Ulser Pillpa Paitán, 23 ans, alias ‘Camrade Johnny’, a été arrêté dans la ville de Huanta, dans la région andine d’Ayacucho, durant l’opération policière ‘Genesis 2010’. Il serait le responsable politique de la guérilla maoïste dans le département d’Ayacucho. Trois autres personnes auraient été arrêtées.

Mardi passé, deux autres responsables du Parti Communiste du Pérou avaient été arrêtés dans le sud de la région d’Ayacucho. Percy Cartolin Sinchi Tuyo avait été arrêtée à Huanta et Miguel Angel Abad à Huamanga.

L’armée colombienne a fait échouer une attaque des FARC contre Orlando Beltran, candidat aux élections législatives et ancien prisonnier des FARC. Les militaires ont désamorcé deux charges de 50 kg d’explosifs placées sur les bas-côtés de la route allant de la ville de Neiva au village de Vegalarga. Un membre des FARC a été arrêté.

Un officier de l’armée en désaccord avec le régime actuel est sorti de l’ombre en début de semaine afin de témoigner et de rendre publiques les différentes missions qu’ont reçu l’armée et la police hondurienne depuis le coup d’Etat du mois de juin dernier. Son témoignage vient renforcer tout ce qui était largement soupçonné, mais indique également des éléments inquiétants, tels que le fait que l’armée est actuellement formée aux techniques antiterroristes et qu’elle dispose d’un matériel d’espionnage très perfectionné provenant de pays étrangers (probablement des Etats-Unis et d’Israël). Il indique que la mission qui leur est allouée aujourd’hui (alors que la mission initiale consistait à réprimer la population afin d’épuiser les manifestants dont le mouvement se serait éteint de lui-même) est d’éliminer purement et simplement toute menace contre le régime et donc tous les leaders de l’opposition disséminés à travers le pays. Dans ce but, des militaires et des policiers s’infiltrent dans toutes les organisations populaires ainsi que dans le réseau de diffusion et les sites web de la résistance. De plus, il indique que des listes ont été élaborées, désignant toutes les personnes à éliminer (leaders des foules manifestant contre le putsch, organisateurs au sein des communautés, leaders populaires des mouvements des travailleurs, nouveaux leaders avec des idées socialistes/communistes ayant un haut pouvoir de pénétration dans toutes les couches de la population,…). Selon lui, les personnes tuées ces derniers mois ont toutes été des objectifs préalablement sélectionnés. Enfin, l’officier affirme également que les corps de sécurité du régime reçoivent une formation continue de la part de formateurs mercenaires antiterroriste internationaux.

Dossier(s): Amérique Latine Archives Tags:

La guérilla du Parti Communiste du Pérou aurait fait tué un sergent et blessé 8 autres militaires lors d’une attaque contre une base militaire de la région del Valle de los Ríos Apurímac y Ene (VRAE) qui couvre les zones boisées des régions de Cuzco, Junín et Huancavelica. L’attaque, menée avec des armées lourdes pendant la matinée de jeudi, visait la base ‘anti-terroriste’ de Bajo Somabeni, à 335 kilomètres au sud-est de Lima.

La guérilla des FARC a tendu une importante embuscade mardi dans le sud-ouest due la province de Cauca. Une charge explosive a été déclenchée au passage d’un véhicule de la police militarisée qui faisait route vers la capitale provinciale, Popayan, et une violente fusillade s’en est suivie. Trois policiers, dont le capitaine commandant la patrouille, ont été tués, et quatre autres blessés.

Les incidents armés se multiplient dans la province de Cauca où se tiendront en mars des élections régionales. L’incident le plus violent ayant eu lieu il y a dix jours, lorsque neuf militaires ont été tués et quatre autres ont été blessés.

Ce mardi, les troupes colombiennes ont abattu au moins onze guérilleros des FARC dans la région rurale de Miraflores, dans le département du Guaviar. Il a été rapporté que Leionardo Antonio Marin Cano, alias ‘Pinguino’, un des leaders du mouvement fait partie des victimes.

Plus tard dans la journée, des membres présumés des FARC ont attaqué les quartiers généraux de trois candidats aux élections prévues le mois prochain dans le sud-ouest du pays. De petites bombes ont explosé, ne faisant aucun dégât.

