Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Un bâtiment de police à Lichtenberg (photo) a été attaqué avec des pierres et des bombes fumigènes la nuit de mercredi 14. D’importants dommages matériels ont été occasionnés. Des pointes de fer ont été mises sur la chaussées pour crever les pneus des véhicules d’intervention. L’action a été menée en solidarité avec des militants arrêtés pour des incendies de voitures de luxe, de voitures officielles ou des voitures de fonction, dans la région de Berlin.

Le syndicat de la police (GdP) s’est inquiété d’un ‘lent processus de perte d’autorité de l’Etat.‘ Un communiqué a revendiqué l’action en solidarité avec les militants anarchistes arrêtés en Grèce, avec les manifestants du Premier Mai arrêtés à Berlin, ainsi qu’avec les inculpés du procès contre le Militante Gruppe.

Attaque contre le commissariat de Lichtenberg

Attaque contre le commissariat de Lichtenberg

Le 13 décembre était en Allemagne une journée de solidarité avec Axel, Oliver et Florian, les inculpés du procès contre le Militante Gruppe. Ils sont accusés d’avoir incendié des camions de l’armée allemande. A Berlin, 1.500 manifestants ont défilé dans le fief autonome de Kreuzberg:

Manif pour le MG à Kreuzberg

A Hambourg, 300 manifestants communistes et anarchistes ont formé un bloc anti-répression:

Manif pour le MG à Hambourg

D’autres manifestations et actions ont eu lieu à Magdebourg, Brême, Francfort, Göttingen et Lüneburg. Quelques initiatives internationalistes ont également eu lieu, en Suisse, en Autriche (ci-dessous, la manifestation de Vienne) et en… Nouvelle-Zélande:

Manifestation pour le MG

Voir la liste des initiatives (en allemand)

Manif pour le MG à Kreuzberg
Manif pour le MG à Hambourg
Manifestation pour le MG

Reçu sur le mail du SR:

‘Ce matin du 13 nous avons bombé à Bruxelles des bâtiments en solidarité avec les inculpés du procès contre le Militante Gruppe de Berlin, avec Mauricio Hernandez Norambuena, révolutionnaire chilien détenu depuis 5 ans au Brésil à l’isolement total, avec les insurgés de Grèce et avec toutes les victimes de la répression bourgeoise-impérialiste.’

Vive la lutte de classe – Vive la solidarité de classe

Le Secours Rouge International s’associe à l’appel des forces solidaires avec les inculpés du procès contre le Militante Gruppe pour faire du 13 décembre une journée internationale de soutien à ces inculpés.

Axel, Oliver et Florian sont accusés d’avoir essayé d’incendier des véhicules de l’armée allemande. Ils avaient été arrêtés le 31 juillet 2007 et étaient sous garde à vue depuis à peu près quatre mois. Le même jour, Andrej avait aussi été arrêté et de plus, les appartements et bureaux de trois autres personnes fouillés par la police fédérale. Ces sept personnes étaient inculpées d’être membres d’une organisation terroriste selon le paragraphe 129a de la loi allemande, le Militante Gruppe (MG). Cette organisation relève de la scène autonome berlinoise. Cette aire apparait à travers des manifestations de masse (ainsi le traditionnel 1er Mai de Kreutzberg) mais aussi par les actions d’une demi-douzaine de groupes clandestins, dont le plus actif était le MG. Ce ‘groupe militant’ (le vocable ‘militant’ a un sens plus fort en allemand qu’en français, une ‘action militante’ a une dimension illégale et violente), éditait une petite revue clandestine, mais sa principale forme d’action était l’incendie d’immeuble ou de véhicules. Ont ainsi été visées:

– des entreprises capitalistes comme Daimler-Chrysler à Berlin-Mariefeld (juin 2001) et en Brandebourg (avril 2002), ALBA à Berlin-Reinickendorf (octobre 2003), Deutsche Telekom à Berlin-Wedding (mai 2004), Lidl à Berlin-Schoneberg (janvier 2005), FIAT à Berlin-Spandau (en solidarité avec les prisonniers des Brigades Rouges PCC), etc.

– des organismes du contrôle social comme l’Office social de Berlin-Reinickendorf (février 2002), l’Office du Travail de Berlin-Nord (mars 2004), l’Office social de Berlin-Pankow (mars 2004), l’Office social de Berlin-Temperlhoff (septembre 2004), l’Office social de Berlin-Schoneberg (septembre 2004), l’Office des étrangers (AzylbLG) à Berlin-Reinickendorf (septembre 2004), le Ministère du Travail et des affaires sociales (avril 2005), l’Agence pour l’emploi de Berlin-Potsdam (avril 2005), etc.

