Mohamed al-Guindi avait disparu le 25 janvier dernier lors d’une manifestation sur la place Tahrir au Caire. Selon ses avocats, l’homme de 28 ans a été torturé dans un camp de la police avant d’être emmené à l’hôpital dans un état critique. Il y est décédé quelques jours plus tard. Ses funérailles se sont déroulées hier soir et de violents affrontements ont opposé la foule présente à la police. Les forces anti-émeutes ont fait usage de gaz lacrymogène et ont tiré à la chevrotine contre les personnes présentes qui ont répliqué par des jets de pierres. Un véhicule blindé a également été incendié et des cocktails Molotovs ont été lancé vers la préfecture et le commissariat de police. Au moins 18 personnes ont été blessées par les policiers qui ont en outre procédé à huit ou neuf arrestations.

La vidéo du matraquage d’un ouvrier égyptien de 50 ans, un manifestant parmi tant d’autres du vendredi 1er février, et passée à la télévision égyptienne, a fait scandale. En quelques minutes l’homme est molesté par les forces anti-émeute au Caire, traîné au sol et dévêtu de force avant de disparaître dans un fourgon blindé. La répression en Egypte a fait près de soixante morts en huit jours, d’innombrables blessés et d’arrestations abusives.

Lundi, l’opposition avait rejeté l’appel au dialogue lancé par le président et des foules nombreuses de manifestants ont défilé au Caire, à Alexandrie et à Port-Saïd, Ismaïlia et Suez. “À bas Mohamed Morsi ! À bas l’état d’urgence !”, ont scandé les manifestants à Ismaïlia.

À Port-Saïd, des hommes ont attaqué plusieurs postes de police après la tombée de la nuit. Des policiers et des soldats auraient été blessés. De source médicale, on parle de deux morts et douze blessés lors des affrontements, dont dix par balle. Au Caire, les flammes s’élevant de véhicules incendiés par des manifestants (y compris un fourgon blindé de la police) ont éclairé le ciel lundi soir. Au total, quarante-neuf personnes ont été tuées depuis jeudi.

EDIT: Les affrontement ont repris en Egypte. Ce mercredi, deux personnes sont mortes au Caire dans des heurts entre manifestants et policiers.

Egypte: Bilan des affrontements

Samedi, 22 personnes, dont deux policiers, ont été tuées et 200 blessées à Port-Saïd dans des violences qui se sont produites après que des proches des “hooligans” condamnée à la peine capitale eurent tenté d’envahir la prison dans laquelle se trouvaient ces dernier. Deux postes de police ont également été pris d’assaut et des tirs nourris se faisaient entendre dans la ville. Ces heurts interviennent au lendemain du deuxième anniversaire de la “révolution”, lui-même marqué par des violences entre manifestants et policiers qui ont fait neuf morts et plus de 530 blessés.

Egypte: Emeutes meurtrières à Port-Saïd

21 ‘Hooligans’ ont été condamné à mort samedi pour leur implication dans des émeutes l’an dernier. Les Ultras ont manifesté ensuite et 8 d’entre-eux ont été tués par la police.
Les supporters de football égyptiens sont un des plus grand mouvement d’opposition progressiste et organisé, tant à l’ancien régime qu’au nouveau. Ils ont depuis des années (bien avant la chute de Moubarak) développé des structures contre le pouvoir égyptien (imprimeries et entrainement au combat de rue) et ont été qualifiés par les deux régimes “d’athées” et de “communistes”. Menant régulièrement les émeutes à travers les grandes villes égyptiennes, cette condamnation vient porter un coup dur à la résistance égyptienne.

Egypte : 21 ‘hooligans’ condamnés à morts, huit tués lors des manifestations

Des centaines de manifestants ont envahi un tribunal d’Alexandrie, dimanche 20, brûlant des meubles et des documents devant le bâtiment où l’ancien directeur de la sécurité de la ville et cinq autres policiers d’autres responsables sont actuellement jugés en lien avec les décès de plusieurs protestataires lors du soulèvement de 2011 en Égypte.