Plus de 30.000 assassinats, 2.500 disparus en moins de vingt ans. Ces chiffres parlent d’une violence effroyable, tout juste comparable, en Amérique latine, à la répression de la dictature argentine qui aurait fait disparaître 30.000 opposants. Pour la première fois, le parquet colombien a donné le 17 février les statistiques officielles d’une vague de meurtres longtemps niée par le pays. Elles correspondent aux crimes avoués par les milices paramilitaires dans le cadre d’un processus dit de ‘justice et paix’ mis en place depuis leur démantèlement en 2003. Une loi, polémique, avait alors été adoptée: moyennant des aveux complets, les paramilitaires qui rendaient les armes ne pourraient pas être condamnés à plus de huit ans de prison.

Ces remises de peine ont permis de commencer à lever le voile sur des années de violences. Dans les salles d’audience, bien des mères de victimes se sont effondrées en écoutant les bourreaux raconter d’un ton mécanique comment ils avaient découpé le corps de leur fils à la machette pour le jeter dans un fleuve. Créées dans les années 1980 par des propriétaires terriens et des militaires pour lutter contre les FARC, les ‘Autodéfenses’ colombiennes ont contrôlé des régions entières, assassinant non seulement des guérilleros, mais aussi ceux qu’ils considéraient comme leurs complices. Paysans, militants de gauche, étudiants ou simples villageois ont été supprimés, parfois pour avoir vendu une cigarette à l’ennemi.

En 2002, alors que l’enlèvement d’Ingrid Betancourt faisait la une des journaux, les 30.000 combattants des groupes d’autodéfense expulsaient des milliers d’Indiens de la Sierra Nevada colombienne, brûlaient dans des fours certaines de leurs victimes, ou les jetaient aux caïmans dans les immenses haciendas de leurs chefs. Les confessions macabres ne sont pas finies. Luis Gonzalez Leon, chef de l’Unité de justice et paix qui reçoit les aveux de ces combattants, affirme qu’ils pourraient reconnaître 120.000 meurtres.

Près du tiers des parlementaires colombiens élus en 2002 font l’objet d’une enquête pour complicité avec ces escadrons de la mort. La grande majorité portait l’étiquette de partis proches de l’actuel président Alvaro Uribe. Parmi eux figure même l’ancien sénateur Mario Uribe, son cousin.

Les paramilitaires continuent à sévir. Ces bandes armées, héritières de leurs anciens chefs, ont fait remonter les indices de violence de Medellin, Cali et la côte pacifique colombienne à des niveaux préoccupants. Dans ces régions, certaines familles ont eu à peine le temps de récupérer les restes d’un proche tué par les Autodéfenses, qu’il leur fallait déjà enterrer une victime de ces nouveaux groupes.

Dossier(s): Amérique Latine Archives Tags:

Les frères Omar Alonso Restrepo Ospina et José de Jesús Restrepo étaient membres de la Fédération Agrominière du Sud de Bolivar (Fedeagromisbol). Ils étaient partis de la municipalité de Montecristo vers Caucasia (Antioche) le 10 février dans l’intention d’acheter des pièces détachées pour leur véhicule. Selon des habitants de la zone, les frères ont été abordés par un groupe armé 20 minutes avant d’atteindre la municipalité de Nechí et emmenés vers une destination inconnue. Deux jours après, leurs corps sans vie sont apparus avec signes de torture dans la rivière Cauca, à la hauteur des municipalités d’Achí et de Guaranda.

Les organisations populaires ont dénoncés ces meurtres comme relevant d’une stratégie intégrée de la part du Gouvernement National, des multinationales minières de l’or et de celles productrices de palme qui essaient de s’emparer des ressources naturelles de la région.

Vendredi 12 février à la tombée de la nuit, l’artiste hondurien Hermes Reyes, qui est aussi membre du Vaste Mouvement pour la Dignité et la Justice, dont l’organisation est liée au Front National de Résistance Populaire (FNRP), a été victime d’un attentat alors qu’il sortait d’une réunion du FNRP.

A l’aube du lundi 15 février, Julio Funès Benitez, membre de la résistance et appartenant au Syndicat SITRASANAA a été assassiné. Ses assassins ont disparu sans être inquiétés à bord d’un taxi, dans les environs du quartier Brisas del Norte, de Comayaguela.

Dossier(s): Amérique Latine Archives Tags: