La société technologique états-unienne Clearview AI va cesser d’offrir son service de reconnaissance faciale au Canada, en réaction à une enquête lancée par le bureau du commissaire à la protection de la vie privée. La décision entraîne la suspension, pour une durée indéterminée, de la collaboration entre Clearview AI et la Gendarmerie royale du Canada (GRC), son dernier client au pays. La technologie développée par Clearview AI permet de comparer des photos de suspects à une banque d’images contenant plus de 3 milliards de photos. Pour constituer une telle base de donnée, Clearview AI a copié sans autorisation des images privées de millions d’utilisateurs de Facebook, Twitter, YouTube et de plusieurs autres réseaux sociaux (voir notre article).

Publicité de Clearview AI

Plusieurs corps policiers canadiens ont admis ces derniers jours avoir utilisé  la technologie de reconnaissance faciale développée par Clearview. Cette technologie développée par une entreprise états-unienne permet de comparer des photos de suspects à une banque d’images contenant plus de 3 milliards de photos. Pour constituer une telle base de donnée, Clearview AI a copié sans autorisation des images privées de millions d’utilisateurs de Facebook, Twitter, YouTube et de plusieurs autres réseaux sociaux (voir notre article).  Le Service de police de la Ville de Montréal refuse de confirmer ou d’infirmer s’il en a déjà fait l’utilisation. La police de Toronto et celle d’Ottawa ont admis avoir testé le logiciel. Le chef de police de Toronto, dont le service avait d’abord démenti en faire l’usage, a exigé que cette pratique cesse immédiatement. La Sûreté du Québec, qui a lancé un appel d’offres pour acquérir un logiciel de reconnaissance faciale qui sera en fonction « au plus tard le 30 novembre 2020, prétend n’avoir jamais utilisé Clearview. Le corps policier provincial prétend également ne pas avoir utilisé l’outil.

L’entreprise prend également plusieurs initiatives agressive afin de gagner des parts de marché. Lorsque des corps policiers publient des photos de suspects recherchés, Clearview AI cherche une correspondance grâce à son logiciel, et si elle en trouve une, informe le corps policier du résultat même si ce dernier n’a jamais sollicité ses services. L’entreprise fournit aussi des accès gratuits temporaires à des policiers afin de les convaincre de la puissance du logiciel. L’entreprise a aussi affirmé avoir offert ses services à des institutions financières, sans toutefois donner plus de détail.Publicité de Clearview AI

Une société américaine possède une base de données de 3 milliards de photos qui ont été mises à la disposition de plus de 600 services de police et entreprises privées depuis l’année dernière. Clearview AI a collecté ces photos sur des millions de sites internet publics, tels que Facebook, Youtube et Twitter. En transmettant une photo à Clearview, on peut obtenir d’autres clichés de la même personne, avec les liens de publication. L’entreprise indique qu’elle a 600 clients, sans fournir de détails sur leur identité. Sur son site internet, seuls les propos élogieux d’un détective de la brigade des moeurs de la police canadienne sont mentionnés. Avec 3 milliards de photos, Clearview AI dépasserait de loin les bases de données similaires utilisées pour la reconnaissance faciale.

Publicité de Clearview AI