Le 4 mai prochain, vingt personnes passeront au tribunal de police de Rodez à la suite de contestations d’amendes reçues après des manifestations post-confinement à Millau en mai 2020 (voir notre article). Les amendes ont été dressées suite à 2 manifestations post-confinement non déclarées (les 12 et 22 mai 2020). Adressées à plus d’une quarantaine de personnes, les personnes ont été verbalisées à cause de la vidéo-surveillance et de leur fichage par la police.

Dimanche, un regroupement de plusieurs associations a tenté de réquisitionner un bâtiment municipal inoccupé depuis des années à Lille: l’ancien Institut médico-éducatif (IME) situé rue des Meuniers. Le projet était d’y faire un lieu autogéré avec des logements pour une dizaine de sans abri mais avec aussi un côté culturel, écologique ouvert aux habitants du quartier. L’endroit est inoccupé depuis une dizaine d’années sans pour autant être insalubre. Ni l’eau ni l’électricité n’ont été coupées. Les forces de l’ordre ont rapidement mis un terme à la tentative d’occupation. Quelques militants ont été plus difficiles à déloger que les autres après s’être réfugiés sur le toit de l’IME. Les policiers ont dû faire appel au RAID, une unité d’élite spécialisées dans les interventions armées et les prises d’otages, afin d’aller les chercher.

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Ahmed, délégué CGT au dépôt de bus RATP Flandres à Pantin, est convoqué en conseil de discipline le 10 mai prochain pour harcèlement. Il avait ouvert une enquête pour harcèlement après avoir été alerté par une collègue sur le comportement d’un cadre de la RATP. Malgré cela, il se retrouve lui-même accusé de harceler ce même cadre. Un appel à la grève a été émis et un rassemblement se tiendra le 10 mai à 12h30 place Lachambeaudie (Paris 13e).

Jeudi 15 avril 2021, l’Assemblée Nationale a définitivement votée la loi Sécurité Globale. 75 députés ont votés pour, 33 contre (sur 577 places de députés). Le texte présente sept mesures majeures : un délit de « provocation à l’identification » des forces de l’ordre et de leurs proches, un cadre légal inédit pour l’utilisation des drones par les forces de sécurité en France, des pouvoirs étendus pour la police municipale, l’élargissement de l’accès à la vidéosurveillance, l’exploitation des images issues des caméras-piétons, la suppression des réductions de peines pour les détenus condamnés pour violence contre les forces de l’ordre et le port d’arme pour les forces de l’ordre autorisé dans les établissements publics.

Le Canard Enchainé a révélé que douze commissaires de police viennent d’être recrutés comme « communicants ». Payés à plein temps pour arpenter les plateaux télés! Le ministère de l’Intérieur rémunère déjà quatre porte-parole : pour la Préfecture, pour la gendarmerie, pour la police et pour le ministère, auxquels s’ajoutent 11 « adjoints ». Au total, ce sont 409 policiers dans plusieurs services de l’État qui sont payés pour assurer la com’ de la répression gouvernementale.

 

Ce samedi devait se tenir à Lyon une grande manifestation antifasciste organisée par le collectif Fermons les Locaux fascistes et l’Union Communiste Libertaire. Cette manifestation avait pour but de marquer la solidarité avec la librairie La Plume Noire (attaquée par un groupe de 50 fascistes le samedi 20 mars) et de revendiquer la fermeture des locaux fascistes lyonnais. Plus d’infos ici. Une tentative de manifestation sauvage au départ place Carnot en direction du centre ville a été bloquée par la Brigade Anti-Criminalité (BAC) et un hélicoptère. Au même moment, 25 fascistes des loups gris ont attaqué la maison de la Mésopotamie faisant des dégâts matériels et 4 blessés. Spontanément le groupe de manifestant·es a décidé de partir en manifestation sauvage dans le quartier de la Guillotière. La police a tenté d’intercepter la manifestation mais la voiture de la BAC a percuté un tramway mettant fin à leur tentative de répression.  Plus d’infos ici.

Manifestation antifasciste sauvage à Lyon

Manifestation antifasciste sauvage à Lyon

Le ministère de l’Intérieur a publié un appel d’offres pour « la fourniture de munitions cinétiques de défense unique (MDU) de calibre 40 [millimètres (mm)] au profit des forces de la sécurité intérieure », vendredi 12 mars 2021. Son « appel à la concurrence », ouvert jusqu’au 22 avril, concerne 160.000 munitions de défense unique, et 10.000 « munitions de défense marquante visible ». Les munitions de calibre 40 mm sont utilisées pour les lanceurs de balles de défense (LBD). Consulter l’appel d’offre ici : appeloffreslbd

L’État français veut acheter 170.000 nouvelles munitions de LBD

L’État français veut acheter 170.000 nouvelles munitions de LBD

Mardi dernier, la police française a mis en garde à vue une dizaine de militant·es d’organisations kurdes et perquisitionné violemment leurs logements et leurs locaux associatifs, notamment à Paris et Marseille. Ils sont accusés d’ »association de malfaiteurs terroristes » et de « financement d’entreprise terroriste ». Ces opérations ont été réalisées sur base d’une commission rogatoire d’un juge d’instruction antiterroriste parisien. Elle interviennent dans un contexte de « réchauffement » des relations entre les gouvernements français et turc. Une manifestation de soutien aux militant·es kurdes était organisée, samedi à Marseille,  à l’appel du Collectif Solidarité Kurdistan 13 (CSK.13) soutenu par le Centre démocratique kurde de Marseille (CDKM), de l’Union Départementale de la CGT-13, de la Ligue des Droits Humains et du Parti Communiste Français. Par ailleurs, le 21 février 2020, quatre personnes avaient été mises en examen notamment pour « financement du terrorisme » dans le cadre d’une enquête sur des collectes de fonds pour le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-ouest de la France. On ignore s’il s’agit de la même enquête. Plus d’infos ici.

Manifestation kurde en France (archive)

Mardi 23 mars, le député LREM Patrice Perrot a adressé une question parlementaire à Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, afin de demander la dissolution du Collectif Palestine Vaincra. Celui-ci s’appuie sur la récente désignation du réseau Samidoun (dont est membre le collectif) comme organisation « terroriste » par Israël afin de réclamer cette interdiction (voir notre déclaration). Sa demande est un copier-coller d’un communiqué de l’organisation sioniste NGO Monitor qui mène des campagnes agressives contre les organisations de soutien à la Palestine en Europe.

Voir le communiqué du Collectif Palestine Vaincra