Aujourd’hui, le personnel de la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) s’est mis en grève afin de protester contre les risques sanitaires crées par la reprise économique dans le cadre du déconfinement. La limitation du nombre d’usagers par transport n’est, en effet, plus d’application depuis aujourd’hui afin de permettre à un maximum de personnes de se rendre au travail. La distanciation sociale n’y est donc plus respectée dans les transports et il arrive que 90 personnes s’y côtoient en même temps. En l’absence de mobilisation syndicale, le personnel a décidé d’invoquer son “droit de retrait”, un droit qui permet de quitter son poste en cas de “danger grave et imminent”, sans crainte d’être licencié. Il n’avait jamais été utilisé dans l’histoire de la Belgique.

Le personnel de la STIB en grève contre le déconfinement prématuré

Le personnel de la STIB en grève contre le déconfinement prématuré

Le tracing sera complètement opérationnel demain lundi. Il sera confié à des call-center privés ou semi-privés qui auront pour mission de contacter les personnes infectées et d’identifier avec qui elles ont été en contact dans les 48h précédant le diagnostic et pendant les 7 jours suivants. Les personnes contactées ne sont légalement obligées de répondre aux questions. N-Allo, filiale d’Engie, se chargera du contact tracing à Bruxelles et en Flandre. En Flandre, N-Allo fait partie d’un consortium de centres d’appels (outre Yource, Call Excell et les centres d’appels filiales du groupe Koramic2Engage) qui se chargera de la répartition des appels entre eux. En Wallonie un autre consortium se chargera du tracing. Il s’agit du Groupement Autonome des Mutualités, composé de iKanbi, CallExcell, ENTRA et LEM Intérim. Une bonne partie des travailleuses et travailleurs seront sous contrat d’intérim.

Formation des travailleuses et travailleurs d'un call-center au tracing

La semaine dernière, les étudiants de la section habillement de l’Institut de promotion sociale et de formation continuée (IPFC) à Nivelles ont reçu un mail leur demandant de participer à un  projet de confection de masques. Ce projet, initié à la demande de la Province du Brabant wallon, visait à combler un manque de 2000 masques sur le territoire provincial. L’IPFC était supposée fournir les tissus, élastiques, filtres et fils nécessaires. Il était demandé aux élèves de choisir entre un travail à l’école ou à domicile, en leur garantissant toutes les mesures de sécurité et de distanciation sociale au sein de l’établissement. En réalité les étudiant·es se sont retrouvés à 20 par classe et ont dû préparer eux-même le matériel. La participation a ces travaux gratuits sera prise en compte dans l’évaluation des étudiant·es.

Logo de l'IPFC Nivelles

L’Inspection du travail a mené près de mille contrôles en entreprises entre le 23 mars et le 30 avril. Dans 75% des cas, les règles de précaution étaient enfreintes. Plus précisément, entre le 23 mars et le 30 avril, 1.142 contrôles à distance ont été effectués quant aux mesures de précaution dans les entreprises et 986 d’entre eux (86,34 %) ont nécessité un déplacement des services de l’Inspection du travail. Près de 75% de ces visites (74,65%) se sont soldées par un avertissement. La sanction s’est toutefois limitée à cet avertissement pour 606 infractions, tandis que 88 entreprises ont reçu un délai pour se mettre en conformité et dans huit cas, une citation à comparaître a été adressée à la direction. Enfin, 34 d’entre elles ont été fermées.

Organigramme du SPF emploi

Organigramme du SPF emploi

Cette semaine, le cabinet de la ministre fédérale de la santé, Maggie De Block, a fait passer plusieurs arrêtés royaux. Ceux-ci permettent la réquisition des soignant·es par les gouverneurs de province. Ils permettent également à des soignant·es non qualifié de prester les actes propres aux infirmiers dans le cadre de la crise. Le refus d’être réquisitionné est puni d’une peine d’emprisonnement de huit jours à trois mois et/ou d’une amende de vingt-six euros à deux mille euros. Parallèlement aucune prime ne sera accordée pour récompenser le personnel soignant pour ses actions dans le cadre de l’épidémie de Coronavirus. Ces arrêtés royaux sont valables jusqu’au 31 décembre 2020.

La ministre fédérale de la santé, Maggie De Block

La ministre fédérale de la santé, Maggie De Block

Une caisse de grève des loyers qui sert à soutenir les locataires a été lancée. Elle servira a soutenir les locataire qui vont se faire poursuivre par leur propriétaire pour non payement et à soutenir l’organisation de la grève. Vous pouvez faire un dont sur le compte BE65 5230 8110 3896 au nom de Marius Jacob avec la communication “grève loyer”. Un financement participatif a également été lancé. Il se clôture dans quelques jours. Plus d’infos et lien vers la caisse de soutien.

Grève des loyers

Grève des loyers

Mercredi 6 mai, un homme a été arrêté alors qu’il faisait du kayak sur l’étang du Bois de la Cambre à Bruxelles. Sur son kayak, une banderole demandait la régularisation de sans-papiers. Le kayakiste a été arrêté et emmené au poste de police pour une identification. Il a ensuite été relâché. Le même jour, un autre homme a décidé de faire en kayak sur les étangs d’Ixelles, où le kayak n’est normalement pas autorisé. Il l’a fait sans porter de revendication particulière. Il n’a pas été inquiété par la police.

Un kayakiste qui demandait la régularisation de sans-papiers arrêté au Bois de la Cambre

Un kayakiste qui demandait la régularisation de sans-papiers arrêté au Bois de la Cambre (2)

L’Alliance du premier mai révolutionnaire, à laquelle appartient notre Secours Rouge, a publié un premier bilan du premier bilan des initiatives de ce premier mai 2020:

En cette période de confinement, nous avions décidé il y a quelques semaines de reporter la grande manifestation révolutionnaire au mois de juillet prochain, afin de pouvoir garantir les meilleures conditions de sécurité possibles pour un rassemblement de cette ampleur.
Pour autant, il n’a jamais été question pour les organisations révolutionnaires -membres ou non de notre Alliance- de se retrouver réduites à l’impuissance, chassées de la rue par les mesures d’exception. Lire la suite

Rassemblement devant le Colruyt

Le suivi des contacts pourra commencer dès lundi en Wallonie avant d’être étendu à Bruxelles le 11 mai. Les données relatives aux personnes testées positives au Covid-19, ainsi que les personnes avec lesquelles elles sont entrées en contact, seront conservées. Les données seront stockées dans une base de données Sciensano sécurisée et non dans un cloud conformément à un accord conseil des ministres restreint (kern) trouvé samedi 2 mai. Un arrêté royal stipule que ces données seront stockées dans une base de données sécurisée de l’institut de santé Sciensano. L’arrêté royal sera transformé en projet de loi. Celui-ci est en cours d’élaboration.

Contact tracing en Belgique

Contact tracing en Belgique