Le bien connu commissaire de police de la zone de Bruxelles-Ixelles, Pierre Vandersmissen a été temporairement écarté de ses fonctions de directeur des interventions à la suite à la manifestation du collectif “la santé en lutte” le 13 septembre dernier. Une enquête administrative a été demandée au chef de Corps, le commissaire divisionnaire Luc Ysebaert, par le bourgmestre de Bruxelles. Cette demande résulte du fait qu’un photographe privé, dont les travaux glorifient la police, a pu gazer un manifestant arrêté, sans que le commissaire ne réagisse autrement que par un vague geste d’invitation calme. Le photographe s’appelle Philippe Bourguet, son agence est la bePress Photo Agency. Cela fait des années que Bourguet réalise des reportages photographiques au plus près des policiers de la zone. L’affaire du photographe s’ajoute à de nombreuses autres dénonciations des pratiques policières du 13 septembre, à commencer par une série d’arrestations brutales et abusives.

 

Le 16 mai 2020, une centaine de soignant·es formaient une haie de déshonneur pour protester contre la 1ère ministre, Sophie Wilmes alors que celle-ci effectuait une visite de l’hôpital Saint-Pierre (voir notre article). Suite à cette action, des participant·e·s auraient reçu des menaces de licenciements ainsi que de non reconduction de contrat. Un médecin urgentiste a d’ores et déjà vu son contrat non-reconduit. Plus d’infos ici.

Les soignant·es forment une haie de déshonneur pour accueillir Sophie Wilmes

La police a arrêté administrativement mardi vers 18h00, devant le 10 de la rue de la Loi à Bruxelles, 5 activistes du mouvement Extinction Rebellion (XR). Les militants arrêtés avaient déployé une banderole portant le message “Quel est votre plan?” Lundi en fin de journée, la police avait arrêté devant le Palais royal, en marge d’une réunion du Roi avec les préformateurs du gouvernement fédéral, 13 activistes de Youth For Climate et de l’ONG Greenpeace, puis 3 militants de XR.

Le conflit social chez ABinBev se durcit à Liège. Des huissiers se sont présentés au domicile de travailleurs en grève pour signifier les astreintes. En l’absence des travailleurs, ce sont parfois les familles qui ont été confrontées aux huissiers. Pour rappel, les travailleurs ont débrayé à la suite de la détection d’un foyer de Covid au sein d’un département logistique. 10 travailleurs sont infectés. Pour l’avocat de la FGTB “c’est inédit de s’en prendre directement à des travailleurs qui manifestent leur désapprobation et qui affirment leurs revendications dans le cadre d’un conflit social; c’est tout-à-fait nouveau, ça démontre le mépris de la direction par rapport aux revendications des travailleurs et c’est particulièrement inquiétant”. La procédure est pourtant légale : la mission de l’huissier est de signifier la décision du tribunal aux personnes citées. Mais la plupart du temps, l’huissier se rend sur le site de grève pour remettre l’assignation en mains propres. Ce n’était pas le cas ici. Il est question d’astreintes de 2.500 euros par fait constaté. Une tentative de conciliation mardi s’est soldée par un échec.

Le 26 septembre, lors de son prochain Conseil, la Zone de police Midi va voter son budget 2020, alors qu’elle devrait voter son budget 2021. Le Conseil de police est composé de 26 conseillers communaux (14 d’Anderlecht, 6 de St-Gilles et 6 de Forest).  Cet énorme retard s’explique par une mésentente au sein de la zone entre le politique et la direction, ainsi que par une désorganisation profonde. Régulièrement secouées par des scandales et notamment par les violences de sa brigade UNEUS, la zone traine un lourd héritage de gestion financière désastreuse (voir notre dossier).

Logo de la police zone midi

Nous serons en direct écrit et photo, de la “Grande Manifestation de la Santé” organisée par la Santé en Lutte. Le post le plus récent sera affiché en bas de l’article. Notre légal-team est joignable au +32 456 20 06 42 (privilégiez les messages écrits, joignable via Signal, Whatsapp et Telegram), vous pouvez également informer ce numéro des développements dans la manif afin d’alimenter le fil-info.

Notre “petit guide légal des manifestant-es” peut être consulté en cliquant ici.

LIVE :

