Lynne Stewart est une femme de 70 ans, activiste et avocate. Jeune femme blanche, elle s’est engagée pour les pauvres et la communauté noire, devenant avocate spécialisée dans la défense des droits civils. Jeudi, le 19 novembre, le Juge John G. Koeltl a ordonné à Lynne Stewart, avocate spécialisée dans la défense des droits civils et militante de longue date, de se présenter immédiatement pour être incarcérée. Condamnée à 28 mois de prison le 16 octobre 2006 pour conspiration et soutien matériel au terrorisme, Lynne Stewart était en liberté conditionnelle.

La justice américaine s’est intéressée au cas de Lynne Stewart seulement après le 11 septembre 2009. Elle lui reproche d’avoir contrevenu aux mesures administratives spéciales (Special Administrative Measures, SAM) du bureau américain des prisons (US Bureau of Prisons). Elle avait été obligée de signer ces mesures pour pouvoir défendre le Cheik Omar-Abdel Rahman. Les SAM sont pourtant inconstitutionnels: elles violent le Premier Amendement ainsi que le Sixième Amendement de la Constitution américaine selon lequel, tout accusé a droit à un avocat et à être jugé par un jury d’État impartial dans l’État même où le crime a été commis et seulement pour ce crime.

L’Administration Clinton n’a pas considéré Lynne Stewart comme une terroriste et une traître. À l’époque, son cas a simplement été considéré comme une faute administrative. Lynne Stewart a reçu une lettre à cet effet, et n’a pas pu rendre visite à son client pendant quelque temps. Puis, elle a pu reprendre ses visites au Cheik en prison et poursuivre son travail d’avocate. Ce n’est que le 9 avril 2002 qu’elle a été arrêtée à son domicile par le FBI, quelques mois après les évènements du 11 septembre 2001 et dans un climat d’hystérie collective. Le soir de son arrestation, John Ashcroft, ministre de la Justice des États-Unis, est allé à l’émission populaire de David Letterman, Late Night Show, et a déclaré à toute l’Amérique que Lynne Stewart était une traître à la nation.

Dans sa conférence de presse du 17 novembre, elle a dit être trop âgée pour pleurer, mais que cela faisait trop mal pour ne pas pleurer. Elle a également mis en garde les autres avocats de la défense: ‘C’est un avertissement pour les autres avocats. [Le gouvernement leur envoie le message] Ne défendez pas vos clients avec trop de vigueur, ne faites pas de zèle‘.

Lynne Stewart

Lynne Stewart

Cela fait maintenant plus de 25 ans que Mumia Abu Jamal, journaliste et fondateur de la section du Black Panther Party de Philadelphie se trouve dans le couloir de la mort. Accusé et condamné pour le meurtre d’un officier de police dans une parodie de procès en 1982, il clame depuis son innocence. En 2001, la sentence de mort a été provisoirement écartée (notamment grâce à de nombreux témoignages), mais il est toujours considéré comme coupable. Sous peu, la Cour Suprême des Etats-Unis doit se prononcer sur un recours du Ministère Public demandant la requalification de la suspension de la peine de mort en feu vert pour l’exécution. Les manifestations de soutien dans l’attente de cette décision extrêmement importante se multiplient, mais les contre-attaques de ses opposants également. Lors de sa campagne électorale au poste de procureur de Philadelphie, le candidat noir Seth Williams a déclaré ‘avoir étudié le cas Mumia’ et qu’il le ferait exécuté lorsqu’il serait élu.

D’autre part, le 9 décembre prochain (date de la mort de l’officier de police et de l’arrestation de Mumia) sortira le film ‘Barrel of a Gun’ de Tiger Hill, cinéaste afro-américain. Il propose un scénario volontairement provocateur selon lequel Mumia aurait délibérément préparé l’assassinat. Cette version a déjà été saluée par Joseph McGill, procureur lors du procès en 1982, qui se dit ‘impatient de voir le film’ et ‘confiant dans l’analyse de Tiger Hill et sa recherche vraiment authentique de la vérité’.

Ce sont pas moins de 25.000 lettres appelant à une enquête juste dans l’affaire Mumia Abu-Jamal qui ont été déposées ce 12 novembre au département de la Justice à Washington en marge d’une manifestation de solidarité avec le prisonnier afro-américain. Cela fait maintenant plus de 28 ans que le journaliste militant, ancien membre du Black Panther Party se trouve dans le couloir de la mort, victime d’un procès niant tous ces droits civils. Ces lettres, destinées au Ministre de la Justice au nom de Mumia mettent en évidence qu’en cachant un grand nombre de preuves, toutes les cours américaines, locales, de l’état et fédérales ont violé leurs propres lois afin qu’il soit maintenu dans le couloir de la mort. Ces courriers font suite à l’élection récente de Seth Williams à la tête du district de Philadelphie, se dernier plaidant pour la réaffirmation de la peine de mort dans l’affaire Abu-Jamal. En reflet de la campagne de solidarité internationale qui se développe, les organisateurs ont constaté que les signataires provenaient de multiples pays d’Europe, d’Amérique du Sud ainsi que de tous les états des USA, revendiquant tous l’arrêt d’une justice à double face et un nouveau procès, équitable cette fois, pour Mumia Abu-Jamal.