– d’autres institutions de l’Etat comme l’Office des finances de Berlin-Neukolln (décembre 2002), l’Institut Allemand pour la Recherche Economique, le DIW à Berlin-Stoklitrz (incendié une fois en décembre 2003 et une seconde fois en novembre 2005), le parlement du Land de Brandebourg (avril 2005), etc.

– des organismes patronaux comme l’Association des investisseur turcs (mars 2006) et la Chambre de commerce italienne (mars 2007, en solidarité avec les prisonniers du Parti Communiste Politico-militaire), etc.

– la justice, la police et l’armée comme la Haute Cour et le parquet du Land de Saxe-Anhalt à Naumburg/S. (septembre 2003) ainsi que plusieurs véhicules de la police et de l’armée (en 2003, 2005 et 2006), etc.

Le 22 août 2007, Andrej fut relâché en premier. A la fin du mois de novembre 2007, Florian, Axel et Oliver furent aussi libérés sous caution. En liaison avec cette libération, la cour suprême avait décidé que le MG n’était pas une organisation terroriste selon §129a. Des actes terroristes ne seraient que ceux qui ‘par la façon d’être commis ou par les effets nuiraient de facon considérable à un état ou une organisation internationale.’ Aussi, en juillet 2008, Axel, Oliver et Florian furent accusés selon §129 de participation à une ‘organisation criminelle’.

Voici les dates des prochaines audiences: 12 et 13 novembre, 10, 11, 17 et 18 décembre 2008 et 7 janvier 2009. Les audiences commencent chaque fois à 9 heures, à la salle 700 du Gerichtsgebäude à Berlin-Moabit, Turmstraße 91.

Notre Secours Rouge/APAPC essaiera d’organiser une délégation pour assurer une présence solidaire à une de ces audiences

Affiche pour le Militante Gruppe

Site de soutien aux inculpés du MG (en allemand, avec une page en français non actualisée)

Affiche pour le Militante Gruppe

C’est ce jeudi 30 octobre qu’a eu lieu la dernière de la série de quatre vidéoconférences organisées par le Secours Rouge International et le Netzwerk Freiheit für alle politischen Gefangenen (Lire le texte annonçant les conférences). Les premières conférences ont eu lieu à Hambourg, Magdebourg et Berlin. L’assistance a pu poser des question à l’un des inculpés du Secours Rouge, à Bruxelles, à propos de l’affaire du 5 juin, et aux inculpés du procès contre le Militante Gruppe de Berlin. Ce soir, la vidéoconférence avait lieu à Stuttgart.

Affiche des conférences

Affiche des conférences

Communiqué du Secours Rouge/APAPC envoyé à Berlin le 25 septembre:

Salut aux inculpés du procès contre le Militante Gruppe de Berlin!

C’est dans la résistance à la vague de répression qui s’est abattue sur notre Secours Rouge/APAPC le 5 juin dernier que nous adressons notre salut fraternel à Oliver, Florian, Axel, Andrej et toutes les personnes réprimées d’une manière ou d’une autre dans le cadre de l’enquête contre le Militante Gruppe. Notre situation est encore confuse (nous ne savons toujours pas si il y aura procès contre quatre de nos membres) mais il est évident que les poursuites contre les camarades de Berlin ont plusieurs points communs avec l’enquête et les inculpations de Bruxelles.

Un point commun à mettre en évidence est le caractère ‘associatif’ du délit. Des militants ne sont pas poursuivis pour avoir pos&é des actes mais parce qu’on leur prête des relations militantes ‘coupables’. C’est relativement nouveau en Belgique où la nouvelle loi qui punit la ‘participation à une activité terroriste’ a des implications bien plus larges et graves que l’ancienne loi sur la participation à une ‘association de malfaiteurs’. C’est hélas une vieille tradition répressive en Allemagne avec le tristement célèbre §129a. Le délit associatif est fondamentalement politique. Il relève de cette doctrine de la ‘contre-révolution préventive’ qui est de plus en plus largement adoptée et mise en pratique par les appareils répressifs.

