Jeudi dernier, des guérilleros des FARC ont attaqué deux tours électriques dans le département de Caqueta dans le sud de la Colombie. Très tôt dans la journée de samedi, ils ont fait exploser l’autoroute Pan-American entre les villes de Cali et de Popayan. L’armée a déclenché une vaste opération dans le nord du département de Cauca afin de retrouver les guérilleros responsables de ces deux offensives.

Alfonso Cano (photo), le dirigeant suprême des FARC, a été condamné par contumace à 40 ans en prison pour la mise à mort de cinq policiers et de un civil à un barrage routier entre Bogota et Choachi, entre le 27 et 30 mai 1995. Une Cour criminelle de Bogota a condamné Cano et cinq autres membres de la guérilla pour cette affaire: Rodrigo Londoño Echeverry, Henry Castellanos Garzon, Luciano Marin Arango et deux guéruilleros connus sous les pseudonymes de « Timochenko » et d' »Ivan Marquez ».

Alfonso Cano, principal dirigeant des FARC

Alfonso Cano, principal dirigeant des FARC

La manifestation hebdomadaire en soutien aux prisonniers mapuches grévistes de la faim s’est tenue ce vendredi après-midi devant l’ambassade du Chili à Bruxelles. Les militants y ont affirmé leur solidarité avec tous les prisonniers politiques du régime chilien et ont dénoncé la loi antiterroriste qui vise plus particulièrement la communauté Mapuche. C’est également contre cette loi qu’une trentaine de prisonniers mapuches ont entamé il y plus de quinze jours une grève de la faim. Le Secours Rouge a assuré une présence solidaire lors de ce rassemblement, qui se reproduira vendredi prochain, toujours devant l’ambassade du Chili (106 rue des Aduatiques à Etterbeek – métro Montgomery) de 17h à 18h.

Trois militaires ont été la cible de tirs nourris de guérilleros des FARC alors qu’ils se trouvaient dans un cabaret dans la commune de Chaparral, dans le sud du pays. Tous trois sont décédés et les guérilleros ont pu disparaitre. Au même moment, deux engins ont explosé à différents endroits de la localité, sans faire de dégâts ni de victimes.

Trente prisonniers politiques mapuches détenus au Chili ont entamé une grève de la faim afin de dénoncer la loi antiterrorise à laquelle ils sont soumis. Cette loi, héritage du régime pinochétiste, est essentiellement appliquée dans les conflits politiques entre le gouvernement et les communautés mapuches. Cette loi entraîne des peines jusqu’à trois fois supérieures aux peines de droit commun et permet notamment que des civils soient jugés par des tribunaux militaires utilisant des ‘témoins sans visage’.

Une manifestation en soutien aux grévistes de la faim ainsi qu’en solidarité avec tous les prisonniers politiques de l’Etat chilien, pour l’abrogation de la loi antiterroriste et le respect des droits des peuples indiens se tiendra tous les vendredis à 17h devant l’ambassade du Chili, 106 rue des Aduatiques à Etterbeek (métro Montgomery). Le premier rassemblement a eu lieu cet après-midi. Notre Secours Rouge y a apporté une présence solidaire.

Le Ministère de l’Intérieur paraguayen a déclaré que des policiers ont tué Severiano Martinez, le dirigeant de l’Armée du peuple paraguayen interdite (Ejército del Pueblo Paraguayo, EPP), pendant une fusillade dans la région du Chaco mercredi. Avec cinq mandats d’arrêt publiés contre lui, Martinez était une des personnes les plus recherchées du pays.

Severiano Martinez (EPP)

Severiano Martinez (EPP)

Les médias colombiens rapportent que deux attaques distinctes ont eu lieu ce jeudi contre des membres des forces armées dans le centre du pays. Le premier incident a eu lieu au nord-ouest du département d’Antioquia alors que des soldats et des policiers patrouillaient pour désamorcer une bombe dont ils supposaient qu’elle avait été posée par les FARC. Un soldat est mort et six autres ont été blessés par l’explosion d’une mine dans la zone qu’ils ratissaient. La seconde attaque s’est tenue dans la région de Bajo Cauca. Selon la police, deux personnes et quatre guérilleros ont été tués au cours de l’offensive des FARC.

Une bombe artisanale faite à partir bombonne de gaz réservoir a explosé mardi avant l’aube devant l’école de police dans la ville Cipoletti, dans le sud de l’Argentine, tuant un ouvrier municipal du service de nettoyage. Un ratissage du secteur après l’explosion a permis à la police de découvrir et de désamorcer une bombe identique posée devant les bureaux de la société Telefonica.

Bombe à l'école de police de Cipoletti

Bombe à l’école de police de Cipoletti

Dossier(s): Amérique Latine Archives Tags: