Un détachement de la 202e brigade de l’armée gouvernementale a attaqué un camp de la guérilla aujourd’hui jeudi, aux environs de 9h30, dans le hameau de Pinamintian, dans la province de Laguna. Un guérillero a été tué dans l’attaque mais les autres ont pu s’échapper. Les militaires ont récupérés trois sacs de détonateurs et de munitions, deux magazines M16, des téléphones portables, des tentes, une radio, le drapeau de la NPA, des médicaments etc. Les opérations de poursuite se poursuivaient dans les directions où les guérilleros se sont échappés, et des points de contrôle routiers ont été établis dans les environs de Luisiana et de Lucban.

Un militaire exhibant ses trophées

Un militaire exhibant ses trophées

Felix Randy Malayao, consultant des négociations de paix du NDFP (National Democratic Front of the Philippines, l’organisme chargé entre autres des discussions de paix entre le mouvement communiste et le gouvernement) a été retrouvé criblé de balles dans un bus le 30 janvier à 2h30 du matin. Il a été tué de sang froid alors qu’il était en train de dormir. Felix Randy Malayao n’avait derrière lui aucune condamnation judiciaire, et pouvait se déplacer comme bon lui semble aux Philippines. Ce meurtre a tout d’un assassinat politique, commandité par le régime de Duterte. Pour ces raisons, José Maria Sison (consultant politique en chef du NDFP) a annoncé que le NDFP reconsidérait sa politique ouverte aux négociations de paix.

Felix Randy Malayao

Felix Randy Malayao

Six combattants présumés de la NPA ont été tués lors d’une fusillade à Tinambac (Camarines Sur) tôt dans la journée d’hier mercredi. L’affrontement aurait duré 20 minutes, les militaires de la 9e division d’infanterie ayant ouvert le feu sur une groupe d’une quinzaine de guérilleros maoïstes à Barangay Lupi. Quatre fusils M16 et un lance-grenades ont été récupérés sur le terrain par l’armée.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

Deux « marines » philippines ont été blessés dans une embuscade tendue par les guérilleros de la NPA à Kalamansig, mercredi. Les militaires appartenaient au 2e Bataillon de marines, ils patrouillaient dans la localité de Datu Ito Andong lorsque les guérilleros ont fait exploser un IED avant de leur tirer dessus. La fusillade a été nourrie et les guérilleros ont pu se retirer.

Philippines: Deux « marines » blessés dans une embuscade maoïste

Le 12 janvier, alors que les troupes du 63e Bataillon d’infanterie approchaient d’un grand camp de la guérilla maoïste dans une région reculée de Barangay Bay-ang (Samar), une embuscade à l’IED et à l’arme automatique a blessé 9 soldats. Le lendemain, les forces des 801e et 803e brigades ont pris le contrôle du camp. Doté d’abris pouvant accueillir 180 personnes, le camp avait aussi des salles de classe et une cuisine. Il dépendait du comité régional des Visayas orientales. Les guérilleros avaient pu évacuer le camp et échapper aux opérations de poursuites.

Le camp évacué par les guérilleros

Le camp évacué par les guérilleros

Onze soldats ont été blessés le mercredi 26 décembre, après s’être heurtés à des guérilleros de la NPA à Monkayo (Compostella Valley). Les militaires, qui appartenaient à la 10e division d’infanterie, effectuaient une opération de ratissage sur les flancs du mont Diwata lorsqu’ils ont essuyé le feu des maoïstes. Le lendemain 27, c’est un détachement motorisé du 8e bataillon d’infanterie qui est tombé dans une embuscade à l’IED et à l’arme automatique dans le village de Nasandigan. trois militaires ont été blessé.

Lors d’une série d’opérations qui se sont échelonnées du 27 au 29, les militaires ont tués six membres présumés de la guérilla, arrêté l’ancien maire de Guihulngan (Negros oriental), deux anciens responsables municipaux, et 21 autres personnes. L’armée et la police ont confisqué 65 armes à feu, notamment des fusils d’assaut M1-14 et M-16, des grenades et des lance-grenades M203. Deux autres combattants de la NPA ont été tués lundi lors d’un combat avec les troupes gouvernementales à Bukidnon. Les soldats du 8e bataillon d’infanterie et de la 43e division de reconnaissance de l’armée avaient envahi un camp de la NPA situé à la frontière montagneuse de Bukidnon et d’Agusan del Sur.

Guérilleros de la NPA

Guérilleros de la NPA

Les guérilleros de la NPA ont tendu une embuscade à un véhicule militaire du 43e bataillon d’infanterie de l’armée philippine, mardi 18 décembre à Catarman, dans le Samar du Nord. Les militaires effectuaient une mission logistique lorsque les maoïstes ont fait exploser un IEd sur le passage de leyur véhicule, avant d’ouvrir le feu à l’arme automatique. Quatre militaires ont été blessés, les militaires ont répliqués, provoquant une intense fusillade. Deux civils ont été légèrement blessés par des balles perdues.

Un des civils blessé dans la fusillade

Un des civils blessé dans la fusillade

Trois policiers ont été blessés lundi soir dans la ville de Magallanes, dans la province de Sorsogon, lors d’une attaque contre leur commissariat par deux membres présumés de la NPA. Les deux assaillants – qui circulaient à motocyclette – ont ouvert le feu sur le commissariat de police municipal de Magallanes aux alentours de 20 heures. Par ailleurs, deux bataillons de la 303e brigades ont lancé une opération de contre-guérilla dans les Negros occidentals pour prévenir des actions de la NPA.

La villze de Magallanes (à Sorsogon)

La villze de Magallanes (à Sorsogon)

Six gardes de sécurité (armés) d’une multinationale bananière ont été blessé mardi lors d’une attaque de la guérilla maoïste. Les gardes ont été blessés par l’explosion de deux grenades à fusil tirées peu avant neuf heures du soir alors qu’ils gardaient une plantation du Lapanday Banana Group à Dallag (province du North Cotabato). L’explosion des grenades a été suivie d’une brève mais violente fusillade entre guérilleros de la NPA et gardes. Lorsque l’armée est arrivée en renfort, les guérilleros se sont retirés sans perte apparente.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

Ka Alex Arias, un leader paysan de 63 ans, est décédé ce dimanche à l’hôpital de Pasig (dans la région du Grand Manille) des suites d’une crise cardiaque. Il souffrait d’hypertension et de diabète de type 2.

Ka Alex Arias avait été arrêté le 7 avril 2012, alors qu’il rentrait d’une réunion du Mouvement Paysan des Philippines à Santa Cruz, Laguna. Il subira plusieurs jours de tortures lors de ses interrogatoires au début de sa détention. Il sera faussement accusé d’enlèvement et de meurtre ainsi que d’avoir été impliqué dans une attaque de la NPA en mai 2007 contre les forces armées gouvernementales à Mauban (dans la région de Quezon). Ka Alex Arias était l’ancien président du Mouvement des Peuples contre la libéralisation de l’agriculture (PUMALAG).

Ka Alex Arias est le 3e prisonnier politique qui décède sous l’administration Duterte. Le 28 novembre 2016, le dirigeant paysan Bernabe Ocasla décédait d’un arrêt cardiaque et le 12 septembre 2017, Marcos Aggalao, ancien combattant de la NPA, mourrait à l’âgé de 74 ans.

Ka Alex Arias (au centre) lors d’une audience tenue ce 3 decembre 2018

Ka Alex Arias (au centre) lors d'une audience tenue ce 3 decembre 2018