Mardi 17 novembre, une manifestation contre le couvre-feu et les mesures autoritaires a eu lieu à Liège. Cette manifestation dénonçait les mesures injustes dans la gestion sanitaire qui affectent prioritairement les personnes les plus fragilisées.  Rappelant l’importance du respect des gestes sanitaires et du port du masque, les manifestant·es ont bravés le couvre-feu qu’ils et elles dénoncent comme étant une des mesures aggravant les inégalités sociales.

Des membres du collectif de soignant·es “La santé en lutte” y étaient présent en soutien. Les soignant·es rappellent ainsi que la pandémie n’a pu faire autant de victime que parce que les gouvernements avaient préalablement détruit notre système de santé. Les soignant·es dénoncent également la logique capitaliste de la gestion de la pandémie qui a voulu que les aspects privés de nos vies soient cadenassés pour garder le plus intacts possible les aspects économiques. Des membres des Brigades de Solidarité Populaire de Liège, qui distribuent des colis alimentaires durant la pandémie, étaient également présents. Plus d’infos ici.

Manifestation contre le couvre-feu à Liège

Manifestation contre le couvre-feu à Liège

Le 12 novembre, la cour d’appel a remis son verdict à l’encontre des anarchistes poursuivis pour “association de malfaiteurs” (voir nos articles ici et ici). Deux personnes ont été condamnées à 10 mois avec sursis (pour une période de 5 ans), une personne à 8 avec sursis (sur une période de 5 ans), une personne à 6 mois avec sursis (sur une période de 3 ans), cinq personnes avec suspension de prononcé de la condamnation et une personne acquittée. Deux des inculpés avaient été acquittés en première instance.

Affichage solidaire à Bruxelles

La Cour d’appel de Gand a accédé à la quatrième demande d’extradition de Natividad “Pepona” Jauregui. Natividad Jauregui est accusée d’avoir participé à des actions d’ETA dans les années 80. Trois demandes d’extradition avaient déjà été introduites en 2004, 2005 et 2015, mais sans succès (voir notre article). La Cour d’appel de Gand avait alors estimé que les droits fondamentaux de la présumée terroriste n’étaient pas garantis en Espagne. Natividad Jauregui avait d’abord trouvé refuge pendant 4 ans en France, puis 14 ans au Mexique, elle est arrivée en Belgique, à Gand, en 2003, où elle a ouvert un restaurant.

Devant le refus répété de la justice belge, la famille d’un policier abattu par ETA a saisi la Cour Européenne des droits de l’Homme. Le 9 juillet 2019, celle-ci condamnait la Belgique à indemniser la famille de la victime, considérant que les tribunaux belges n’avaient pas effectué un examen suffisant de l’existence ou non d’un risque de non-respect des droits fondamentaux de Natividad en cas d’extradition en Espagne (voir notre article). Cet arrêt a permis à la Cour d’appel de Gand d’aborder différemment une quatrième demande d’extradition. Elle vient donc de se prononcer en faveur de cette extradition. Elle rejette l’argument selon lequel Natividad Jauregui risquerait d’être soumise à des traitements inhumains ou dégradants en Espagne. Elle réfute aussi l’argument selon lequel le tribunal spécial chargé des faits de terrorisme serait un “tribunal d’exception qui violerait les droits de l’intéressée”. Elle rejette enfin la demande de l’intéressée de pouvoir purger sa peine en Belgique en cas de condamnation en Espagne. Les avocats de Natividad Jauregui ont l’intention de porter cette affaire devant la Cour de Cassation.

Natividad “Pepona” Jauregui

Les polices ont un charroi énorme et extrêmement diversifié.
Cet article se limitera aux types de véhicules susceptibles d’être rencontrés lors des manifestations.
Une connaissance de ceux-ci vous permettra de mieux apprécier la situation et, au besoin, de mieux informer qui de droit.

1° Généralités

Police fédérale et polices locales.
La sérigraphie des véhicules de ces différents services est lettrée de la même manière mais avec des couleurs et un logo spécifiques. Quatre lignes partent de l’extrémité du véhicule jusqu’au bas de caisse situé à proximité de la roue la plus proche de cette extrémité.
Police Fédérale : Trois bandes bleu foncé, une bande orange sur les côtés et deux bandes orange à l’avant et à l’arrière.
Police Locale : Trois bandes bleu foncé, une bande bleu ciel sur les côtés et deux bandes bleu ciel à l’avant et à l’arrière.
Deux lignes de la couleur propre au service se trouvent également sur le capot et le coffre du véhicule.

