialisme espagnol, déclaré “sanctuaire de la race” par le régime franquiste, elle porte le nom de la Vierge de Pillar, sainte-patronne de la “nation espagnole” et de la gendarmerie.

Le procès fait suite à un montage autour d’un groupe anarchiste qui n’existe pas et qui n’a pas revendiqué l’attaque (l’attaque a été revendiquée par le commando Mateo Morral). La peine de 44 ans consiste en 9 ans pour appartenance à une organisation terroriste, 12 ans pour les dommages auditifs d’une personne qui se trouvait à proximité, 18 ans pour attaque terroriste et 5 ans pour conspiration.

Monica et Francesco avaient déjà été menacés par des peines très lourdes dans l’affaire des Caso Bombas (20 et 25 ans) dont ils avaient finalement été acquittés.

Francisco et Monica

Francisco et Monica

Aux premières heures du 29 octobre dernier, un engin incendiaire (un extincteur rempli de poudre noire) a été placé aux intersections de Gran Avenida et Alvarez Toledo, près de la cour d’appel de San Miguel et du bureau du procureur de district, devant les portes d’un commissariat. Des policiers en patrouille ont remarqué le paquet suspect et ont activé le protocole de sécurité, le GOPE (Groupe d’Opérations Spéciale de Police) a neutralisé l’engin avant détonation avant de l’emmener aux bureaux de la police pour analyse. Un colonel de police a déclaré que les images des caméras de surveillance permettraient de retrouver ceux qui ont posé l’engin.

Un engin incendiaire retiré par la police à Santiago.

Un engin incendiaire retiré par la police à Santiago.

Le 8 octobre, le prisonnier anarchiste Javier Pino, accusé avec Natalia ‘Tato’ Collado d’une attaque incendiaire contre un bus à Santiago en avril dernier, est sorti de prison sur ordre d’un juge qui avait ordonné une mesure de détention à domicile. Mais le 15 octobre, ce statu a été révoqué suite à un appel du procurer, et il a été ordonné à Javier Pino de retourner à la Prison n°1 de Santiago pour y attendre son procès.

Javier Pino

Javier Pino

La grande manifestation des communautés mapuches a commencé hier à 11H30 à Santiago avec bannières, peintures et tambours. Les principales revendications des organisations mapuches sont la libération des prisonniers politiques et la récupération des terres ancestrales situées dans les régions de Bio Bio et d’Araucanie. A la fin de la mobilisation, des manifestants masqués ont lancé divers objets sur la police, donnant lieu à une confrontation qui a abouti à des émeutes à Alameda. La police a fait usage de gaz et de canons à eau.

Affrontements à la manifestation mapuche

Affrontements à la manifestation mapuche

Ce mardi, 22 septembre, Cristian Levinao ex-prisonnier politique mapuche, condamné à 10 ans de prison, qui était dans la clandestinité depuis le 15 juillet, a été arrêtés par la police chilienne dans une commune rurale de la région de Chomio. La police a également arrêté le photographe Felipe Duran qui se trouvait avec lui. La police a exposé à la presse des armes et des explosifs qu’ils auraient trouvé à l’endroit où Felipe et Cristian ont été arrêtés. Felipe Duran , il est arrivé,il y a quelques années à la ville de Temuco comme collaborateur de l’Agence internationale UPI, il s’est imposé comme un des photographes les plus engagés socialement. Il a dépeint le processus et la lutte du peuple chilien et le peuple Mapuche dans Wallmapu.

L’arrestation de Cristian Levinao


Quelques photos de Felipe Duran

L'arrestation de Cristian Levinao
Quelques photos de Felipe Duran

Une grande manifestation a eu lieu dans la capitale chilienne, où plus de 12.000 personnes ont défilé à la mémoire des victimes de la répression. La manifestation est allée devant le Palais de La Moneda, le siège du gouvernement avait été bombardé par les putchistes lors du coup d’Etat du 11 septembre 1973. Une minute de silence y a été observée et haut-parleurs reproduit le dernier discours d’Allende, prononcé quelques heures avant de mourir, tandis que La Moneda a été assiégée par l’armée.

Les manifestants portaient des pancartes avec des photos de prisonniers disparus pendant le régime Pinochet (1973-1990). En fin de manifestation, des jeunes cagoulés se sont affrontés à la police. ils ont attaqué au cocktail Molotov deux succursales de banques et mis en place des barricades à l’extérieur du cimetière général. La police est intervenue avec des jets d’eau et des gaz lacrymogènes.

Affrontements ce week end à Santiago

Affrontements ce week end à Santiago