Le réquisitoire a été exposé lundi 20 septembre à la cours d’assises de Gênes contre les anarchistes arrêtée.e.s dans le cadre de l’opération « Prometeo » (voir notre article). Le procureur a requis 17 ans de prison pour Robert et Natascia et 18 ans et 4 mois pour Beppe ; ce deux derniers sont enfermés depuis plus de deux ans dans les prisons de Rebibbia (Rome) et de Bologne. L’accusation principale reste celle de l’article 280 du Code pénal (attentat avec finalité de terrorisme), avec le caractère répété du délit et la circonstance aggravante que les victimes sont deux procureurs et l’ancien chef de l’Administration pénitentiaire. Dans la demande de condamnation, le Parquet a omis le caractère possiblement meurtrier des colis-piégés, mais l’article 270 sexies, c’est-à-dire la conduite avec finalité de terrorisme, est maintenu. Le 27 et 28 septembre il y aura deux audiences dédiées à la défense et le tribunal y fixera la date à laquelle sera prononcée la sentence, normalement vers la mi-octobre.

Pour une solidarité financière avec les accusés:
compte n° 5333 1710 9103 5440 / titulaire : Vanessa Ferrara / IBAN : IT89U3608105138251086351095
compte n° 5333 1710 8931 9699 / titulaire : Ilaria Benedetta Pasini / IBAN : IT43K3608105138213368613377

Une perquisition de l’opération « Prometeo »

Dossier(s): Italie Tags: ,

Des affrontements ont éclaté entre la police et les agriculteurs protestataires dans l’Haryana samedi. Les paysans tentaient d’atteindre la ville de Karnal pour protester contre une réunion du BJP au niveau de l’État présidée par le premier ministre. Au moins 10 manifestants ont été blessés lorsqu’ils ont été chargés par la police. Le dirigeant du mouvement local des paysans a appelé au blocage de toutes les autoroutes de l’État pour protester contre l’usage de la force contre les agriculteurs. La circulation a été effectivement bloquée à Hisar, Jind, Bhiwani, Rohtak, Dadri, Fatehabad et Ambala. Le trafic à destination de New Delhi depuis Amritsar a été perturbé à la frontière de Shambu au Pendjab. Le trafic à destination de l’Uttar Pradesh via les villes d’Ambala et de Yamunanagar a également été impacté.

Le gouvernement du BJP et ses dirigeants, principalement au Pendjab et dans l’Haryana, ont été confrontés à la colère des agriculteurs contre les trois lois agricoles de dérégulation du marché des produits agricoles, qui ont déclenché de nombreuses protestations depuis fin novembre.

Dossier(s): Non classé Tags: ,

Des affrontements ont éclaté samedi entre paysans et policiers à Yamuna Nagar, dans l’Haryana, alors que des manifestants tentaient pour perturber une réunion du Cabinet Mool Chand Sharma. De violents affrontements ont éclaté alors que la police de l’État tentait d’empêcher les manifestants de franchir les limites autorisées. Des manifestants essayant passer avec leurs tracteurs sur des barricades de police. Les agriculteurs protestent contre trois lois libéralisant les marchés agricoles. Des manifestations de paysans ont eu lieu ces derniers mois dans plusieurs états de l’Inde ainsi que dans la capitale (voir notre article). Le gouvernement central a suspendu la mise en œuvre des lois agricoles pendant 18 mois.

Dossier(s): Inde-Népal Tags: ,

Le 28 avril 2021, le gouvernement a proposé un nouveau projet de loi renseignement, complété le 12 mai par de nouveaux articles. L’objectif premier de celui-ci sera de faire définitivement entrer dans le droit commun les mesures de l’état d’urgence débuté en 2015 ainsi que les mesures expérimentales de la loi renseignement de 2015. L’objectif secondaire sera d’inscrire dans la loi française les violations du droit européen actées par le Conseil d’État le mois dernier afin de défendre à tout prix la surveillance de masse française. Toutefois, la menace la plus grave pourrait se situer entre les lignes.

La loi interdit notamment aux services sociaux d’invoquer le secret professionnel face à des demandes des services de renseignements. Elle permet une conservation des données obtenues dans le cadre d’opération de renseignement jusqu’à 5 ans ainsi que des saisies de matériels informatiques dans le cadre de perquisitions sans mandats. La loi permet également l’espionnage des réseaux satellitaires. L’article 18 donne quant-à-lui le pouvoir à la police de brouiller les drones non-policiers, tout en renforçant l’interdiction imposée à la population de se défendre elle-même contre les drones policiers (qui ont toujours été illégaux) ou non-policiers.

Une mesure phare de la loi est l’extension de la surveillance par algorythme. Alors que les deux ou trois algorythmes déployés depuis 2017 auraient, d’après la CNIL, été restreints à l’analyse du réseau téléphonique, il s’agira pour l’avenir d’analyser aussi le réseau Internet, notamment en observant désormais les URL (les noms des pages Web consultées par potentiellement l’ensemble de la population). La quadrature du net a réalisé une analyse du texte disponible ici.

Nouvelle loi de renseignement renforçant l'espionnage de la population

Nouvelle loi de renseignement renforçant l’espionnage de la population

Mercredi 28 avril au matin, cinq anciens membres des Brigades Rouges italiennes, un ancien membre de Nuclei Armati per il Contropotere Territoriale et un de Lotta Continua ont été interpellés en France pour des actes commis dans les années 70-80, à la demande de l’Italie. Dans le cadre de la même procédure, trois autres personnes sont également recherchées.  La décision de transmettre au Parquet ces dix noms, sur les 200 personnes que réclame l’Italie à la France depuis des années, a été prise par Emmanuel Macron.

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 2019, juste avant l’acte 56 des manifestations de gilets jaunes, une patrouille de police découvre des inscriptions « ACAB ». La patrouille juge probable que ces tags soient le fait d’un homme seul à vélo. Mais dès le matin du 7 décembre, un commissaire divisionnaire obtient du parquet l’ouverture d’une enquête de flagrance. Il invoque des courriers anonymes de menaces reçus par des policiers ailleurs en France, et sur la foi d’un renseignement anonyme, il ajoute qu’un « groupe de black blocs » occuperait un dans un Airbnb de l’agglomération bordelaise à 1,5 km du lieu des tags. Ils « pourraient » donc, selon lui, « être les auteurs des dégradations et outrages commis au cours de la nuit et seraient également membres d’une association de malfaiteurs constituée en vue de commettre des exactions » contre des policiers.

Grâce à ces qualifications pénales, passibles de prison, les policiers peuvent investir l’Airbnb le 7 décembre et ils y arrêtent seize personnes. En perquisition, les policiers découvrent de l’acide chlorhydrique, du bicarbonate de soude, des clous, des bombes de peinture. Une enquête pour « association de malfaiteurs » et « dégradation de biens » est ouverte, les seize personnes sont mises en examen. Qualifiés tantôt de « black blocs », d’ »ultra-jaunes » et d’ »anarcho-libertaires », ces gardés à vue ont fait les gros titres de la presse française. Mais dans un arrêt rendu jeudi 18 mars, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bordeaux vient de déclarer cette opération de police abusive, compte tenu de la nature réelle des faits et faute d’indices suffisants pour les relier entre eux. Le tribunal ordonne l’annulation de l’ensemble de la procédure et la levée des mesures de contrôle judiciaire.

 

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Le 6 octobre 2014, après 21 jours de résistance des forces kurdes YPG/YPJ, les djihadistes de Daesh avaint réussi à pénétrer dans la ville de Kobane. Le Parti démocratique des Peuples (HDP) avait alors appelé en Turquie à manifester dans tout le pays pour dénoncer le soutien du régime turc à Daesh. Au cours des mouvements de protestation qui ont eu lieu les jours suivants, il y a eu des affrontements entre les forces de sécurité turques et les manifestants dans de nombreuses villes. Le nombre de personnes tuées, des manifestants pour la plupart, est estimé entre 46 et 53. 682 personnes ont été blessées pendant les manifestations et au moins 323 arrêtées. 108 personnes, pour la plupart des dirigeants et membres du HDP et d’organisations de la société civile kurde, sont depuis accusées de crimes terroristes. 27 personnes sont détenues dans cette affaire, dont Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ, anciens coprésidents du HDP. Six autres accusés sont sous contrôle judiciaire et 75 personnes sont recherchées.

Le parquet général d’Ankara a soumis à la Cour criminelle un acte d’accusation concernant ces 108 personnes. Il demande leur condamnation pour « atteinte à l’unité de l’Etat » et d’autres chefs d’accusation. Demirtaş est accusé d’être « le principal instigateur des incidents des 6 et 8 octobre 2014 », le procureur le tient responsable de 37 meurtres, 29 tentatives de meurtre, 3777 dégradations matérielles, 395 vols, 15 pillages, 308 intrusions dans des locaux commerciaux et résidentiels, 13 destruction du drapeau turc et de coups et blessures contre 326 membres des forces de sécurité et 435 civils.

Les anciens coprésidents du HDP Selahattin Demirtas et Figen Yuksekdag, ils sont détenus depuis novembre 2016

 

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,

Depuis des années, le collectif « Désarmons-les » mène en France un travail de documentation, de recensement et de partage de savoir autour des violences policières et des armes du maintien de l’ordre. Jeudi 3 décembre au tribunal de Montpellier, Ian, membre de ce collectif, se faisait juger sur la base d’un faux témoignage de policier. Ce dernier, après avoir maltraité une observatrice de la LDH au cours de la manifestation du 28 septembre 2019, en lui assénant des coups répétés de bouclier (affaire faisant l’objet d’une plainte à l’IGPN), s’était plaint de violences de la part de Ian, mais aussi d’outrage. Pour le déroulé des faits voir ici.
Une affaire somme toute banale qui ne laissait pas présager une condamnation aussi lourde : 8 mois de prison ferme et 600 euros au titre des dommages et intérêts pour une paume de main sur un bouclier, un outrage non caractérisé (“putes à Macron”), une de grenade lacrymogène déjà percutée emballée dans un sac en papier et un refus de prélèvement ADN. Ian a 10 jours pour interjeter l’appel, avec le risque que les institutions judiciaires engorgées de Montpellier sanctionnent cet appel d’une peine plus lourde encore.

Une image de l’arrestation de Ian

Dossier(s): France - Autres sujets Tags: