Quatre membres du PKK ont été tués par des attaques aériennes turques dans le nord de l’Irak ce jeudi. Cinq autres militants ont été blessés. Environ vingt avions de combat ont été mobilisés pour cette opération qui visait diverses positions du PKK dans la région d’Hukurk-Zap dans le nord de l’Irak. Il s’agirait de la deuxième opération de ce genre ce mois-ci. Il semblerait que cinquante cibles aient été touchées dans cette mission d’une journée menée essentiellement grâce à des renseignements fournis par les Etats-Unis. Ces attaques font suite à celle du 7 mai dernier durant laquelle l’aviation turque avaient bombardé et détruit des bases du PKK à la frontière irakienne. La présidence régionale du Kurdistan Irakien a condamné ces attaques aériennes, les accusant de violer la souveraineté irakienne.

C’était ce matin qu’était examinée la demande de l’Etat turc que soit cassé le jugement de la cour d’appel du 23 décembre 2009 par la cour de cassation de Bruxelles. A l’appel du CLEA, une centaine de personne était présente pour soutenir les inculpés, parmi lesquelles une délégation de notre Secours Rouge.

L’année dernière, trois membres présumés du DHKP-C avaient été condamnés pour « association de malfaiteurs ». Par contre, le trio ainsi que trois autres prévenus avaient été acquittés des préventions d’appartenance à une organisation criminelle et terroriste. L’Etat turc, constitué partie civile dans l’affaire, s’est pourvu en cassation de ce jugement. Mais cette demande a été rejetée. La cour de cassation a estimé que la partie civile ne pouvait pas aller en cassation contre les aspects pénaux d’un arrêt et que vu que les demandes avaient été totalement rencontrées sur le plan civil, les parties civiles n’ont plus d’intérêts pour se pourvoir en cassation. De plus, il apparaît que le mémoire de cassation a été introduit trop tardivement.

La cour de cassation a donc par ce rejet, définitivement clôturé cette affaire DHKP-C en Belgique.

Voir le reportage photographique sur le site du CLEA

Un rassemblement d’hommage à Güler Zere devant l’ambassade de Turquie à Bruxelles ce mercredi de 15h à 16h. Güler Zere, morte le 7 mai dernier d’un cancer que les autorités pénitentiaires, médicolégales et judiciaires turques ont délibérément laissé se propager en prolongeant sa captivité. Güler Zere est morte à 38 ans après avoir passé 14 ans de sa courte vie en prison en raison de son engagement militant. Les manifestants (membres et sympathisants du Halk Cephesi -Front Populaire) ont rappellé également le cas de dizaines de prisonniers libérables pour raisons médicales mais que l’Etat turc laisse croupir dans des conditions sanitaires inhumaines. Une délégation de notre Secours Rouge était présente au rassemblement.

Rassemblement d’hommage à Guler Zere

Au même moment, devant l’ambassade d’Iran se tenait un second rassemblement à l’appel des organisations de la gauche kurde pour protester contre l’exécution de quatre militants kurdes en Iran. Une délégation de notre Secours Rouge était présente au rassemblement.

Manifestation des kurdes devant l’ambassade d’Iran à Bruxelles

Une vidéo du rassemblement d’avant-hier:

Rassemblement d'hommage à Guler Zere
Manifestation des kurdes devant l'ambassade d'Iran à Bruxelles

Les actions de rue en hommage à Güler Zere se multiplient et réunissent pratiquement tous les courants de la gauche anatolienne: le Front populaire (Halk Cephesi) et le Comité alévi révolutionnaire (DAK) dont Güler Zere était membre, le Parti communiste (TKP), le Parti de la liberté et de la solidarité (ÖDP), le Parti socialiste des opprimés (ESP), la Plate-forme révolutionnaire indépendante de classe (BDSP), les syndicats des travailleurs du public et des retraités, des collectifs étudiants et des associations professionnelles

En début de soirée, des milliers de personnes ont parcouru la rue Istiklal à Istanbul aux cris de : « Güler Zere est immortelle », « Liberté pour tous les détenus malades », « L’Etat assassin devra rendre des comptes », « Nous avons payé cher, ils le paieront cher » ou encore « Les martyres de la révolution sont éternels ». Entre-temps, plusieurs centaines de manifestants se sont massés devant son domicile à Armutlu où elle s’est éteinte. La foule a brandi son catafalque drapé de rouge en scandant des slogans hostiles au gouvernement.

Voir ici la vidéo de ce défilé

Des militants masqués du DHKP-C et armés de cocktails Molotov ont défilé dans plusieurs quartiers d’Istanbul, notamment dans le quartier autoproclamé « du 1er mai » (officiellement appelé « quartier Mustafa Kemal »), de Gazi, d’Alibeyköy (photo) et de Sarigazi en hommage à Güler Zere. Ses funérailles débuteront demain matin dans le Djemévi (temple alévi) d’Armutlu.

Actions de rue en hommage à Güler Zere

Actions de rue en hommage à Güler Zere

La militante Güler Zere est décédée ce vendredi après avoir lutté de longs mois contre un cancer de la gorge.

Emprisonnée durant quatorze années pour son appartenance au DHKP-C, elle avait été libérée le 6 novembre 2009, bénéficiant de la grâce présidentielle suite à quatre mois d’une campagne intensive menée par l’opinion publique progressiste turque et internationale.

Manifestation pour la libération de Güler Zere

Mais Güler Zere était déjà gravement malade à sa libération. Les autorités pénitentiaires et l’Institut médicolégal l’avaient tout simplement laissée agoniser en captivité, alors qu’elle était légalement libérable pour raisons de santé. Dès sa sortie de prison, elle avait participé aux rassemblements de solidarité avec les prisonniers malades organisés chaque vendredi à Istanbul. Mais le mois dernier, son état de santé s’est subitement dégradé, et elle est donc décédée aujourd’hui, à l’âge de 38 ans.

Lire notre dossier consacré à la campagne pour la libération de Güler Zere

Manifestation pour la libération de Güler Zere

Les autorités turques ont annoncé que ses troupes avaient assassiné sept membres du PKK lors d’une fusillade ce vendredi dans le sud-est du pays. Le gouverneur de la province où la confrontation a eu lieu a affirmé qu’elle s’était déroulée durant la nuit à la frontière irakienne et qu’un soldat avait été blessé. Il s’agit du plus gros affrontement entre l’armée et les guérilleros du PKK depuis l’attaque contre un poste militaire le 30 avril dernier qui avait fait quatre morts et sept blessés.

Des combattants du PKK ont donné l’assaut vendredi soir à partir de 23h, à un poste de commandement militaire dans les montagnes de la province de Tunceli. Quatre soldats turcs ont été tués et au moins sept autres blessés dans l’attaque d’un poste de commandement militaire. Le commandant du poste figure au nombre des morts. Le brouillard dense qui s’étend sur la région et la pluie qui tombait gênaient samedi les opérations de l’armée pour retrouver les assaillants.

D’autres combattants du PKK ont ouvert le feu hier samedi sur un groupe de soldats qui patrouillaient près de la localité de Lice dans la province de Diyarbakir, tuant un soldat turc. Une grande opération de ratissage est en cours pour tenter de capturer les guérilleros.

Le printemps marque chaque année la reprise des affrontements entre le PKK et les forces de sécurité, puisqu’il permet aux guérilleros, avec la fonte des neiges, de quitter leurs bases des montagnes turques et du nord de l’Irak.

Un soldat a été tué et deux autres ont été blessés ce lundi 26 avril dans le nord de la Turquie par l’explosion d’un IED au moment où le véhicule franchissait un pont près de la ville de Dereli, dans la province de Giresun, sur la mer Noire. Les auteurs de l’embuscade n’étaient pas encore identifiés, mais des militants de groupes armés d’extrême gauche sont actifs dans la région.