Le 3 mai prochain, la réunion mensuelle de politique monétaire de la Banque Centrale Européenne se tiendra à Barcelone. A cette occasion, les autorités ont déployé un large dispositif policier et pris diverses mesures en vue d’empêcher toute potentielle manifestation de contestation. Depuis mardi dernier, l’Espagne a rétabli les contrôles à sa frontière avec la France et dans certains aéroports, suspendant ainsi les accords de Schengen et limitant la libre-circulation des personnes. Depuis vendredi, et jusqu’au 4 mai, 4500 agents de police régionale sont mobilisés et cet effectif pourrait être renforcé par 2000 agents de police et de la Garde Civile.

Dossier(s): Archives Espagne Tags: ,

Le gouvernement catalan avait gracié cinq policiers reconnus coupables de blessures, torture, mauvais traitements et détention illégale, délits pour lesquels ils devaient purger une peine d’interdiction professionnelle, plusieurs années de prison et une amende. Suite à l’approbation d’un décret royal, ces agents « retourneront et se réintégreront la police étant donné que le Conseil des ministres a commué la peine d’interdiction – qui les empêchait d’exercer de nouveau – en celle de suspension…

Quelques jours plus tard, la secrétaire à l’organisation de la CGT de Barcelone, Laura Gómez, était arrêtée et emprisonnée pour sa participation le 29 mars à une performance à la porte de la Bourse de Barcelone, au cours de laquelle ont été symboliquement brûlées des boîtes en carton avec des papiers à l’intérieur. Une action de protestation pour laquelle le ministère public a demandé et que la juge a décrété « la détention provisoire avec droit de visite et sans possibilité de libération sous caution étant donné la gravité des faits et pour éviter le risque de fuite, de dissimuler des preuves et l’empêcher de commettre d’autres délits ». Cette syndicaliste est pourtant sans antécédents judiciaires, avec domicile fixe, emploi stable et une fille qui vit avec elle. La campagne pour Laura Gomez se développe.

Voir le site de la campagne

laura_libertadjpg.jpg

Ce mercredi 25, une juge d’instruction de Barcelone a ordonné l’emprisonnement sans possibilité de caution pour la Secrétaire d’Organisation de la CGT-Barcelone avec des accusations d’incendie, de dégâts indirect, de troubles à l’ordre public et de délits à l’encontre des droits fondamentaux. La CGT considère que cet emprisonnement est une vengeance du Gouvernement Catalan suite à la journée de grève générale (la CGT avec d’autres organisations, avait rassemblé plus de 15.000 personnes marchant pour le centre-ville et l’après-midi plus de 50.000).

Le gouvernement espagnol a décidé de rétablir les contrôles aux frontières avec la France lors du Forum de la Banque Centrale Européenne qui aura lieu le 3 mai prochain à Barcelone. Le but étant d’éviter l’afflux de manifestants, quelques semaines après la grève générale qui déclencha d’énormes émeutes dans cette même ville. L’accord de Schengen sera donc suspendu entre le 24 avril et le 4 mai, 2000 agents renforceront la police catalane qui reffuse de divulger l’effectif déployé lors du sommet, les médias estiment que 6’000 agents, tous corps confondus, garderont le sommet. Le gouvernement espagnol travaille également à des lois contre les manifestations violentes.

Ce 24 avril, la police catalane a également annoncé l’ouverture d’un site web ‘Contre la violence urbaine’, à la recherche d’une soixantaine de participants à la grève générale du 29 mars. 231 photos et videos, la plupart retrouvées sur les réseaux sociaux, alimentent le site d’appels à témoins.

La police catalane ouvre un site 'contre la violence urbaine'

La police catalane ouvre un site ‘contre la violence urbaine’

Le mouvement espagnol ne semble pas s’essoufler pour autant de répression, le sommet contre la BCE aura bien lieu du 30 avril au 6 mai. Une manifestation exigeant la libération de tous les prisonniers du 29 mars se tiendra également demain à 20h à Barcelone.

