Nous tentons habituellement de fournir quotidiennement les actualités du Rojava. Fournir ces informations est devenu incroyablement compliqué dans les dernières 48h, car une immense confusion règne diplomatiquement, militairement et politiquement. Nous ne prendrons donc aujourd’hui pas le risque de relayer des informations invérifiables. Au lieu de cela, le Secours Rouge a contacté une personne actuellement présente au Rojava pour tenter d’obtenir des éléments de réponse face à ce qui est probablement la situation la plus confuse en Syrie d’histoire récente.

“Cette nouvelle situation ne doit pas arrêter la solidarité qui a été construite ces derniers mois. Il y a des rassemblements massifs dans les rues et nous devons les poursuivre. Les télévisions ici sont pleines d’images des rassemblements de masse et il est très important qu’ils ne baissent pas en intensité et qu’ils puissent renforcer la résistance ici. Il ne faut pas que cette confusion amène à une situation où la solidarité faiblit. Nous devons continuer à descendre dans la rue, à élargir et à renforcer la solidarité. C’est ainsi que nous renforcerons nos amis, en faisant de la solidarité un facteur décisif dans cette guerre. Car la guerre n’est définitivement pas terminée, mais elle est devenue beaucoup plus complexe qu’avant, il ne s’agit plus uniquement des fascistes turcs présents à la frontière avec leurs frappes aériennes et leurs armements lourds, maintenant c’est devenu beaucoup plus compliqué. Le seul facteur qui peut aider les Kurdes et les internationalistes c’est la plus forte solidarité. Le mouvement se défend, Serekanye est un point très important que nous devons tenir, car elle n’est pas tombée. Il y a aussi beaucoup d’internationalistes et la résistance de Serekanye fonctionne toujours bien, elle travaille très dur et très bien. Donc nous devons appuyer la victoire de Serekanye, nous devons appuyer les forces de notre côté afin qu’elles soient capables de repousser l’ennemi. Nous devons faire un lien entre la solidarité là-bas et la résistance ici. Car beaucoup de gens sont partis, mais beaucoup de gens sont restés et sont prêts à se défendre et à défendre leur société. C’est une situation très étrange, c’est une bonne situation, nous ne devons pas paniquer, c’est calme, la vie continue. Renforcez la solidarité.”

Nous vous invitons donc à continuer à rejoindre les mobilisations en soutien au Rojava, comme celle qui aura lieu à Bruxelles demain (Schuman, 12h).

La décision prise ce soir par l’Auto-administration du Nord et de l’Est de la Syrie (“gouvernement du Rojava”) fait prendre un tournant historique au Rojava. Face à l’invasion turque, un accord vient d’être signé avec le régime syrien.

Extrait : “Durant les cinq dernières années, les crimes les plus odieux ont été commis contre des civils non-armés. Les FDS ont répondu avec dignité et courage, résultant en la mort de ses combattants, afin de sauver l’intégrité syrienne. Néanmoins la Turquie poursuit ses assauts. En conséquences, nous devions faire un accord avec le gouvernement syrien qui a le devoir de protéger les frontières du pays et de préserver la souvereineté syrienne, pour que l’armée syrienne puisse accéder et se déployer le long de la frontière turco-syrienne afin de soutenir les FDS pour repousser cette agression et libérer les zones pénétrées par l’armée turque et ces mercenaires embauchés. Cet accord offre l’opportunité de libérer le reste des territoires syriens et les villes occupées par l’armée turque comme Afrin et d’autres villes et villages syriens.” Un extrait plus long est disponible ici en anglais.

De larges mouvements de troupe sont déjà en cours depuis plusieurs heures : les YPG ont évacué la quasi-totalité de leurs forces entre Serekanye et Tal Abyad tandis que des convois de l’Armée Syrienne Arabe (ASA) faisaient route vers Manbij. Des informations non-confirmées indiquent également que le convoi de l’ASA aurait été bloqué par les militaires américains, et que la Russie a rétabli la no-fly zone au-dessus de Manbij et Kobane.

Sur la carte, les zones mauves entourées de rouge sont les zones conquises par la Turquie depuis le 9 octobre.

