Le 15 juin dernier, un groupe ‘d’indignés’ avaient tenté d’empêcher la tenue d’une session parlementaire à Barcelone, session au cours de laquelle devait être voté le budget 2011 de la Catalogne prévoyant de nombreuses mesures d’austérité. Les manifestants avaient bloqué l’entrée du bâtiment avant d’être violemment délogés par les forces de l’ordre. 23 personnes avaient été blessées au cours de l’intervention policière. Hier, le juge de l’Audience Nationale, principale instance pénale espagnole, a annoncé son intention d’ouvrir une enquête afin de déterminer si les incidents auraient pu constituer un délit contre les institutions de l’état, sur base de l’article 498 de code pénal qui punit ‘le recours à la force, la violence, l’intimidation ou la menace grave pour empêcher tout membre d’une assemblée parlementaire d’assister à ses réunions’.

En Espagne, sept prisonniers et prisonnières antifascistes sont gravement malades, une campagne est animée pour leur libération. Il s’agit de :

Enrique KUADRA ETXEANDIA, militante des GRAPO. Depuis 23 ans en prison, en 4 fois, autant en Espagne qu’en France. Cancer de la prostate. Sa prochaine opération nécessitera une récupération très délicate, impossible en prison. Détenu 2.000 km de sa famille.

Manuel PÉREZ MARTÍNEZ, secrétaire sénéral du PCE(r), âgé de 67 ans. Depuis 18 ans en prison, en 3 fois. Grave maladie occulaire, hernie du hiatus et faiblesse générale. Détenu à l’isolement à 840 km de sa famille.

María José BAÑOS ANDUJAR, militante des GRAPO. Depuis 18 ans en prison, en 2 fois. Elle a besoin de l’implantation d’un rein et elle est malade du H.I.V. Depuis 2010, elle est dans l’attente d’une implantation d’une déviation coronaire. Détenue à 2.000 km de son entourage.

Manuel ARANGO RIEGO, militant du PCE(r), âgé de 65 ans. Depuis 10 ans en prison, en 2 fois. Il souffre d’une grave sciatique chronique. Graves problèmes de mobilité. Hypermédicalisé. Détenu à 670 km de sa famille.

Carmen MUÑOZ MARTÍNEZ, militante du PCE(r). Depuis 28 ans en prison, en 2 fois. Elle souffre d’un cancer du sein dont elle a du être opérée puis se soumettre à de dures séances de chimiothérapie et d’autres séances de réhabilitation. Etat de santé général très mauvais. Hypermédicalisée. Détenu à 800 km de sa famille.

Laureano ORTEGA ORTEGA, militante des GRAPO. Âgée de 49 ans. Depuis 22 ans en prison, en 3 fois. En septembre 2010, elle a souffert d’une attaque au coeur qui lui a valu une entrée en hospitalisation dans un état très grave et désormais très médicalisée et épuisée. Détenue à l’isolement, à 2200 km de sa famille.

Isabel APARICIO SÁNCHEZ, militante du PCE(r). Âgée de 57 ans. Depuis 8 ans en prison, en 2 fois. Elle a de l’arthrose et de l’ostéoporose générale, une flébite, une sinusite chronique grave, des cataractes et les vertèbres lombaires qui nécessitent plusieurs opérations obligatoires pour ne pas finir définitivement en chaise roulante. Détenu à 240 km de sa famille.

Mardi matin, la police madrilène a évacué le campement des ‘indignés’ planté dans le centre de Madrid depuis le 15 mai dernier. Hier, pour la troisième journée consécutive, plus de 200 policiers anti-émeutes avaient été déployés afin d’empêcher les manifestants de réoccuper la place. En fin de journée, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées pour dénoncer cette interdiction. Après avoir fait face au policier autour de la place en leur scandant divers slogan, la foule a traversé le centre-ville, bloquant plusieurs fois la circulation en s’asseyant au milieu de la rue, et entraînant la fermeture d’une station de métro et l’arrêt d’un train de banlieue. Les manifestants ont ensuite convergé vers le Ministère de l’Intérieur. C’est là que la police anti-émeute les a chargé pour disperser le rassemblement. Les affrontements ont fait au moins vingt blessés. Par ailleurs, trois personnes ont été interpellées.

Arrestation d'une indignée à Madrid

Arrestation d’une indignée à Madrid

Dossier(s): Archives Espagne Tags: ,

Cinq militants du Parti Communiste des Peuples d’Espagne (PCPE) ont été arrêtés, à Gijón, entre le 14 et 15 juin, pour « terrorisme » suite aux accusations d’avoir lancé des cocktails molotov contre une banque lors d’une manifestation en janvier. Parmi les inculpés, Sergio Naves, candidat à la municipalité pour le parti. Trois des accusés sont pour leur part membres des CJC-CMC (les jeunes communistes du PCPE des Asturies). Tous réfutent les accusations portées à leur encontre, recevant la solidarité pleine de leur parti. Seul trois des militants furent, par la suite, placés en garde à vue sous la suspicion d’être les auteurs de cette dégradation.

Le 17 juin, l’Audience Nationale a décidé de libérer les trois membres du PCPE considérant que cette affaire ne relevait pas du “terrorisme” mais d’un “délit commun” et n’avait donc pas à être examinée par un tribunal d’exception. Une décision qui a contrarie les ambitions de la police de Gijón qui comptait appliquer aux communistes asturiens la législation anti-terroriste qui se rapporte à ce qui est dénommé “Kale Borroka” (lutte de rue) au Pays Basque. Le PCPE coordonne actuellement une campagne de solidarité à travers toutes les provinces du pays avec les “5 des Asturies”.