  • 13h20 : Des centaines de manifestant·e·s déjà rassemblé·e·s. On rapporte une grande présence policière partout dans le centre-ville, dont notamment :
    • Une auto-pompe garée Place du Congrès,
    • Une auto-pompe et plusieurs combis garés Place Royale,
    • 4 grandes camionnettes et une voiture de commandement à l’Église de la Chapelle,
    • Des motards ferment la Rue Cantesteen,
    • La Rue Royale est fermée (au niveau des bureaux du journal Le Soir).
  • 13h55 : Les manifestant-es sont particulièrement présent-es sur le Boulevard de l’Empereur. La police est présente massivement, notamment aux abords de la Place de la Chapelle, à l’entrée des Marolles où plusieurs émeutes ont eu lieu la semaine passée. On signale également que le drone de la police est déployé aux abords du Mont des Arts. Voir la carte.
  • 14h : Une ligne de policiers avec boucliers et matraques bloquent maintenant le Boulevard de l’Empereur aux manifestant-es qui veulent passer.
  • 14h22 : Alors que ça discute avec le Commissaire Vandersmissen à l’avant, de l’autre côté du cortège, Place de la Justice, les flics se mettent en costume anti-émeute (pour nasser ?)
  • 14h27 : La manifestation se met en marche et fait demi-tour vers la Place de l’Albertine.
  • 14h45 : La manifestation semble se dissoudre autour de la Place de l’Albertine.
  • 15h10 : Affrontements au niveau de la Place du Marché aux Herbes.
  • 15h15 : La police repousse les manifestant-es qui tentaient d’aller au centre-ville, vers la Place de l’Albertine.
  • 15h20 : Beaucoup de lignes de police autour de la Gare Centrale
    • Rue Loxum (Albertine)
    • Boulevard de l’Impératrice (Gare Centrale) avec une autopompe.
    • Rue Haute et Place de la Chapelle avec une autopompe.
    • D’autres policiers sont déployés autour de la Bourse.
    • La situation chauffe.
  • 15h24 : Les flics sont repoussés Rue Cantesteen, au-dessus de la Gare Centrale. L’hélico est juste au-dessus.
  • 15h34 : La Place de l’Albertine est nassée, l’autopompe est en position et beaucoup de policiers en équipement arrivent en renfort. Plusieurs centaines de manifestant-es toujours présent-es.
  • 15h41 : Ce sont les escaliers du Mont des Arts qui sont nassés, avec beaucoup de flics en équipement dans le parc même.
  • 16h : La police se retire de la Place de l’Albertine, laissant se rencontrer les manifestants des nasses d’un côté et de l’autre du Boulevard de l’Empereur.
  • 16h10 : La police demande au mégaphone d’évacuer la route, précisant “manifestation interdite”.
  • 16h16 : La circulation est rouverte, les derniers policiers évacuent. Toujours 9 combis et une autopompe sur la Place Royale. On nous confirme l’arrestation d’une vingtaine de personnes devant les Musées Royaux.
  • 16h30 : Le direct est terminé.

 

 

Le 7 septembre, une opération policière a visé en Turquie les membres et les responsables du Parti Socialiste des Opprimé-e-s (Ezilenlerin Sosyalist Partisi) et des Assemblées des femmes socialistes (SKM) qui sont des composantes du HDP (Parti démocratique des peuples). Dans le cadre de cette attaque, 17 maisons dans 7 villes ont été perquisitionnées. Les militant.e.s ont été emmené-e-s aux postes de police d’Istanbul et d’Amed pour y être interrogé-e-s. Au total, 14 militant.e.s sont actuellement en détention. En raison des restrictions apportées aux dossiers, les avocats des personnes placées en détention ne peuvent obtenir aucune information à l’heure actuelle et ils/elles ne peuvent pas non plus rencontrer leurs clients.

Pour dénoncer le régime fasciste turc, pour dénoncer la répression et pour appeler à la libération des prisonnniers politiques, un rassemblement solidaire aura lieu  demain 10 septembre à 17H devant le consulat général de Turquie, 4 rue Montoyer, métro Trône.

visuel du SR de Toulouse

La grande manifestation de la Santé de ce dimanche 13 septembre, prévue de longue date, revendique un refinancement de des métiers de la santé et du système de santé pour qu’il puisse garantir un accès aux soins de qualité à tou.te.s, ainsi qu’un vrai bien-être au travail. Dans ce contexte, “La Santé en Lutte” a rejeté la tentative d’interdiction de la manifestation: “Votre justification est la situation sanitaire que connaît le pays. Or dans ce même pays nous autoriserons très prochainement 10.000 supporters au stade de Sclessin, nous tolérons des milliers de visiteurs par jour dans les parcs d’attraction ainsi que la fréquentation sans limitation des rues commerçantes comme la rue Neuve à Bruxelles. Tous ces rassemblements qui génèrent des risques sont permis, mais force est de constater que la contestation sociale demeure quant à elle muselée.” (voir tout le communiqué). Suite à ce maintien, les autorités ont finalement décider de tolérer un rassemblement statique en plusieurs groupes entre la gare centrale et le Mont des Arts.

L’affiche de la manifestation

Un mouvement de grève a débuté jeudi en fin de journée alors que l’on dénombrait neuf cas de coronavirus au sein du département logistique d’AB Inbev à Jupille, près de Liège. La FGTB, à l’initiative du mouvement de grève entamée jeudi dernier, estime que l’entreprise a tardé à réagir lorsque les premiers cas ont été détectés. La direction se dit “ouverte à toute discussion sur les préoccupations des employés et de leurs représentants”… mais elle a fait venir les huissiers pour faire lever le piquet de grève…

Le piquet de grève à Jupille

 

Karim Ben Aïssa, un gardien de la paix de la commune de Molenbeek fait l’objet d’une procédure de licenciement pour avoir publié sur sa page Facebook des articles questionnant les politiques gouvernementales liées à la gestion du Coronavirus (port généralisé du masque, lockdown, etc). Karim Ben Aïssa est membre du PTB, délégué syndical et président de la section locale de la CGSP. Cette dernière s’est réunie hier matin devant la maison communale de Molenbeek pour le  soutenir.

La CGSP s'est réunie devant la maison communale de Molenbeek pour soutenir Karim Ben Aïssa

La CGSP s’est réunie devant la maison communale de Molenbeek pour soutenir Karim Ben Aïssa