Depuis l’incendie, en août 2009, à côté de l’aéroport de Zestienhoven d’une partie du chantier des entreprises d’un grand centre de rétention pour les étrangers en situation irrégulière par le groupe Anarchist Fire (photo), la résistance à la politique néerlandaise à l’égard des étrangers augmente. Des groupes comme Betonrot (corrosion du béton),, Grenzen Weg (Supprimons les frontières), Geen Bloed Aan Mijn Handen (Pas de sang sur mes mains), Gebroken Gla(n)s (Verre/éclat brisé), et Anarchist Fire multiplient les incendies, sabotages, menaces, jets de peinture sur les entreprises et maisons d’architectes et de politiciens liés aux centres fermés.

incendie du centre fermé de Rotterdam

incendie du centre fermé de Rotterdam

Juan Carlos Iriarte (originaire de Saint-Sébastien, de nationalité espagnole), a été interpellé ce matin à Hendaye par les services de la police judiciaire de Bayonne. Les autorités l’accusent d’avoir été en contact avec le « chef présumé » d’ETA, Mikel Karrera et deux de ses compagnons, Arkaitz Agirregabiria et Maite Aranalde arrêtés le 20 mai à Bayonne.

De source antiterroriste espagnole, il aurait servi de lien entre ces derniers et le collaborateur présumé Benoît Aramendi, également interpellé le 20 mai, mais à Urrugne. Le domicile de Juan Carlos Iriarte a été perquisitionné et l’interpellé a été transféré au commissariat de Bayonne où il est interrogé par les services de la Police judiciaire de Bayonne, sous l’égide de la DIPJ (direction interrégionale de la police judiciaire) de Bordeaux, qui poursuit l’ enquête.

Des témoignages plus détaillés des interrogatoires infligés à certaines des personnes arrêtées mercredi. Naia Zuriarrain et Saioa Agirre ont subi des tortures de la part d’agents de la Giardia Civil pendant cinq jours. Les deux jeunes femmes ont été agressées sexuellement: elles ont été maintenues nues, elles ont été touchées sur diverses parties du corps. Cette situation s’est répétée à plusieurs reprises. Dans le cas de Naia, ils lui ont mis un sac sur la tête à quatre ou cinq reprises et l’ont serré jusqu’à ce qu’elle étouffe, et ils lui ont jeté de l’eau froide. Dans le cas de Saioa, ils lui ont mis le sac sur la tête mais ne l’ont pas serré. Elles ont été frappées à de nombreuses reprises, à la tête et sur différentes parties du corps. Elles n’ont pu dormir à aucun moment. Ils les ont attachées avec du caoutchouc et les ont obligées à rester dans des postures douloureuses. Les pressions, les cris et les menaces ont été incessants durant ces cinq jours. Elles ont été obligées de faire des déclarations à la police en conséquence de ces tortures. Elles ont dénoncé ces tortures au médecin du Tribunal et au juge. Elles ont déclaré au juge que toutes leurs déclarations étaient fausses.

Quelques contusions aux jambes, une entorse au pied gauche, rien de cassé, Xabier Tubal Abrisketa est un véritable miraculé. Ce jeune homme de 29 ans est celui qui, vendredi dernier, a chuté sur une vingtaine de mètres, de l’Arc de Triomphe à Paris, au cours d’une action collective réalisée par solidarité avec Jon Anza.

L’action avait été soigneusement préparée et était accomplie par des personnes expérimentée (dix ans d’expérience en escalade pour Xabier Tubal Abrisketa lui-même). Le système choisi pour déployer la banderole était le «
‘contre poids’ ou la ‘contre balance’: les personnes sont reliées de part et d’autre à gauche et à droite, sur une même corde. La chute de Xabier Tubal est due à l’intervention des policiers qui ont détaché une des personnes, alors qu’elle était encordée avec Xabier Tubal Abrisketa, malgré les avertissement des pompiers et des jeunes qui avaient expliqué le système utilisé.

Selon un membre du groupe, aucun des policiers n’a eu l’air surpris lors de la chute et on a même pu apercevoir des policiers qui ont rigolé. Incompétence, inconscience ou un acte volontaire. C’est un miracle que personne ne soit mort. Une plainte contre X pourrait être déposée d’ici peu. Les avocats peaufinent la qualification de la plainte.

Özgürlük, qui signifie ‘Liberté’ en turc est un bureau d’information alternative proche de la gauche extraparlementaire turque. Hier matin, son agence d’Amsterdam a été perquisitionnée par les unités antiterroristes néerlandaises. Par le passé, l’organisation avait déjà fait l’objet de perquisitions dans le cadre d’opérations policières visant le DHKP-C. Ce mardi, trois personnes auraient été arrêtées et mises en garde à vue. Leurs identités sont pour l’instant toujours inconnue.

Jeudi 15 octobre 2009, le Parlement hollandais a voté une nouvelle loi assimilant le squatt au ‘crime’. Il n’y a plus que le Sénat qui puisse s’y opposer, mais, avec une majorité très à droite, les probabilités que les squats deviennent tous expulsables au 1er janvier 2010 sont grandes. Cela marquera un tournant, ce sera la porte ouverte à la destruction des centres sociaux et à la criminalisation des milliers de personnes sans domicile fixe, pour qui squatter a toujours été un moyen, légal aux Pays-Bas, pour avoir un toit au dessus de leur tête. Des journées d’actions décentralisées en solidarité avec les squatteur(euse)s néerlandais(e)s auront lieu du 30 octobre au 1er novembre 2009. Une occupation de la place du Parlement, à La Haye (Den Haag, siège du gouvernement des Pays-Bas), a eu lieu pendant le vote de cette nouvelle loi et s’est terminée avec une charge de la police.

Rassemblement contre la loi anti-squatt

Répression contre la manifestation anti-squatt

Rassemblement contre la loi anti-squatt
Répression contre la manifestation anti-squatt

En marge du projet de réaffectation des casernes désaffectées se sont poursuivies les négociations pour la location de cellules de la prison de Tilburg aux Pays-Bas. Ce vendredi, le comité ministériel restreint a approuvé le principe d’un transfert temporaire de détenus vers la Hollande. Le projet avait été mis entre parenthèses en raison d’un avis négatif de l’Inspection des Finances rendu en juillet dernier, le montant réclamés par les Pays-Bas de 30 millions d’euros durant 3 ans étant jugé trop élevé. Le ministre de la Justice a donc revu le projet et va parachever la convention en concertation avec son homologue néerlandais pour finaliser la procédure devant le parlement belge le plus rapidement possible.

Pour pallier au manque de place dans les prisons belges, il y a à nouveau des négociations entre la Belgique et les Pays-Bas pour que des détenus belges soient incarcérés dans des prisons néerlandaises. Le but est de désengorger les prisons belges qui sont surpeuplées. Il faudra plusieurs années avant que la Belgique ne compte davantage de places dans les prisons. Or, les Pays-Bas ont actuellement 4.000 cellules vides. La demande pour une nouvelle concertation entre la Belgique et les Pays-Bas est venue cette fois-ci des Pays-Bas, a indiqué le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, à la radio VRT. Pour ce dernier, quelques centaines de détenus pourraient être envoyés aux Pays-Bas. Les négociateurs ont jusqu’à la fin mai pour parvenir à un accord. La mesure serait d’application tant que la Belgique n’a pas pas suffisamment de places en prison.