Le président colombien Juan Manuel Santos s’est dit samedi prêt à accélérer les négociations de paix avec les FARC, quelques heures après l’annonce de la mort de sept guérilleros, dans le cadre de l’opération militaire qui a fait au total 33 morts depuis jeudi dans les rangs ds FARC. Les derniers affrontements ont opposé des militaires à des membres de front n°18 FARC dans un hameau de la ville de Segovia, dans le département d’Antioquia (nord-ouest), tuant sept guérilleros et en blessant un autre. Les militaires ont saisi des armes, des clé USB, du matériel logistique

La guérilla des FARC a suspendu vendredi sa trêve instaurée il y a six mois, critiquant l’incohérence du gouvernement Santos après les bombardements de l’armée, jeudi, contre un campement de la rébellion dans le sud-ouest du pays, qui ont coûté la vie à au moins 26 guérilleros – l’un des pires revers essuyés par la guérilla depuis le lancement des pourparlers de paix.

Opération anti-guérilla de l’armée colombienne

Opération anti-guérilla de l'armée colombienne

Les FARC ont a annoncé ce vendredi 22 mai, que le cessez-le-feu en place depuis décembre ne pouvait plus durer, suite au raison du raid de l’armée qui a tué hier jeudi 26 guérilleros dans le département du Cauca. Ce raid mené par une force conjointe de la 3e division de l’armée, par des avions et hélicopètes de la force aérienne, et par des embarcations de la marine remontant le Rio Guapi, intervient un peu plus d’un mois après la levée par le président colombien Juan Manuel Santos du moratoire sur les bombardements militaires à l’encontre de la guérilla. L’attaque dans le Cauca avait pour cible une unité du Front 39 des FARC accusée d’avoir mené en novembre dernier une attaque sur l’île colombienne de Gorgona dans le Pacifique au cours de laquelle un officier avait été tué. Le campement des rebelles se trouvait dans la région de Guapi, à 480 km de Bogota.

Quelques un des guérilleros tués dans le Guapi

Quelques un des guérilleros tués dans le Guapi

Plus de cent ordres d’arrestation contre le dirigeant des FARC, Timoleon Jimenez dit «Timochenko», ont été suspendus pour faciliter les pourparlers de paix avec le gouvernement colombien à Cuba, a annoncé vendredi dernier le procureur général de Colombie. Timochenko a été reconnu comme négociateur.

Timoleon «Timochenko» Jimenez

Timoleon «Timochenko» Jimenez

Le coup de filet, qui a mobilisé plus de 600 militaires, policiers et magistrats, s’est déroulé la semaine dernière dans plusieurs régions du sud et de l’est de la Colombie, des zones frontalières avec le Brésil et le Venezuela. Il a porté un coup au financement des FARC. Les autorités sont intervenues dans 63 sites d’exploitation illégale d’or, de tungstène ou encore de cobalt. Parmi les personnes interpellées figurent 12 guérilleros présumés des FARC ainsi que cinq étrangers, quatre Brésiliens et un Vénézuélien.

Une exploitation minière clandestine des FARC

Une exploitation minière clandestine des FARC

Une attaque des FARC contre une patrouille de l’armée s’est produite dans la nuit de mardi à mercredi à La Esperenza, un hameau de la province du Cauca, un des fiefs de la guérilla. Les militaires appartenant à la 3e division de l’armée ont été atttaqués àl’IED, à la grenade et à l’arme automatique. 11 militaires ont été tués et 19 blessés. L’évacuation des blessés dans cette région isolée et montagneuse s’est déroulée dans des conditions climatiques difficiles. La Colombie a décidé mercredi de reprendre les bombardements aériens contre les FARC, suspendus depuis plus d’un mois pour favoriser les négociations de paix, en réponse à l’attaque.

Une attaque des FARC contre une patrouille de l’armée s’est produite dans la nuit de mardi à mercredi à La Esperenza, un hameau de la province du Cauca, un des fiefs de la guérilla. Les militaires appartenant à la 3e division de l’armée ont été atttaqués àl’IED, à la grenade et à l’arme automatique. 11 militaires ont été tués et 19 blessés.