Manifestation pour les prisonniers du 29M

Manifestation pour les prisonniers du 29M

Dossier(s): Archives Espagne Tags:

Le gouvernement espagnol a décidé de durcir la loi de Procédure Criminelle et la Loi Organique de Protection de la Sécurité des citoyens, en alléguant la nécessité de lutter contre ce qu’il appelle « une spirale de violence » pratiquée par ce qu’il a qualifié de « collectifs anti-système » qui pratiquent des « techniques de guerre urbaine ».

Parmi les mesures annoncées ces derniers jours, le durcissement des sanctions contre la violence de la rue par l’application de la législation anti-terroriste conçue pour traiter les cas de kale borroka au Pays Basque, et le rapport direct établi avec les affrontements survenus à Barcelone au cours de la grève du 29-M. Une autre proposition est de qualifier la résistance passive ou fortement active de « délit d’attentat contre l’autorité ». Ceci est une référence claire aux mobilisations estudiantines de Valence et au Mouvement des indignés. La réforme proposée prévoit que sera considéré comme « délit d’appartenance à une organisation criminelle » le fait de diffuser via Internet et les réseaux sociaux les appels à des rassemblements « protestataires susceptibles d’altérer gravement l’ordre public », ce qui concerne tous ceux qui n’auraient pas été notifiés et qui s’accompagneraient du refus de vider les lieux malgré l’avertissement de la police.

Seront incluses aussi « toutes les formes d’agression » attaque violente à l’encontre d’un policier, les menaces et comportements synonymes d’intimidation ou le jet de projectiles dangereux. Une autre mesure permettra de considérer comme circonstance aggravante le fait de perpétrer ces actions violentes dans des manifestations ou des rassemblements. Sera considéré comme délit contrevenant à l’ordre public le fait de pénétrer dans des établissements publics ou d’entraver l’accès à ces derniers. En conséquence, la quantité des dégâts comptabilisée sera étendue non seulement à ceux commis dans ces établissements mais aussi à ceux engendrés par l’interruption du service public.

L’Espagne a connu au jeudi 29 mars une grève générale contre la réforme du travail et la politique d’austérité du gouvernement de droite, qui présente vendredi un budget 2012 marqué par de nouvelles coupes. Plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilés à Madrid et à Barcelone, De violents incidents ont éclaté jeudi à Barcelone, lors de la manifestation organisée pour la grève générale en Espagne, entre des jeunes et les forces de l’ordre qui ont utilisé des balles en caoutchouc.
Partout ailleurs, la mobilisation était forte, avec 50.000 personnes à La Corogne selon la police, 25.000 à Saint-Jacques de Compostelle, selon les syndicats, entre 72.000 et 400.000 dans toute l’Andalousie, entre 35.000 et 250.000 à Valence, selon les estimations. Les incidents de Barcelone ont été les plus violents, mais des heurts ont également éclaté dans d’autres villes, comme à Séville et à Madrid durant les premières heures de la grève. Au total, 173 personnes ont été interpellées, cinquante-huit policiers et quarante-six manifestants ou grévistes ont été blessés à travers le pays, selon le ministère de l’intérieur.

14-4.jpg

Dossier(s): Archives Espagne Tags: ,

Hier, les associations estudiantines avaient appelé à la manifestation dans plus de 40 villes à travers le pays pour contester les dernières mesures d’austérité qui touchent directement à l’éducation et à la formation des jeunes. Les étudiants entendaient également clamer leur solidarité avec les étudiants de Valence où, le 20 février dernier, la police a violemment agressé les manifestants, blessant grièvement plusieurs d’entre eux. Celle-ci a à nouveau frappé hier à Barcelone, où plus de 30.000 personnes s’étaient réunies, bloquant plusieurs voies de circulation routières et ferroviaires ainsi que l’accès à l’Autonomous University of Barcelona. Pour disperser les barrages, les forces de l’ordre ont tiré des balles en caoutchouc. Celles-ci ont également chargé plusieurs fois les regroupement, faisant allègrement usage de leurs matraques face aux étudiants déterminés. D’après un premier bilan, il y aurait au moins neuf blessés. Les autorités ont annoncé l’interpellation de plusieurs manifestants.

