Plus de 10.000 personnes ont défilé samedi à Saint-Sébastien pour réclamer la libération d’Arnaldo Otegi, dirigeant de Sortu, le parti de la gauche indépendantiste, emprisonné pour appartenance à l’ETA, et d’autres prisonniers politiques. Ils ont défilé derrière une grande bannière sur laquelle on pouvait lire, en basque: “libérez Arnaldo (Otegi) et Rafa (Diez)”, dirigeant du syndicat basque LAB. Ils ont scandé “independenzia”. Parmi les manifestants se trouvaient des dirigeants de la gauche abertzale (indépendantiste), du parti de gauche radicale Podemos et d’ERC (Esquerra Republicana de Catalunya, gauche indépendantiste en Catalogne). Arnaldo Otegi, 57 ans, ex-membre de l’ETA condamné notamment pour l’enlèvement du directeur d’une usine Michelin dans les années 1970, est l’ancien porte-parole de Herri Batasuna, puis Batasuna. Il a été une nouvelle fois interpellé en 2009 et condamné un an plus tard pour “appartenance à l’ETA”, dans le cadre de la doctrine Garzon (“tout est ETA”). Otegi, qui devrait sortir de prison en avril 2016, reste cependant le secrétaire général du principal parti indépendantiste basque, Sortu.

La tête de la manifestation

La tête de la manifestation

Le 21 a eu lieu une manifestation à Barcelone pour exiger la liberté des 5 arrêtés en Catalogne, qui sont en prison préventive depuis plus d’un mois à Madrid en régime FIES3, accusés de “bande armée”, “port d’explosifs” (des feux d’artifices) et “apologie de terrorisme”… Un enquête policière qui part de de la cartographie du profil facebook des compagnons et de leur participation à des manifs qui se sont terminées par des affrontements. Plus de 200 personnes se sont donc réunies sur les Ramblas pour parcourir le centre de la ville pendant deux heures.

Après les transferts, les prisonniers sont :
Yolanda au C.P. Madrid V, Soto del Real
Silvia au C. P. Madrid VII, Estremera
Juan au C. P. Madrid II, Alcalá Meco
José Carlos au C. P. Madrid VI, Aranjuez
Xabier au C. P. Madrid IV, Navalcarnero

manifestation pour les prisonniers anarchistes à Barcelone

manifestation pour les prisonniers anarchistes à Barcelone

Une manifestation mercredi 28 des pompiers en Catalogne, contre les coupes du gouvernement régional dans le budget de la prévention des incendies, a tourné à l’affrontement avec la police. Plusieurs centaines de pompiers s’étaient rassemblés devant le parlement régional de Catalogne. ils ont jeté des pétards et des bombes fumigènes et résistés à une charge de la police. Un manifestant a été arrêté.

Espagne: Pompiers contre policiers à Barcelone

Le Socorro Rojo Internacional est actif depuis une vingtaine d’années en Espagne, où il a pris le relais de l’Association des familles et Amis des Prisonniers Politiques (AFAPP). Il compte plusieurs comités régionaux (en rouge][Extramadure/rouge], en [rouge][Catalogne[/rouge], etc.) auxquels vient de s’ajouter un comité aux îles Canaries.

rouge][Le blog du nouveau comité[/rouge]

Etat espagnol: Nouveau comité régional du SRI

Mardi et mercredi, deux jeunes ont été arrêtés et placés en détention préventive suite aux désordres survenus lors de la grève générale à Barcelone le 29 mars dernier. Ils sont accusés, entre autre, de ‘désordres publics continus’, de ‘participation aggravée à des désordres’, de ‘dégradations’, et de ‘délit contre les droits fondamentaux et les libertés publiques’. En fin de semaine dernière, et en moins de 24 heures, trois locaux du CDC (Convergencia Democratica de Catalunya), parti au pouvoir en Catalogne, ont été la cible d’attaques solidaires à Andreu et à Ruben. Celui de Sabadell a subi un impact explosif, celui de Mataro a été caillassé et les vitres de celui de Premia ont été brisées. Des slogans pour la libération des deux jeunes ont été taggés sur les trois façades.

Attaque contre le siège du CDC

Attaque contre le siège du CDC

Ce mercredi 25, une juge d’instruction de Barcelone a ordonné l’emprisonnement sans possibilité de caution pour la Secrétaire d’Organisation de la CGT-Barcelone avec des accusations d’incendie, de dégâts indirect, de troubles à l’ordre public et de délits à l’encontre des droits fondamentaux. La CGT considère que cet emprisonnement est une vengeance du Gouvernement Catalan suite à la journée de grève générale (la CGT avec d’autres organisations, avait rassemblé plus de 15.000 personnes marchant pour le centre-ville et l’après-midi plus de 50.000).

Le 15 juin dernier, un groupe ‘d’indignés’ avaient tenté d’empêcher la tenue d’une session parlementaire à Barcelone, session au cours de laquelle devait être voté le budget 2011 de la Catalogne prévoyant de nombreuses mesures d’austérité. Les manifestants avaient bloqué l’entrée du bâtiment avant d’être violemment délogés par les forces de l’ordre. 23 personnes avaient été blessées au cours de l’intervention policière. Hier, le juge de l’Audience Nationale, principale instance pénale espagnole, a annoncé son intention d’ouvrir une enquête afin de déterminer si les incidents auraient pu constituer un délit contre les institutions de l’état, sur base de l’article 498 de code pénal qui punit ‘le recours à la force, la violence, l’intimidation ou la menace grave pour empêcher tout membre d’une assemblée parlementaire d’assister à ses réunions’.

Le campement des jeunes ‘indignés’ qui occupait depuis dix jours la Place de Catalogne a été violemment délogé ce matin. A 6h50, la police est arrivée sur place pour ‘dégager et nettoyer la place en vue des festivités de la Ligue des Champions’ qui aura lieu demain soir. Casqués et armés de matraques, les policiers ont commencé par confisquer tous les objets ‘dangereux’: casseroles, ustensiles de cuisine,… Très vite, les quelques 450 personnes présentes sur place organise un sit-in de protestation, empêchant l’entrée des camions de nettoyage sur la place. Les policiers ont alors fait usage de matraques et de balles en caoutchouc à l’encontre des manifestants, blessant 43 d’entres eux. En quelques minutes, tous les jeunes étaient dispersés et le campement totalement délogé.