A Idil, les forces spéciales de la police sont tenues pour responsable de la mort de Resul Ilçin, membre du DTP (Parti pour une Société Démocratique, un parti politique défendant les droits des Kurdes). Resul Ilçin, membre du DTP, serait décédé d’un traumatisme crânien 15 minutes après être entré dans le poste de police. L’homme aurait reçu plusieurs coups sur la tête. ‘Ils l’ont emmené à l’intérieur et 15 minutes plus tard ils m’ont dit que mon oncle était mort. Je suis parti le voir, il baignait dans son sang‘ a déclaré Mehmet Ilgin, membre du conseil municipal de Idil (Şırnak) arrêté en même temps que Resul Ilçin.

L’homme âgé de 52 ans et père de 8 enfants partait, en compartie de Mehmet Ilgin, à Batman quand ils se font arrêtés, à 23h30, par les forces spéciales de la police qui, les jugeants suspects, décident de les emmener au poste de police d’Idil où ils seront séparés. 15 minutes plus tard, Resul Ilçin meurt à la suite des coups qu’il aurait reçu sur le corps et la tête. Après une autopsie à la morgue de l’hospital public de Diyarbakir, le corps du défunt a été envoyé à sa famille, à Batman, pour y être enterré. Le corps du défunt présentant la trace des coups portés sur son corps et sa tête, les membres de la famille de Mr Resul Ilçin contestent la version des forces de police et dénoncent son assassinat.

Resul Ilçin

Resul Ilçin

Resul Ilçin
Resul Ilçin

Mardi 20 octobre à l’aube, la police française a perquisitionné les domiciles du Président de la Fédération des associations Kurdes et du président du Centre culturel Ahmet Kahya pendant plusieurs heures. Ils ont été placés en garde à vue, avec les deux trésoriers des associations concernées. Une dizaine de policiers en civil a ensuite perquisitionné le Centre culturel, rue d’Enghien, où ils ont retourné les bureaux, emporté les disques durs des ordinateurs. Devant les protestations des jeunes Kurdes présents sur les lieux, la police a abondamment gazé à l’intérieur et à l’extérieur du centre culturel. Une manifestation de soutien aura lieu samedi 24 octobre à 14h de la place de la République à la place de la Bastille.

Aux nombreux rassemblements, pétitions, manifestations, affichages et accrochages de banderoles réclamant la libération de GÜler Zere, s’ajoute le ‘harcèlement’ des autorités politiques.

Dernière ‘victime’ en date, le député et ministre d’Etat Cemil Çiçek. Venu parler aux étudiants d’Ankara des droits de l’homme (dans le cadre d’un programme de l’Union Européenne), son exposé a été saboté par les étudiants. Un étudiant prend d’abord la parole pour exposer que Çiçek n’est aucunement qualifié pour parler des droits de l’homme puisqu’il avait lui-même décoré pour ‘services éminents’ le colonel Ali Ertosun, qui avait dirigé l’assaut contre les dortoirs des prisonniers politiques en grève de la faim en décembre 2000. Une trentaine de prisonniers politiques avaient été tués dans cette opération – certains brûlés vifs. L’étudiant évoque ensuite le cas de Güler Zere, se faisant longuement applaudir par une grosse partie de l’auditoire. Çiçek remarque que le débat porte sur la défense de la démocratie et que l’étudiant a utilisé son droit d’expression. Un autre étudiant se lève et demande pourquoi la police encercle l’auditoire. Le ton va progressivement monter et les services de sécurité vont intervenir.

Voir la vidéo de l’incident

Ce sont au total 103 manifestants qui ont été arrêtés à Istanbul. Ils sont accusés d’avoir endommagé des banques et des voitures de police, d’avoir jeté des pierres et des cocktails Molotovs sur les policiers. En outre, la police annonce avoir arrêté trois militants du DHKP-C qui tentaient de rejoindre le lieu de la manifestation dans une voiture dont le coffre contenait 46 cocktails Molotovs…

Ce mercredi, l’avocat de Güler Zere, détenue depuis 14 ans et atteinte d’un cancer à un stade extrêmement avancé, a annoncé qu’elle avait subi une troisième opération le 12 octobre dernier. Des cellules cancéreuses malignes ont été détectée dans son col de l’utérus. L’avocat explique: ‘elle a suivi une radio-thérapie durant six semaines. Même sans tenir compte des rapports, on peut constater la sévérité de la situation de Zere, simplement en regardant son traitement. La radio-thérapie s’est achevée le 2 septembre. Elle devait attendre trois mois avant de subir un nouveau scanner. Néanmoins, un mois après la radio-thérapie, des cellules cancéreuses malignes ont été détectées du côté droit de son col de l’utérus. Selon les dires des médecins, les tumeurs se développaient de manière très agressive. Zere va donc commencer une chimio-thérapie immédiatement.’