Il est un autre point commun aux événements de Bruxelles et de Berlin: c’est l’ampleur de la réaction contre la répression. Cette réaction n’était peut être pas énorme, mais elle a été suffisamment importante pour creuser des contradictions dans l’appareil ennemi. Les représentants les plus extrêmes de la ‘croisade anti-terroriste’, ceux qui tentent sans cesse d’étendre le champ d’application des dispositifs ‘anti-terroristes’, n’ont plus toujours été suivis. Les mobilisations solidaires, les échos qu’elles ont reçus, ont amené certains responsables répressifs à des positions plus ‘mesurées’.

Le développement de la solidarité (et ses grandes perspectives de développement) a réellement transformé la situation. C’est un événement important. La dialectique révolution/contre-révolution s’est montrée telle que jusqu’ici, en Belgique, l’ennemi a davantage perdu que gagné à avoir lancé son attaque. Nous souhaitons qu’il en aille de même à Berlin, et nous encourageons toutes les forces solidaires à contribuer à cette tendance. Il ne s’agit pas de manifester une solidarité symbolique ou de s’indigner sur un plan philosophique, mais de peser tout à fait concrètement dans les rapports de forces pour mettre en échec la justice de classe.

La solidarité est notre arme!

Secours Rouge/APAPC (section belge de la Commission pour un Secours Rouge International) Bruxelles, 25 septembre 2008.

Ce communiqué en format .pdf

Manif au procès contre le MG

Lire aussi cette lettre/pétition contenant un bon rappel des circonstances et des enjeux du procès de Berlin: Déclaration contre la criminalisation d’une science engagée à l’esprit critique

Manif au procès contre le MG

Un important procès se déroule actuellement à Stuttgart-Stammheim. En cas de condamnation, les conséquences seraient énormes pour toutes les organisations politiques de l’exil et de l’immigration en Allemagne. Cinq militants sont accusés d’appartenance au DHKP-C, une organisation ‘étrangère illégale’ selon le paragraphe 129b du code pénal allemand. Le témoin de l’accusation, Hüseyin Hiram (entendu depuis le 28 juillet) est un ancien agent des services secrets turque et allemand, qui selon des psychologues, souffre de schizophrénie et d’hallucinations. Cela débouche sur des scènes ridicules où le témoin ne fournit pas l’information de lui-même, seulement suite à des questions orientées de la cour. Il est en outre fortement médicamenté, s’empêtre dans de lourdes contradictions et montre une forte hostilité pour les accusés. Ceux-ci sont dans une situation difficile. Mustafa Atalay, qui deux semaines après son arrestation (le 15 novembre 2006) a dû subir une opération du coeur et avoir des perfusions, est toujours détenu à l’isolement. Les vaisseaux du coeur ouverts pendant l’opération sont maintenant, en raison des conditions de prison, obstrués de nouveau. Au lieu de la deuxième opération nécessaire pour ouvrir les vaisseaux, il n’a reçu que des perfusions, qui ne sont pas une solution à long terme. Trois experts indépendants ont diagnostiqué une psychose sur le prisonnier Ilhan Demirtas. Un médecin envoyé par la cour a décrété que Demirtas simulait pour obtenir de meilleures conditions de détention. Les trois autres prisonniers (Ahmet Düzgün Yüksel, Hasan Subasi et Devrim Güler) continuent à être maintenus en isolation, ce qui est internationalement critiqué comme forme de torture. Prochaines audiences les 17, 22 et 24 septembre.

A Berlin, c’est le procès dit ‘du militante gruppe’ qui s’ouvrira le 25 septembre. Le parquet fédéral allemand accuse trois communistes berlinois, Oliver R., Florian L. et Axel H. d’avoir placé le 31 juillet 2007 des engins incendiaires sous des véhicules de l’armée fédérale sur le terrain de l’usine d’armement MAN. L’accusation porte sur un ‘Concours à une association terroriste au sens du paragraphe 129a du code pénal’. L’association visée est le ‘militante gruppe’. Un quatrième militant avait été mis en cause mais son mandat d’accusation a été révoqué depuis. Oliver, Florian et Axel ont été libérés en novembre contre une caution de 30.000€ chacun. Sous la pression d’un ample mouvement de solidarité, la cour fédérale a dû révoquer l’accusation d’association terroriste. Reste l’association criminelle.

Pour en savoir plus sur le procès ‘DHKP-C’ à Stuttgart-Stammheim (en allemand)

Pour en savoir plus sur le procès ‘militante gruppe’ à Berlin (en allemand)

Pour en savoir plus sur le ‘militante gruppe’ (en français)