Aurora Cayetano Navarro est la première femme de l’histoire de l’Etat espagnol a avoir passé 30 ans de sa vie en prison. Née dans une famille ouvrière de Vigo le 19 février 1957, elle a commencé à travailler à 14 ans dans une conserverie. Suite à la grève générale de 1972, elle entre dans l’organisation clandestine OMLG (l’Organisation de Marxistes Léninistes Galiciens), puis, en 1975, dans le PCE(r). En décembre 1976, elle est arrêté par la police de Franco. A sa sortie de prison, elle intègre les GRAPO et participe à la guérilla antifasciste. Arrêtée en 1978, elle est brutalement torturé par la Brigade Polico-sociale. Elle sera détenue pendant 20 ans dans 15 prisons différentes et parrticipera à de nombreuses luttes, y compris de très dures grèves de la faim.

Elle est libérée en 1998 et reprend son activité politique. Elle intègre en 2000 le travail clandestin du PCE (r). Elle est arrêtée le 18 juillet 2002 à Madrid et condamnée en fonction de la “doctrine Garzon” selon laquelle toutes les forces antifascistes révolutionnaires doivent être considérée comme GRAPO (comme toutes la gauche nationaliste basque doit être considérée comme ETA). Aurora est condamnée à 12 ans de prison pour terrorisme alors que, de l’aveu même du tribunal, il n’y avait pas dans ce dossier même un coup de pied dans le tibia d’un policier. Comme tous les prisonniers politiques, elle est détenue loin des siens, à plus de 1000 kilomètres de ses parents. Aurora a une fille, Celestina. Sa soeur Carmiña est aussi une prisonnière révolutionnaire qui a purgé plus de 16 ans entre 1983 et 1999 et qui est à nouveau détenue depuis 2006.

Aurora Cayetano Navarro

Pour lui écrire:
Prisión de Villena-Alicante II
CN 330 km. 66, 03400 VILLENA (Alicante)

Aurora Cayetano Navarro

L’Audience Nationale, le plus important tribunal espagnol, a condamné dernièrement à 15 ans de prison Gemma Belén Rodríguez Miguel, militante des GRAPO, pour avoir participé à la campagne d’actions à la bombe co ntre les sociétés de travail intérimaires. Elle a été plus directement été reconnue “coupable” de la destruction d’une agence d’intérim à Vigo, le 27 septembre 2000. Elle avait déjà été condamnée en janvier 2006 par la justice française à cinq ans de prison pour “”association de malfaiteurs”. L’Audience Nationale espagnole l’avait déjà condamnée à sept ans de prison en juin 2009 pour l’attaque d’un transport de fonds par les GRAPO en Cantabrie. Cet article est ancien de deux mois, il n’est mis en ligne qu’aujourd’hui suite à un couac rédactionnel.

Espagne: 15 ans de prison pour Gemma Belén Rodriguez

Dans son thème musical “Democracia, su puta madre”, le rappeur Pablo Hasél commence avec une déclaration dédiée au “Camarade Arenas” dont il dit qu’il est “prisonnier depuis de nombreuses années uniquement du fait d’être communiste, comme bien d’autres membres du PCE(r)”. Il affirme aussi qu’ «indépendamment du fait que l’on soit communiste ou pas, cette répression fasciste dans un pays en théorie “démocratique” avec une infinité de guillemets (mais les progressistes et les faux(sses) de gauche s’en foutent) est intolérable». Il ajoute ensuite: «Liberté pour Arenas !».

Cela lui a valu d’être arrêté et inculpé d'”apologie du terrorisme” .Après quelques jours de détention, il a été conduit au Tribunal d’Exception de l’Audiencia Nacional qui a décidé de le remettre en liberté avec l’obligation de comparaître tout les 1er et 15 de chaque mois auprès du juge le plus proche de son domicile tandis que la procédure judiciaire habituelle poursuit son cours.

Espagne: Un rappeur poursuivi pour sa solidarité avec les prisonniers du PCE(r)

En Espagne, sept prisonniers et prisonnières antifascistes sont gravement malades, une campagne est animée pour leur libération. Il s’agit de :

Enrique KUADRA ETXEANDIA, militante des GRAPO. Depuis 23 ans en prison, en 4 fois, autant en Espagne qu’en France. Cancer de la prostate. Sa prochaine opération nécessitera une récupération très délicate, impossible en prison. Détenu 2.000 km de sa famille.

Manuel PÉREZ MARTÍNEZ, secrétaire sénéral du PCE(r), âgé de 67 ans. Depuis 18 ans en prison, en 3 fois. Grave maladie occulaire, hernie du hiatus et faiblesse générale. Détenu à l’isolement à 840 km de sa famille.

María José BAÑOS ANDUJAR, militante des GRAPO. Depuis 18 ans en prison, en 2 fois. Elle a besoin de l’implantation d’un rein et elle est malade du H.I.V. Depuis 2010, elle est dans l’attente d’une implantation d’une déviation coronaire. Détenue à 2.000 km de son entourage.

Manuel ARANGO RIEGO, militant du PCE(r), âgé de 65 ans. Depuis 10 ans en prison, en 2 fois. Il souffre d’une grave sciatique chronique. Graves problèmes de mobilité. Hypermédicalisé. Détenu à 670 km de sa famille.

