Lors de la fête du Newroz (fête kurde), à Amed en Turquie, le groupe “Alozî Chaos Initiative” a manifesté sur 7 km à Amed en solidarité avec les prisonniers politiques grecs et particulièrement ceux de la Conspiration des Cellules de Feu. Les manifestants ont scandé en kurde et en turque : “Feu aux prisons”, “Liberté pour les prisonniers anarchistes”, “Joyeux Newroz”, “Vive l’Anarchie” et d’autres. Durant la manifestation, un commissariat a été attaqué et une route bloquée avec des barricades enflammées.

Manifestation anarchiste à Amed.

Manifestation anarchiste à Amed.

L’armée a annoncé mardi avoir engagé une opération au Kurdistan. Cinq unités militaires ont été engagées pour identifier et de détruire des abris et des lieux de stockage qui pourraient appartenir au PKK dans la région de Mazidag autour de Mardin, Depuis, les militaires turcs ont essuyés des tirs de mortiers et d”‘armes automatiques et ont procédé à des tirs d’artillerie à la frontière irakienne.

Turquie/Kurdistan: Opération militaire anti-PKK

35 Kurdes, la plupart civils, ont été tués dans deux attentats suicides devant des bureaux de partis kurdes (TEV-DEM et PDKS) dans le canton est du Rojava (partie syrienne du Kurdistan), Hassaké. Des centaines de personnes y étaient rassemblées à l’occasion du “nouvel an kurde”, le Newroz. Il y a également eu 150 blessés.

Ce Newroz est l’occasion de rassemblements monstres : à Amed/Diyarbakir (dans la partie turque du Kurdistan) le plus grand Newroz jamais organisé se tient aujourd’hui : 2 millions de Kurdes y sont attendus. Ce matin une marche dominée par les drapeaux des principaux mouvements kurdes, PKK, YPJ, YPG et KCK a animé la ville. Un message du leader du PKK, Abdullah Öcalan a ensuite été lu.

Marche des jeunes à Amed.

Marche des jeunes à Amed.

En plus des nombreux combattants communistes et anarchistes venus de Turquie et du Moyen-Orient, les Unités de Défense du Peuple (YPG) peuvent compter sur de nombreux combattants venus des paix occidentaux (Allemagne,Pays-Bas, Etats-Unis,…) pour prêter main forte à la libération du Rojava (Kurdistan occidental, nord de la Syrie) face aux forces islamistes. Des sources proches des YPG viennent d’annoncer que le premier de ces combattants occidentaux avait été tué lors d’un assaut contre l’État Islamique près de Sinjar (Kurdistan irakien). Il se faisait appeler Heval Bagok Serhed, les YPG n’ont pas dévoilé sa véritable identité pour des raisons de sécurité. Il a été tué alors que son esquade de 8 hommes, transportés en camion ait été attaqué par un groupe d’islamistes lors de la libération d’un village près de la ville yézidi de Sinjar.

Édit: on sait à présent que le combattant s’appelait Ashley et était Australien. Les YPG communiqueront dans la journée après avoir contacté sa famille.

Heval Bagok Serhed

Heval Bagok Serhed

Ce lundi 9 février vers 10h du matin, 4 militants kurdes qui revenaient de Turquie vers Kobané ont été poursuivis par une camionnette de militaires turques qui les ont tabassés à deux kilomètres de la frontière puis laissé sur le sol. Deux militants ont finalement pu passer la frontière, les deux autres trop gravement blessés ont attendu pendant 3h une ambulance qui les a rapatrié à l’hopital de Suruç, une municipalité contrôlée par le BDP (Peace and Democracy Party, parti kurde de gauche).

L’un des 4 Kurdes blessé par les militaires turques.

L'un des 4 Kurdes blessé par les militaires turques.

La principale base des islamistes à Kobané a finalement été reprise aujourd’hui par les Unités de Défense du Peuple (YPG). Cette victoire coupe la route des approvisionnements de l’État Islamique à Kobané et pourrait bien être un tournant dans la bataille qui dure depuis des mois. Les forces kurdes contrôlent à présent plus de 70% de la ville. Une immense banderole de 75 mètres de long vert-jaune-rouge a été accrochée à un pilonne sur une colline qui surplombe la ville, annonçant cette victoire. C’est sur cette colline qu’Arin Mirkan était morte en combattant l’EI en octobre dernier.

Immense drapeau YPG accroché lors de la libération de Kobané en janvier 2015.

Ceylanpınar est le sixième camp de réfugiés des Kurdes de Kobanê créé autour de la ville de Suruç. Ce camp, installé dans le village de Külünçe, se compose de 1.200 tentes et a une capacité de 8.000 personnes. Mais les autorités turques refusent de donner l’autorisation aux réfugiés d’y résider, et exige qu’ils aillent au camp AFAD gérée par l’Etat turc. Les autorités harcèlent régulièrement les réfugiés qui se sont auto-organisés, plutôt que de les aider. Les policiers détruisent les installations du camp. Des groupes de policiers appuyés par des blindés effectuent des descentes violentes dans le camp.

Turquie/Kurdistan: La police turque attaque un camp de réfugiés

Une délégation du Secours Rouge suisse, emmenée par la secrétaire de notre Secours rouge International, se trouve actuellement au Kurdistan, à la frontière entre la Turquie et la Syrie, à Suruc, la ville jumelle de Kobane. La délégation a apporté une importante somme d’argent produit de la récolte “Des armes pour le Rojava (le Kurdistan syrien libéré)”.
Cette campagne était une réponse à la livraison d’armes par la Suisse au Qatar – armes que le Qatar a aussitôt livrées aux islamistes syriens: “la bourgeoisie arme ses amis, nous armons les nôtres”. Un débat a lieu en Suisse sur la possible illégalité de cette collecte, et donc sur d’éventuelles poursuites judiciaires.

La délégation du Secours rouge suisse à Suruc

L’affiche de la campagne de collecte de fonds

le site du Secours rouge suisse

un article dans la presse suisse

La délégation du Secours rouge suisse à Suruc
L'affiche de la campagne de collecte de fonds

Trois personnes ont été tuées, samedi 27 décembre, dans des affrontements entre des combattants du PKK kurdes et un groupe islamiste au Kurdistan turc, près de la frontière syrienne. Deux personnes sont mortes sur place et la troisième des suites de ses blessures à l’hôpital. Les islamistes du mouvement Huda-Par ont attaqué, dans la soirée de vendredi, des tentes appartenant aux rebelles du Parti des travailleurs kurdes (PKK), interdit en Turquie. Les islamistes du mouvement Huda-Par servent de milices anti-kurdes aux autorités turques.