Aujourd’hui, Arley Carvajal, alias “Coco” s’est rendu aux autorités colombienne. Il s’agissait du commandant en second et directeur financier du front José David Suárez, l’un des fronts les plus actifs de la guérilla. Ce front est notamment connu pour ses attaques répétées des olénoducs dans le département d’Arauca. L’année dernière, l’ELN aurait mené 107 attaques contre l’infrastructure pétrolière colombienne dont 89 au Caño Limón-Coveñas, l’un des plus importants du pays, et 18 au Transandino, dans le sud du pays.

Combattantes de l’ELN

Combattantes de l'ELN

Le troisième jour de mobilisation des communautés indigènes, qui bloquent la route panaméricaine dans le département de Cauca, a débouché sur de violents affrontements entre les manifestants et les forces mobiles anti-émeutes (ESMAD) de la police nationale colombienne. De violents affrontements ont eu lieu dans la municipalité de Cajibío, mais des concentrations et les barrages persistent à El Rosal, El Pital, El Descanso et La Agustina, entre les municipalités de Santander de Quilichao et de Piendamó, ce qui empêche le passage de tous types de véhicules.

16 manifestants indigènes ont été blessées au milieu des troubles, dont trois sérieusement, qui ont été transférées dans des hôpitaux de Cali et Santander de Quilichao. Une d’entre elles, Alcibiades Ulcué, aurait été blessée par balle.

Les affrontements sur la Panaméricaine

Les affrontements sur la Panaméricaine

La police anti-émeute a brutalement mis fin à l’occupation d’un domaine agricole de la famille Uribe à Belen de Bajirá, à la limite de l’Antioquia et du Chocó. La famille Uribe est une famille de l’oligarchie colombienne. Álvaro Uribe avait été président du pays et avait entretenu des liens étroits avec les paramilitaires. Les occupants, qui sont des paysans déplacés de la guerre civile, étaient plusieurs centaines. C’est la seconde fois que le domaine est occupé.

Affrontements dans le domaine de la famille Uribe

Affrontements dans le domaine de la famille Uribe

Jeudi 7 mars, un groupe de l’ELN a attaqué un peloton de l’armée colombienne dans la municipalité de Fortul situé dans le département d’Arauca. Les guérilleros ont blessé sept soldat en faisant exploser des engins explosifs improvisés (IED).

La veille, dans la municipalité d’Arauquita, un soldat qui était en vacances chez sa famille a été enlevé. Enfin vendredi 8 mars, deux guérilléros à moto ont lancé une grenade sur une patrouille de police. On ignore toutefois si cette dernière opération a été menée par l’ELN ou par des dissidents des FARC. Ces opérations ne sont pas sans lien avec la visite du président Ivan Duque prévue aujourd’hui dans le département.

Combattantes de l’ELN

Combattantes de l'ELN

Lundi 4 mars, un accrochage a eu lieu entre l’armée colombienne et le front «Andrey Peñaranda Ramírez» de l’EPL. Deux membres de l’EPL ont été capturés. Il s’agit d’un combattant portant l’alias Harry, qui serait un principaux responsables du front et de Carlos Pérez Durán, un combattant portant l’alias Cristian.

Deux autres guérilleros a également été blessés puis capturé durant l’opération. Il s’agit de Yorban Ropero Robles Durán et d’Uriel Sánchez, ce dernier jouant apparemment le rôle de chef des finances du front.

L’armée a également saisi a également saisi différents équipement de la guérilla dont une mitrailleuse, des fusils d’assaut, un lance-grenades M-79, 16 grenades de 40 millimètres, une lunette de visée télescopique, cinq uniformes de l’armée et 3 400 000 pesos en espèces.

Combattants de l’Ejército Popular de Liberación (EPL)

Combattants de l'Ejército Popular de Liberación (EPL)

Vendredi 1er mars, Arturo Ordoñez, alias «L’Eléphant», a été capturé. Selon les autorités, il était actif depuis 37 ans dans la guérilla et était membre de sa direction nationale. Il soupçonné d’être un des cerveaux de l’attaque contre l’école de la police à Bogota qui avait fait 22 morts en janvier (voir notre article). Par ailleurs, selon le ministre de la Défense, Arturo Ordoñez serait également un des responsables d’un supposé «plan pistolet» qui viserait à abattre des policiers (voir notre article).

Combattants de l’ELN

Combattants de l'ELN

Lundi 18 et mardi 19 février quatre policiers ont été abattus lors de deux opérations différentes. Les deux premiers ont été tués lundi sur le pont international José Antonio Páez, dans le département d’Arauca, à la frontière avec le Venezuela. Les deux autres sont mortes dans la municipalité de Tambo, à la frontière avec l’Équateur, le lendemain.

Le ministre de la défense, Guillermo Botero, a affirmé que ces opération avaient été menée dans le cadre d’un plan d’assassinat de policiers impliquant des guérilleros de l’ELN. Un général de l’armée gouvernementale, a également désigné un commandant de l’ELN Gustavo Aníbal Giraldo, dit Pablito, comme étant le planification de de l’attaque d’Arauca. Par ailleurs l’ELN aurait revendiqué l’opération du mardi.

Depuis le 8 février les négociations entre l’ELN et le gouvernement ont été rendues impossible par le gouvernement qui les a rendues illégales en enlevant à l’ELN sa reconnaissance politique qu’elle avait acquise en 1997 (l’ELN devenant ainsi officiellement une organisation de crime organisé).

Combattantes de l’ELN

Combattantes de l'ELN

Vendredi 15 février, le pipeline “Caño Limon-Coveñas” a été endommagé dans une attaque à l’explosif dans la municipalité de Teorama dans le nord de Santander. Cette attaque a été attribuée à l’ELN qui avait déjà attaqué à de multiples reprises le pipeline par le passé.

L’ELN pourrait également être impliquée dans une future guerre au Venezuela (l’ELN y dispose de bases arrières). Pablos Beltran, commandant en chef de la guérilla, avait, en effet, annoncé, en début février, que celle-ci mettait en place des stratégies pour combattre les troupes états-uniennes si celle-ci devait envahir le pays.

Combattants de l’ELN

Combattants de l'ELN

Samedi 2 février, Rodrigo Cadete, a été tué avec 9 de ses guérilleros au cours d’une opération militaire au sud de la région de Caqueta. Cadete essayait d’unir les quelques 1700 membres des FARC qui avaient refusés de déposer les armes en 2016 et qui poursuivent le combat sans commandement unifié (voir notre article). Il était considéré comme le commandant en second du groupe le dissidents le plus important dirigé par Gentil Duarte.

Combattants des FARC (archive)

Combattants des FARC (archive)

Dimanche 3 février, l’ELN a libéré les trois membres de l’équipage de l’hélicoptère qu’elle avait capturé il y a plus de trois semaines (voir notre article). L’ELN avait admis avoir brulé l’hélicoptère et mis la main sur 1,7 milliard de pesos (environ un demi million de dollars) en espèces durant l’opération. La guérilla, forte d’environ 2000 hommes, détiendrait encore 14 prisonniers au total.

Combattants de l’ELN

Combattants de l'ELN