Des affrontements ont eu lieu ce dimanche entre la police et des manifestants kurdes qui s’étaient rassemblés pour dénoncer les nouvelles conditions de détention du leader rebelle Abdullah Ocalan. Un étudiant universitaire est décédé à l’hôpital des suite de ses blessures. Dans la ville majoritairement kurde de Diyarbakir, les militants ont lancé des pierres et des feux d’artifice sur la police et sur le quartier général local du parti au pouvoir du Premier Ministre Erdogan. Les forces de l’ordre ont répliqué à coups de gaz lacrymogènes. Aydin Erdem, 23 ans, étudiant, est décédé après avoir reçu une balle, mais on ne connait pas encore les circonstances ayant entrainé les coups de feu. La police est également intervenue à Istanbul et dans au moins trois autres villes afin de disperser des protestations de militants kurdes. Au moins un policier a été blessé dans les affrontements.

La Turquie a récemment construit une nouvelle prison sur l’île d’Imrali, où se trouve détenu Ocalan (photos), et y a transféré d’autres prisonniers pour briser son isolement. Le leader du PKK dénonce ses conditions de détention dans sa nouvelle cellule, ce qui a provoqué les protestations de ses sympathisants. Le prisonnier affirme que sa cellule est plus petite et qu’il a des difficultés à respirer. De son côté, la Turquie réfute le fait que ses conditions de détention se sont détériorées et a invité les inspecteurs du Comité européen de la Prévention de la Torture à venir visiter la nouvelle prison. Elle a été construite pour répondre à la demande du Conseil de l’Europe de Strasbourg de briser l’isolement d’Ocalan. A 60 ans, il purge une peine de perpétuité pour avoir dirigé le PKK. Il a été capturé en 1999 au Kenya et condamné à la peine de mort, commuée en prison à vie en 2002, lorsque la Turquie a aboli la peine capitale.

Abdullah Ocalan

Pénitentier d’Imrali

Au moins sept soldatsont été tués et quatre blessés dans une embuscade dans le nord de la Turquie dans une fusillade dans la ville de Resadiye dans la province (le domaine) Tokat. Aucun groupe n’a revendiqué l’attaque jusqu’ici. Cette région est depuis toujours une région de guérilla d’organisations kurdes et révolutionnaires.

Abdullah Ocalan
Pénitentier d'Imrali

Ces lundi et mardi, de violents affrontements ont opposés des manifestants et la police dans différentes provinces. Dans celle de Yuksekova, les militants s’étaient rassemblés pour célébrer l’anniversaire de la création du PKK ainsi que pour dénoncer les conditions d’incarcération de son leader, Abdullah Ocalan. Les forces de l’ordre ont tenté de les disperser, ne récoltant en réponse que des jets de pierres. Elles y ont répliqué par le jet de gaz lacrymogènes. Dans la banlieue de Dolapdere, une soixantaine de personnes s’étaient réunies pour scander des slogans faisant l’éloge du PKK. Apercevant la police prête à intervenir, les manifestants ont lancé des cocktails Molotov. Le groupe ne s’est dispersé qu’après que les forces de sécurité n’aient fait usage de gaz lacrymogènes.

D’autres violents incidents ont eu lieu dans la province d’Istanbul. Un groupe a incendié un magasin et a lancé des pierres et des cocktails Molotov sur les policiers, qui ont une nouvelle fois réagit par le jet de gaz lacrymogènes. Du côté d’Antalya, de nombreux manifestants ont été placé en garde à vue. D’autres militants du PKK se sont dispersés lorsque la police est intervenue, après avoir bloqué la circulation, et chanté et dansé sur la chaussée. Un adolescent de seize ans a reçu une balle dans la poitrine lors d’un de ces rassemblements, et est décédé à la suite de ses blessures.

Bien qu’affaiblie, Güler Zere a tenu a être présente à sa première manifestation depuis sa libération pour raisons médicales. Incarcérée depuis 14 ans et atteinte d’un cancer en phase terminale, la militante du DHKP-C a été libérée le 6 novembre après quatre mois de combats face aux autorités turques. Une manifestation hebdomadaire avait été mise en place à Istanbul afin d’exiger sa libération et continue à se tenir toutes les semaines pour demander la remise en liberté de tous les prisonniers malades.

Ce vendredi, Güler Zere était donc présente aux côtés des manifestants, persistant à vouloir se battre pour les militants détenus, ravagés par diverses maladies et abandonnés à leur propre sort par le régime d’Ankara.

Ce mercredi 25 avait été déclaré jour de grève nationale en Turquie. Plus de 10.000 manifestants ont défilé dans les rues d’Ankara dans le but de dénoncer la politique du gouvernement dans les traitements salariaux ainsi que pour revendiquer le droit à la grève. Les syndicats des travailleurs reprochent aux autorités de ne pas répondre à leurs demandes sociales et économiques et affirment que la journée d’hier ne pourrait être que le début d’une lutte à plus grande échelle encore si les autorités ne s’alignaient pas sur les recommandations de l’Organisation Internationale du Travail.