Dossier(s): Archives Espagne Tags: ,

Eladio Ferreira, Olaia Freiria, David Herrero, Sara Lago, José Ramón Mallén, Javier Moreno, Sharon Nuñez, Eneko Pérez, Jose Valle et trois autres activistes anti-spécistes ont été arrêtés la semaine passée à Madrid, à A Coruña (Galice) et dans d’autres localités. On les accuse d’attentats contre des magasins de fourrure, des fermes d’élevage d’animaux et des industries chimiques qui font usage des expériences en laboratoire sur les animaux. Détenus à Madrid, Jose Valle, Sharon Nuñez et David Herrero ont comparus devant le un juge à Santiago de Compostela, jeudi 23 juin. Ils sont en grève de la faim pour exiger leur libération immédiate et revendiquent le droit de ne pas déclarer. Dans plusieurs villes, des manifestations ont eu lieu en soutien.

Dossier(s): Archives Espagne Tags: ,

Dans la nuit de mercredi à jeudi, à Valence, plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées devant le parlement. Celui-ci devait, dans la matinée, désigner son président, et les manifestants s’étaient rassemblés pour dénoncer la classe politique accusée de ne pas représenter les citoyens. Mais jeudi matin, la police anti-émeute est entrée en action afin de disperser la foule avant l’arrivée des parlementaires, affirmant avoir été provoquée par un manifestant qui aurait tenté de franchir le cordon de sécurité. Au total, 18 personnes ont été légèrement blessées, dont huit policiers. Plusieurs personnes ont néanmoins du être hospitalisées. Cinq personnes ont également été interpellées. Cette opération policière n’a pas empêcher la foule de rester en ville, où se tient toujours un camp ‘d’indignés’. D’ailleurs, environ mille personnes se sont retrouvées quelques heures plus tard devant le quartier général de la police de Valence pour exiger la libération des cinq personnes interpellées plus tôt dans la journée.

Dispersion d'une manifestation à Valence

Dispersion d’une manifestation à Valence

Dossier(s): Archives Espagne Tags: ,

Le campement des jeunes ‘indignés’ qui occupait depuis dix jours la Place de Catalogne a été violemment délogé ce matin. A 6h50, la police est arrivée sur place pour ‘dégager et nettoyer la place en vue des festivités de la Ligue des Champions’ qui aura lieu demain soir. Casqués et armés de matraques, les policiers ont commencé par confisquer tous les objets ‘dangereux’: casseroles, ustensiles de cuisine,… Très vite, les quelques 450 personnes présentes sur place organise un sit-in de protestation, empêchant l’entrée des camions de nettoyage sur la place. Les policiers ont alors fait usage de matraques et de balles en caoutchouc à l’encontre des manifestants, blessant 43 d’entres eux. En quelques minutes, tous les jeunes étaient dispersés et le campement totalement délogé.

Une opération conjointe de la police espagnole, de la police péruvienne et d’INTERPOL a débouché sur l’arrestation en Espagne, de Marie Hilda Pérez Zamora. La police péruvienne affirme que sous le pseudonyme de camarade “Noemí”, “Miriam” ou “Marilyn”, Marie Hilda Pérez Zamora (qui serait entré en Espagne avec de faux papiers) est une des dirigeante du PCP-SL pour la région de Cajabamba.

Dossier(s): Archives Espagne Tags: , , ,

Ce 8 mai 2011, le prisonnier politique des GRAPO: Miguel Angel Bergado a été libéré après 30 années d’incarcération, toujours en “premier degré” du Régime Pénitentiaire espagnol (le plus sévère), dispersé et soumis à tout type de violences et de tentatives d’humiliations.

Miguel est en 1958 dans la petite localité de Quintanilla (Province de Burgos), il vient d’une famille paysanne très pauvre. Malgré tout, il a réalisé des études pour être enseignant. En 1979, il entre en contact avec les GRAPO. Il participe à l’infrastructure de l’opération qui a permis,le 17 décembre 1979, de faire évader 5 militants antifascistes de la prison de Zamora. Peu après, il passe à la clandestinité et prend notamment part à l’action armée qui a coûté la vie à un général de l’Armée espagnole, le 5 Mai 1981 à Madrid. Le 8 mai 1981, Miguel est arrêté à Madrid, à l’âge de 23 ans. Il est sévèrement torturé lors de son passage au commissariat. En 1990: il est condamné à 55 ans de prison. Lors de la grève de la faim des prisonniers antifasciste, Miguel a une bagarre avec un gardien de prison particulièrement brutal avec les gréviste. Depuis lors, Miguel a été particulièrement soumis à un contrôle absolu, à l’isolement et aux mauvais traitements. Miguel aurait dû être libéré en novembre 2006. Après avoir accompli 25 ans et demie en prison (y compris avec sa condamnation légale déjà largement dépassée), mais il a continue d’être détenu au moyen de la dernière loi d’application des peines qui lui a été appliquée de façon rétroactive.

30_anos_preso_001.jpg

L’Audience Nationale a condamné à 11 ans et huit mois de prison les militants du PCE (r) Manuel Raymond Arango Riego, Isabelle Aparicio Sanchez et Francisco Cela Seoane pour délit de “intégration dans une organisation terroriste et de falsification de documents officiels”. De plus, elle impose à chacun d’eux une amende de 4.320 euros.

La plus lourde peine est pour le militant du PCE (r) Lucio García Blanco jugé coupable de “un délit d’intégration dans une organisation terroriste, falsification de documents, détention d’arme et d’explosifs à des fins terroristes”: 20 ans et onze mois dans une prison. Jorge García Vidal est condamné à 10 ans de prison par “falsification de documents officiels et détention d’explosifs à des fins terroristes”. 12 ans de prison Israel Clemente pour “falsification de documents, détention d’arme et d’explosifs”.