Elena, pour Elektronischer Entgeldnachweiss (attestation électronique de revenus) est le dernier projet de fichier en date en Allemagne et a été lancé le 1er janvier dernier. L’objectif avoué par le gouvernement serait de simplifier les démarches administratives et surtout le coût. Le fichier contiendra à terme (à priori en 2012) les données de près de 40 millions de salariés, qui seront chacun muni d’une carte Elena qui leur permettra d’effectuer certaines démarches sans avoir à fournir tous les justificatifs de revenus exigés aujourd’hui. Toutes ces informations seront reprises dans la puce de la carte. Toutes ces informations, mais plus encore. La tâche de la collecte a commencé et les entreprises allemandes doivent donc fournir quantité de renseignements sur chacun de leur employé. Le dossier à remplir contient 41 pages par salarié! Sont évoqués, notamment: le salaire, l’ancienneté, mais aussi le temps de grève, les rappels à l’ordre, les raisons d’un licenciement,… Bref, somme d’informations clairement nullement nécessaire à la seule simplification des démarches administratives, mais que l’on insère par la même occasion. Somme toute, un fichier des bons et des mauvais salariés qui pourra se révéler utile pour les employeurs pour qui il peut être important de connaître ce type d’information concernant un postulant, renseignements hautement confidentiels auxquels l’entreprise n’a théoriquement pas accès. Et donc une énorme menace pour le respect de la personne et des acquis sociaux.

Alors qu’elle n’avait même pas été informée qu’une procédure légale avait été engagée contre elle, la FAU-Berlin a été moralement interdite en tant que syndicat par le tribunal régional de Berlin ce 11 janvier. Engagée dans un conflit social local, ce syndicat alternatif est la victime d’un accord conclu entre Ver.di (gros syndicat allemand, qui considérait la FAU comme une concurrence ), les politiciens et les patrons afin de faire cesser ses activités. En effet, depuis plusieurs années, elle a pu démontrer qu’un syndicalisme alternatif est possible en Allemagne affirmant qu’un conflit n’est pas seulement une question de meilleures conditions de travail, mais aussi une question de liberté d’association.

Dans le contexte syndicaliste allemand actuel, où le DGB (organisme des syndicats majoritaires) détient un quasi-monopole, cette décision judiciaire montre à quel point ce puissant monopole est effrayé de l’émergence de l’auto-organisation et de la décentralisation des actions des travailleurs. La décision du tribunal, sans même qu’aucune audition ne soit menée, a donc interdit la FAU de travailler en tant que syndicat. Et comme elle fera jurisprudence, elle affectera l’ensemble du mouvement syndicaliste allemand, car quelle que soit la forme prise par un syndicat alternatif, ce précédent le rendra impuissant.

Dimanche 10 janvier 2010 a eu lieu à Berlin la manifestation annuelle en l’honneur de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht, les cofondateurs du parti communiste d’Allemagne (KPD) assassinés le 15 janvier 1919. L’hommage à Luxembourg et Liebknecht relie la gauche anticapitaliste allemande à son histoire. Malgré les conditions climatiques difficiles, plus de 9.000 personnes sont venues manifester. Une délégation portait une banderole exigeant spécifiquement la libération des prisonniers d’Action Directe.

Calicot pour les prisonniers d'AD

Calicot pour les prisonniers d’AD

Engagé dans un conflit social local dans une chaîne de cinéma de la ville de Berlin, la FAU-AIT (Free Worker Union) s’est vue interdite d’utiliser le terme ‘syndicat’ pour se définir. Depuis plus d’un an, elle menait une campagne pour l’amélioration des conditions de travail des employés de ce cinéma, qui reçoit des subventions publiques mais n’offre pas un salaire décent à ses employés et ignore le droit des salariés. Face à la persistance des militants à se faire entendre, la direction a finalement obtenu l’interdiction de facto de la FAU Berlin dans un arrêt rendu par la Cour du District. Si la décision du tribunal devait être maintenue, cela rendrait impossible de fonder et de construire en Allemagne des syndicats reconnus juridiquement, le statut dépendant à priori de la reconnaissance de la justice. De plus, en tant que précédent, cet arrêt va nuire à tout mouvement syndical et aux droits des salariés. Le patron pourrait donc lui-même choisir le syndicat dans son entreprise, mais aussi définir ce qu’est un syndicat…

C’est pour protester contre cette interdiction et toutes ses conséquences que plus de 300 personnes se sont rassemblées ce samedi à Berlin, encadrée par une horde de policiers. Les slogans lancés visaient non seulement la décision du tribunal, mais aussi le rôle joué par le gouvernement local et le syndicat réformiste Ver.di, qui ont soutenu la direction du cinéma dans son action contre la FAU.