Marche pour Mumia Abu-Jamal

Marche pour Mumia Abu-Jamal

Le 13 octobre dernier, trois des ‘5 cubains’ condamnés à la perpétuité en 2001 pour avoir infiltré le milieu contre-révolutionnaire cubain de Miami, comparaissaient afin d’obtenir une réduction de peine. Le gouvernement cubain exigeait également leur libération, les cinq hommes étant chargés d’enquêter et de découvrir les terroristes d’extrême droite qui voulaient attaquer Cuba, et non d’espionner les USA. Pourtant, les cinq, arrêtés en 1998 ont été déclarés comme ayant agis en tant qu’agents étrangers non-déclarés et de conspirer pour commettre des crimes contre les USA dans un jugement violant les normes internationales d’un procès adéquat selon le Groupe de Travail de l’ONU sur les Détentions Arbitraires.

Finalement, la juge de la Cour Fédérale de Miami a remplacé la condamnation a perpétuité contre Antonio Guerrero par une peine de 262 mois, ou presque 22 ans de prison, ce qui signifie qu’il sera libéré dans sept ans, compte tenu de son incarcération depuis son arrestation en 1998 et d’une réduction de peine pour son bon comportement en prison. L’audience de la sentence pour les deux autres condamnés a été prorogée

Le 24 septembre, un assistant social anarchiste avait été arrêté lourdement armé dans une chambre de motel de Pittsburgh par le FBI. Les policiers l’accusaient d’écouter les communications de la police sur un scanner pour les communiquer sur Twitter et ainsi informer en temps réel les manifestants anti-G20. Une semaine plus tard, le Joint Terrorism Task Force (une force conjointe du FBI et des polices locales), muni d’un mandat de perquisition et soutenu par un jury d’accusation fédéral a investit la maison communautaire où habite l’activiste. Les policiers ont saisit des ordinateurs, cartes mémoire, livres, masques anti-poussière, autocollants et affiches politiques. Ceci dans le but de prouver que l’assistant social de 41 ans avait violé la loi fédérale anti-émeute – ce qui peut lui valoir cinq ans en prison. L’activiste a entamé des démarches légales et soutient que les autorités ont violé la Constitution américaine. Un Juge régional à Brooklyn doit se prononcer sur la légalité de la recherche et a en attendant ordonné au gouvernement de s’abstenir d’examiner le matériel saisi.

Lire le dossier complet de cette affaire (en anglais)

A Guantanamo comme en Irak ou en Afghanistan, l’administration Bush a institutionnalisé la torture. Ses juristes ont tout fait pour s’exonérer des conventions de Genève et du droit de la guerre. Du 19 octobre au 19 décembre, Mediapart diffuse l’enquête exclusive de la journaliste Marie-Monique Robin. Un documentaire de 85 minutes que vous n’avez pas pu voir à la télévision.

Voir le reportage

In-Q-Tel, la branche d’investissement de la CIA et de la communauté des services de renseignement US, investit dans Visible Technologies, une société de logiciels qui se spécialise dans le contrôle de réseaux sociaux. Cet investissement fait partie d’une grande tendance des services d’espionnage pour améliorer l’utilisation des ‘renseignements open source’ – des renseignements disponibles au public, mais souvent noyés dans le flot d’émissions de télévision, d’articles de presse, des posts de blogs, des vidéos en ligne, etc.

Visible Technologies surfe sur plus d’un demi-million de sites par jour, examinant plus d’un million de posts et de conversations ayant lieu sur des blogs, des forums en ligne, Flickr, YouTube, Twitter et Amazon. Il ne touche pas de réseaux sociaux fermés comme Facebook à l’heure actuelle. Ses clients reçoivent des dossiers personnalisés basés sur une série de mots-clés, en temps réel, sur ce qui est dit sur ces sites. Pour le trust agro-alimentaire Hormel, Visible Technologies suit à la trace les activistes de droit des animaux qui font des campagnes en ligne contre la société spécialisée dans les produits carnés.

