Notre Secours Rouge a envoyé une délégation au rassemblement organisé par la section belge du Comité des Libertés ce vendredi 18 décembre devant l’ambassade d’Allemagne à Bruxelles. Ce rassemblement protestait contre les poursuites de la justice allemande contre la Fédération anatolienne (organisation turque luttant pour les droits politiques et sociaux des immigrés en Europe). Depuis 14 mois, la présidente et deux dirigeants de cette organisation sont soumis à un régime d’isolement intense, ne disposant d’un parloir d’une demi-heure que toutes les deux semaines. En outre, la plupart des membres de leur famille proche sont interdits de visite sous prétexte qu’ils pourraient servir de relais entre les prisonniers et le mouvement politique auquel ils appartiendrait. Aucune date de procès n’a encore été fixée, mais l’on sait qu’ils seront poursuivis en vertu de la loi antiterroriste allemande.

Rassemblement pour la Fédération anatolienne

Rassemblement pour la Fédération anatolienne

La semaine dernière, le Parti pour une société démocratique (DTP) était dissout par la cour constitutionnelle turque pour collusion avec le PKK. De nombreuses manifestations très violentes se sont déroulées suite à cette décision un peu partout dans le pays. Mercredi, devant le bureau du parti kurde, à Dolapdere, à 50 mètres d’un commissariat gardé par un véhicule blindé, l’enseigne DTP a été décrochée. Mais les élus et les militants kurdes, dont la combativité n’est en rien entamée, avaient depuis plusieurs mois anticipé la manoeuvre, et déposé les statuts d’une nouvelle formation politique. L’enseigne du parti dissout a donc immédiatement été remplacée par celle de son successeur: le Parti pour la Paix et la Démocratie (BDP). Pour la sixième fois depuis vingt ans et après plusieurs interdictions par la justice turque pour des liens supposés avec le PKK, le mouvement politique renaît sous un autre nom.

Le 5 novembre 2008, la police allemande a effectué une vague de perquisitions dans le cadre d’une opération prétendumment antiterroriste visant la gauche radicale turque. Le siège de la Fédération anatolienne (organisation turque luttant pour les droits politiques et sociaux des immigrés en Europe), deux autres locaux qui lui sont affiliés ainsi que de nombreux domiciles privés ont ainsi été visités. Des ordinateurs, des appareils photo et l’argent des caisses des collectifs ont été saisis. La présidente de la Fédération Nurhan Erdem ainsi que deux autres militants ont été arrêtés et sont toujours en détention. Depuis 14 mois, ils sont soumis à un régime d’isolement intense, ne disposant d’un parloir d’une demi-heure que toutes les deux semaines. En outre, la plupart des membres de leur famille proche sont interdits de visite sous prétexte qu’ils pourraient servir de relais entre les prisonniers et le mouvement politique auquel ils appartiendrait. Aucune date de procès n’a encore été fixée, mais l’on sait qu’ils seront poursuivis en vertu de la loi antiterroriste allemande

Face à cette criminalisation, la section belge du Comité des Libertés appelle à un rassemblement ce vendredi 18 décembre à 14h devant l’ambassade d’Allemagne à Bruxelles, 8-14 rue de J. de Lalaing à Etterbeek.

Le procès avait commencé le 15 mars 1982 et s’est clôturé aujourd’hui, après 29 ans de procédure. Il avait été lancé par la junte fasciste du général Kenan Evren qui aujourd’hui, passe une retraite paisible sur la riviera turque. Dans ce procès de masse intenté contre le DHKP-C qui s’appelait à l’époque Devrimci Sol (Gauche révolutionnaire, plus connu sous son diminutif Dev-Sol), 1243 inculpés dont Dursun Karatas, le fondateur du mouvement évadé de la prison de Bayrampasa en 1989 et décédé l’an dernier aux Pays-Bas, durent comparaître ensemble devant des juges militaires.

Après avoir perdu les centaines de classeurs qui constituaient le dossier pénal, les tribunaux ‘civils’ auront délibéré dans le sens de leurs prédécesseurs militaires. 39 des 1223 (!) accusés ont été condamnés à la prison à perpétuité. Vu l’ancienneté de faits, les quelques condamnés qui auront survécu au terrorisme d’Etat (nombreux sont les inculpés qui ont été assassinés durant les années 90) bénéficieront de prescription. Les peines de prison à vie ont été converties en peines de prison de huit années d’emprisonnement en vertu de la loi sur le terrorisme pour ce type de délits. La plupart des condamnés ayant déjà été emprisonné huit ans ou plus sont ressortis libres du tribunal. Un des avocats a déclaré qu’ils iraient en appel de cette décision. Il met en avant le fait que ce procès a débuté durant la période du coup d’Etat, période durant laquelle la seule méthode d’enquête était la torture. Vingt militants accusés dans ce procès ont également porté plainte devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour procès inéquitable.

D’après les informations reçues par la Confédération Syndicale Internationale (CSI), la quasi-totalité des membres du Comité exécutif et plusieurs responsables de la branche syndicale du syndicat des ouvriers du transport Nakliyat-Is ont été placés en garde à vue le lundi 7 décembre, tandis que la police faisait une descente dans le siège du syndicat. Nakliyat-Is est affilié à la confédération syndicale DISK (Devrimci Isçi Sendikalari Konfederasyonu), elle-même affiliée à la CSI. Au total, dix dirigeants du syndicat restent en garde à vue, y compris le président du Nakliyat-Is, Ali Riza Küçükosmanoglu, qui est également membre du comité exécutif de la confédération DISK, et le secrétaire général Aziz Cengiz.

La police a également perquisitionné les domiciles des syndicalistes et les locaux du syndicat à Istanbul, à Konya et à Gebze. Les syndicalistes se trouvent accusés ‘d’avoir organisé une association de grand banditisme à des fins de lucre’. Comme dans la majorité des cas d’arrestations de syndicalistes survenus récemment, les avocats de la défense n’ont pas été autorisés à accéder aux dossiers de leurs clients. Cette arrestation de dirigeants syndicaux évoque le procès qui avait été engagé contre 31 dirigeants et membres du syndicat turc du secteur public KESK. Ce procès s’était soldé par la libération de 22 des prévenus. Ceux-ci avaient déjà passé six mois en prison. Ces 31 prévenus devront néanmoins tous comparaître pour une nouvelle audience du tribunal en mars de l’année prochaine.

A Yüksekova (Hakkari), des affrontements ont eu lieu entre les forces armées turques et les manifestants kurdes qui ont protesté contre l’interdiction du DTP. Un jeune manifestant kurde, Musa Ayhan, s’est fait lyncher par une dizaine de personnes, membres des forces de l’ordre (voir début de la vidéo). Le jeune kurde est en garde à vue depuis maintenant trois jours.

Deux hommes ont perdu la vie et de nombreux autres ont été blessés lors d’une manifestation dans le sud-est à Bulanik (ville située dans la province de Mus, majoritairement kurde). Tout comme ces derniers jours, les manifestants s’étaient mobilisés en protestation de la dissolution du DTP (Parti pour une Société Démocratique). Les deux hommes ont été tués dans une fusillade, après que les manifestants aient lancé des pierres contre les vitrines des banques et des quelques magasins ouverts malgré la journée de protestation (qui comprend traditionnellement la fermeture des magasins). Ce mardi matin, un commerçant a tiré sur des manifestants, faisant deux morts et au moins six blessés.

Les photos ci-dessous montrent les militants fascistes turcs lors des contre-manifestations à Istanbul, brandissant des couteaux, des haches et des barres de fer. Trois d’entre eux ont tiré vers la foule des manifestants principalement composée de femmes. Quelques heures après avoir été interpellés par la police, les tireurs étaient déjà relaxés!

Militants fascistes turcs

Militants fascistes turcs

Militants fascistes turcs

Militants fascistes turcs
Militants fascistes turcs
Militants fascistes turcs

La police turque a dispersé par la force quelque 10.000 manifestants qui dénonçaient à Diyarbakir la dissolution par la justice du principal parti pro-kurde de Turquie, procédant à de nombreuses interpellations. Les incidents ont débuté après des discours à la foule de députés du Parti pour une société démocratique (DTP), dissous vendredi par la Cour constitutionnelle pour collusion avec le PKK. Les manifestants ont lancé des pierres contre la police anti-émeutes qui a riposté avec des canons à eau et des grenades lacrymogènes.

Les dirigeants du parti interdit sont arrivés lundi dans cette ville, fief du DTP et majoritairement kurde, pour des réunions visant à définir leur stratégie. Ce parti a cessé officiellement d’exister lundi après la parution au Journal officiel de la décision de la Cour. La journée de dimanche a été, pour la troisième journée consécutive, émaillée d’incidents entre manifestants kurdes et la police à Istanbul notamment.

Des jeunes manifestants kurdes se sont heurtés à plusieurs reprises à la police anti-émeutes dans plusieurs quartiers populaires d’Istanbul. Ils ont lancé des pierres et des cocktails Molotov. Des groupes de fascistes armés de couteaux, de barres de fer et pour certains de pistolets se sont aussi attaqués aux manifestants kurdes. Au moins un manifestant a été blessé par balle.

Voir la video d’Euronews sur les incidents de Diyarbakir

Des centaines de jeunes se sont confrontés avec les forces de l’ordre de l’Etat turc ce jeudi au Kurdistan. Les manifestants ont lancé des pierres, des cocktails Molotov et des feux d’artifice sur la police, dénonçant toujours les conditions de détention du leader du PKK, Abdullah Ocalan. Les protestations se sont intensifiées ces derniers jours suite au débat au parlement turc cette semaine en vue d’interdire le parti national kurde DTP (Democratic Society Party) pour ses prétendus contacts avec le PKK.

Affrontements durant une manifestation en Turquie

Affrontements durant une manifestation en Turquie

Hier, dans une opération menée de concert avec l’Iran dans le sud-est du pays, l’armée turque a tué neufs militants du PKK, tandis que neuf autres se sont rendus aux forces de l’ordre. Les neuf hommes auraient trouvé la mort au cours de fusillades dans les régions frontalières de la Turquie avec l’Iran et l’Irak. Le PKK dispose d’un parti frère en Iran et de nombreux militants y trouvent refuge dans les montagnes afin d’échapper à la répression turque. D’autre part, le PKK a revendiqué la fusillade qui a coûté la vie à sept soldats turcs dans la province de Tokat, il y a quelques jours.

Guérilla au Kurdistan

Guérilla au Kurdistan