L’action de masse d’avant-hier a entraîné la fermeture des hôpitaux, des services postaux, des transports publics ainsi que des écoles. La manifestation qui s’est déroulée à Ankara a été le théâtre d’affrontements entre la police turque et les manifestants. Les heurts ont éclaté lorsque la police a empêché un groupe d’activistes de rejoindre la manifestation dans le centre-ville. La tension est montée dès que le police a utilisé des gaz lacrymogènes, y exposant de nombreux passants. Finalement, les manifestants ont été dirigés dans une autre direction, sans que l’on ne déplore de blessés parmi eux.

Manifestation à Ankara

Manifestation à Ankara

Le 19 novembre, Alaatin Karadag, militant du Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TIKP), tombait sous le feu de policiers à Istanbul. En 2000, il avait participé à la grève de la faim contre les prisons cellulaires de haute sécurité de type F. En 2002, à l’article de la mort suite à son jeûne, il avait été gracié. Il était entré dans la clandestinité six mois après sa remise en liberté.

Les forces de l’ordre évoquent une fusillade avec le militant, mais plusieurs témoins parlent d’une exécution pure et simple, et certains habitants auraient même vu un policier en civil achever le militant couché au sol. Par ailleurs, l’autopsie a révélé que Karadag a reçu pas moins de dix balles, ce qui contredit les forces de l’ordre qui affirment avoir simplement voulu le neutraliser. Enfin, le militant avait perdu quatre doigts lors d’un accident de travail, ce qui rend quasi impossible la thèse de la fusillade. Un hommage lui a été rendu aujourd’hui dans la périphérie d’Istanbul.

Alaatin Karadag

Alaatin Karadag

Un rassemblement devant le consulat de Turquie 363, Avenue du Prado 13008 Marseille aura lieu le 18 novembre 2009 à 18 heures pour protester contre la répression des syndicalistes, parmi eux quatre participantes de la Marche Mondiale des Femmes de Turquie. 31 syndicalistes s’apprêtent à passer en procès dans la ville d’Izmir, en Turquie à partir des 19 et 20 novembre 2009. Les Confédération, fédérations et syndicats concernés dénoncent la violation des droits syndicaux et la répression envers les fonctionnaires (la plupart d’entre eux enseignants) avec un effort particulier pour les terroriser. Parmi eux, 22 militant-es (10 femmes et 12 hommes) attendent le procès en prison.

Quatre des femmes accusées sont membres de la Marche Mondiale des Femmes Elif Akgul, ancienne secrétaire des femmes de l’Union des Enseignants, Yuskel Mutlu, enseignante retraitée et membre de l’Association des Droits Humains et de l’Assemblée de la Paix Turque, Songul Morsumbul, secrétaire des femmes du KESK (Confédération des fonctionnaires- Syndicats Turcs), Gulcin Isbert, membre de Egitim-Sen, le syndicat enseignant. C’est le premier procès depuis l’arrestation de 34 militants syndicaux le 28 mai 2009 et l’emprisonnement d’une grande partie d’entre eux.

Eyüp Bas avait été hospitalisé à la fin du mois de septembre, suite à de violentes douleurs abdominales, à l’hôpital universitaire de Capa. Ses médecins lui ont alors diagnostiqué une jaunisse. Suite à des complications, le 6 novembre dernier, Eyüp Bas a été plongé dans un coma artificiel. Le soir du 9 novembre, son coeur s’est arrêté. Il n’avait que 41 ans.

Eyüp Bas est l’illustration de cette génération sacrifiée qui connut la prison dans les années 90 et l’assaut meurtrier du 19 décembre 2000. En dix années de captivité, Eyüp Bas subit de nombreuses tortures et garda des séquelles de ses multiples grèves de la faim (dont une de 69 jours qui coûta la vie à 12 autres détenus). Au moment de sa mort, il y avait dans son corps, près d’une vingtaine de grenailles de plomb tirées par les militaires lors de l’assaut du 19 décembre.

Muharrem Kursun, ex-gréviste de la faim mutilé et membre du Parti Ouvrier Communiste de Turquie (TKIP), témoigne: ‘Finalement, le 19 décembre, nous nous sommes réfugiés dans les sanitaires du dortoir qui avait été le moins touché par les bombes irritantes. Mais malgré tout, l’air y était irrespirable. Eyüp portait un tissu en main. Il le posa et le pressa sur ma bouche. Pendant ce temps, il respirait du gaz toxique. C’est là un des plus beaux exemples de camaraderie. Il était si brave qu’il pouvait sacrifier sa vie pour protéger un compagnon. Son audace lui venait de sa foi inébranlable en la révolution.

