Édit 23h : La police a annoncé vers21h avoir arrêté 150 personnes. Le bourgmestre Philippe Close a annoncé que la Ville de Bruxelles se portera partie civile et poursuivra les manifesant.e.s via des sanctions administratives communales.

Près de 10.000 manifestant.e.s ont participé au rassemblement Black Lives Matter place Poelaert. A l’issue du rassemblement, des milliers de personnes ont remonté le boulevard de la Régence avant d’être bloqués place Royale, au débouché de la rue Royale, par un fort barrage de police. Deux fourgons et une patrouilleuse, stationnées dans un coin place Royale, ont été pris à partie part les manifestants et ont démarré en trombe vers la rue de Namur sous les huées et les coups de pieds. Une grande partie des manifestants est descendu le Monts des Arts, se dispersant dans les jardins de l’Albertine vers le centre. Mais plusieurs groupes ont remonté la rue de Namur. Certains se sont fait nasser rue d’Egmond (près de la statue de Léopold II), mais la plus grande partie est entré dans Matongé par la Porte de Namur où des manifestants ont calliassé des camionnettes de police. Des très vifs incidents ont éclatés chaussée d’Ixelles (vitrines brisées, incendies, intervention des auto-pompes, etc.). Des pillages de boutiques de luxe, dont certaines situées avenue Louise, ont eut lieu, provoquant de nouvelles interventions de la police et même une intervention de la cavalerie. Des groupes de manifestants sont descendus jusqu’à la Porte de Hal où la police a procédé à de nombreuses arrestations.

Manifestation BLM à Bruxelles

Un rassemblement de personnes opposée à l’imposition de la 5G sur le territoire bruxellois se tenait aujourd’hui. C’est le collectif stop5G.be qui avait appelé à ce rassemblement “revendicatif et informatif” dans le cadre de la journée mondiale contre la 5G. Le rendez-vous avait été donné place de l’Albertine de 13h00 à 16h00. Dans son communiqué, le collectif liste les nombreuses conséquences négatives de la 5G, parmi lesquelles la pollution électromagnétique, la consommation énergétique, l’impact environnemental des composants électroniques, etc. La police est intervenue pour nasser et ficher les manifestant·es. Une personne qui n’avait pas sa carte d’identité a été arrêtée.

 La police nasse des manifestant·es anti 5G

La police nasse des manifestant·es anti 5G

Mercredi 3 juin dans la nuit, un tag a été réalisé sur le mur faisant face à un commissariat de la zone de police d’Uccle-Watermael Boitsfort-Auderghem, celui du square Marlow, près du parc de Wolvendael. Ce tag de douze mètres de long indiquait “Police raciste”. Le bourgmestre a déclaré que les faits avaient été filmés et qu’un dossier judiciaire avait été ouvert.

Un tag dénonçant le racisme de la police sur le commissariat d'Uccle

Mercredi 3 juin, la Première ministre Sophie Wilmès a déclaré à l’issue du Conseil National de Sécurité que les manifestations et les rassemblements restaient interdits (le même jour, une manifestation de sans-papiers avait pourtant été tolérée à Saint-Gilles). Ce rappel survient dans le contexte des révoltes aux États-Unis, consécutives au meurtre de George Floyd par des policiers. Ce meurtre à déclenché des manifestations dans de nombreux autres pays comme aux Pays-Bas, en France, en Angleterre et ailleurs. Une manifestation contre le racisme policier est par ailleurs prévue dimanche 7 mai à 15h à la place Poelart à Bruxelles. En savoir plus sur cette manifestation.

[titre de l’article édité après que le bourgmestre de Bruxelles ait déclaré que le rassemblent BLM sera “toléré”]

manifestation Black Lives Matter à Bruxelles

Manifestation Black Lives Matter à Bruxelles

Ces derniers jours, deux actions ont été menées pour dénoncer les violences policière. Un premier groupe a réalisé un tag sur un train de la SNCB avec la phrase “Please, I can’t breathe” faisant référence à l’assassinat de George Flyod par un policier aux États-Unis (voir notre article). Une enquête est en cours pour retrouver les auteurs. Un autre groupe a quant-à-lui affiché une banderole sur le palais de justice de Bruxelles réclamant “justice pour Adil Mehdi, Semirah, Mawda“, faisant référence à plusieurs personnes tuées par la police dont Adil n’est que le dernier en date (voir notre article).

Le tag sur le train de la SNCB en hommage à George Floyd

Le tag sur le train de la SNCB en hommage à George Floyd

La banderole réclamant la justice pour Adil Mehdi, Semirah, Mawda

La banderole réclamant la justice pour Adil Mehdi, Semirah, Mawda

La police de Liège a, comme dans d’autres villes, testé l’utilisation de drones dans le cadre du confinement. La police locale a ainsi utilisé un drone prêté par la protection civile pendant environ trois semaines pour surveiller les citoyens. Elle envisage maintenant d’en acquérir pour d’autres usages. En Belgique, une loi sur l’utilisation par la police des caméras visibles et mobiles existe depuis 2018. Les drones y sont assimilés à des caméras montées à bord d'”aéronefs de police”.

Un des drones de la police fédérale

Un des drones de la police fédérale

Ce lundi 25 à midi, plus d’une centaine de personnes sans-papiers ont manifesté devant le cabinet de la secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Maggie de Block, situé sur le boulevard du Jardin Botanique à Bruxelles. Elles demandait d’être régularisées en urgence étant donné que les mesures anti-coronavirus les maintiennent dans une situation insupportable. La police a dispersé le rassemblement. Le groupe s’est alors rendu en cortège jusqu’à la maison communale de Saint-Josse-ten-Noode.

Lundi 25 mai à midi, plus d’une centaine de personnes sans-papiers ont manifesté devant le cabinet de la secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Maggie de Block, situé sur le boulevard du Jardin Botanique à Bruxelles. Elles demandait d'être régularisées en urgence étant donné que les mesures anti-coronavirus les maintiennent dans une situation insupportable. La police a dispersé le rassemblement.