Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Mardi 25 juin, une délégation syndicale de sept personnes employée de Luminus à Seraing ont séquestré durant plusieurs heures quatre membres de la direction de l’entreprise après l’échec de négociations au sujet du licenciement abusif d’un de leurs collègues. La police est intervenue pour déloger les travailleurs, mais une grève spontanée continue de se poursuivre.

Piquet de grève chez Luminus à Seraing

Piquet de grève chez Luminus à Seraing

Le 24 juin 2016, la FGTB organisait une grève nationale contre le relèvement de l’âge de la pension. Un appel à la grève qui a été suivi à Anvers où cinq barrages avaient été dressés pour bloquer les accès au port. La police était intervenue pour libérer les routes. À un carrefour où Bruno Verlaeckt le président de la FGTB d’Anvers était présent, les militant·e·s voulaient maintenir le barrage. Le président fut finalement arrêté administrativement et condamné le 29 juin 2018 par le Tribunal de première instance pour “entrave méchante à la circulation” (en vertu de l’article 406 du Code pénal) en sa qualité d’organisateur de l’action syndicale (voir notre article).

Le 26 juin 2019, la Cour d’appel d’Anvers a maintenu la condamnation du président de la FGTB d’Anvers. Les juges l’ont condamné, comme en première instance à une simple déclaration de culpabilité sans peine. Ce jugement va à l’encontre d’une jurisprudence précédente de la Cour d’appel d’Anvers. En effet, en 2004, dans une affaire similaire, la Cour avait jugé que l’objectif premier des grévistes n’était pas d’entraver la circulation, mais de faire connaître les revendications syndicales. Ce nouveau jugement pourrait marquer l’utilisation plus systématique de l’article 406 du Code pénal contre les actions syndicales. La FGTB a d’ores et déjà annoncé qu’elle ne se laisserait pas intimider par la décision de la cours d’appel.

Tom Devoght et Bruno Verlaeckt

Tom Devoght et Bruno Verlaeckt

Aujourd’hui, deux personnes ont été arrêtées en Belgique dans le cadre d’une enquête du parquet fédéral menée en collaboration avec Eurojust et Europol. Elles sont accusées d’appartenir à certaines des branches militaires du PKK, y compris les Forces de défense du peuple (HPG) et d’avoir recruté et entraîné des combattant·e·s (dans le cadre de camps d’entrainement) dans plusieurs pays européens.

Ces arrestations se sont déroulées à la suite de perquisitions menées dans cinq pays (Autriche, Belgique, France, Allemagne et Suisse) dans le cadre d’une enquête ouverte en 2017 et menée par un juge d’instruction liégeois en collaboration avec le parquet fédéral. Plusieurs réunions opérationnelles et une réunion de coordination à Eurojust (l’unité de coopération judiciaire de l’UE) ont servi de plate-forme pour échanger rapidement des informations sur les affaires et coordonner les différents étapes de l’enquête ainsi que les arrestations.

Combattant·e·s du PKK (archives)

Combattant·e·s du PKK (archives)

Un rassemblement de gilets jaunes s’est déroulé sur l’esplanade Saint-Léonard à Liège samedi entre 13H et 15H. Il ont été une cinquantaine à y participer. A 15H, dès que les Gilets jaunes ont formé un cortège et se sont mis en marche (sur le trottoir) dans la direction de la place du Marché, ils ont été bloqués par la police de Liège. 23 Gilets jaunes ont été arrêtés administrativement, parfois brutalement (plaquage au sol etc.) pour “troubles à l’ordre public, provocations verbales et outrage à agents”. Ils ont été emmenés à l’Hôtel de police de Liège. Originaires de Liège et d’autres localités de Wallonie et de Bruxelles, ils ont été relâchés au fil des heures qui ont suivi.

Gilets jaunes sur l’esplanade Saint-Léonard

Gilets jaunes sur l’esplanade Saint-Léonard

Ce vendredi 14 juin dès 20 heures un apéro de soutien au local Sacco-Vanzetti et à la lutte antirepression aura lieu au Sacco même, 54 chaussée de Forest, 1060 Saint-Gilles (métro Porte de Hal).

Toujours au Sacco, un cine-club aura lieu le jeudi 20 juin à 21H. Au programme, “Home sweet home”, un film de Benoît Lamy. Enfermé·e·s et opprimé·e·s au sein de leur maison de repos bruxelloise, quelques pensionnaires décident de s’évader et profitent de leur escapade pour prendre du bon temps. De retour au bercail, la répression s’abat sur nos fugueurs et fugueuses du troisième âge. Mais face à la tyrannie et à l’injustice, un vent de colère se lève et attise les braises révolutionnaires, c’est l’émeute ! Avec ce vol au dessus d’un nid de vieux coucous, Benoit Lamy nous livre un film drôle et insurrectionnel, original et universel, une pépite du cinéma belge qui n’a pas pris une ride.

.

.

L’affaire des “pancartes Vandersmissen” renvoyée en septembre 2018 devant la chambre des mises en accusation, s’était poursuivie pour trois des accusés devant le tribunal correctionnel. Le quatrième accusé n’avait lui pas été poursuivit par manque de preuve (voir notre article). Une première audience le 30 janvier avait été utilisée pour fixer un calendrier de conclusion et fixer la date d’une seconde audience au 9 mai.

La seconde audience, a permis à la cours de parvenir à décision après plusieurs heures de débats tendus comportant notamment une interruption d’audience sur demande de l’avocat de la partie civile. La cours a rendu son jugement le 31 mai. Elle estime que le fait de porter une pancarte contenant du texte peut constituer un outrage. Cependant elle estime que pour deux des accusés, la volonté d’outrager n’était pas présente puisqu’ils ne connaissaient pas le commissaire Vandersmissen à l’époque et qu’ils ne savaient pas qu’il était présent lors des manifestations où les pancartes ont été “éxibées”. Elle les acquitte donc.

