Ce samedi 16 novembre, pour le premier anniversaire du mouvement, l’acte 53 des Gilets jaunes a rassemblé près de 40.000 manifestants dans toute la France. À Paris, des mobilisations se sont organisées en plusieurs endroits. Dans la matinée, sur le périphérique parisien, les forces de l’ordre sont rapidement intervenues pour disperser les manifestants qui bloquaient les voies. Une forte mobilisation a eu lieu place d’Italie où des voitures ont été renversées, des engin de chantier et poubelles incendiées, abribus saccagés… Selon la préfecture de Paris, 147 personnes ont été interpellées durant la journée. À Bordeaux, le centre ayant été bloqué, le cortège a marché dans différents quartiers de la ville. Des heurts ont éclaté à mi-parcours quand certains manifestants ont tenté de forcer les barrages de police pour rejoindre la place Pey-Berland. Au total, huit personnes ont été interpellées selon la préfecture.

À Nantes, pratiquement dès le départ de la manifestation, la police tentera d’empêcher les gilets jaunes de défiler en tirant des gaz lacrymogènes. Des affrontements auront lieu devant la préfecture.
À Toulouse, l’accès à la place du Capitole avait été interdit. Des centaines de manifestants ont été dispersés à de nombreuses reprises. La police a tiré des gaz lacrymogènes et fait usage du canon à eau contre les manifestants seulement 20 minutes après le départ, à 14 h. Les dispersions se sont poursuivies pendant plus de deux heures. Ce samedi, 17 personnes y ont été interpellées « pour jets de projectiles, port d’arme par destination (marteau), rébellion, outrage, port illégal d’insigne de presse et dissimulation de visage ».

À Lyon, les manifestations avaient également été interdites, mais plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées dès 13 h place Bellecour. À Grenoble, la manifestation unitaire contre la politique du président Macron qui réunissait « gilets jaunes », syndicats (GCT, FSU, Solidaires, Unsa, CNT) et des associations a mobilisé plusieurs centaines de personnes. À Saint-Etienne, les manifestants ont défilé sans pouvoir accéder au centre-ville. Des gaz lacrymogènes ont été tirés après la tentative de manifestants de rentrer dans la zone gardée. À Dijon, où toute manifestation non déclarée avait été interdite, des gilets jaunes ont tenté de manifester avant d’être dispersées par des gaz lacrymogènes. Un manifestant a été arrêté pour possession de pétards.

Gilets Jaunes - Acte 53 - manifestation à Nantes

Les Gilets jaunes ont défilé ce samedi à Paris pour leur acte 70, malgré l’interdiction par le gouvernement des rassemblements de plus de 100 personnes. A 18h40, la police avait procédé à plus de 1160 contrôles préventifs, 76 verbalisations sur les périmètres interdits et à 52 interpellations suite à des heurts, des bris et des incendies (de poubelles et de voitures) qui ont eu lieu sur le parcours de la manifestation. Les forces de l’ordre ont utilisé beaucoup de gaz lacrymogène, notamment dans une station de métro. Comme chaque week-end, la préfecture de police avait pris un arrêté interdisant aux Gilets jaunes de manifester dans un périmètre comprenant les institutions, mais aussi notamment les Champs-Elysées et le quartier des grands magasins.  Le Premier ministre avait en outre annoncé vendredi que le gouvernement abaissait à 100 personnes la taille autorisée des rassemblements en France, au lieu de 1.000 précédemment, pour «freiner» la progression du coronavirus.

Les affrontement ce samedi à Paris

A Montpellier, lieu du rassemblement national, 14 personnes ont été interpellées et plusieurs personnes blessées. Dès le début de la manifestation, en début d’après-midi, plusieurs cordons de CRS ont encerclé les manifestants, barrant notamment l’accès à la gare, au centre commercial du Polygone et à la préfecture, et utilisant des gaz lacrymogènes. Certains manifestants, portant des masques à gaz, des casques ou des cagoules, ont de leur côté jeté des fumigènes et des pétards, pendant qu’une enceinte mobile crachait la musique de la saga “Star Wars”. A Strasbourg, quelques centaines de “gilets jaunes”, dont beaucoup venus de la Lorraine voisine, ont aussi répondu samedi à un appel régional à manifester dans la capitale alsacienne. Munis de pétards et de fumigènes, ils ont défilé bruyamment en début d’après-midi derrière une banderole proclamant “Vivre et non survivre, on ne lâche rien”, en scandant des slogans hostiles à Emmanuel Macron et criant “ça va péter”, “Révolution! “…”… A Toulouse, les manifestants ont d’abord emprunté des rues étroites du centre pour éviter les forces de l’ordre mais après deux heures de mobilisation, les CRS ont tiré des grenades lacrymogène. A Bordeaux, les gilets jaunes ont été rejoints par des manifestants kurdes.

