Lundi soir, un véhicule piégé a explosé devant le tribunal de la ville de Newry, à 35 kilomètres au sud de Belfast. Vers 22h, la police locale a été avertie de la présence d’un véhicule suspect et était en train de faire évacuer la zone lorsque la bombe a explosé vers 22h30. Il semblerait, selon certaines sources, que cette action soit l’oeuvre d’un groupe dissident de l’IRA, condamnant les accords conclus au début de mois entre les premiers ministres anglais et irlandais. Si cela se confirme, cet action serait le premier perpétré par l’IRA depuis plus de dix ans. Il y avait eu quelques tentatives qui s’étaient soldées par des échecs. Néanmoins, l’Irlande du Nord reste le terrain de tentatives d’explosion, d’action contre les forces de l’ordre, attaques de commissariats,… revendiqués par différents collectifs républicains.

Tôt dans la matinée de mardi, environ 60 membres de la Garda (police de la République d’Irlande) ont fouillé des maisons et des commerces dans la ville de Cork et dans le nord du Comté. Des documents ainsi que d’autre matériel auraient été saisis, mais il n’y a aucune arrestation. Cette opération s’est déroulée que la Real IRA ait revendiqué l’exécution d’un trafiquant de drogue reconnu à Cork le 20 janvier. La police maintient une ligne ouverte pour savoir si la R.IRA est responsable de l’exécution de Gérard Staunton. Une brochure a été distribuée la semaine dernière par les républicains de la R. IRA dans laquelle les républicains avertissent qu’ils ont une liste de trafiquants de drogue présumés qui ont été ‘marqués pour l’exécution’.

Peu de jours après que l’INLA et l’O.IRA n’aient déposé les armes, la Réal IRA avait revendiqué diverses actions armées… Dans un appel téléphonique au Belfast Telegraph, un porte-parole déclarant parler au nom de la ‘brigade de Belfast’ de la R.IRA., a déclaré que l’organisation avait réalisé l’attaque contre la caserne du PSNI (police nord-irlandaise) dans Old Park, Belfast et contre un entrepreneur local qui travaillait avec les Britanniques. La R.IRA de Cork explique clairement sa position sur la question de la drogue et les attaques contre les barons de la drogue (notamment l’exécution de Staunton, où en affirmant qu’ils y ont été contraints au regard de la gravité et de la répétition des faits) dans le bulletin Beir Bua de Cork (photo).

Jaquette du Beir Bua

Jaquette du Beir Bua

Le nombre de personnes arrêtées et fouillées dans le Nord en vertu de l’article 44 de la loi sur le terrorisme a augmenté de façon spectaculaire. Dans le troisième trimestre, 10.265 personnes ont été arrêtées par rapport à 1.657 pour la même période l’an dernier. Sur les 10.265, seulement 39 ont ensuite été arrêtées. Il y a aussi un déséquilibre politique et géographique immense – 2.203 personnes ont été arrêtées dans la républicaine Derry, mais seulement un dans le loyaliste Larne.

Une voiture piégée a été garée aux abords du bâtiment de la police de Belfast par des militants de l’IRA-Véritable ou de l’IRA-continuité ce samedi. Elle contenait près de 180 kilos d’explosifs. Le véhicule a pris feu mais n’a pas explosé et n’a fait aucun dégâts. Le bâtiment visé était le siège du Policing Board, qui supervise toutes les opérations de la police.

Dans le même temps, une patrouille de police essuyait plusieurs coups de feu près d’Enniskillen, en Irlande du Nord. L’attaque est attribuée à une des organisations républicaines dissidentes refusant l’Accord du Vendredi Saint, IRA-Véritable ou IRA-Continuité. C’est à Enniskillen, fief du mouvement républicain, qu’en 1981, Bobby Sands fut élu à la Chambre des Communes. Deux hommes ont été interpellés en Irlande du Nord et un troisième en République d’Irlande.

Marian Price (photo) a été une première fois arrêtée et emprisonnée pour son rôle dans la plus grande campagne de l’IRA sur le sol britannique: quatre voitures piégées ont frappés le parlement, le palais de justice et des casernes. 200 personnes ont été blessées et un homme est mort d’une crise cardiaque. Marian Price, sa soeur et huit autres militants de l’IRA ont été condamnés à la prison à vie, peine qui a finalement été réduit à vingt ans. Leur grève de la faim de 200 jours (avec nutrition forcée par intubation) pour obtenir leur détention en Irlande a été une cause fameuse pour le mouvement républicain.

Dans les années 90, Marian Price a manifesté son opposition à l’accord de paix signé par le Sinn Fein. A propos des Accords du Vendredi Saint, elle a déclaré: ‘Ce n’est certainement pas pour cela ce que je suis allé en prison.’ Elle avait d’ailleurs prononcé un discours d’hommage aux funérailles de Joseph O’Connor, un membre de l’IRA Véritable assassiné par l’IRA Provisoire. Elle jouait un rôle de premier plan dans le Mouvement pour la Souverainté des 32 Comtés et était porte parole d’une association de soutien aux prisonniers républicains: l’Irish Republican Prisoners Welfare Association.

Des policiers lourdement armés avaient effectué hier un raid sur sa maison à l’ouest de Belfast et l’ont arrêté parce qu’elle aurait été en relation avec une des deux personnes accusée de l’attaque contre la caserne de Masereene en Irlande du Nord en mars 2009, au cours de laquelle deux soldats britanniques ont été abattus – une action revendiquée par l’IRA Véritable. Marian Price a été libérée aujourd’hui de sa prison de la caserne d’Antrim.

Marian Price

Marian Price

Les prisonniers de l’Armée Nationale de Libération de l’Irlande (INLA), branche armée du mouvement républicain socialiste, ont rendu publique la déclaration suivante:

Nous, les membres de la Commune des Prisonniers Républicains Socialistes ‘Tony McClelland’, dans la galerie E4 de la prison de Portlaoise:

Nous avons décidé, à unanimité, d’appuyer la direction du Mouvement Socialiste Républicain et, après l’avoir fait, nous sommes totalement d’accord avec l’actuelle évolution des événements. Nous appuyons pleinement la position de l’Armée de Libération Nationale de l’Irlande (I.N.L.A). et la décision que la lutte armée a terminé un cycle. Nous espérons avec toute confiance que notre mouvement continuera de travailler vers la réussite de notre objectif final d’établir en Irlande une République Socialiste de 32 Comtés. Saoirse go deo.

Signature du Communiqué par TOUS les détenus politiques républicains socialistes emprisonnés en date du 13 octobre 2009:

Prisonnier Républicain Socialiste. Originaire de, Condamné à:

Owen Clail, Dublin, 8 ans
Gerard Mackin, Belfast, perpétuité
Denis Dywer, Dublin, 5 ans
Eugene Kelly Dundalk, sans jugement
Paul Kelly, Dundalk, 4 ans
Paddy Wall, Armagh Sur, 8 ans
Thomas Kelly, Dublin, 5 ans
Gerard Kelleher, Dublin, 4 ans
Neil Myles, Cork, 4 ans 1/2
John McCrossan, Strabane, 4 ans 1/2
Jonathan Keogh, Dublin, 8 ans
David O’Connor, Dublin, 3 ans
Noel Mooney, Derry, sans jugement*
Paddy Parede, Derry, sans jugement*
Barry Petticrew, Belfast, sans jugement*

Affiche INLA

Affiche INLA