Les prisonniers membres de la Conspiration des Cellules de Feu (CCF) peuvent être joints par e-mail via leur nouvelle adresse conspiracycf@riseup.net. L’ancienne adresse e-mail restera maintenue quelques temps. Leur clé PGP peut également être téléchargée ici. Il est également possible de leur écrire sans chiffrer, avec les risques que l’on connait.

Nouvelle adresse e-mail de contact de la CCF.

Nouvelle adresse e-mail de contact de la CCF.

Le prisonnier anarchiste Spyros Mandylas est en grève de la faim depuis 56 jours. Il a perdu 25% de son poids initial et les médecins qui le suivent préviennent qu’il mourra s’il perd 28% de son poids initial. Il a à présent de fortes migraines et sa pression sanguine est très basse.

Spyros Mandylas est en grève de la faim pour demander sa libération. Il avait été arrêté le 10 mars dernier pour avoir refusé de payer l’amende de 5.000€ à laquelle il avait été condamné le 5 mars, malgré son absence et l’absence de son avocat. Il était absent car il est sous le coup d’un autre procès, celui du Projet Phénix, qui devait faire renaître la Conspiration des Cellules de Feu. Même si Spyros ne fait pas partie de la CCF ou de la FAI, il a refusé de condamner la violence armée.

Malgré la décision du tribunal de commencer le procès malgré son absence et l’absence de son avocat, ses co-accusés se sont présentés au procès.

Dans le cadre de l’enquête sur “l’évasion des Cellules de Feu”, la police grecque est à la recherche de personnes qui sont rentrées en contact de façon occasionnelle avec les membres emprisonnés de la Conspiration des Cellules de Feu. Ce seraient des personnes qui éditent un journal anarcho-insurrectionaliste britanique. Des policiers grecs feront la route pour s’entretenir avec leurs homologues anglais.

Le 8 avril, la “Cellule Solidarité et Revanche” a revendiqué une attaque contre un local de SYRIZA à Kessariani. Le 9 avril, la Cellule “Anarchie Combattive” a attaqué les bureaux de Microsoft à l’aide d’une bombe au gaz. Cette action a été revendiquée en solidarité avec les prisonniers chiliens (qui ont appelé à 10 jours de solidarité), en solidarité avec les prisonniers de la Conspiration des Cellules de Feu (CCF), du Réseau des Combattants Emprisonnés et avec Nikos Maziotis.

Un bureau de SYRIZA attaqué.

Un bureau de SYRIZA attaqué.

Le 4 avril, les prisonniers de la Conspiration des Cellules de Feu ont arrêté la grève de la faim qu’ils faisaient depuis 32 jours. Cette décision fait suite au fait que Athena et Evi -mère et compagne de prisonniers- devraient être libérées prochainement.

Extrait de leur communiqué : «La victoire ne vient pas que de la grèce de la faim de la Conspiration des Cellules de Feu (CCF). C’est la victoire de tant de gens qui ont été solidaires,..] Aujourd’hui, nous arrêtons la grève de la faim, ayant battu les épouvantails du pouvoir qui voulait emprisonner nos proches. Néanmoins, une grève de la faim parmi les autres prisonniers politiques est toujours en cours avec des demandes plus larges. Les jours qui viennent sont critiques pour leur santé et pour le défi de la lutte anarchiste toute entière. […] Force et solidarité au camarade anarchiste Nikos Maziotis, membre de Lutte Révolutionnaire, et au Réseau des Combattants Emprisonnés (DAK).» [(Lire le communiqué en anglais)

Angeliki Spiropoulo, prisonnière anarchiste a arrêté la grève en même temps que la CCF.

A la prison de Larissa, les prisonniers ont déployé une banderole de soutien au DAK (photo).

Grèce : La Conspiration des Cellules de Feu arrête la grève de la faim

Pour la troisième fois en trois nuits, Mihalis Nikolopoulos a frôlé la crise cardiaque. Dés qu’il s’endort, son rythme cardiaque chute de façon dramatique. De l’atropine lui est injectée régulièrement, mais celle-ci ne suffira pas longtemps.

La plupart des prisonniers de la Conspiration sont dans un état grave : perte de 20% de leur poids (Olga ne pèse plus que 40kg), Panagiotis pourrait avoir des complications suite à une chirurgie cérébrale qui a précédé la grève, etc…

Concernant leurs revendications : la mère des frères Tsakalos avait été ‘libérée’ selon des conditions assez dures : 10.000€ de caution, 3 pointages par mois, et l’interdiction de quitter l’île où elle vit (ce qui résulte de fait en une interdiction de visiter ses enfants à la prison). Elle a finalement refusé de quitter la prison sans Evi (la dernière proche encore arrêtée, c’est la compagne de Gerasimos).