Le mouvement de colère a été provoqué par la décision du juge chargé d’examiner le meurtre de manifestants en 2011 de transférer le dossier à une autre cour après un échange houleux avec les avocats des plaignants. La veille, la police antiémeute égyptienne a utilisé du gaz lacrymogène pour disperser des dizaines de manifestants qui lançaient des pierres samedi à l’extérieur du tribunal d’Alexandrie À Alexandrie, tout comme ailleurs en Égypte, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues au cours des deux dernières années exigeant « qisas », revanche en arabe, pour ceux tués lors d’affrontements avec les forces de sécurité. Près de 100 policiers ont été traduits en justice jusqu’à maintenant pour avoir tué ou blessé des contestataires depuis la destitution de Moubarak, le 11 février 2011. Tous les cas se sont soldés par un acquittement ou une sentence avec sursis.

Des centaines de milliers de personnes sont rassemblées depuis ce mardi sur la Place Tahrir au Caire et dans la plupart des grandes villes égyptiennes dont Suez et Alexandrie, point culminant d’une mobilisation qui s’est intensifiée il y a un peu plus d’une semaine. Selon les dires mêmes de sbires du nouveau régime, le gouvernement de Mohamed Morsi peut difficilement se permettre de réprimer comme il le voudrait alors qu’il tente de prouver cette semaine aux financiers et créanciers que le nouveau gouvernement ne sera pas aussi sanglant que celui de Hosni Moubarak, des émeutes avaient intimidé ces derniers la semaine passée. Ceci n’a pas empêché la mort de plusieurs manifestants par intoxication au gaz lacrymogène et la désertion de policiers anti-émeutes.

La police au travail en Egypte

La police au travail en Egypte

Les protestations contre la décision du 22 novembre du président égyptien de s’accorder des pouvoirs exceptionnels, plaçant notamment ses actes à l’abri de tout recours en justice, prennent de l’ampleur. Plusieurs cortèges ont convergé sur la place Tahir pour dénoncer le président et le mouvement des Frères musulmans, dont il est issu. Comme tous les jours depuis une semaine, des heurts sporadiques ont eu lieu entre des jeunes et la police. Un militant de l’Alliance populaire, un petit parti de gauche, est mort asphyxié. Il s’agit du troisième décès provoqué par les troubles de ces derniers jours.

Dans le delta du Nil, à Mahalla, les opposants s’en sont pris au siège du parti dont est issu le président. Le parti, issu des Frères musulmans, a recensé 80 blessés dans ses rangs dans des heurts avec des opposants. Ceux-ci s’en sont aussi pris aux locaux de la confrérie à Mansoura, ainsi qu’à Alexandrie. A Charm el-Cheikh, à Tanta, Assiout, Sohag et Minya, des rassemblements ont également eu lieu.

Egypte: Décès d’un manifestant

10/10/2012

Egypte: Amnistie

Le président égyptien a gracié lundi tous les prisonniers politiques incarcérés depuis le début de la révolution qui a chassé Hosni Moubarak début 2011, sauf ceux condamnés pour meurtre. Cette mesure concerne les personnes en détention préventive, qui attendaient leur procès, et celles déjà condamnées. Des milliers de civils ont été jugés par des tribunaux militaires lors des mois de vide politique qui ont suivi la chute de Moubarak en février 2011. Il y aurait actuellement 5.000 détenus politiques en Egypte.

Un travailleur a été tuée et sept autres blessés lors d’affrontements entre la police et les travailleurs en lutte de la centrale électrique d’Aboukir, près d’Alexandrie, ce samedi. Les manifestants s’étaient réunis pour protester et avaient séquestrés les directeurs de la société. Les heurts ont éclaté après que des Forces de sécurité aient tenté de disperser la foule. Plus de 500 manifestants ont résisté, les forces de sécurité ont alors tiré dans la foule.

Egypte: Répression meurtrière d’une manifestation ouvrière