Eyüp Bas, ce cafetier devenu héros révolutionnaire était une figure emblématique de la gauche turque. Dès sa sortie de prison en 2004 et en tant que porte-parole du Front populaire (Halk Cephesi), il avait contribué au rassemblement de la gauche si souvent critiquée pour sa division. Eyüp était également présent dans de nombreux rendez-vous militants internationaux comme les Forums sociaux européens (FSE) ainsi que les rassemblements anti-impérialistes de Beyrouth et du Caire. L’ensemble des partis et des associations progressistes de Turquie et une partie du monde syndical ont rendu hommage émouvant à Eyüp Bas. Quelques heures après son décès, il a été inhumé, selon sa volonté, dans le quartier rebelle de Gazi, à côté du dirigeant révolutionnaire Dursun Karatas.

Eyüp Bas

Funérailles de Eyüp Bas

Eyüp Bas
Funérailles de Eyüp Bas

Depuis des mois, nous évoquons la situation de Güler Zere. Depuis des mois, des groupes d’activistes locaux et internationaux appellent à la libération de la militante du DHKP-C, condamnée à 34 ans de prison et à qui l’on a détecté un cancer. Après avoir été négligée durant de longues semaines, Zere a été transférée à l’Hôpital Universitaire de Cukurova pour y suivre une chimiothérapie. Mais depuis la fin de son traitement, son état de santé ne fait qu’empirer. En effet, elle a été renvoyée en prison, contre l’avis des médecins déclarant qu’elle ne pouvait être soignée dans les conditions carcérales.

Aujourd’hui, Güler Zere est au point de perdre son combat face à la maladie et aux autorités. Elle ne peut quasi plus entendre, ni parler, ni manger, ni dormir. La semaine dernière, la TTB (Turkish Medical Association) a affirmé qu’elle avait atteint un stade irréversible de la maladie. L’Association a demandé que lui soit donné le droit de faire ses adieux à sa famille.

Le rassemblement hebdomadaire pour Güler Zere aura lieu ce vendredi à 14h au rond-point Schuman.

L’avocate de la militante du DHKP-C, emprisonnée depuis 14 ans et gravement atteinte par un cancer, a communiqué aujourd’hui un avertissement quant à l’état de santé de Güler Zere. Dans un courrier adressé à la presse, elle signale que Zere va de plus en plus mal et insiste sur la probabilité grandissante de son décès tant que les autorités ne réagiront pas. Elle insiste également sur le fait que ces dernières sont directement responsables de cette situation alarmante, à cause du report continuel d’un rendez-vous prévu pour établir un rapport sur la situation.

Güler Zere a terminé sa radiothérapie le 2 septembre dernier. Lors des tests de routine consécutifs à sont traitement, les médecins lui ont découvert des cellules cancéreuses malignes. Elle a donc immédiatement été opérée afin d’éviter la prolifération de la maladie. Les médecins prévoyaient la reprise de la chimiothérapie dès que les gonflements et les hématomes sur son cou, résultants de l’opération, auraient disparus. Néanmoins, après quelques tests sanguins, ils ont informé la famille de la militante qu’elle pourrait ne pas supporter le traitement et qu’ils ne prenaient donc pas le risque de lui administrer.

De plus, des plaies ouvertes se sont formées dans sa bouche, ce qui entraine une impossibilité d’ingérer la nourriture sous forme solide. Les médecins ont donc pensé la nourrir uniquement de liquides, et lui ont donné des concentrés vitaminés, que Güler Zere a vomi. Aujourd’hui, on la nourri grâce à des serums qui lui donnent des diarrhées et des problèmes intestinaux. Tout cela induit l’augmentation de risques à commencer une chimiothérapie. Güler Zere se trouve actuellement sous monitoring. Si elle retrouve un peu de forces, le traitement reprendra. En attendant, les médecins ne peuvent pas se prononcer sur l’évolution du cancer et de son extension dans le corps de la prisonnière.

En ce qui concerne ses conditions de vie, l’avocate insiste sur le fait que Güler Zere a besoin de soutien moral pour se remettre. Or, le plaignant souhaite qu’elle ne soit accompagné que de détenus dont c’est la première incarcération. Si une liste de personnes susceptibles de se trouver avec elle ne leur est pas fournie, elle restera seule. Cette attitude semble bien induire une volonté d’isolement. La prisonnière se trouve dans une pièce dont les lumières restent allumées 24h/24, ce qui la détruit nerveusement. Le ‘Forensic Medicine Institute Board’ doit se réunir le 5 novembre et a demandé que lui soit fourni un rapport sur l’état de santé de Güler Zere pour le 3 novembre. Si le rapport n’est pas prêt pour demain, la réunion sera post-posée. Et l’avocate de conclure: ‘La Forensic Medicine demande des rapports concernant les dernières évolutions de l’état de Zere. Mais il n’y a pas de dernières évolutions. L’état de santé de Zere se détériore continuellement.

La police ayant finalement refusé l’autorisation du rassemblement à la Bourse, le comité des liberté a dû annuler le rassemblement pour Güler Zere. Une permanence était assurée sur place pour prévenir ceux qui avaient fait le déplacement. Le rassemblement de la semaine prochaine au rond-point Schuman est maintenu.