Manifestation de soutien à la FAU Berlin

Manifestation de soutien à la FAU Berlin

Le mois passé à Berlin, une quarantaine des personnes manifestent contre l’expulsion du 183 Brunnenstrasse, survenue deux jours plus tôt. Un manifestant, Mauro, est arrêté et accusé d’avoir lancé une bouteille sur les flics. Il est à présent en détention préventive à la prison de Moabit. Entre autres choses, Mauro n’habite pas principalement en Allemagne. Pour cela, les juges disent qu’il risque de fuir à l’étranger, ce qui leur donne un bon prétexte pour l’incarcérer. On peut écrire à Mauro, en anglais et en italien:

-Mauro Salzano
-3155/09/3
-c/o JVA Moabit
-Alt-Moabit 12a
-10559 Berlin
-Allemagne

Dossier(s): Allemagne Archives Tags: ,

La FAU-AIT (Free Worker Union) de Berlin mène depuis plusieurs mois une campagne active dans une chaîne de cinémas de la ville. Elle a notamment travaillé à la réintégration d’une de ses militants licencié. Le conflit avec l’entreprise portait également sur les conditions de travail, l’arrêt du travail bénévole, les salaires et la régularisation des travailleurs temporaires. Face à la résistance acharnée des employés qui dure depuis presque un an, la direction a décidé d’employer les grands moyens. Soutenue dans ce conflit par le gouvernement local de Berlin ainsi que par un syndicat réformiste local, elle a carrément obtenu l’interdiction pour la section de la FAU de Berlin d’utiliser le terme ‘syndicat’. Tout individu qui s’y risquerait pourrait se voir attribuer une amende de 250.000€. De fait, l’union syndicale se trouve donc interdite. Le secrétaire de la FAU Berlin a réagi à cette décision en dénonçant la liberté d’association des travailleurs. Si cette décision devait être confirmé (la FAU a interjeté appel), elle constituerait une attaque contre toute forme indépendante d’organisation de base du peuple.

Des bureaux et des véhicules de la police et de la douane allemande ont été pris pour cibles par des inconnus dans la nuit de jeudi à vendredi à Hambourg et Berlin, ont indiqué des porte-parole des services de police.

A Hambourg, dans la nuit de jeudi à vendredi, dix personnes cagoulées ont incendié deux véhicules de police garés devant le commissariat du quartier de Schanzenviertel et lancé trois cocktails Molotov, deux bouteilles de peinture et des pierres sur le commissariat et sur des officiers qui en sortaient. Deux véhicules de la douane locale ont également été incendiés dans le Schanzenviertel.

Dans la capitale, dans le quartier de Treptow, des inconnus ont lancé pendant la même nuit deux sacs de peintures et un cocktail Molotov,contre un bâtiment appartenant à la police criminelle fédérale allemande (BKA). A chaque fois des clous ont été semés sur la route pour empêcher d’être poursuivis par la police. La nuit de vendredi à samedi, c’étaient deux limousines et une agence de la Deutsche Bank qui étaient attaquées à Berlin.

Action contre la police à Hambourg

Action contre la police à Hambourg

Dossier(s): Allemagne Archives Tags:

A l’aube du 16 novembre, Tobias a été arrêté par des flics en civil, accusé d’être un des responsables des nombreuses attaques incendiaires contre des voitures de luxe ou de société. Il a été incarcéré deux jours plus tard à la prison de Moabit. Rappelons que ces attaques continuent à un rythme élevé à Berlin et dans d’autres villes allemandes (sur la photo, une Opel de la police incendiée à Berlin mercredi 25).

Incendie de voiture de luxe

Incendie de voiture de luxe

Lui écrire:

-Tobias Poge
-Ecrou 3054/09/1
-JVA Moabit
-Alt Moabit 12A
-10559 Berlin Deutschland

Le blog de soutien

Le blog sur les actions directes en Allemagne

Dossier(s): Allemagne Archives Tags: ,

Le 15 octobre, Sonja Suder, 76 ans, et Christian Gauger, 68 ans, se sont vu notifier le décret d’extradition les concernant, signé quatre mois plus tôt, en juillet, par le premier ministre François Fillon. L’Allemagne a réclamé l’extradition de ce couple réfugié en France depuis 31 ans, qu’elle soupçonne d’avoir fait partie des Cellules Révolutionnaires (RZ), une organisation de guérilla anti-impérialiste aujourd’hui disparue mais active dans les années ’70-’90. Mais en France, fait inhabituel, Sonja Suder et Christian Gauger ont été jugés deux fois en sens opposé.

Ils ont été interpellés une première fois par les renseignements généraux dans le 11e arrondissement de Paris, le 16 janvier 2000. Le sort du couple, placé sous écrou extraditionnel le 18 janvier 2000, et libéré trois jours plus tard sous contrôle judiciaire, est alors examiné par la cour d’appel de Paris, qui conclut, le 28 février 2001, à l’irrecevabilité de la demande d’extradition. Les faits qui leur sont reprochés remontent à plus de trente ans et sont, en France, prescrits. Remis en liberté, le couple sort de la clandestinité, quitte Lille où il résidait et s’installe à Saint-Denis, en région parisienne.

Mais le 30 octobre 2007, le couple est de nouveau interpellé, cette fois à la sortie de son domicile. De nouveau placés sous écrou extraditionnel, Sonja Suder et Christian Gauger sont libérés le 28 novembre 2007. Le Land de Hesse est en effet revenu à la charge sur sa demande d’extradition en mettant en avant la convention de Dublin de 1996, qui lie les Etats membres de l’Union européenne, et stipule, article 8, que ‘l’extradition ne peut être refusée au motif qu’il y a prescription de l’action ou de la peine, selon la législation de l’Etat membre requis’. Cette convention est entrée en application en France en juin 2005. Du coup, la cour d’appel de Paris s’est prononcée, le 25 février dernier, en faveur de l’extradition des deux Allemands, – en totale contradiction avec son premier arrêt. ‘Cette convention de Dublin n’est jamais entrée en vigueur en France, a déclaré leur avocate. Et en droit français, les seuls faits imprescriptibles sont les crimes contre l’humanité.’ L’affaire est aujourd’hui devant le Conseil d’Etat.

Logo des RZ

Logo des RZ

Dossier(s): Allemagne Archives Tags: ,