Une attaque des FARC contre une patrouille de l’armée s’est produite dans la nuit de mardi à mercredi à La Esperenza, un hameau de la province du Cauca, un des fiefs de la guérilla. Les militaires appartenant à la 3e division de l'armée ont été atttaqués àl'IED, à la grenade et à l'arme automatique. 11 militaires ont été tués et 19 blessés.

Les FARC, qui observent un cessez-le-feu illimité depuis décembre en Colombie, ont reconnu hier mercredi avoir tué un soldat lors de récents combats provoqués par l’armée dans la province du Meta, dans le centre du pays. « Nous regrettons la mort » du soldat mais « elle aurait pu être évitée si le gouvernement n’attaquait pas la guérilla durant sa trêve », a déclaré Pastor Alape, l’un des commandants des FARC. Au cours de ses opérations dans le Meta, l’armée affirme que des détachements de la septième brigade ont capturé lors d’un combat, cinq guérilleros. Quatre d’entre eux, blessés dans la fusillade, ont été emmenés par hélicoptère à la ville de Villavicencio où ils sont traités dans un centre médical. L’armée a aussi récupéré des armes et des munitions.

Engagées dans des pourparlers de paix, délocalisés depuis plus de deux ans à Cuba, les FARC réclament régulièrement aux autorités de Bogota la suspension des opérations militaires à son encontre. Le président Juan Manuel Santos a exclu jusqu’à présent toute trêve avant la signature d’un accord de paix définitif. Le chef de l’Etat a toutefois prononcé la semaine dernière un arrêt des bombardements durant un mois en signe d’apaisement.

Colombie: Un militaire tué par les FARC, 5 guérilleros capturés

Une guérillera des FARC connue sous le nom de « La Tata », commandante des milices du Front 15 du Bloc Sud des FARC (actif dans le département de Caquetá) a été capturée par une opération conjointe de la police nationale et des forces spéciales des l’armée colombienne (la Force Jupiter de la sixième division de l’armée), en coordination avec la police nationale. Dans une action simultanée, les militaires de la 6e Division capturé ont capturé un autre guérillero recherché et connu sous le nom de guerre « Jair Guerra ».

Colombie: Deux guerilleros recherchés arrêtés

Deux guérilleros des FARC sont morts dimanche lors de plusieurs opérations militaires dans le département de Meta (centre), ont rapporté les forces armées. Ils étaient connus sous les pseudonymes de « Paisa Salado » et « Camila », et étaient chacun en possession d’un fusils et de munitions lorsqu’ils ont été tués par l’armée dans le village de Fondation (canton de Puerto Rico).

Neuf membres présumés des FARC ont été arrêtés dans plusieurs opérations dans le sud-ouest de la Colombie, alors que la guérilla observe un cessez-le-feu unilatéral. Les autorités accusent les personnes arrêtées dans plusieurs localités du département de Cauca d’être responsables d’une attaque au fusil et aux explosifs contre les patrouilles de la police en octobre 2012, qui avait fait six morts chez les policiers. Les neuf personnes arrêtées sont également soupçonnées d’avoir participé à une attaque contre une agence bancaire de Caloto, en 2011, dans laquelle quatre policiers étaient décédés, et à une attaque contre un véhicule de transport de fonds en 2012, à Santander de Quilichao.

Une opération militaire anti-FARC

Une opération militaire anti-FARC

Un soldat colombien a été tué par les FARC, le premier depuis la trêve instaurée par la guérilla. La fusillade s’est produite le 9 janvier dans une zone rurale de Belén de los Andaquíes, dans la province du Caqueta (sud). Il survient alors que la guérilla observe depuis le 20 décembre un cessez-le-feu unilatéral, tout en se réservant le droit à l’autodéfense en cas d’opérations militaires dirigées contre elles. Les FARC ont aussi déclaré avoir tué huit militaires dans la province du Meta (centre), dans une opération défensive, mais ces pertes ont été démenties par l’armée.

Une colonne des FARC

Une colonne des FARC