Lawrence Wilkerson, chef d’état-major de l’ancien chef de la diplomatie américaine Colin Powell, affirme dans une déclaration jointe à une plainte d’un prisonnier de Guantanamo, que l’ancien vice-président Dick Cheney et l’ex-secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld savaient que la majorité des personnes détenues en 2002 sur la base, soit à l’époque 742, étaient innocentes mais qu’il était ‘impossible politiquement de les relâcher’.

MM. Cheney et Rumsfeld ne voulaient pas relâcher les innocents car cela aurait révélé la confusion incroyable qu’a été leur arrestation. De nombreux détenus ont été livrés aux Etats-Unis par des Afghans ou des Pakistanais pour 5.000 dollars mais sans réelles preuves d’une quelconque implication dans le terrorisme. Environ 180 personnes sont encore détenues à Guantanamo.

Google Inc a signé récemment des accords de coopération avec la National Security Agency. En tant que moteur de recherche international, Google Inc a la capacité de recueillir des informations émanant de tous les pays. C’est la première coopération formelle et écrite entre Google Inc et les agences de sécurité nationale américaines, mais leur coopération, notamment dans le commerce et la sécurité intérieure nationale, remonte à loin dans l’histoire. L’agence américaine va dorénavant pouvoir disposer des informations recueillies par Google Inc, menace sérieuse à la sécurité nationale et commerciale des autres pays. Ceux-ci devraient réagir promptement. Qui plus est, selon le Washington Post, l’agence aiderait Google Inc à enquêter sur les attaques d’espionnage sur internet en provenance d’autres pays.

D’autre part, la NSA vient d’ouvrir un site destiné à susciter des vocations au sein de la population scolaire grâce aux CryptoKids. Ces sept personnages incarnent autant d’activités spécialisées: un cryptographe, un crypto-analyste, un spécialiste du chiffre, une ingénieure, un informaticien, une linguiste-analyste et un agent de sécurité militaire. La représentation graphique de ces personnages rivalise avec celles des héros de cartoons. Chaque personnage a sa biographie: les parents de Rosetta Stone étaient des archéologues, ce qui a donné à la jeune fille le goût des langues étrangères et l’envie de découvrir d’autres cultures… Ce qui tombe bien, car depuis que des paraboles du folklore arabe ont masqué des messages d’Al Qaida, la NSA apprécie les anthropologues qui connaissent les cultures populaires. La NSA offre aux enfants des dessins à colorier et à imprimer, des tests et des jeux de logique et de mathématiques, ainsi que des méthodes pour fabriquer de petits instruments de cryptage.

Affiche des Cryptokids

Enfin, c’est le lieutenant général Keith Alexander, actuel directeur de la NSA, qui a été nommé commandant du CYBERCOM, (nomination devant être confirmée par le Congrès). C’est le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, qui a approuvé l’établissement du CYBERCOM en juin 2009 afin d’assumer la responsabilité d’opérer et de défendre les réseaux numériques du département de la Défense. Le département de la Défense opère plus de 15.000 réseaux numériques à travers 4.000 installations militaires dans 88 pays. Le commandement et le contrôle, les renseignements militaires et la logistique, de même que le développement et la technologie des armes, tous dépendent de l’accès aux réseaux d’information. Dans le cadre du CYBERCOM, les quatre branches de l’armée américaine ont consolidé leurs cyber-forces et créé de nouveaux commandements unifiés ces dernières années. Le Pentagone a également commencé à former et à équiper des experts en matière de cyber-sécurité.

Affiche des Cryptokids

En février dernier, les eurodéputés mettaient leur veto à l’accord transatlantique obligeant les pays européens à fournir des données bancaires aux renseignements américains dans le cadre de la lutte antiterroriste. Les européens avaient notamment souligné l’insuffisant respect de la vie privée et avaient dénoncé l’unilatéralité de l’accord qui ne prévoyait pas l’accès pour l’Europe aux données américaines. La Commission européenne a présenté ce mercredi un nouveau mandat de négociation, qui devra également être approuvé par les états membres. Il prévoit des garanties accrues, ainsi qu’une réciprocité de la part des Etats-Unis au cas où l’UE élaborerait son propre programme de surveillance de financement du terrorisme. Les députés devront approuver ce projet d’accord conclu par la Commission Européenne et l’administration américaine, ce à quoi ils souhaitent parvenir avant l’été.

Siège de SWIFT

Siège de SWIFT

Des agents du FBI ont été formés pour extraire des informations de sites de réseaux sociaux. Ces agents ont utilisé des sites comme Facebook ou Myspace pour chercher des preuves et des témoins et, dans quelques cas, des suspects. Les agents de FBI ont créé des fausses personnalités (parfois en infraction avec certaines des règles des sites) pour nouer des relations ‘amicales’ avec des suspects et les pousser à révéler des indices utilisables ou des aveux.

Par ailleurs, une étude interne du ministère américain de la Justice sur l’exploitation des réseaux sociaux révèle que, des quatre principaux sites utilisés aux Etats-Unis (Facebook, MySpace, Twitter, LinkedIn), Facebook ‘est souvent coopératif avec les demandes d’urgence’. En revanche, les enquêteurs intéressés par les informations de Twitter se heurtent à plusieurs obstacles: le site ne fournit pas les numéros de téléphone de ses utilisateurs, ‘ne préservera pas de données sans procédure juridique’, et a pour politique explicite de ne communiquer des données que suite à une procédure juridique.