Alors que l’État turc avait annoncé avoir pris le contrôle de Serekanye (Ras al-Ain) hier après-midi, la situation laisse apparaître ce dimanche matin que les Forces Démocratiques Syriennes ont repris le contrôle de la ville. Les gangs de djihadistes avaient effectivement pris le contrôle d’une bonne partie de la ville alors que les combattants YPG/YPJ étaient retranchés dans le quartier industriel, avec notamment le QG des YPG (c’est à Serekanye que la guérilla a été fondée en 2012). L’aviation turque a bombardé sans relâches, mais la contre-attaque aura payé. Des dizaines de djihadistes de “l’Armée Nationale Syrienne” (les supplétifs de la Turquie) ont été tués. Une dizaine de combattants internationalistes est toujours en première ligne face à l’envahisseur, comme en témoigne la vidéo plus bas.

Au cinquième jour de l’offensive, la Turquie en est toujours au même point, le contrôle des villages avoisinants Serekanye et Tal Abyad. La ville toute proche, Suluk, viendrait d’être prise par les forces coloniales. Pour ces deux seules villes 130.000 civils ont été déplacés. Les djihadistes à la solde de la Turquie se sont illustrés hier par deux massacres de civils dont les images ont été partagées sur internet et sont particulièrement insoutenables.

80 personnes étaient rassemblées devant la résidence de l’ambassadeur de France, 42 Bvd du Régent, à Bruxelles, à l’appel du Secours Rouge. Plusieurs prises de parole ont eu lieu, notamment pour célébrer la libération de Daniel Ruiz en Argentine et pour annoncer le rassemblement de solidarité avec le Rojava qui aura lieu aujourd’hui à 14h au Parvis de Sainht-Gilles. Prochains rendez-vous du “Mois d’Agitation pour Abdallah” : le 19 octobre à Lannemezan et le 26 octobre à Lille. Toutes les dates sur le site de la campagne freeabdallah.red

Libérons Abdallah à Bruxelles

L’offensive redoutée de longue date a commencé aujourd’hui : la Turquie a lancé ce matin une offensive militaire de grande ampleur contre plusieurs villes du Nord de la Syrie. Des frappes aériennes ont visé de nombreux endroits, dont certains n’avaient plus connu de situation de guerre depuis 2011. Des frappes aériennes ou de mortiers sont rapportées (dans l’ordre ouest-est) à Kobané, Gire Spî (Tal Abyad),  Mashrafah, Serê Kaniyê (Ras-al-Ayn), Darbasiyah, Qamishlo et Al-Malikiyah. Plus au sud, dans la campagne de Raqqah, une frappe a été rapportée à 50km de la frontière turque. Il est à noter qu’à l’heure d’écrire ces lignes les forces turques, accompagnées de “l’Armée Nationale Syrienne” (le récent rebranding des forces rebelles de l’Armée Syrienne Libre combattant pour le compte de la Turquie) n’ont pas encore avancé sur leurs lignes, cette situation pourrait toutefois changer.

En plus de cette offensive turque, des combattants de Daesh ont attaqué Raqqah ce matin. Il y aurait également eu une mutinerie dans le camp d’al Hol (où de très nombreux combattants de Daesh sont détenus par les Forces Démocratiques Syriennes. Plusieurs prisonnières ce serait échappées à cette occasion, démontrant tout l’intérêt que l’opération turque représente pour Daesh, quelques heures seulement après le début de l’offensive turque. Pour suivre la situation en direct, nous recommandons Syria Live Map ainsi que le compte Twitter “Syrian Rebellion Observatory”.

A Bruxelles, une manifestation a eu lieu devant l’Ambassade de Turquie, les manifestants ont été attaqués par la police alors qu’ils s’approchaient de l’Ambassade américaine, avant d’être repoussés vers la Place du Luxembourg (voir photo). D’autres manifestations et actions sont prévues dans les jours qui suivent pour soutenir la résistance kurde, nous vous tiendrons informés sur ce site.

Samer al-Arbeed, 44 ans et père de 3 enfants, a été arrêté ce mercredi 25 septembre par les autorités israéliennes. Le samedi 28 septembre, il a été transféré en urgence dans un hôpital de Jérusalem. Selon le communiqué de ses avocats, Samer a manifestement été victime de graves sévices tant psychologiques que physiques qui constituent incontestablement des faits de torture. Un rassemblement solidaire aura lieu ce mercredi 9 octobre à 17h, Place du Luxembourg, à Bruxelles.