Ci-dessous: à gauche un 4X4 de la police fédérale, à droite un combi d’une police locale

Le présence de la police fédérale en renfort des policiers locaux est une indice de l’importance accordée par les services de police à la manifestation: soit en raison de son ampleur, soit en raison des incidents potentiels.

Le maintien de l’ordre est, dans la police fédérale, d’abord l’affaire du Corps d’intervention.
Il compte environ 500 hommes réparti en 11 détachements d’une cinquantaine d’hommes (par province et pour les grandes villes dont Bruxelles). Si les véhicules portent encore parfois “Réserves générale”, celle-ci n’existe plus en tant que telle. Ses effectifs ont été versés au “Corps d’intervention” et marqués comme tel (d’un côté Police/Corps d’intervention, de l’autre Politie/interventiecorps).

Le Corps d’intervention a une réserve de 50 hommes qui est basée à Bruxelles.
Ce sont donc cent hommes formés à la répression des manifestations qui sont basé à Bruxelles en permanence.
Ceux-ci bénéficient de l’appui des 600 policiers de la Direction Sécurité Publique, qui offre toute une série de “service” allant de l’installation de barrage sur les rues à la gestion des images fournies par les arroseuses, l’installation de PC mobile ou la gestion du CRPA, le Centre de rassemblement pour personnes arrêtées, dans la caserne Géruzet à Etterbeek.

2° Les monospaces du Corps d’intervention

Leur présence près d’une manifestation indique presque toujours une force plus importante prête à intervenir.

Peugeot 807 du Corps d’intervention (trois exemplaires)

VW Jetta du Corps d’intervention (deux exemplaires)

Opel Zafira du Corps d’intervention (trois exemplaires)

 

3° Motos, motocyclettes, patrouilleuses et combis des polices locales

Dans les manifestations, elles servent à l’observation, au blocage de la circulation, à ouvrir et à fermer la marche du cortège.
Il peut y avoir des véhicules (voiture ou motos) banalisées dans le dispositif, servant à l’observation..
Elles sont de dizaines de types différentes possibles.

4° Combi et minibus: ne pas confondre

Il ne faut pas confondre ces minibus avec ce que l’on appelle les “combis”.
Combi vient de l’abréviation du mot allemand Kombinationenwagen, et a d’abord désigné l’utilitaire VW à moteur de coccinelle. Si l’acception la plus restrictive réserve le terme “combi” aux utilitaires VW de cette génération, une acceptation plus large désigne ainsi toutes les utilitaires VW héritiers (la gamme Transporter).
Dans l’acceptation “policière”, combi désigne une camionnette dont l’arrière est partiellement aménagé en espace bureau, de telle sorte que les policiers peuvent y procéder à des auditions, procéder à des alcootests, etc.
Certains modèles de véhicules peuvent servir à l’un comme à l’autre, comme les très courants VW Transporter T5 et T6, utilisés généralement comme combi, est aussi utilisé comme minibus pour le transport du personnel.
En règle générale, les minibus sont allongés et ont le toit rehaussé, etc.
Bien entendu, en cas de grande mobilisation, des combis peuvent être mobilisés, et parfois appartenant à des services â priori étrangers au maintien de l’ordre.

Un combi

Un minibus

Deux combis de la Police des chemins de fer mobilisés, pour leur plus grand malheur, à une manifestation des Gilets Jaunes

5° Les minibus

Parqués généralement hors de vue mais à proximité immédiate de la manifestation, ils transportent les policiers susceptibles d’intervenir en “robocop”.
On a un indice de l’imminence d’une intervention selon que les policiers soient entièrement équipés (casque sur la tête) ou non.

 

Minibus Renault Master (14 exemplaires) de l’Openbare veiligheid (Sécurité publique)

VW Transporter 5b rehaussés (trois exemplaires) du Corps d’intervention

Certains de ces véhicules sont spécialement équipés pour amener les policiers au plus près de l’affrontement, où de les appuyer dans l’affrontement en faisant barrage. Ces véhicules ont des protèges phares, des grilles amovibles pour protéger les vitres ainsi qu’une peinture ignifuge (à l’aspect granuleux).