En août 1972, 16 prisonniers politiques ont été fusillés à la base Almirante Zar. C’est le lieutenant de vaisseau Roberto Guillermo Bravo, tortionnaire et assassin, qui a achevé les victimes de ce que l’on connait sous le nom du ‘Massacre de Trelewet’. Après le massacre, Bravo a vécu caché sur la base navale de Puerto Belgrano puis à la mission navale argentine de Washington d’où il a obtenu les documents qui lui ont permis de s’installer à Miami. Il a obtenu sans difficulté la nationalité américaine en 1987, sous la présidence de Ronald Reagan, bien qu’il ait déjà été dénoncé en Argentine pour ses crimes. Bravo s’est converti en un prospère entrepreneur de Miami qui vend ses services à la US Army et qu Dépqrteöent de l’Intérieur et contribue aux fonds de campagne du parti républicain.

L’arrestation de Bravo a été demandée il y a déjà deux ans par un juge fédéral argentin, sans que les États-Unis — informés de sa présence sur leur territoire — ne donnent suite. Ce fut finalement grâce à la persistance des autorités argentines que le criminel a été appréhendé. Bravo a été arrêté le 25 février… et libéré sous caution le 2 mars dernier à Miami par un juge soupçonné de collusion avec la mafia cubano-américaine. Ce même magistrat est impliqué dans les manoeuvres de dénigrement du gouvernement argentin et du président vénézuélien, Hugo Chávez.

Victimes du massacre de Trelewet

Victimes du massacre de Trelewet

Le commandant en chef américain en Irak Ray Odierno s’est entretenu ce mercredi avec de nombreux officiels, officiers et diplomates à Ankara, dans le cadre du ‘mécanisme tripartite’ visant à anéantir le PKK. Ce mécanisme a été établi conjointement par la Turquie, l’Irak et les Etats-Unis en 2008 après qu’Ankara et Washington ai décrit le PKK comme un ‘ennemi commun’ suite à une attaque dans le sud-est de la Turquie.

Depuis longtemps, la Turquie se plaint que les militants du PKK se réfugient dans le nord de l’Irak voisin et lancent des attaques vers des cibles turques. Ce jeudi, Ray Odierno a rendu un rapport de ces discussions. Il y affirme notamment: ‘au sein de cette structure tripartie, les Etats-Unis travaillent avec les gouvernements turc et irakien pour assurer la sécurité aux frontières et pour en finir avec le terrorisme du PKK. Nous pouvons aider dans la détermination des mesures politiques, économiques et sécuritaires qui contribueront à augmenter la sécurité du peuple turc et irakien‘.

Durant les vacances de Noël, un étudiant français a voulu traverser la frontière américaine en provenance du Canada. Mais à la douane, les officiers américains ont refusé de le laisser passer sous prétexte que son passeport, datant de sept ans, avait une drôle d’allure. Ils ont d’ailleurs saisi le document et l’ont renvoyé au Canada sans papiers, l’accusant d’avoir tenté de pénétrer illégalement sur le territoire américain. La prétendue infraction lui a valu quatre jours de détention et un avis d’expulsion vers la France à ses propres frais. Ce cas serait loin d’être isolé.

La plus haute juridiction des Etats-Unis a décidé hier de renvoyer le dossier de Mumia Abu Jamal devant la cour d’appel de Pennsylvanie. La Cour Suprême avait été saisie suite à la décision prise en mars 2008 d’annuler la peine de mort infligée à l’ancien activiste des Black Panther car le jury ne s’était pas prononcé à l’unanimité lors du jugement. Se basant sur l’arrêt rendu la semaine dernière concernant un autre condamné à mort dans l’Ohio affirmant que la loi n’exigeait pas un accord unanime du jury, et confirmant donc la peine capitale, la Cour Suprême a demandé à la cour d’appel de revoir sa décision de commuer la condamnation à mort de Mumia. Sachant que tous les recours juridiques ont été invoqués, le procureur de Philadelphie pourrait ordonner très rapidement son exécution.

Une enquête de l’inspecteur général du département de la justice a mis au jour les pratiques abusives du FBI dans le cadre des écoutes téléphoniques. Le Washington Post qui relaye l’information ce mardi évoque la collecte de plus de 2.000 enregistrements téléphoniques invoquant des cas urgents de lutte contre le terrorisme pour convaincre les opérateurs de les lui fournir. Des autorisations étaient délivrées à postériori aux agents pour les justifier. Le journal dit être en possession de mails prouvant que des agents n’ont pas respecté les procédures de protection des libertés civiles entre 2002 et 2006. La conseillère juridique du FBI a reconnu que l’agence avait techniquement violé l’acte de confidentialité sur les communications électroniques mais que le directeur, quant à lui, n’était au courant de rien avant les révélations de l’enquête.

La Cour Suprême des Etats-unis s’est réunie le 15 janvier pour statuer sur le cas de Mumia Abu-Jamal. En cas de confirmation de la condamnation à mort,celle-ci risque d’être mise très rapidement à exécution. Soit la Cour Suprême confirme la condamnation à mort – ce qui est fort probable – , soit elle commue cette sentence en une peine de prison à vie. Si la peine de mort est confirmée, le procureur de Philadelphie pourrait ordonner très rapidement l’exécution de Mumia. L’ensemble des recours juridiques ayant été épuisés, les soutiens internationaux en appellent désormais au président américain par le biais d’une pétition. En décembre, les 10.000 premières signatures recueillies en France ont été déposées à l’ambassade des Etats-unis à Paris. Chaque mercredi de 18h à 20h a lieu un rassemblement Place de la Concorde devant le consulat des Etats-unis. Partout dans le monde, les nombreux soutiens de Mumia Abu-Jamal se tiennent prêts pour des actions de protestation.

Mumia menotté en prison

Lire notre dossier sur l’affaire Mumia Abu Jamal