Au début du mois de mars, l’unité antiterroriste avait arrêté plusieurs amis, conjoints et parents des prisonniers de la Conspiration des Cellules de Feu. Ceux-ci n’étaient pas liés de près ou de loin à la CCF et sont pourtant détenus depuis plus d’un mois.Pour exiger leurs libérations, les membres de la CCF ont suivis une grève de la faim très dure depuis le 2 mars.

Voir notre page spéciale sur la grève de la faim

Tôt ce matin, un engin explosif a explosé devant un bureau du fisc à Héraklion. L’attaque a été revendiquée par la “Cellule Héraklion” de la ‘Fédération Anarchiste Informelle – Front Révolutionnaire International’ (FAI/FRI), en solidarité avec les prisonniers politiques en grève de la faim. Extrait de la revendication “Camarades, nous sommes peut-être séparés par des kilomètres, des murs et toutes sortes de chiens de gardes, mais nous sentons que le feu qui brûle en vous est plus chaud que jamais. Avec ce feu de notre coté, nous nous jetons dans la bataille […].

Engin incendiaire au bureau du fisc à Héraklion.

Il ne se passe pas une journée sans que le mouvement anarchiste ne fasse une action de solidarité avec les prisonniers politiques en grève de la faim. Aujourd’hui, les anarchistes ont manifesté dans la cour du parlement en jetant des flyers et en déployant des banderoles, à Patras, une cinquantaine de personnes occupent les bureaux de SYRIZA. A Thessalonique, les occupants du 111 Squat (occupé depuis le 17 mars) ont déployé une banderole géante sur leur façade. Hier, les prisonniers de Koridallos ont déployé une banderole dans la prison et ont envoyé la photo en solidarité avec les prisonniers.

Dans un autre registre, plusieurs attaques incendiaires ont été faites : la dernière en date contre un directeur d’hôpital qui refusaient des soins aux grévistes de la faim qui refusaient le sérum et les renvoyaient en prison. Une petite charge a été mise devant sa porte. Cette action était donc un avertissement envers ceux qui voudraient infliger des mauvais traitements aux prisonniers.

Rappelons que les prisonniers politiques grecs sont en grève de la faim pour réclamer la fermeture des prisons de type-C, la libération de Savvas Xiros pour raisons médicales, l’abolition des deux lois anti-terroristes, de la loi anti-capuche, et de la loi sur l’ADN. A celles-ci s’ajoutent la libération des membres des familles des prisonniers de la Conspiration des Cellules de Feu (CCF). Ces derniers sont en grève de la faim jusqu’à la mort, ou jusqu’à la libération de leurs proches.

Sur l’état d’avancement des revendications des prisonniers : les lois pour la libération de Savvas et sur l’abolition des prisons de type-C seront votées cette semaine en Grèce, alors que Athena Tsakalou, mère des frères Tsakalos a été libérée ce 31 mars. Il reste encore un membre des familles des Cellules de Feu en prison, ceux-ci poursuivent leur grève de la faim jusqu’à la mort. Plusieurs membres des CCF ont été hospitalisés ces derniers jours, l’un d’entre-eux, Mihalis Nikolopoulos, est dans un état grave puisqu’il pourrait faire une crise cardiaque à n’importe quel moment.

Notons également que d’autres prisonniers politiques et sociaux rejoignent la grève de la faim à l’étranger, en solidarité. C’est le cas de Noelia Cotelo Riveiro, prisonnière anarchiste en Espagne.

Animation solidaire à Koridallos en avril 2015.

Grigoris Sarafoudis, condamné en juillet 2014 pour braquage et suspicion d’appartenance à la Conspiration des Cellules de Feu rejoint ce 9 mars la grève de la faim du “Réseau des Combattants Prisonniers” (le “DAK”). Dans son communiqué, il annonce soutenir les 4 demandes formulées par le DAK. A savoir l’abolition des lois 187 et 187A, de la loi anti-masques, de l’abolition de la considération de l’ADN comme preuve, de l’abolition des prisons de type-C et de la libération de Savvas Xiros.

A Madrid, une banderole a été accrochée “Syriza maintient les prisons spéciales d’isolement, solidarité avec les prisonniers en grève de la faim (A)”

Banderole solidaire à Madrid.

Banderole solidaire à Madrid.