Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Tortures, détention au secret, manifestations interdites, des activistes de la société civile témoignent d’un durcissement ces derniers mois de la répression dans le Tchad du président Idriss Déby Itno. Le gouvernement du Tchad est appuyé par les pays occidentaux au nom de la lutte contre le terrorisme. Nadjo Kaina, du mouvement Iyina (“Nous sommes fatigués” en arabe dialectal), a été arrêté à plusieurs reprises. Détenu au secret pendant 21 jours, il était les pieds enchaînés, les mains menottées, et pendant l’interrogatoire, on l’étouffait avec un sac contenant des piments serré sur la tête. Beaucoup d’activistes des droits sociaux ou de bloggeurs critiques ont subi le même sort.

Répression au Tchad

Répression au Tchad

Au Tchad, la majorité des étudiants interpellés samedi dernier, le 25 février, après avoir caillassé le cortège du ministre de l’Enseignement supérieur, ont été condamné hier par le tribunal de première instance de Ndjamena. Six sont relaxés, les autres devront passer un mois en prison parmi eux, le président de l’Union nationale des étudiants tchadiens, Richard Guelem. Le procès des 71 étudiants a repris sous très haute surveillance et à huis-clos. Mêmes les journalistes n’ont pas été autorisés à accéder la salle d’audience. Dans ces réquisitions, le procureur, qui pointe le trouble à l’ordre public, le vandalisme et l’outrage à l’autorité, a requis deux ans d’emprisonnement ferme.

Maifestants étudiants au Tchad

Maifestants étudiants au Tchad

Au Tchad, le gouvernement durcit le ton contre les travailleurs de la fonction publique en grève depuis trois mois contre le retard dans le paiement des arriérés de salaire et la réduction des indemnités des fonctionnaires. Cinq ministres, celui de la Fonction publique, des Finances, de l’Education, de l’Enseignement supérieur et de la Santé ont fait une conférence de presse pour expliquer la décision prise par le gouvernement jeudi 22 décembre de modifier la loi sur le régime de grève de telle sorte que les salaires des grévistes soient amputés à partir de janvier. En attendant le débat parlementaire, le gouvernement a donc choisi le durcissement, quand bien même les syndicats ont rétabli le service minimum dans les secteurs névralgiques comme celui de la Santé.

Grévistes de la fonction publique au Tchad (archive)

Grévistes de la fonction publique au Tchad (archive)

Des femmes membres de syndicats (plateforme intersyndicale composée de l’UST, de la CIST et du Synecs) sont en grève depuis plusieurs mois. Elles avaient décidé d’organiser hier mardi 6 décembre une grande journée de mobilisation pour protester contre la gestion de la crise que traverse le pays par le gouvernement. Mais la manifestation a été interdite et dès les premières heures du jour, les forces de l’ordre ont investi les entrées de la Bourse du travail et du siège du Syndicat du Tchad. Finalement, la marche n’a pu se tenir. Au sud du Tchad, à Moundou, la ville a été réveillée par un tintamarre de casseroles et des coups de sifflets entraînant l’interpellation de quelques femmes qui ont été relâchées.

Police anti-émeute tchadienne

Police anti-émeute tchadienne

La police a dispersé des lycéens qui voulaient manifester jeudi dans la capitale tchadienne, N’Djamena, contre la mort d’un des leurs, tué par balle pendant une marche de protestation après le viol d’une jeune fille. La police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les élèves. Plusieurs centaines de jeunes Tchadiens avaient manifesté lundi à N’Djamena contre le viol d’une jeune fille avant d’être violemment dispersés par la police anti-émeute. L’un des protestataires, Abbachou Hassan Ousmane, 17 ans, avait été tué par balle par la police pendant la dispersion. Les cinq violeurs présumés, dont trois enfants de généraux, ont été arrêtés, ainsi que quatre complices présumés, dont un fils du ministre des Affaires étrangères. Après le viol, les agresseurs avaient mis en ligne une vidéo – retirée depuis – sur les réseaux sociaux montrant la victime nue et en larmes. Le ministre de la Sécurité a accusé jeudi les élèves qui tentaient de manifester d’être “instrumentalisés” et a annoncé l’interdiction de tout nouveau rassemblement. « Le festival du désordre est terminé », a-t-il lancé.

Police antiémeute à N’Djamena

Police antiémeute à N'Djamena

C’est après avoir appris la mort d’un habitant de Kyabé, ville du sud du Tchad, détenu au commissariat de la ville, que des habitants en colère ont attaqué samedi 25 le commissariat, brûlant au passage un véhicule de la police. Ils se sont ensuite attaqués à la gendarmerie, où un autre véhicule des forces de sécurité a été incendié. Lorsque les manifestants ont tenté d’entrer dans la gendarmerie, les gendarmes ont tiré à balles réelles. Selon un bilan dressé samedi, tard dans la soirée, trois personnes ont été tuées, et sept autres blessées.

Au Tchad, la répression des manifestations contre le port du casque ont fait 4 morts et plusieurs blessés à Ndjamena. Un arrêté ministériel du ministère de la sécurité et de l’administration du territoire est entré en vigueur, obligeant tous les motocyclistes à porter des casques. Tout usager d’une motocyclette sans casque est automatiquement arrêté, et son engin conduit vers le camp de l’école de police. Les étudiants ont investi les rues lundi pour dénoncer ‘augmentation du prix des casques chez les commerçants depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle mesure .

Les manifestations étudiantes ont été violemment réprimées, et les manifestants capturés ont été maltraiter par des policiers du Groupe mobile d’intervention de la police (GMIP). Une vidéo montre des jeunes prisonniers à genoux, tous torses nus, le pantalon qui leur tombe sur les hanches, couverts de sable ou d’eau.Ils doivent avancer les voit avancer sur les genoux, puis se rouler dans le sable, sous les injonctions des policiers qui les battent à chaque rotation. Un policier leur crie: « Répétez, je ne manifesterai plus ».

Cinq personnes ont été tuées hier à Doba, dans le sud du Tchad, dans une manifestation de lycéens protestant contre une modification des règles d’inscription au baccalauréat. A cinq mois du baccalauréat, les chefs d’établissement ont affiché la liste des candidats et beaucoup de lycéens n’ont pas vu leurs noms, a expliqué la mairie. Les lycéens furieux sont alors parti en manifestation. des incidents ont éclatés et les forces de l’ordre ont tiré, tuant trois lycéens, un passant et… un policier.

Ils sont près d’un millier d’ouvriers tchadiens répartis sur plusieurs sites de forage de puits de pétrole dans les régions de Bongor et Moundou, au sud-ouest du pays. Depuis avril, ils ont engagé un bras de fer avec leur direction pour pouvoir organiser l’élection des délégués du personnel. Face au refus de la hiérarchie, ils ont décidé d’interrompre le travail vendredi dernier pour trois jours. Une interruption qui a ralenti le forage de certains puits de pétrole. Hier samedi, la tension est montée d’un cran sur le site de Koudalwa dans la région de Bongor. Il y a eu des échauffourées, des tirs de sommation, de brèves interpellations.

Les grévistes n’entendent pas reprendre le travail tant qu’ils ne seront pas autorisés à élire leurs délégués du personnel. Ils demandent aussi le départ de certains directeurs de nationalité chinoise qui seraient à l’origine du blocage. Enfin, ils militent pour l’amélioration des conditions de travail sur les sites pétroliers, sans quoi la grève de trois jours, qui doit s’achever ce dimanche à minuit, sera reconduite.

tchad pipe-line

tchad pipe-line

Le procès des responsables de l’Union des Syndicats du Tchad et celui du directeur de publication d’un journal, tous poursuivis pour “diffamation” et “incitation à la haine”, a eu lieu mardi, à N’Djaména. Ils ont été condamnés à au moins un an de prison avec sursis, une amende et le journal N’Djamena Bi-Hebdo fermé pour trois mois. Les poursuites judiciaires ont été enclenchées contre les trois syndicalistes et le journaliste suite à la publication, par l’UST, d’une pétition accusant le régime du président Idriss Déby Itno de mauvaise gestion des ressources nationales. Un autre travailleur a pâti d’une peine de trois mois fermes et 100.000 francs CFA d’amende, pour avoir souri au moment du prononcé des peines, l’expression de son visage ayant été interprétée comme “outrage à magistrat”.

Ces condamnations risque de durcir la position des travailleurs du secteur public – réclamant de meilleures conditions de travail – alors qu’ils avaient suspendu le 17 septembre la grève pour un mois, le temps de négocier.