Contacter un groupe local membre ou allié du Secours Rouge International

Si ce site est à l’origine celui de la section belge du SRI (et tend à devenir celui de toutes ses sections francophones), des groupes participent et soutiennent les campagnes du SRI à travers toute l’Europe. Vous pouvez retrouver la liste de ces groupes sur la page Participants du site du SRI.

En contactant la section la plus proche de chez vous, vous pourrez recevoir du matériel, participer aux événements de votre région, rencontrer des militant·e·s, etc.

Apporter votre talent

Graphiste, webdesigner, webdeveloper, vidéaste, caméraman, infirmier·e, informaticien·ne, comédien·ne, possédant un permis de conduire et/ou d’un véhicule, musicien·ne, organisateur/organisatrice de concerts, et bien d’autres : ces capacités peuvent aider le Secours Rouge. Si votre talent n’est pas dans la liste il peut certainement nous donner un coup de pouce également !

Fournir du matériel

Draps, enveloppes, timbres, matériel électronique, etc… De nombreux objets peuvent nous aider à remplir nos missions.

Fournir et relayer les informations

Notre site internet publie quotidiennement plusieurs dépêches au sujet de la répression des militant·e·s progressistes et révolutionnaires et de la résistance à cette répression. Si vous disposez d’une information ou si vous remarquez qu’une information ne figure pas sur notre site, n’hésitez pas à nous la transmettre. Inversement, relayez nos articles et nos publications dans vos réseaux personnels et politiques et relayez nos articles sur les réseaux sociaux.

Faire des dons ponctuels ou récurrents

Les activités du Secours Rouge dépendent largement du soutien et de la solidarité qui lui sont apportés chaque mois par des donateurs. Nous utilisons ces fonds notamment pour : soutenir les prisonnier·es politiques; imprimer des affiches, autocollants, publications; permettre à des militant·es qui n’en auraient pas les moyens de participer à des délégations internationales,… Un ordre permanent, même de 5€/mois, sur le compte du Secours Rouge, est également un immense soutien à nos luttes ainsi qu’aux prisonnier·es que nous soutenons. Nous acceptons les dons via Paypal et Patreon pour les personnes qui auraient des difficultés à faire un virement (ces moyens sont plus lourdement taxés que le virement).

Compte IBAN : À l’attention de “Solidarité” BE97 0689 3605 2249.
Paypal : sur paypal.me/secoursrouge
Patreon : sur patreon.com/secoursrouge

Les développeurs de VeraCrypt (le descendant de TrueCrypt) viennent d’annoncer une nouvelle version de leur puissant logiciel de chiffrement, la version 1.24. La mise à jour précédente (1.23-hotfix-2) datait d’il y a précisément un an.

Au menu des nouveautés, pour tous les systèmes d’exploitation : la longueur maximum des mots de passe augmente à 128bits pour les volumes de chiffrement simples (non-système). La génération matérielle de nombres aléatoires Jitterentropy peut être utilisée à la place de RDRAND et le logiciel détectera mieux les fonctionnalités des processeurs pour optimiser la génération. Uniquement pour Windows : VeraCrypt prend désormais en charge le chiffrement des clés et mots de passe dans la mémoire vive (RAM), utilisant 10% des ressources sur les processeurs modernes, l’activation de cette fonctionnalité (désactivée par défaut) a pour effet secondaire de ne pas permettre l’hibernation de Windows; la mémoire utilisée par VeraCrypt est désormais inaccessible aux utilisateurs non-administrateurs (ce qui permet de bloquer certaines tentatives d’attaques); les clés de chiffrement sont désormais effacées de la mémoire vive lors d’un arrêt/redémarrage du système (ce qui permet de bloquer des tentatives d’attaques “cold-boot”); une option a été ajoutée pour effacer les clés de la mémoire-vive lorsqu’un appareil est connecté à l’ordinateur et que le volume chiffre tout le système; nouveau point d’entrée driver permettant à d’autres applications d’effacer les clés de la mémoire en cas d’urgence; la gestion des bootloaders MBR et UEFI est largement améliorée; le bootloader VeraCrypt a été largement amélioré; un bug très ennuyant à également été corrigé (la mise à jour Windows Update cassait le boot VeraCrypt sur certains systèmes). Pour MacOS et Linux, quelques bugs ont été corrigés.

Vous pouvez consulter la liste complète des changements (en anglais) ici, et télécharger VeraCrypt ici.

Veracrypt