Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Mercredi 8 mai, le tribunal correctionnel de Bruxelles a accordé la suspension du prononcé à un militant qui avait détourné des écrans publicitaires en 2016. Il avait piraté le système et changé les messages pour en diffuser d’autres, qui dénonçaient les traités de libre-échange TTIP et CETA (voir notre article).

Le tribunal a estimé que le militant avait commis l’infraction de piratage informatique en s’introduisant illégalement dans les système des panneaux publicitaires électroniques. Compte tenu de l’ancienneté des faits et de l’absence d’antécédents judiciaires, le tribunal lui a accordé la suspension simple du prononcé de la condamnation durant deux ans. La procureure, elle, avait requis une peine d’amende de 12.116 euros.

L'écran Place De Brouckère

L’écran Place De Brouckère

Ce vendredi 3 mai à 6h du matin, une trentaine de policiers lourdement équipés ont délogé les occupant.e.s du foyer de luttes. Cette occupation de locaux vides sur le campus de l’ULB avait le but de faire vivre des pratiques de solidarité concrète et donner à se rencontrer différent.e.s acteurs/actrices des luttes en cours : luttes sociales, écologiques et féministes. Elle avait été ouverte dans le cadre du mois “Avril Agitation” préparatoire du premier mai révolutionnaire.

Six personnes ont donc été tiré.e.s de leur sommeil de manière violente et urgente et trainées devant huissier de justice, commissariat, avec contrôle d’identité à rallonge puis promenade à pieds nus dans les rues de Ixelles puisqu’elles n’avaient pu prendre leur chaussures… Les occupant.e.s appellent à un rendez-vous à 18 H sur la plaine du K

L'appel pour le 1er mai sur le bâtiment occupé

L’appel pour le 1er mai sur le bâtiment occupé

Le 29 et le 30 avril 2019 s’est tenu à Bruxelles le procès contre des anarchistes poursuivis pour « association de malfaiteurs » et pour une série de délits.
Deux inculpés ont assisté au procès dans la salle du tribunal correctionnel. Ils ont refusé de répondre aux questions des magistrats. Les dix autres inculpés ne se sont pas présentés. Tous et toutes ont été représentés par des avocats.

Le procureur a demandé les peines suivantes pour les différents inculpés : 300 heures de travail ou une peine subsidiaire de 4 ans (1 personne) ; 250 heures de travail ou une peine subsidiaire de 3 ans (2 personnes) ; 200 heures de travail ou une peine subsidiaire de 30 mois (4 personnes) ; 150 heures de travail ou une peine subsidiaire de 18 mois (1 personne) ; 100 heures de travail ou une peine subsidiaire 12 mois (1 personne) ; 12 mois de sursis et une amende de 50 euros (1 personne) ; Acquittement (2 personnes). Les inculpés ont refusé d’accepter une peine de travail. Le tribunal ne pourra donc pas prononcer une telle peine.

Le jugement sera prononcé le 28 mai 2019

Affichage solidaire à Bruxelles

Affichage solidaire à Bruxelles

Plus de 800 personnes ont participé au Premier Mai révolutionnaire: communistes, anarchistes, antifascistes mais aussi un grand bloc féministes (collectif 8 mars), des délégations de l’exil politique en Belgique (turcs, kurdes, iraniens) ainsi que de nombreux Gilets jaunes.

Une banque, une voiture de police, des panneaux électoraux, le siège de l’ONEM et celui du PS ont été pris à partie. Le PS et l’ONEM ont eu des vitres brisées, des jets de peintures, des tags (“collabo” et “crève la gauche du capital” pour le premier, “flic social” pour le second). La manifestation s’est terminée sans blessure ni arrestation.

Sur le boulevard Lemmonier

Sur le boulevard Lemmonier

Quelques photos du Premier mai révolutionnaire ici

Trente ans après la chute du Mur de Berlin, les capitalistes continuent de répéter qu’il n’y a pas d’autre système viable que le leur. Pourtant, il se fissure toujours plus profondément que ce soit sous les coups de la crise écologique qu’ils ont eux mêmes provoquée ou sous les assauts de la part toujours croissante de la population qu’elle jette dans la précarité. Les dominants peuvent continuer à radoter qu’il n’y a pas d’alternative, ce discours ne convainc plus grand monde.

