Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Trois des sept femmes belges participant à l’action internationale féminine de dénonciation du blocus de la bande de Gaza étaient mercredi soir en attente à l’aéroport de Rome, d’où elles devaient prendre un vol vers le Caire vers 21h30. Elles y seraient bloquées en raison de leur inscription sur une liste noire, probablement en raison de leur participation il y a deux ans à l’opération “Bienvenue en Palestine”. Elles sont les dernières participantes, parmi la centaine d’activistes pacifistes de la “Coalition Internationale des Femmes Contre le Blocus de Gaza”, à ne pas encore avoir rejoint la capitale égyptienne, où quatre autres femmes belges sont toujours retenues par la police locale qui compte les expulser.

En dehors des trois Belges en attente à Rome, des quatre autres retenues à l’aéroport du Caire et des quatre femmes américaines et irlandaise (dont la Prix Nobel de la paix Mairead Maguire) déjà expulsées manu militari par la police égyptienne dès leur arrivée dans la capitale, quelque 90 autres militantes pacifistes de l’action sont venues s’asseoir dans l’aéroport en question. Parmi les participantes figure notamment la résistante algérienne Djamila Bouhired.

Egypte: Quatre manifestantes belges retenues

Dans la province de Gharbiya, des centaines d’ouvriers de la Samanoud Felt Fabric Company ont entamé leur troisième semaine de grève. Ils dénoncent des retards dans le paiement de leurs salaires ainsi qu’une détérioration de leurs conditions de travail. Certains ouvriers n’ont pas encore touché leur paye du mois de septembre. Samedi, à l’issue de négociations qui n’ont pas abouti, les ouvriers ont réoccupé les voies de chemin de fer qui relient les province de Damietta, Daqahlia et Gharbiya. Les forces de l’ordre ont tiré des grenades lacrymogène sur les grévistes qui bloquaient les voies et leur lançaient des pierres. Quatre policiers et six manifestants ont été blessés, d’après les médecins, certains de ces derniers par balle. Trois ouvriers ont été interpellés.

En Egypte, Haitham Mohamedin, dirigeant des Socialistes révolutionnaires (trotskiste) et militant pour les droits sociaux et humains a été arrêté hier jeudi par les forces armées dans un barrage de contrôle à la périphérie de la ville de Suez. Après avoir été fouillé et vu ses effets personnels confisqués, il a été retenu dans le barrage de l’armée avant d’être conduit au poste de police d’Attaka, en attendant de comparaitre devant le procureur pour des charges et accusations encore inconnues.

Lundi, la police a arrêté deux ouvriers de la société Suez Steel. Tous deux sont accusés d’avoir incité leurs collègues à mener des actions de grève. Suite à ces arrestations, les ouvriers en grève ont tenté de bloquer la route principale entre Suez et Ain Al-Sokhna mais l’armée est rapidement intervenue pour les en empêcher et reprendre le contrôle autour de l’usine. Les deux ouvriers faisaient partie d’un groupe de quinze personnes que la compagnie accusent d’être à l’origine du mouvement de protestation. Cela fait maintenant plus de trois semaine que les travailleurs de l’usine située dans la zone industrielle Al-Ataqa à Suez sont en grève. Ils exigent une augmentation de leurs primes et indemnités. Suez Steel est une société privée qui emploie 2200 ouvriers contractuels et 2000 intérimaires. La semaine dernière, la direction a menacé de réduire ses effectifs en réponse à la grève, mettant en avant une énorme diminution des bénéfices ces trois dernières années.

L’armée à proximité de l’usine Suez Steel

L'armée à proximité de l'usine Suez Steel

Alors qu’un hélicoptère de l’armée survolait le palais présidentiel, dans le quartier d’Héliopolis, des manifestants ont dirigé leur pointeur laser vers l’appareil, forçant son pilote à le dérouter, puis à se poser sans encombre. Le vidéo montre l’appareil bombardé de rayons lasers, devenu fluorescent, survolant des centaines de milliers de personnes massées dans la nuit suite à la manifestation géante organisée dimanche 30 juin contre le président Morsi.