Visiter le site de la société Visible Technologies

Depuis le 13 octobre, 3 des ‘5 cubains’ emprisonnés depuis douze ans pour avoir infiltré le milieu contre-révolutionnaire cubain de Miami dans le but de prévenir des attentats à Cuba, assistent aux audiences au cours desquelles pourraient être modifiées leurs peines. Ils avaient été condamnés à de très lourdes sentences en 2001 par un tribunal de Miami. Leur procès avait eu lieu dans un climat d’intimidation permanent entretenu par l’extrême droite cubano-américaine de la ville. De plus, mis au secret pendant 17 mois, les accusés n’avaient pas pu préparer correctement leur défense. En 2005, le Groupe de travail sur les détentions arbitraires des Nations Unies a qualifié d’arbitraire leur détention. Après de multiples appel, notamment devant la cour plénière d’Atlanta qui ratifia le jugement de 2001 à Miami, un nouvel appel a été introduit pour que soient revues les peines. Le procès a donc repris ce 13 octobre.

Le directeur du renseignement US, l’amiral Dennis C. Blair, a révélé que l’actuel budget annuel pour la ‘communauté du renseignement’ (16 agences employant 200.000 personnes à travers le monde, incluant des contractuels de l’entreprise privée) se chiffre à 75 milliards de dollars. En dévoilant une version non classifiée de la Stratégie de renseignement national (National Intelligence Strategy, NIS), l’amiral Blair soutient qu’il cherche à abolir ‘cette vieille distinction entre le renseignement militaire et non militaire’, et les ‘centre de fusion’ semblent être un outil privilégié pour ce faire.

Depuis le 11 septembre 2001, le gouvernement fédéral a encouragé la croissance explosive des centres de fusion. 70 ‘centres de fusion’ combinent l’armée, le FBI, la police d’État et d’autres services. Ces institutions hybrides ont élargi la collecte d’informations et les pratiques de partage à une grande variété de sources, incluant les bases de données commerciales, entre les autorités policières locales et étatiques, le secteur privé et les agences fédérales de sécurité, y compris le renseignement militaire. Toutefois, les ‘centres de fusion’ se sont rapidement métamorphosés en galeries marchandes de sécurité nationale, où les officiels surveillent les activistes de gauche et les militants écologistes, considérés comme une menace à l’ordre existant. La présence d’analystes du renseignement militaire dans les ‘centres de fusion’ est un moyen pour l’Armée US d’éviter des restrictions empêchant l’armée d’espionner la population

Depuis sa défaillance de 2002, le US Northern Command (USNORTHCOM) et les attirails de renseignement militaire qui y sont rattachés, tels que la Defense Intelligence Agency (DIA) et la défunte Counterintelligence Field Activity (CIFA), ont participé à de vastes opérations de surveillance chez les groupes antiguerre et d’autres groupes d’activistes, en se connectant aux bases de données commerciales et à celles du Pentagone dans une quête de ‘profils suspects’. Dans leur état actuel, les ‘centres de fusion’ sont des entités oeuvrant sans supervision appropriée et ont été impliqués dans des violations flagrantes de droits civiques, comme la compilation de dossiers de sécurité nationale ayant fait atterrir des militants sur diverses listes de surveillance de ‘terroristes’. L’an dernier quelques militaires, incluant le cofondateur du Los Angeles County Terrorist Early Warning Center (LACTEW) ont volé des dossiers secrets du Strategic Technical Operations Center (STOC). Les fichiers volés comprenaient des dossiers de surveillance sur la communauté musulmane et sur des militants antiguerre du sud de la Californie. Prétendant agir pour des ‘motifs patriotiques’, ces militaires ont partagé cette information classifiée sur le contre-terrorisme avec des entrepreneurs privés dans l’espoir d’obtenir un futur emploi.

Une autre affaire emblématique de la coopération étroite entre les ‘centres de fusion’ et le renseignement militaire est le cas d’un agent civil contractuel qui travaillait pour l’unité de protection des forces de Fort Lewis. En juillet, il a infiltré et espionné le groupe antiguerre Olympia Port Militarization Resistance et partagé cette information avec la police. Depuis 2006, le groupe a organisé des manifestations aux ports Washington et a cherché à empêcher l’envoi de cargaisons militaires en Irak.

Des firmes comme Science Applications International Corporation (SAIC), The Sytex Group et Operational Applications Inc. placent régulièrement des opérateurs au sein du renseignement militaire et des ‘centres de fusion’ civils à un prix élevé. On se demande si ces placements ne sont pas simplement une preuve de corruption, mais qu’ils sont plutôt ‘conçus pour échapper à une multitude de lois sur la surveillance’ durement gagnées s’appliquant à l’armée et à la police, mais pas aux agents contractuels. Les rapports de 2007 et 2006 de l’American Civil Liberties Union (ACLU) sur les abus des ‘centres de fusion’, dénoncent le renversement des lois sur la surveillance, lesquelles ne s’appliquent pas au mercenaires contractuels des entreprises privées. La CIA a dépensé de 50 à 60 pour cent de son budget pour des entreprises de contractuels à but lucratif, ou environ 2,5 milliards par an, et le nombre de ses employés à contrat excède maintenant les effectifs à temps plein de l’agence qui sont de 17.500.