Dossier(s): Archives Espagne Tags: ,

Hier, plusieurs centaines de jeunes s’étaient rassemblés devant un collège de la ville de Valence pour dénoncer l’attitude du gouvernement régional. Suite au plan de rigueur adopté début janvier, celui-ci a effectué des coupes budgétaires dans divers secteurs, dont celui de l’éducation. Depuis plusieurs semaines, certains établissements scolaires sont privés de chauffage, les autorités n’ayant pas réglé les factures auprès des fournisseurs. Un cordon policier était disposé devant le collège, et les forces de l’ordre sont rapidement intervenues pour empêcher le rassemblement. Les policiers ont également fait usage de leurs matraques dans les rues voisines lorsque les jeunes se sont dispersés, certains étant traînés au sol. Les autorités ont procédé à une série d’arrestation, mais leur nombre n’a pas été communiqué.

Manifestation estudiantine à Valence

Manifestation estudiantine à Valence

Dossier(s): Archives Espagne Tags: ,

Aurora Cayetano Navarro est la première femme de l’histoire de l’Etat espagnol a avoir passé 30 ans de sa vie en prison. Née dans une famille ouvrière de Vigo le 19 février 1957, elle a commencé à travailler à 14 ans dans une conserverie. Suite à la grève générale de 1972, elle entre dans l’organisation clandestine OMLG (l’Organisation de Marxistes Léninistes Galiciens), puis, en 1975, dans le PCE(r). En décembre 1976, elle est arrêté par la police de Franco. A sa sortie de prison, elle intègre les GRAPO et participe à la guérilla antifasciste. Arrêtée en 1978, elle est brutalement torturé par la Brigade Polico-sociale. Elle sera détenue pendant 20 ans dans 15 prisons différentes et parrticipera à de nombreuses luttes, y compris de très dures grèves de la faim.

Elle est libérée en 1998 et reprend son activité politique. Elle intègre en 2000 le travail clandestin du PCE (r). Elle est arrêtée le 18 juillet 2002 à Madrid et condamnée en fonction de la “doctrine Garzon” selon laquelle toutes les forces antifascistes révolutionnaires doivent être considérée comme GRAPO (comme toutes la gauche nationaliste basque doit être considérée comme ETA). Aurora est condamnée à 12 ans de prison pour terrorisme alors que, de l’aveu même du tribunal, il n’y avait pas dans ce dossier même un coup de pied dans le tibia d’un policier. Comme tous les prisonniers politiques, elle est détenue loin des siens, à plus de 1000 kilomètres de ses parents. Aurora a une fille, Celestina. Sa soeur Carmiña est aussi une prisonnière révolutionnaire qui a purgé plus de 16 ans entre 1983 et 1999 et qui est à nouveau détenue depuis 2006.

Aurora Cayetano Navarro

Aurora Cayetano Navarro

Pour lui écrire:
Prisión de Villena-Alicante II
CN 330 km. 66, 03400 VILLENA (Alicante)

L’Audience Nationale, le plus important tribunal espagnol, a condamné dernièrement à 15 ans de prison Gemma Belén Rodríguez Miguel, militante des GRAPO, pour avoir participé à la campagne d’actions à la bombe co ntre les sociétés de travail intérimaires. Elle a été plus directement été reconnue “coupable” de la destruction d’une agence d’intérim à Vigo, le 27 septembre 2000. Elle avait déjà été condamnée en janvier 2006 par la justice française à cinq ans de prison pour “”association de malfaiteurs”. L’Audience Nationale espagnole l’avait déjà condamnée à sept ans de prison en juin 2009 pour l’attaque d’un transport de fonds par les GRAPO en Cantabrie. Cet article est ancien de deux mois, il n’est mis en ligne qu’aujourd’hui suite à un couac rédactionnel.

juicio-a-gema.jpg