Plusieurs millions de manifestants anti-Morsi sont descendus dans la rue, un an jour pour jour après son investiture. Il s’agit de la plus grande manifestation dans l’histoire de l’Egypte. Au Caire, les manifestants se sont massés place Tahir, aux abords du palais présidentiel, et sur d’autres places de la capitale, en scandant « dégage » et « le peuple veut la chute du régime ». Des manifestations anti-Morsi ont aussi lieu à Alexandrie, à Menouf, à Mahallah, à Port-Saïd, à Suez ou encore dans la ville natale de M. Morsi, Zagazig.

Une personne a été tuée à Beni Suef et une autre dans la province d’Assiout, au sud du Caire, lors d’affrontements qui ont aussi fait des dizaines de blessés aux abords de locaux des Frères musulmans. Au Caire, le QG du PLJ (Frères Musulmans), dont est issu M. Morsi, a été attaqué dans la soirée avec des cocktails molotov et des tirs de chevrotine. Les locaux du PLJ à Tanta, Beni Suef et Sharqeya ont aussi été attaquées.

Egypte: Des millions de manifestants, deux morts

Vendredi, plusieurs permanences des Frères musulmans, le mouvement dont est issu le président Morsi, ont été attaquées à travers le pays. A Alexandrie, les affrontements ont fait deux morts, dont un étudiant américain, poignardé alors qu’il filmait la manifestation, selon des témoins. Un troisième homme est mort et quinze autres personnes ont été blessées par l’explosion d’une grenade artisanale au cours d’une manifestation à Port Saïd, à l’entrée du canal de Suez, ont indiqué samedi des sources sécuritaires.

manifestations à Alexandrie

manifestations à Alexandrie

Ahmed Maher, qui est à la tête du mouvement du 6 avril a été arrêté à l’aéroport du Caire alors qu’il rentrait des Etats-Unis. En 2011, c’est ce mouvement qui a mené les vagues de protestation contre Hosni Moubarak, mais aujourd’hui, il dénonce à nouveau le pouvoir mis en place suite à sa chute. Selon les autorités, Maher est accusé de ‘provocation’ suite à une manifestation en mars dernier. Les militants du mouvement du 6 avril avaient lancé des sous-vêtements sur le domicile du ministre de l’intérieur après avoir été victimes de répressions policières. Maher s’est vu confisquer son passeport et ordre a été donné qu’il soit incarcéré pendant quatre jours.

A l’occasion du cinquième anniversaire du Mouvement du 6 avril, diverses manifestations se sont déroulées à travers le pays. Ce collectif avait été crée après la répression policière meurtrière contre des grévistes à Mahalla en 2006. Ce samedi, les militants s’étaient entre autre rassemblés au Caire, à Alexandrie, à Mahalla et dans la province de Fayoum (sud). Partout la police a tiré des gaz lacrymogène pour disperser les rassemblement entraînant des affrontements, plus ou moins violents, entre les policiers et les manifestants. C’est à Mahalla que la réplique de la foule a été la plus intense. Un commissariat a été pris d’assaut avec des cocktails Molotovs. Par ailleurs, au moins huit personnes ont été blessées au Caire.

Au moins 22 policiers ont été blessés dans des attaques en Egypte scontre les deux postes de police dans les gouvernorats d’Alexandrie et de Beheira, au nord du Caire. A Alexandrie, 12 policiers ont été blessés quand 200 personnes ont tenté de pénétrer poste de police d’Al-Raml après un combat de nuit entre des partisans et des opposants du président Morsi. Au moins 13 assaillants ont été arrêtés.

Pendant ce temps, 10 autres policiers ont été blessés au Beheira de Wady el-Natroun poste de police, environ 150 personnes ont lancé des pierres à la gare et tenté de pénétrer dans elle jusqu’à ce que les hommes de sécurité a tiré en l’air et lancé des bombes lacrymogènes pour les disperser. L’émeute aurait suivi une bagarre entre grandes familles, l’une d’elle exigeant que la police arrête leurs adversaires.