Un homme et une femme, membres présumés de l’ETA ont été arrêtés ce samedi soir aux abords de Clermont-Ferrand dans une voiture volée alors qu’ils avaient du se ranger sur le bas-côté de la route à cause des intempéries. Selon la presse espagnole, il s’agirait de Inaki Iribarren Galbeten et de Eider Uruburu Zabaleta, qui compteraient parmi les membres les plus recherchés de l’ETA. Ils ont été interpellés près d’une base présumée de l’organisation où ils auraient été prendre de l’argent. Ils étaient armés et circulaient avec de fausses plaques d’immatriculation et de faux papiers. La SDAT a été saisie de l’enquête et ils ont été entendus ce dimanche.

En outre, deux autres personnes ont été arrêtées par les autorités espagnoles et portugaises samedi soir. Les deux membres présumés d’ETA ont été appréhendés alors qu’ils circulaient dans une fourgonnette transportant des explosifs dans la localité espagnole de Bermillo de Sagayo, à trente kilomètres de la frontière avec le Portugal. Le conducteur du fourgon a pris la fuite avant d’être interpellé par la police portugaise.

La nuit du 31 décembre, deux commissariats de St-Jacques de Compostelle ont été attaqués. Deux bombes incendiaires ont été placées, l’une contre une fourgonnette et l’autre contre une voiture garée devant le commissariat de la police municipale, et un autre engin contre le commissariat de la police nationale. Un autre engin a été posé contre le commissariat de police la place La Remonta, à Madrid.

Pedro Maria Olano Zabala a été arrêté cette nuit par la garde civile espagnole à Lizartza, dans le nord du Pays-Basque (photo). Le ministère de l’intérieur le soupçonne d’avoir collaboré avec l’appareil logistique de l’ETA. Selon lui, il aurait transporté du matériel vers la France et à travers l’Espagne. Lors de l’opération, les forces de l’ordre ont également perquisitionné son domicile ainsi que celui de ses parents et ont saisi divers documents. Olano Zabala avait déjà été condamné en 2009 pour avoir menacé de mort en 2007 la maire conservatrice de Lizartza, favorable a une ligne dure contre l’ETA. Cette arrestation fait suite à la décision du ministère espagnol de l’intérieur d’activer le niveau 2 (sur une échelle de 4) d’alerte antiterroriste en Espagne, de peur du risque d’une action ‘spectaculaire’ de l’ETA durant la présidence espagnole de l’Union Européenne.

Arrestation de Olano Zabala

Arrestation de Olano Zabala

L’annonce est tombée hier en fin d’après-midi. L’Audiencia Nacional a décidé d’interdire la manifestation convoquée par l’association des familles des prisonniers politiques basques Etxerat, qui invitait la société basque à y exprimer ‘un gigantesque non’ à la politique pénitentiaire des Etats espagnol et français.

Le site d’Etxerat

Jeudi 24 décembre au matin, deux cocktails Molotov ont été lancés contre le consulat du Chili à Séville. Il y a quelques jours, les prisonniers anarchistes Freddy Fuentevilla et Marcelo Villaroel ont été extradés vers le Chili depuis la prison argentine de Neuquen, où ils étaient enfermés après une condamnation pour port d’arme de guerre; au Chili, ils font face à la répression de l’Etat et à l’emprisonnement pour leurs actions révolutionnaires et des expropriations.

Cette attaque s’inscrit dans le cadre de la semaine de lutte internationaliste appelée par Gabriel Pombo Da Silva depuis la prison d’Aachen (Allemagne), qui a commencé le 18 décembre à travers une grève de la faim suivie par quelques prisonniers anarchistes dans différents Etats.

Je ne me rappelle pas avoir demandé de fermer un quotidien, mais si le dossier affirme cela… bon… c’est que j’avais demandé la fermeture d’Egunkaria‘. C’est avec cette désinvolture que le responsable de la Garde Civile espagnole, en charge de l’enquête sur Egunkaria, a déposé mercredi devant le tribunal de l’Audience Nationale, à Madrid. Si sa déclaration n’a duré que quelques minutes, son témoignage reste essentiel puisque le juge Juan del Olmo a expliqué s’être basé sur ce dossier d’enquête de la Garde Civile pour fermer le seul quotidien en langue basque.

Pour autant, la police militaire espagnole a réitéré ses accusations au deuxième jour du procès des cinq représentants d’Egunkaria, estimant que le journal avait des liens avec l’ETA. Petit détail cependant, il n’ont fourni aucune preuve de leur accusation. Et comme le procureur Miguel Angel Carballo demande depuis plus d’un an le classement du dossier sans suites, faute, justement, d’éléments à charge, ce dernier est resté silencieux durant les deux premiers jours du procès, ne posant aucune question aux prévenus, ni aux témoins.