Cette année encore, les résistances ont répondu aux attaques habituelles de la bourgeoisie, comme à Proximus ou à NKLM, contre les licenciements massifs, contre l’isolement et la trahison des luttes par les bureaucraties syndicales. Mais de nouvelles résistances émergent aussi, à commencer par celle du mouvement des Gilets Jaunes.

En atomisant et en précarisant le prolétariat, en liquidant les grandes concentrations ouvrières, la bourgeoisie croyait en avoir fini avec la lutte des classe. Il n’en est rien: face à la loi du profit et au désastre social, la lutte trouve de nouveaux chemins, emprunte de nouvelles formes et de nouvelles méthodes.

Le profit détruit la santé, les liens sociaux, la culture et dévaste l’écosystème au point d’amener en masse la jeunesse dans les rues pour crier : “System change not climate change”, de fait, le climat mérite l’insurrection. Le profit s’accommode et exploite toutes les oppressions, en surexploitant économiquement les femmes et les migrants, en utilisant les valeurs réactionnaires du sexisme et du racisme. L’objectif est toujours le même: dresser les pauvres contre les pauvres et détourner la colère.

Le mouvement des Gilets Jaunes, la Grève du 8 mars, les mobilisations pour le climat représentent une même aspiration à une alternative. Et cette alternative ne pourra être que révolutionnaire.

Ou il y aura libération pour tout le monde, où il n’y aura de libération pour personne. L’alternative est révolutionnaire: toutes et tous dans la rue pour le 1er Mai Révolutionnaire !

Luttons contre le fascisme, le racisme et le patriarcat, contre le capitalisme et ses États ! Solidarité avec les peuples en lutte, avec les travailleurs et travailleuses en lutte, avec les prisonnières et prisonniers politiques. Organisons le camp révolutionnaire !

Le 1er Mai Révolutionnaire démarrera à 11h du “Carré Moscou”, à Saint-Gilles pour se diriger d’abord vers le Mont des Arts et converger avec les autres cortèges, dont le 1er Mai de Lutte appelé par la CGSP-ALR. La manifestation se dirigera ensuite vers la Place Anneessens et vers le “1er Mai Alternatif” de la Rue des Foulons.

Alliance du 1er Mai Révolutionnaire

Tou.te.s au 1er Mai Révolutionnaire 2019 à Bruxelles !

Tou.te.s au 1er Mai Révolutionnaire 2019 à Bruxelles !

Dans le rapport de la Sûreté de l’État destiné à argumenter contre l’obtention de sa nationalité belge, un homme, réfugié politique en Belgique depuis 7 ans, se voit reprocher ses activités politiques: participation à de nombreuses manifestations “devant l’ambassade de Turquie, dans le défilé du 1er Mai”, ses activités culturelles “organisation d’un concert de Grup Yorum”, ses activités communautaires “Picnic de militants et sympathisants, camps d’été et d’hiver”, la distribution du journal “Yuruyus”, son activité de secrétaire du Centre Culturel Alévi d’Anvers.

Refus de nationalité pour participation au 1er mai

Refus de nationalité pour participation au 1er mai

De 2008 à 2014, une vaste enquête a visé les luttes qui s’attaquaient aux centres fermés, aux frontières et aux prisons. Dans son collimateur : la bibliothèque anarchiste Acrata, des publications et une centaine d’actions. Perquisitions, micros, caméras devant et à l’intérieur de domiciles, filatures, mises sur écoute et infiltrations, n’ont pas permis de prouver l’existence d’un supposé “groupe terroriste anarchiste” et c’est sous l’inculpation passe-partout d’ “association de malfaiteurs” que 12 anarchistes sont renvoyés devant le tribunal correctionnel ce 29 avril et les jours qui suivront.

