Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Le nombre de demandes d’asile a augmenté de 19% l’an dernier par rapport à 2017, influencé notamment par une hausse des demandes introduites depuis l’été dernier par des Palestiniens, a indiqué jeudi la ministre en charge de l’Asile et la Migration Maggie De Block. En 2018, les demandes ont majoritairement été introduites par des personnes en provenance de Syrie (3.702), de Palestine (2.468), d’Afghanistan (2.030) et d’Irak (1.758).

Vu la hausse depuis l’été dernier du nombre de demandes introduites par des Palestiniens, le Commissariat général aux Réfugiés et Apatrides a adapté ses directives début décembre, faisant que ces personnes ne sont désormais plus reconnues automatiquement. Maggie a aussi demandé au CGRA s’il est possible de révoquer le statut de réfugié des personnes originaires de Gaza. Des milliers de personnes ont manifesté ce samedi après-midi à Bruxelles pour une justice migratoire.

La manifestation de cet après-midi à Bruxelles

La manifestation de cet après-midi à Bruxelles

Roger B., un quinquagénaire liégeois qui travaillait chez Intradel et était mobilisé parmi les Gilets Jaunes depuis le début des actions a été tué la nuit dernière sur un barrage qui filtrait l’autoroute E25 en direction de Maastricht, à Visé en Province de Liège. Un poids lourd, apparemment immatriculé aux Pays-Bas, a forcé le barrage et renversé Roger, le tuant sur le coup. Il semblerait que la police ait d’abord demandé au chauffeur de quitter les lieux et de s’arrêter plus loin pour “éviter un lynchage”. Le chauffard en a profité pour prendre la fuite. Une trentaine de Gilets Jaunes étaient présents sur le barrage qui s’est poursuivi dans la soirée. Un rassemblement de soutien aura lieu à 14h à la gare de Liège-Guillemins. Roger est le premier Gilet Jaune à être tué en Belgique.

Roger B.

Roger B.

Le premier procès d’un manifestant du mouvement des “gilets jaunes” à Charleroi avait lieu mercredi devant le tribunal correctionnel. Le prévenu, âgé d’une cinquantaine d’années, avait été arrêté le 27 novembre de l’année dernière pour des propos tenus sept jours plus tôt dans une interview télévisée accordée à la RTBF. Il est poursuivi pour incitation à la violence.

Lors d’une manifestation de “gilets jaunes” rassemblés près de l’usine Total à Feluy, le 20 novembre 2018, avait déclaré aux journalistes: “Faut nous aider ou alors on va s’aider nous-mêmes. On n’a que ça à faire. C’est foutre le feu à tout, tout casser pour qu’ils comprennent”. Pour ces propos, il avait été interpellé à son domicile de Manage et placé pendant 24h00 en garde à vue. Son procès, qui fait l’objet d’une procédure accélérée, se tenait ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Le jugement est attendu le 6 février prochain.

Gilets jaunes à Feluy

Gilets jaunes à Feluy

Jeudi 10 janvier, le gouverneur du Hainaut décrétait une interdiction des rassemblements de plus 5 personnes à hauteur des postes frontières de la province. Cette mesure vise à contre-carrer les actions des Gilets Jaunes qui continuent aux fil de semaines. Un arrêté similaire avait déjà été pris fin décembre mais n’avait pas empêché des actions de se tenir (voir notre article).

Des gilets jaunes nassés à Bruxelles le 30 novembre 2018

Des gilets jaunes nassés à Bruxelles le 30 novembre 2018

À la veille de la grève nationale de 2016, Peter Terryn avait publié une sérigraphie sur son profil Facebook. C’était une photo des voies ferrées qui menait au camp de concentration d’Auschwitz. Un texte expliquait également en détail comment arrêter le trafic ferroviaire de manière simple (voir notre précédent article). Selon le procureur général, cela a créé une situation potentiellement dangereuse. “En expliquant la technique, les trains devraient subitement freiner ou même procéder à un freinage d’urgence”.

La défense de Peter Terryn avait demandé l’acquittement car aucun incident s’est produit, aucun train a été impliqué, et parce que les informations fournies dans la sérigraphie n’étaient en aucun cas secrets: elles peuvent se trouver également dans tous les moteurs de recherche. Le tribunal n’a pas suivi ce raisonnement et l’a condamné à six mois avec sursis de cinq ans et à une amende de 800 euros.

Peter Terryn devant le tribunal de Malines

Peter Terryn devant le tribunal de Malines

Un rassemblement pour la libération de Inan Dogan (révolutionnaire d’origine kurde et réfugié en Belgique arrêté en Allemagne sur demande de la Turquie), a réuni quelques solidaires devant l’Ambassade d’Allemagne à Bruxelles ce mercredi (voir photo). Un nouveau rassemblement aura lieu ce vendredi 11 janvier de 11h à midi, toujours devant l’ambassade allemande, Rue Jacques de Lalaing 8, à Bruxelles.