Carmen MUÑOZ MARTÍNEZ, militante du PCE(r). Depuis 28 ans en prison, en 2 fois. Elle souffre d’un cancer du sein dont elle a du être opérée puis se soumettre à de dures séances de chimiothérapie et d’autres séances de réhabilitation. Etat de santé général très mauvais. Hypermédicalisée. Détenu à 800 km de sa famille.

Laureano ORTEGA ORTEGA, militante des GRAPO. Âgée de 49 ans. Depuis 22 ans en prison, en 3 fois. En septembre 2010, elle a souffert d’une attaque au coeur qui lui a valu une entrée en hospitalisation dans un état très grave et désormais très médicalisée et épuisée. Détenue à l’isolement, à 2200 km de sa famille.

Isabel APARICIO SÁNCHEZ, militante du PCE(r). Âgée de 57 ans. Depuis 8 ans en prison, en 2 fois. Elle a de l’arthrose et de l’ostéoporose générale, une flébite, une sinusite chronique grave, des cataractes et les vertèbres lombaires qui nécessitent plusieurs opérations obligatoires pour ne pas finir définitivement en chaise roulante. Détenu à 240 km de sa famille.

Ce 8 mai 2011, le prisonnier politique des GRAPO: Miguel Angel Bergado a été libéré après 30 années d’incarcération, toujours en “premier degré” du Régime Pénitentiaire espagnol (le plus sévère), dispersé et soumis à tout type de violences et de tentatives d’humiliations.

Miguel est en 1958 dans la petite localité de Quintanilla (Province de Burgos), il vient d’une famille paysanne très pauvre. Malgré tout, il a réalisé des études pour être enseignant. En 1979, il entre en contact avec les GRAPO. Il participe à l’infrastructure de l’opération qui a permis,le 17 décembre 1979, de faire évader 5 militants antifascistes de la prison de Zamora. Peu après, il passe à la clandestinité et prend notamment part à l’action armée qui a coûté la vie à un général de l’Armée espagnole, le 5 Mai 1981 à Madrid. Le 8 mai 1981, Miguel est arrêté à Madrid, à l’âge de 23 ans. Il est sévèrement torturé lors de son passage au commissariat. En 1990: il est condamné à 55 ans de prison. Lors de la grève de la faim des prisonniers antifasciste, Miguel a une bagarre avec un gardien de prison particulièrement brutal avec les gréviste. Depuis lors, Miguel a été particulièrement soumis à un contrôle absolu, à l’isolement et aux mauvais traitements. Miguel aurait dû être libéré en novembre 2006. Après avoir accompli 25 ans et demie en prison (y compris avec sa condamnation légale déjà largement dépassée), mais il a continue d’être détenu au moyen de la dernière loi d’application des peines qui lui a été appliquée de façon rétroactive.

Espagne: Miguel Angel Bergado libéré après 30 ans de prison

L’Audience Nationale a condamné à 11 ans et huit mois de prison les militants du PCE (r) Manuel Raymond Arango Riego, Isabelle Aparicio Sanchez et Francisco Cela Seoane pour délit de “intégration dans une organisation terroriste et de falsification de documents officiels”. De plus, elle impose à chacun d’eux une amende de 4.320 euros.

La plus lourde peine est pour le militant du PCE (r) Lucio García Blanco jugé coupable de “un délit d’intégration dans une organisation terroriste, falsification de documents, détention d’arme et d’explosifs à des fins terroristes”: 20 ans et onze mois dans une prison. Jorge García Vidal est condamné à 10 ans de prison par “falsification de documents officiels et détention d’explosifs à des fins terroristes”. 12 ans de prison Israel Clemente pour “falsification de documents, détention d’arme et d’explosifs”.

La place d’Espagne, à Bruxelles, a été taguée pour Manuel Perez Martinez (“camarade Arenas”), secrétaire général du PCE(r) depuis 40 ans, actuellement enfermé dans un module de sécurité maximale à Madrid, après avoir été accusé par l’Etat espagnol d’être impliqué dans les actions des GRAPO. Il est détenu dans des conditions extrêmes, mis à l’isolement (une visite de sa famille lui a été refusée à la dernière minute, alors que ses proches avaient déjà fait les 1.000 kilomètres de route pour venir le visiter), il a été menacé de mort et est soumis à des vexations de tout ordre (on lui a même confisqué… son dentier). Les prisonniers antifascistes espagnols ont entamés une grève de la faim pour revendiquer la libération d’Arenas.

bombage pour Arenas à Bruxelles

bombage pour Arenas à Bruxelles

Le collectif des prisonniers du PCE(r), du SRI et des GRAPO est en grève de la faim depuis le premier avril pour protester contre le traitement brutal et vexatoire réservé à M. P. M. Arenas (photo), secrétaire général du PCE(r). Tous les prisonniers participent à ce mouvement; les prisonniers malades refusant la nourriture de la prison.

Espagne: Le collectif des prisonniers antifascistes en grève de la faim

Manuel Perez Martinez “Arenas”, secrétaire général du PCE(r), a été condamné à trois ans de prison supplémentaires comme “‘auteur par incitation” d’une action des GRAPO contre le siège de la sociale-démocratie catalane le 4 mars 2000. Le tribunal s’est basé sur les déclarations du repenti Silva Sande. Manuel Perez Martinez est âgé de 63 ans, il a déjà passé 18 ans en prison.

spray pour M. P. M. Arenas

spray pour M. P. M. Arenas