Les inculpations retenues sont : Avoir en qualité de provocateur, chef de bande ou pour y avoir exercé un commandement quelconque, fait partie d’une association formée dans le but d’attenter aux personnes et aux biens par la perpétration de crimes et de délits. (Accusation visant 3 personnes) ; Avoir fait partie d’une association formée dans le but d’attenter aux personnes et aux biens par la perpétration de crimes et de délits, pendant des périodes plus ou moins longues (Accusation visant 9 personnes) ; Tentative d’incendie contre le centre fermé de Steenokkerzeel lors de la manifestation sauvage du 21 janvier 2009 devant le centre fermé en question (Accusation visant 8 personnes) ; Avoir commis une attaque ou avoir résisté avec violences ou menaces envers six policiers lors de la manifestation sauvage du 21 janvier 2009 devant le centre fermé de Steenokkerzeel (Accusation visant 8 personnes) ; Menace d’un attentat contre les personnes ou les propriétés lors d’un lancement de feu d’artifice devant la prison de Forest le 4 octobre 2010 (Accusation visant 3 personnes) ; Destruction des propriétés mobilières d’autrui lors d’une bagarre avec les chauffeurs de deux limousines à la sortie de la « Rencontre autour du livre subversif » du 15 octobre 2011, (Accusation visant 3 personnes) ; Coups et blessures contre deux chauffeurs de limousine lors de cette même bagarre du 15 octobre 2011 (Accusation visant 3 personnes) ; Avoir commis une attaque sur deux policiers ou leur avoir résisté avec violences ou menaces lors d’une manifestation sauvage à Anderlecht du 12 novembre 2010 (Accusation visant 2 personnes) ; Coups et blessures sur un agent dans la nuit du 1 octobre 2010 (Accusation visant 1 personne) ; Fabrication et transport d’armes, en l’occurrence des barres de fer, des fumigènes et des clous tordus, le 1 octobre 2010 et le 12 novembre 2010 (Accusation visant 4 personnes) ; Graffitis à différentes occasions, avec la circonstance aggravante de « mobile de haine » (Accusation visant 7 personnes) ; Entrave méchante à la circulation à plusieurs occasions (Accusation visant 4 personnes) ; Avoir injurié des fonctionnaires européens, avec la circonstance aggravante de « mobile de haine » (Accusation visant 3 personnes) ; S’être publiquement attribué le titre d’avocat honoraire (Accusation visant 2 personnes)

Pour en savoir plus

Affichage solidaire à Bruxelles

Affichage solidaire à Bruxelles

Après des mois de manifestations hebdomadaires, la mobilisation climat est devenue rassemblement devant la gare centrale. Seulement une centaine de personnes était présente lors du dernier rassemblement. Un gros dispositif policier entourait le carrefour de l’Europe. Le rassemblement est parti en manif sauvage vers la basilique. Très vite, la police a bloqué le cortège et l’a renvoyé devant la gare, où les manifestant.e.s se sont fait nasser.

Dans une initiative spontanée, certains se sont mis à courir vers un côté de la nasse, puis vers un autre. Le mouvement est rejoint par une grosse partie du rassemblement, avant de retomber lorsque deux personnes se font arrêter, directement exfiltrés par la police, au loin, afin d’être contrôlés.

.

.

Mercredi 24 avril, la plateforme belge Leyla Güven appelle à rassemblement de soutien aux grèvistes de la faim. Leyla Güven est entrée en grève de la faim le 7 novembre 2018 à l’intérieur du centre de détention et elle a continué après sa libération en janvier 2019. Elle a été rejointe depuis par plus de 7000 prisonnier.ère.s et des civiles au Kurdistan et en Europe pour exiger la sortie de l’isolement d’Abdullah Öcalan ainsi que de tou.te.s prisonnier.ère.s politiques en Turquie.

Rassemblement ce mercredi 24 avril à 13h, place du Luxembourg, 1050 Bruxelles.

Campagne de soutien à Leyla Güven et aux grévistes de la faim

Campagne de soutien à Leyla Güven et aux grévistes de la faim