L’avocat s’insurge également sur les conditions du transfert de la militante vers l’unité de soins intensifs. Durant tout le trajet, ses pieds étaient attachés au sol… peut-être de peur qu’elle s’envole… Bien que les médecins aient demandé que les menottes soient enlevées en raison des risques qu’elles engendraient pour la santé de la prisonnière, celles-ci n’ont pas été ôtées, sous prétexte de l’application de la loi, qui du reste n’est pas appliquée. En effet, en raison de son état de santé, Güler Zere doit être libérée selon cette même loi! L’avocat rappelle qu’ils n’attendent ni privilèges, ni traitement spécial, ni compassion, mais simplement l’application de cette loi et la reconnaissance du droit à la liberté pour Güler Zere.

La campagne internationale pour la libération de Güler Zere se poursuit. Le rassemblement hebdomadaire devant les institutions européennes s’est tenu ce vendredi après-midi avec une délégation de notre Secours Rouge.

Rassemblement pour Güler Zere

Un rassemblement avec diffusion de tracts se tiendra de 14h à 15h à l’appel du Comité des Libertés au rond-point Schuman (quartier européen). Une délégation de notre Secours Rouge sera présente.

Voir notre dossier sur Güler Zere.

La police d’Istanbul a utilisé pour la deuxième journée consécutive canons à eau, gaz lacrymogène et véhicules blindés pour disperser mercredi une manifestation contre le FMI et la Banque mondiale, qui achevaient leur réunion annuelle dans la métropole turque. Les policiers anti-émeutes ont chargé les manifestants qui s’étaient rassemblés dans le quartier de Pangalti, sur la rive européenne de la métropole, scandant ‘Va-t-en FMI, ce monde nous appartient’ alors qu’ils voulaient marcher en direction du centre de congrès, à quelques centaines de mètres du lieu de la manifestation, où se tenaient les réunions. Les manifestants, pour la plupart masqués, et membres d’organisations révolutionnaires, ont répliqué avec des pierres et des frondes lançant des billes de métal.

Tout comme la veille, un groupe d’une centaine de manifestants ont saccagé à coups de barres de fer et de pierres au moins cinq succursales bancaires, un supermarché et un fast-food, dans le centre-ville, avant de perturber la circulation sur une autoroute périphérique, sans que la police n’intervienne. Les manifestants s’en sont aussi pris sur cette route à une voiture de police qu’il ont pris pour cible avec des pierres. Un policier à bord du véhicule a réagi en tirant des coup de feu en l’air par la fenêtre. La police a procédé mercredi à 25 interpellations, qui viennent s’ajouter à 103 arrestations réalisées la veille, a affirmé le gouverneur d’Istanbul, Muammer Güler. La réunion annuelle du Fonds Monétaire International et de la Banque mondiale s’est achevée ce mercredi. Environ 10.000 policiers et 1.600 vigiles ont assuré la sécurité de la réunion.

On a en outre appris qu’un militant est décédé durant la manifestation d’hier (video). Ishak Kalvo est décédé suite une attaque cardiaque quand la police a pénétré dans l’avenue piétonnière Istiklal, dans le centre d’Istanbul, qu’elle a copieusement arrosée de gaz lacrymogènes. Une ambulance avait réussi à prendre en charge le militant âgé de 55 ans, mais étant donné la fermeture des rues il n’est pas arrivé à l’hôpital et est décédé.

Il y a un an jour pour jour, le 7 octobre 2008, un jeune militant d’extrême gauche, Engin Ceber, 29 ans, mourait à la suite de tortures subies dans la prison de Metris, à Istanbul. Depuis le 5 octobre, l’affaire est plaidée devant les tribunaux.

Une soixantaine de personnes – policiers, directeur et gardiens de la prison, médecins – sont jugées devant une cour d’Istanbul. Arrêté fin septembre 2008, avec trois de ses amis, alors qu’il manifestait dans la rue et vendait un journal militant, Yürüyüs, Engin Ceber, 29 ans, avait été violemment frappé dans un commissariat puis dans le centre de détention. Hospitalisé pour une hémorragie cérébrale, après une semaine de sévices couverts par un médecin, il décédera quelques jours plus tard. Selon le rapport officiel comme les enquêtes indépendantes qui ont suivi, les circonstances de sa mort sont claires: Engin Ceber est mort de coups reçus à la tête portés par des bâtons et des barres de fer. Le personnel de la prison avait déclaré qu’Egin Ceber s’était lui même frappé la tête contre le mur. Sur plus de 6.000 plaintes déposées contre des policiers ou des militaires en 2006 et 2007, seules 223 ont abouti à un procès et 79 à une condamnation, d’après l’étude de la Fondation turque des droits de l’homme (TIHV).

Lors de leur arrestation, Engin Ceber et ses camarades manifestaient en faveur d’un de leurs camarades, Ferhat Gençer, victime l’année précédente de la police turque (sur la photo, Engin Ceber lors d’une précédente manifestation, brandissant le portrait de Ferhat Gençer). En 2007, ce vendeur de journaux révolutionnaires avait reçu une balle dans le dos tirée par un policier. Le jeune homme de 20 ans est paralysé à vie. Mais les policiers impliqués pourraient échapper à la justice. Aucun d’entre eux n’était d’ailleurs présent, vendredi, à l’audience du procès de Ferhat Gençer. En revanche, la victime, qui comparaissait en fauteuil roulant, demeure sous la menace d’une condamnation. Il risque 15 ans de prison pour propagande terroriste.

Engin Ceber

Engin Ceber