Les gilets jaunes à Montpellier ce samedi

Des rassemblements et des manifestations de Gilets jaunes ont eu lieu ce samedi dans plusieurs villes du pays, comme à Metz, Lille, Bordeaux et aussi Paris. À Toulouse, désignée capitale nationale de la mobilisation pour ce 48e acte, des échauffourées ont éclaté dès le début de la manifestation. Plusieurs milliers de manifestants s’étaient rassemblés, même s’il était difficile d’évaluer le nombre de manifestants puisque le défilé n’a duré que quelques minutes, avant sa dispersion en petits groupes de dizaines ou centaines de personnes dans les artères du centre-ville. La manifestation n’avait pas été déclarée en préfecture et très peu de manifestants portaient le gilet fluo. Essuyant des jets de projectiles, les forces de l’ordre ont toute l’après-midi noyé des rues commerçantes sous d’épais nuages de gaz lacrymogène. La place du capitole était une nouvelle fois interdite d’accès par la préfecture. Dix-sept personnes ont été interpellées pour « transport d’objets interdits, jets de projectiles sur des agents des forces de sécurité, violences sur agents, interdiction de participation à la manifestation ». Quelques affrontements ont aussi eu lieu à Metz. Des projectiles, dont trois cocktails Molotov, ont été lancés sur les policiers qui ont tiré des gaz lacrymogènes.

Les affrontements à Toulouse

 

Ce samedi 5 octobre, plusieurs centaines de manifestants, Gilets jaunes et membres d’Extinction Rebellion (XR) se sont retrouvés pour bloquer le centre commercial Italie 2, non loin de la place d’Italie, à Paris, ainsi que le centre commercial « Les Grands Hommes » à Bordeaux. L’opération organisée par le mouvement Extinction Rebellion et baptisée « Dernière occupation avant la fin du monde » consistait à occuper un symbole du capitalisme. ​Rassemblés par petits groupes depuis 10 heures, les manifestants ont bloqué l’entrée des magasins et se sont barricadés à l’intérieur du centre commercial plaçant devant les portes des palettes de bois et des homards gonflables géants (référence à l’affaire De Rugy). À Paris, on pouvait lire sur la banderole hissée sur la grande verrière principale «Détruisons les palais du pouvoir. Construisons les maisons du peuple». En fin de journée, les membres de la brigade d’intervention ont tenté de pénétrer dans le centre commercial Italie 2, alors que les personnes à l’intérieur bloquaient les entrées du bâtiment. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz, mais les policiers ont interrompu l’opération, tout en restant étaient postées aux alentours du centre commercial. Finalement, les manifestants ont décidé de quitter les lieux vers 4h30.

En dehors de l’action de Paris, les manifestations des Gilets jaunes se sont concentrées dans la ville de Toulouse avec un appel à manifester contre la répression judiciaire afin de rester mobiliser pour les nombreux procès qui vont se tenir dans les mois qui viennent. Les manifestants ont également mobilisé pour différentes luttes telles que « la réforme des retraites, la réforme de l’assurance-chômage, la Réforme Blanquer, le réchauffement climatique, le manque de moyens dans les hôpitaux… ». Selon la préfecture, il y a eu sept blessés légers parmi les forces de l’ordre et deux interpellations pour outrage à l’égard d’une personne dépositaire de l’autorité publique et pour jets de projectiles.

Gilets Jaunes et Extinction Rebellion - Paris - Actes 47

La journée d’hier samedi a vu le retour des manifestations non déclarées de gilets jaunes dans Paris. Deux cortèges ont battu le pavé de la capitale, confrontés à la police qui a fait plusieurs fois usage de grenades lacrymogènes. Ils ont ensuite rallié la place de la République où de nouveaux affrontements ont eu lieu.

A Amiens, où est né le président de la République, les manifestants étaient « aller chercher Macron chez lui ». 2.000 manifestants étaient présents, quelques incidents les ont opposés à la police, et plusieurs vitrines de banques et compagnies d’assurances ont été brisées. Cinq manifestants ont été arrêtés seront jugés en comparution immédiate ce lundi. Quelques incidents aussi à Toulouse où défilaient plusieurs milliers de personnes. Il y aurait eu au total 132 arrestations pour tout l’Acte 28.