Mercedes Sprinter rehaussé et protégé (remarquez le plexi qui protège les phares)

Usage tactique classique du minibus protégé: le barrage des rues

6° Les transporteurs blindés IVECO

Les Iveco 40 Turbo Daily 4×4 sont des transports de personnel blindés et protégés (peinture ignifuge), ils peuvent amener du personnel au plus près de l’affrontement et donner de la solidité à un barrage ou à une charge de police.

Cet IVECO porte encore la marque de l’ancienne Réserve générale. Ces véhicules sont anciens et en voie de retrait.

7° Les blindés Shortland 300

A la différence des IVECO blindés, ils n’ont pas pour mission de transporter du personnel, mais de barrer les rues ou de forcer les barricades

8° L’arroseuse Ziegler

Ces 12 camions sont équipés de 2 jets et comprennent 4 membres dans la cabine: le chauffeur, le chef de bord, et 2 opérateurs pour chacun des jets. Arroser n’est qu’on partie de leur fonction: elles jouent aussi le rôle de poste d’observation blindé avec une caméra dans chaque canon à eau, et une troisième sur mat télescopique, sur le toit, derrière la cabine. Les images peuvent être envoyées vers le centre de commandement.

9° Bus pour le transport de manifestants arrêtés

De type IVECO GX 337, ses vitres sont revêtues de telles sorte qu’on puisse voir du dedans vers l’extérieur mais pas le contraire.

10° L’U.M.S. Viséo

L’U.M.S. Viséo est une tour d’observation mobile, déployable à quatre mètres de hauteur,  adopté par la police de Bruxelles. Equipé de caméras embarquées, l’U.M.S. Viséo peut être stationné et s’élever sans pilote pour compléter provisoirement un dispositif de vidéosurveillance fixe. Il peut enregistrer ou transmettre en direct par 4G les images vidéo ainsi récupérées. Silencieux car électrique, l’U.M.S. Viséo se déplace en toute discrétion et peut être équipé de caméras infrarouges ainsi que de projecteurs longues portées.

11° L’unité anti lock-on

Ce Toyota Hilux est celui de l’unité anti-lock-on, spécialisée dans l’extraction de manifestants s’attachant ou s’enchainant à des grilles, des rails, etc.

12° Brigade canine

La police de Bruxelles (mais aussi celles des autres zones de police de la région bruxelloise) a une brigade canine. Elle roule dans en Volkswagen Caddy facilemeznt reconnaissance aux grands autocollant à tête de berger allemand.

13° Les hélicoptères

Ils sont de deux type, l’Explorer, bimoteur, généralement déployé pour les manifestations. Il est équipé de caméras susceptibles de produire des images capables d’identifier un manifestant.
Le 520, monomoteur et moins bien équipé en optronique, est davantage utilisé hors des villes (surveillance du trafic routier etc.)

Mc Donnell Douglas 902 Explorers (5 exemplaires)

Mc Donnell Douglas 520N – monomoteurs (deux exemplaires)

14° Les drones

La DAFA, la Direction de l’Appui Aérien) possèdent cinq drones.
L’administration régionale Bruxelles Prévention et Sécurité (BPS) en a acquis six pour des missions en extérieur (et deux pour des vols à l’intérieur des bâtiments). Ils sont mis en oeuvre par la Direction de Coordination et d’Appui (DCA) de la Police fédérale.
Leur optronique est inférieure à celle des hélicoptères

Ci-dessous: un drone de la DAFA. Remarquez les feux de navigation: rouge à babord et vert à tribord. Si vous voyez les feux vert à gauche (et donc les rouges à droite), le drone avance vers vous, si vous ne voyez que des feux verts ou rouges, il est de profil par rapport à vous.

 

Ci-dessous: un drone de BPS

Type d’image prise par un drone

La zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles et celle de Montgomery ont conclu un accord de coopération permettant à la première de mettre à disposition de la seconde une Unité d’assistance spéciale (UAS) pour des opérations dangereuses. Cet appui sera donc de deux ordres : soit urgent, comme dans une situation de crise telle qu’un Fort Chabrol (une situation où un individu, généralement armé se retranche dans un immeuble), soit planifié, comme une perquisition renforcée. Dans le premier cas, l’UAS sera mis à disposition 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. L’accord de coopération entre les deux zones de police bruxelloises a été conclu le 30 octobre et est entré en vigueur le 1er novembre. Il fera l’objet d’une phase de test jusqu’à la fin de l’année.

Policiers de l’unité d’assistance spéciale (UAS) de la police de Mons-Quévy

Policiers de l’unité d’assistance spéciale (UAS) de la police de Mons-Quévy

La direction du générale Contrôle du bien-être au travail (Division du contrôle régional du bien-être) a envoyé une note le 29 octobre aux services externes pour la prévention et la protection au travail. Dans cette note, on y apprend que le non-respect des mesures sanitaires sur de nombreux lieux de travail permet au virus de circuler librement. Cette nouvelle n’a rien de surprenant, puisque, depuis le début de l’épidémie, une majorité d’employeurs ne respectent pas les règles sanitaires (voir nos articles ici et ici).

La DG Contrôle du bien être au travail

La DG Contrôle du bien être au travail

Dans le port d’Anvers, environ 150 militants pour le climat ont pénétré ce samedi sur le site d’Ineos où l’entreprise pétrochimique souhaite implanter de nouvelles unités de production d’éthylène et de propylène. “Project One” est actuellement étudié par le gouvernement flamand, qui doit décider d’octroyer ou non un permis environnemental. Un premier avis positif a déjà été rendu par la Région la semaine passée. Les manifestants craignent que le géant de la chimie utilise du gaz de schiste pour produire de l’éthylène et du propylène, essentiels à la fabrication de plastique. En outre, plusieurs hectares de forêt doivent être défrichés dans le cadre de ce projet. C’est sur cette friche que les activistes se sont installés samedi. En fin d’après-midi, une petite cinquantaine d’activistes avaient été interpellés par les forces l’ordre. Le reste s’est rendu dans les bois tout proche. Certains se sont enchaînés, d’autres sont montés dans les arbres. Les forces de l’ordre ont mis fin samedi soir à l’occupation. En fin de journée, entre 80 et 100 activistes ont été arrêtés par la police sur le site, a indiqué le mouvement international Ineos Will Fall, à l’origine de l’action.

 

Depuis l’éclatement de l’épidémie de coronavirus, la Direction Générale du Contrôle du bien-être au travail a mis au point une stratégie afin de contrôler si les employeurs respectaient suffisamment les règles mises en place pour endiguer la propagation du virus comme le respect de la distanciation sociale ou le port du masque. Au cours de la période entre le 18 mars et le 28 août dernier, le service de Contrôle du bien-être au travail a réalisé 4700 contrôles dans les entreprises, dont plus d’un millier entre mars et avril, 2700 en mai et juin, et plus de 900 pendant les vacances d’été. Par ailleurs, 1630 contrôles ont été effectués à distance, c’est-à-dire par téléphone, sur base d’une check-list. La plupart de ces contrôles (1501) ont eu lieu en mars et avril, à savoir pendant le confinement. Des manquements aux règles sanitaires ont été constatés sur 3223 lieux de travail. La majorité des employeurs en défaut (3039) s’en sont sortis avec un “avertissement”.

Une majorités des employeurs contrôlés ne respectent pas les règles sanitaires

Une majorités des employeurs contrôlés ne respectent pas les règles sanitaires

Ces 8, 9 et 16 octobre 2020 avait lieu le procès en appel contre une douzaine d’anarchistes inculpés notamment “d’association de malfaiteurs”. Suite à leur acquittement déclaré en mai 2019 par la juge, le procureur avait, en effet, décidé de faire appel (voir notre article). Seul un militant inculpé était présent, lors du procès en appel. Il a refusé de répondre aux questions du juge. Le procureur Malagnini a requis des peines plus “sévères” (sic) qu’en première instance. Ces peines demandées vont de 3 à 6 ans de prison ferme “non-amménageables”. Le rendu de jugement sera prononcé le 12 novembre à 14h. Plus d’infos ici.

Affichage solidaire à Bruxelles

Affichage solidaire à Bruxelles

En Mai, début du déconfinement, un artiste et accompagné trois techniciens avaient réalisé une performance, sur la rue Neuve noire de monde. Cette performance, réalisée dans le but de dénoncer l’abandon du secteur culturel, avait rapidement été interrompue par la police. En juillet, les quatre activistes avaient reçus une amende de 250 euros chacun pour “interdiction de circuler” et avaient décidé de la contester avec l’aide d’une avocate. Leur contestation a été rejetée aujourd’hui et les quatre activistes doivent donc payer un total de 1000 euros.

1000 euros d'amendes pour un artiste qui avait dénoncé l'abandon du secteur culturel

1000 euros d’amendes pour un artiste qui avait dénoncé l’abandon du secteur culturel