L’armée colombienne affirme avoir capturé 20 guérilleros des FARC (dont quatre dans une zone rurale de l’Aranca) et un de l’ELN dans une série d’opérations dans diverses régions du pays, mais particulièrement destinées à affaiblir le « Bloc Sud » des FARC. Des opérations ont eu lieudans le Nariño, Cauca, Meta, Guaviare, etc. Des armes et des explosifs ont été saisis.

Quatre combattants des FARC ont été tués ce week-end dans des affrontements avec l’armée gouvernementale dans les provinces d’Arauca, Meta et Cauca. Deux jeunes guérilleros (23 et 18 ans) ont été tué dans une zone rurale des environ de Tame,une ville de l’Arauca. Une guérillera a été capturée lors de la même opération. Une guérillera du 40e Front des FARCF a été tuée à La Uribe, une ville du Meta. Un combattant du 6e Front des FARC a été tué à Toroto, une zone rurale du Cauca.

Deux policiers ont été tués vendredi dans une embuscade attribuée à la guérilla des FARC, dans l’ouest de la Colombie, avant la reprise de négociations de paix avec les autorités. Les deux agents ont été la cible d’un tir nourri dans la matinée alors qu’ils se livraient à des exercices de sécurité à Jambalo dans le Cauca.

L’armée colombienne a abattu six guérilleros des FARC et en a capturé huit autres lors d’affrontements dans le sud du pays. Les combats, qui remontent à la nuit de lundi à mardi, se sont déroulés dans la localité de Tumaco, située dans la province de Nariño. Quatre rebelles ont aussi été capturés mardi dans la province du Cauca (sud-ouest) et quatre autres se sont rendus dans celle de Tolima (centre).

guérilleros abattus

guérilleros abattus

Deux opérations conjointes de la police et de l’armée colombiennes se sont soldées jeudi par la mort d’un commandant des FARC et l’arrestation d’un autre. Un commandant connu sous l’alias d' »El Enano », qui combattait dans les FARC depuis 12 ans, a été tué lors d’un affrontement à El Tambo (sud-ouest le département du Cauca). Il commandait les force mobile des FARC « Jacobo Arenas ». Carlos Andres Lombana, a été capturé à Mesetas, dans le département du Meta, il était à la tête du Commandement conjoint mixte « Héros de Marquetalia », qui a planifié la moitié des opérations de la guérilla dans le département de Meta et dans les villes de La Uribe , San Juan de Arama et La Macarena. Des armes et du matériel de communication ont été saisis lors de ces opérations.

Une unité du Front n°15 des FARC a attaqué une patrouille de l’armée colombienne qui assuraient la sécurité des infrastructures routières de la région, tuant un sous-officier et trois soldats. Les guérilleros s’étaient déguisés en ouvriers travaillant à la construction d’un nouveau pont sur la rivière San Pedro dans la municipalité de La Montanita, département de la Caqueta (sud). Cette attaque est survenue au lendemain des élections législatives qui ont vu les Colombiens apporter un soutien en demi-teinte au processus de paix avec les FARC, en conservant une majorité relative au président Juan Manul Santos. Elles se sont déroulées sans incident notable contrairement aux scrutins précédents, les attaques armées avaient connu une baisse de 90% par rapport aux élections de 2010.

Cinq policiers ont été tués et trois autres blessés lundi dans une embuscade des FARC dans la municipalité de Taraza (département d’Antioquia, nord-ouest du pays), où ces agents se livraient à l’arrachage de plants de coca. Les blessés ont été transportés vers les centres hospitaliers les plus proches, avec l’appui de l’armée de l’air.

Un guérillero des FARC et un soldat ont été tués lors d’une offensive militaire menée dans le sud de la Colombie, alors que les négociations de paix ont repris. Ces combats se sont produits en l’espace de 24 heures dans les localités de Toribio et Tumaco, située dans les provinces du Cauca et du Nariño, des régions où est bien implantée la guérilla.

Guillermo Enrique Torres, alias Julián Conrado, le «chanteur de la guérilla», cadre des FARC et auteur de plusieurs CD clandestins, avait été capturé au Venezuela «chaviste» en 2011, où la justice devait statuer d’une demande d’extradition de la Colombie. Conrado avait rejoint les FARC à la fin des années 1980 suite à la répression subie par l’Union patriotique, parti dans lequel il militait. Dans le cadre des négociations de paix, il a obtenu la levée de cette demande par Bogotá, sa libération, puis son transfert à La Havane, à la demande de la délégation des FARC.