Devant l'ambassade d'Allemagne à Bruxelles

Devant l’ambassade d’Allemagne à Bruxelles

Une soixantaine de personnes ont manifesté ce 9 janvier devant le Consulat de France, répondant à l’appel du Mouvement des Femmes Kurdes d’Europe et de l’Union des Femmes Socialistes (SKB). Sakine, Rojbin (Fidan) et Leyla sont trois militantes kurdes, exécutées à Paris dans une opération orchestrée par les services secrets turcs (MIT). L’assassin est mort en prison d’une légionellose quelques semaines avant la date prévue du début de son procès. Le début du procès avait été retardé plusieurs fois. Cinq ans après ces assassinats, ni exécutants ni commanditaires n’ont été inquiétés alors que la responsabilité turque est avérée et reconnue.

Après avoir scandé “Justice pour Sakine, Rojbin et Leyla”, “Erdogan assassin, Macron complice” et “Jin Jiyan Azadi” (“Femme Vie Liberté”), deux interventions ont été faites au micro, la première du mouvement kurde et la seconde du Secours Rouge. Notre intervention a rappellé la connivence entre les autorités européennes et impérialistes avec le régime turque et réaffirmé la solidarité du camp révolutionnaire européen avec la résistance kurde, dont le PKK.

Une grande manifestation aura lieu à Paris ce samedi pour commémorer les 5 ans de cette exécution. Des délégations du Secours Rouge International seront présentes.

60 manifestants pour Sakine, Rojbin et Leyla

60 manifestants pour Sakine, Rojbin et Leyla

Mobilisation à Paris

Mobilisation à Paris

Inan Dogan est un militant communiste kurde originaire de Dersim et habitant à Liège, il est réfugié depuis 2010 en Belgique. Il a été arrêté en Allemagne ce 15 décembre en vertu d’un mandat Interpol demandé par la Turquie, alors qu’il se rendait aux mobilisations de solidarité pour Musa Asoglu à Hambourg. La Turquie l’accuse d’appartenir au DHKP-C (Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple). Le 18 décembre il a été présenté devant le juge qui a décidé de le garder en détention pour quatre mois, alors que la Turquie doit transmettre son dossier d’accusation dans les 40 jours. Inan Dogan a commencé une grève de la faim dès son arrestation.

Rassemblements ce mercredi et ce vendredi à 11 heures devant l’ambassade d’Allemagne, rue Jacques de Lalaing 8/14, 1040 Bruxelles (métro Maelbeek)

.

.

Il y a 17 ans, le 11 janvier 2002, une base militaire américaine à Cuba fut transformée en prison. La prison de Guantanamo Bay, fut établie hors du territoire des États-Unis, dans une zone coloniale où les lois nationales et les conventions humanitaires internationales ne s’appliqueraient pas. Dès juillet 2004, des inspecteurs de la Croix Rouge dénoncent les mauvais traitements infligés aux prisonniers, mais ce n’est qu’en décembre 2014 qu’une commission du sénat américain sort un rapport accablant sur le programme d’interrogatoire et de torture de la CIA à Guantanamo.

À partir de 2007, le sénateur Barack Obama propose de fermer Guantanamo. Élu président, il signe, le 22 janvier 2009, un décret pour fermer la prison dans l’année. Il remplace la pratique d’enlèvements vers Guantanamo (sans la fermer la prison) par des exécutions extra-judiciaires au moyen de drones. Aujourd’hui, non seulement des dizaines de détenus sont toujours à Guantanamo mais une proposition va être soumise au Congrès américain pour financer la construction de trois nouvelles ailes de la prison.

Ce vendredi 11 janvier, à Bruxelles, un rassemblement fera écho à la manifestation de de Washington et d’autres villes du monde pour exiger la fermeture de Guantanamo. Les organisateurs demandent de porter un vêtement orange, couleur symbole des détenus de Guantanamo. Rassemblement en face de l’ambassade des USA 27 boulevard du régent (côté opposé de la rue) Métro Arts-Loi, vendredi 11 janvier de 17H00 à 19H00.

Rassemblement à Washington

Rassemblement à Washington

Aujourd’hui quatre Gilets Jaunes comparaîtront devant le tribunal correctionnel (francophone) de Bruxelles. Trois d’entre elles sont suspectées d’avoir participé aux affrontements lors de la manifestation du 30 novembre (voir notre article). Le quatrième a quant-à-lui été interpellé le 8 décembre dans le cadre d’un deuxième rassemblement (voir notre article). L’un d’entre eux est accusé de rébellion et coups et blessures volontaires infligées à un agent de police. Les autres sont accusés d’avoir jeté des pierres vers la police.

Arrestation lors d'une manifestation des gilets jaunes à Bruxelles (archive)

Arrestation lors d’une manifestation des gilets jaunes à Bruxelles (archive)