Les manifestants attaquent un banque à Amiens

Conformément à sa promesse de campagne (lire notre article), Jair Bolsonaro a exigé que soit rédigé et signé l’acte d’extradition de Cesare Battisti. En amont des élections, le nouveau premier ministre fasciste avait promis de faire livrer l’ancien membre du groupe Proletari armati per il comunismo, condamné à plusieurs peines de prison à vie et réfugié au Brésil depuis 2007. Le président du Brésil Michel Temer a signé le document ce vendredi et un mandat de détention préventive a été émis jeudi soir par le juge Luiz Fux, pour éviter “une quelconque tentative de fuite”. Vendredi, la Police fédérale a débuté les recherches pour le localiser. L’homme résidait ces dernières années à Cananeia, petite ville côtière de l’Etat de Sao Paulo (sud-est).
Son avocat avait annoncé, peu avant l’annonce de la signature de l’acte d’extradition, qu’un recours avait été déposé devant la Cour suprême pour demander une révision de la décision du juge.

Cesare Battisti

Cesare Battisti

Deux personnes ont été interpellés le 12 mars à Paris et Saint-Nazaire​ pour des faits qui remontent au 16 novembre à Nantes. Ce jour-là, des affrontements avaient eu lieu lors de l’acte 53 des Gilets jaunes (voir notre article). Deux manifestants, âgés de 18 ans, sont accusés d’avoir commis des dégâts importants représentant un préjudice total de 50.000 euros. Il leur est reproché la destruction de la caméra de surveillance de la Banque de France, des incendies de containers poubelles appartenant à Nantes métropole et d’un vélo Bicloo appartenant à la société JCDecaux, la destruction du système de barriérage du parking NGE du château, la destruction d’un abribus de la Semitan, ainsi que la détérioration d’un panneau de signalisation. La police affirme les avoir identifiés par l’exploitation d’images de vidéosurveillance et des photographies diverses. Placés en garde à vue, ils auraient reconnu les faits reprochés. Ils ont été déférés vendredi en vue d’une comparution en justice en mai.

Les affrontements du 16 novembre à Nantes

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Le 17 novembre 2019, se tenait l’acte 53 des Gilets Jaunes. Au cours de cet acte des affrontements ont notamment eut lieu à Nantes et un McDonalds a été attaqué (voir notre article). Mardi 17 février 2020, la police nationale de la ville a annoncé avoir identifié le manifestant qui aurait attaqué le McDonalds et qui aurait participé aux affrontements avec la police. Cette identification a été rendue par les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux. Le militant a été interpellé à son domicile et placé en garde à vue. Il est convoqué devant les tribunaux le 14 mai. Le Secours Rouge mène depuis plusieurs année une campagne afin de responsabiliser les personnes qui prennent des photos en manifestation. Prendre des photos ou des vidéos de manière irresponsable peut en effet mettre en danger les manifestant·es. Voici le lien vers notre brochure sur la question.

Gilets Jaunes - Acte 53 - manifestation à Nantes

Samedi 16 novembre 2019, lors d’une manifestation des Gilets Jaunes à Paris, un homme a perdu un œil à cause d’un projectile tiré par un policier. Mercredi 20 novembre, il a refusé d’être auditionné par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) connue pour sa partialité et sa propension à étouffer les affaires de violences policières (voir notre article). Il demande la désignation immédiate d’un juge d’instruction compte tenu du caractère criminel de l’affaire, faute de quoi il diffusera les vidéos des responsables dans un délai d’une semaine.

Le parquet de Paris, lui aussi accusé de bloquer les dossiers de violences policières, annonce avoir ouvert une enquête pour « violences par personne dépositaire de l’autorité publique avec armes ayant entraîné une interruption temporaire de travail de plus de huit jours ». Manuel C., le Gilet Jaune éborgné, a, par l’intermédiaire de son avocat, déposé une plainte auprès du doyen des juges d’instruction pour réclamer une requalification criminelle en « violences » aggravées « ayant entraîné une mutilation permanente ». La plainte vise nommément le préfet Didier Lallement, et l’accuse de complicité pour avoir autorisé l’usage de lanceurs de grenade 56 mm. Ces lanceurs de grenades lacrymogènes, dits Cougar ou Chouka, font partie des armes de maintien de l’ordre responsables de nombreux·ses blessé·es chez les Gilets Jaunes.

Gilets Jaunes - Acte 53 - manifestation à Nantes