Elle reconnait le troisième accusé, qui reconnait être l’auteur des pancartes, coupable mais compte tenu du délais de jugement (l’affaire aura duré près de 8 ans), elle le condamne à une simple déclaration de culpabilité. Il devra également débourser plusieurs centaine d’euros en dommages et intérêts au civil ainsi qu’en frais de procédure. La partie civile dispose encore d’un délai pour faire appel. Il est donc possible que cette “petite” affaire continue encore de se poursuivre.

Un aperçu de la pancarte

Un aperçu de la pancarte

En 2012, dans le cadre d’une enquête de la justice malinoise sur le milieu criminel arménien, la justice belge avait réclamé à Skype des données en provenance de messages et appels ainsi qu’une assistance technique dans l’exploitation de ces conversations. Le service de Microsoft avait en partie répondu à la demande en donnant notamment les adresses e-mails, les antécédents des utilisateurs et leurs adresses IP, mais avait déclaré ne pas avoir la capacité technique de transmettre le contenu des conversations, argumentant qu’il n’était pas un opérateur télécoms.

Le 15 novembre 2017, la Cour d’appel d’Anvers tranchait: “un opérateur ou un prestataire de services qui cible les consommateurs belges sur le marché économique belge doit se conformer à la législation belge et doit être organisé sur le plan technique afin de pouvoir répondre pleinement aux demandes de la justice”. Skype devait dès lors se soumettre aux mêmes obligations fiscales et légales que n’importe quel opérateur, notamment en ce qui concerne la conservation des données, les réquisitions judiciaires et les interceptions de communications d’utilisateurs.

La cour de cassation vient de confirmer cette décision, et le collège des procureurs généraux s’est empresser de communiquer cette décision aux divers services de police.

Le siège mondial de Skype à Luixembourg

Le siège mondial de Skype à Luixembourg

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a prononcé ce mardi l’irrecevabilité des poursuites à l’égard de douze militant·e·s anarchistes poursuivis « association de malfaiteurs » et pour une série de délits (voir notre article). Les arguments de la défense, qui estimait que les poursuites devaient être déclarées irrecevables au motif que l’enquête a été menée uniquement à charge, ont donc été suivis. Un anarchiste a toutefois été reconnu coupable de coups et blessures dans un dossier distinct mais joint à ce procès. Le tribunal a toutefois conclu qu’il n’y avait pas lieu à prononcer de peine pour ces faits.

Affichage solidaire à Bruxelles

Affichage solidaire à Bruxelles

Le rassemblement des Gilets jaunes à Bruxelles devait commencer à 13H gare du Nord. Après avoir procédé à des fouilles et des contrôles aux alentours, la police a déployer un important dispositif pour nasser les manifestants avant même le départ. Policiers anti-émeute, autopompes, chiens, cavalerie, hélicoptères. 300 personnes ont été pris au piège, les tentatives de rompre la nasse ont été repoussée à coups de matraques et de lacrymogènes.

Une centaines de personnes qui avaient échappé à la nasse sont partie en manifestation sauvage dans le centre. Coursée par la police, elle est passé par le piétonnier et à atteint la place saint-Jean où la cavalerie l’a chargé. Elle a fini par se disperser à Anneessens. D’autres petits groupes de manifestants ont été arrêtés dans le centre, jusque sur la Grand Place. Quelques initiatives ont eu lieu (tir de feux d’artifices à la Bourse, jets de projectiles sur le siège du PS, etc.).

La masse des personnes arrêtées (environ 300) sont détenues à la caserne d’Etterbeek. Plusieurs dizaines d’autres sont à l’Amigo (où quelques libération ont déjà eu lieu). D’autres enfin seraient détenues au siège de la police fédérale, rue Royale.

Voir le fil direct sur le site de l’Alliance du 1er Mai Révolutionnaire

Une arrestation Grand Place

Une arrestation Grand Place

Du 17 au 31 mai se tiendront les Semaines internationales contre les disparitions politiques. Les disparitions par enlèvements et détentions secrètes par les forces de sécurité et par les paramilitaires sont une attaque qui vise à détruire, à éliminer toute opposition et à terroriser la société entière. L’objectif de cette méthode est de répandre l’anxiété sociale, la peur et l’incertitude dans la société. Les travailleur.euse.s organisé.e.s, syndicalistes, journalistes, intellectuel.le.s, écrivain.ne.s, avocat.e.s, en bref : une multitude de personnes de toutes les couches de la société peuvent être la cible de ces attaques.

Cette méthode systématisée à très grande échelle une première fois par le IIIe Reich a été appliquées par de nombreux autres États. Au Mexique, depuis 2006 : le nombre de disparitions politiques est d’au moins 30.000 personnes. Le 26 septembre 2014, la Police a enlevé 43 étudiant.e.s de l’École Normale Rurale d’Ayotzinapa qui allaient à une manifestation contre les réformes éducatives. Depuis ce jour, leur corps n’ont pas été retrouvé. En Colombie, le nombre de disparitions politiques est de plus de 250.000 personnes. En Turquie : depuis au moins 1915, c’est le sort de centaines de milliers de disparue politiques. C’est pour cela que les “Mères du Samedi” se rassemblement depuis 1995 chaque samedi sur la place du Galatansaray en Turquie.

Rassemblement demain 25 mai 12h00 à la gare Centrale

Lers

Lers