A Madrid, près de 7 ans après la fermeture du quotidien, les cinq accusés risquent effectivement de 12 à 14 ans de prison. Des dizaines de milliers de personnes ont défilé samedi à Bilbao pour soutenir les accusés qui ouvraient la marche aux cotés de nombreuses personnalités politiques, culturelles et syndicales, sur le thème ‘Egunkaria libre’. Le procès devrait reprendre à Madrid le 12 janvier prochain et se poursuivre les 25 et 29 janvier. Les cinq accusés ont commencé à être entendu mardi et ont nié tout lien avec l’ETA, rappelant la pluralité des opinions représentées dans le journal, et décrivant les tortures dont ils estiment avoir été victimes durant leur longue garde à vue sous le régime de la mise au secret.

La police nationale et la Guardia Civil ont arrêté, à Getafe, une personne du collectif local de la ‘Croix Noire anarchiste’ local, qu’elles accusent d’avoir envoyé, en octobre, un colis piégé à la Direction générale des Recours et du Régime Pénitentiaire de la Generalitat, responsable de la situation actuelle du prisonnier Amadeu Casellas. Tamara H.H., 25 ans, qu’on soupçonne d’avoir envoyé le 7 octobre un engin explosif de faible capacité au numéro 332 de la rue Aragó; les démineurs avaient du faire exploser l’engin suspect de manière contrôlée, après avoir vérifié qu’il contenait une petite quantité d’explosif et après avoir fait évacuer le bâtiment. Ils n’y a pas eu de blessés.

Ce n’est pas la première fois que des groupes anarchistes s’en prennent aux bureaux du Conselleria. Le 15 décembre 2005, une déflagration d’un engin incendiaire se produit près du siège du Centre d’Initiatives pour la Réinsertion (Cire), qui dépend du Conselleria de Justicia. Dans cette occasion 3 personnes liées aux milieux anarchistes furent arrêtées. En outre, le 22 octobre 2004 quelques inconnus ont lancé des Molotovs contre le siège du Conselleria de Justicia. Dans la nuit du jeudi 17 au vendredi 18 décembre, deux banques du quartier Guinardó à Barcelone ont été incendiés en solidarité avec Tamara.

Aminatou Haidar, expulsée du Maroc vers les Canaries le 13 novembre et en grève de la faim à l’aéroport de Lanzarote depuis le 16 novembre s’est à nouveau vue refuser le droit de rentrer au Maroc, son pays d’origine. Les autorités marocaines ont opposé une sèche fin de non-recevoir à la demande de Madrid de lui remettre un document d’identité.

La militante saharaouie, partisane de l’indépendance du Sahara occidental, a été arrêtée à son retour d’un voyage aux Etats-Unis. Sur sa fiche d’entrée, elle avait inscrit qu’elle était résidente du Sahara occidental, ce qui a été interprété comme ‘un déni de nationalité marocaine‘ par les autorités, qui lui ont retiré son passeport et l’ont mise dans un avion pour les Canaries. Dépourvue de papiers d’identité, elle y est bloquée depuis. Son état de santé, après vingt jours de grève de la faim, est aujourd’hui jugé très préoccupant par les autorités espagnoles. La militante indépendantiste connait en outre de sérieux problèmes de santé après des séjours dans les prisons marocaines de 1987 à 1991 et en 2005. Pour le ministre marocain des Affaires Etrangères, elle s’est mise elle-même dans cette situation. ‘Elle doit assumer seule les conséquences juridiques et morales de son comportement‘. Selon le consul du Maroc aux Canaries, Aminatou Haidar recevrait son passeport dans la demi-heure si elle demandait pardon au roi du Maroc.

Aminatou Haidar

Aminatou Haidar

Hier 2 décembre, sept prisonniers anarchistes détenus dans quatre pays différents ont annoncé qu’ils allaient mener ensemble une grève de la faim du 20 décembre au premier janvier. Voici les noms de ces prisonniers et leur adresse:

Gabriel Pombo Da Silva
-c/o JVA Aachen
-Krefelderstrasse 251
-52070 Aachen
-Allemagne

Marco Camenisch
-Postfach 3143
-8105 Regensdorf
-Suisse

Juan Carlos Rico Rodriguez et Francisco Maya Rodriguez
-CENTRO PENITENCIARIO DE MADRID V
-Ctra. Comarcal 611, km. 37,6
-28770 Soto del Real (Madrid)
-Espagne

Honorio Gómez Alfaro
-CENTRO PENITENCIARIO DE MADRID IV
-Ctra. N-V, km. 27,7
-28600 Navalcarnero (Madrid)
-Espagne

Alberto Jiménez Alba
-CENTRO PENITENCIARIO DE MADRID III
-Ctra. Pinto-San Martín de la Vega, km. 5
-28340 Valdemoro (Madrid)
-Espagne

Diego Petrissans
-C.P.F. Devoto (C.A.B.A.)
-Bermudez 2651 (C.P. 1417)
-P. 5 – C 2°
-Argentine

Plus d’un millier de gardes civiles et de policiers ont participé ce mardi à une grande opération visant le mouvement Segi. Cette organisation de la jeunesse basque est interdite en Espagne en raison de ses liens présumés avec l’ETA. Ce sont 34 militants qui ont été interpellés hier au Pays-Basque et en Navarre. Selon le ministère de l’Intérieur espagnol, cette rafle aurait permis de ‘décapiter’ le mouvement.

Voir le JT (en espagnol) sur cette opération policière