Mardi dernier, la police française a mis en garde à vue une dizaine de militant·es d’organisations kurdes et perquisitionné violemment leurs logements et leurs locaux associatifs, notamment à Paris et Marseille. Ils sont accusés d’ »association de malfaiteurs terroristes » et de « financement d’entreprise terroriste ». Ces opérations ont été réalisées sur base d’une commission rogatoire d’un juge d’instruction antiterroriste parisien. Elle interviennent dans un contexte de « réchauffement » des relations entre les gouvernements français et turc. Une manifestation de soutien aux militant·es kurdes était organisée, samedi à Marseille,  à l’appel du Collectif Solidarité Kurdistan 13 (CSK.13) soutenu par le Centre démocratique kurde de Marseille (CDKM), de l’Union Départementale de la CGT-13, de la Ligue des Droits Humains et du Parti Communiste Français. Par ailleurs, le 21 février 2020, quatre personnes avaient été mises en examen notamment pour « financement du terrorisme » dans le cadre d’une enquête sur des collectes de fonds pour le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-ouest de la France. On ignore s’il s’agit de la même enquête. Plus d’infos ici.

Manifestation kurde en France (archive)

Mardi 23 mars, le député LREM Patrice Perrot a adressé une question parlementaire à Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, afin de demander la dissolution du Collectif Palestine Vaincra. Celui-ci s’appuie sur la récente désignation du réseau Samidoun (dont est membre le collectif) comme organisation « terroriste » par Israël afin de réclamer cette interdiction (voir notre déclaration). Sa demande est un copier-coller d’un communiqué de l’organisation sioniste NGO Monitor qui mène des campagnes agressives contre les organisations de soutien à la Palestine en Europe.

Voir le communiqué du Collectif Palestine Vaincra

Rozenn, syndicaliste à la CGT Chronodrive, a été mise à pied en vue d’un potentiel licenciement. Le motif invoqué par la direction de cette entreprise de la grande distribution est un tweet de Rozenn qui dénonce le gaspillage alimentaire de Chronodrive. En réalité, cette répression a lieu car Rozenn a dirigé une lutte contre les violences sexistes à Chronodrive avec plusieurs de ses collègues. Face à cette situation, une large campagne de solidarité s’organise avec un twitterstorm mercredi 24 mars à 20H autour du hashtag #SoutienRozenn et un rassemblement samedi 27 mars à 15H devant le Chronodrive de Basso Cambo (16 Avenue du Dr Maurice Grynfogel, 31100 Toulouse).

Pour signer la pétition en ligne

Dans la nuit du 6 au 7 décembre 2019, juste avant l’acte 56 des manifestations de gilets jaunes, une patrouille de police découvre des inscriptions « ACAB ». La patrouille juge probable que ces tags soient le fait d’un homme seul à vélo. Mais dès le matin du 7 décembre, un commissaire divisionnaire obtient du parquet l’ouverture d’une enquête de flagrance. Il invoque des courriers anonymes de menaces reçus par des policiers ailleurs en France, et sur la foi d’un renseignement anonyme, il ajoute qu’un « groupe de black blocs » occuperait un dans un Airbnb de l’agglomération bordelaise à 1,5 km du lieu des tags. Ils « pourraient » donc, selon lui, « être les auteurs des dégradations et outrages commis au cours de la nuit et seraient également membres d’une association de malfaiteurs constituée en vue de commettre des exactions » contre des policiers.

Grâce à ces qualifications pénales, passibles de prison, les policiers peuvent investir l’Airbnb le 7 décembre et ils y arrêtent seize personnes. En perquisition, les policiers découvrent de l’acide chlorhydrique, du bicarbonate de soude, des clous, des bombes de peinture. Une enquête pour « association de malfaiteurs » et « dégradation de biens » est ouverte, les seize personnes sont mises en examen. Qualifiés tantôt de « black blocs », d’ »ultra-jaunes » et d’ »anarcho-libertaires », ces gardés à vue ont fait les gros titres de la presse française. Mais dans un arrêt rendu jeudi 18 mars, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bordeaux vient de déclarer cette opération de police abusive, compte tenu de la nature réelle des faits et faute d’indices suffisants pour les relier entre eux. Le tribunal ordonne l’annulation de l’ensemble de la procédure et la levée des mesures de contrôle judiciaire.

 

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Une militante anarchiste de Lille a été condamnée lundi 8 mars pour des outrages sur un policier lors d’une manifestation ce week-end. Elle avait été interpellée ce samedi 6 mars à Lille, lors de la manifestation contre les violences policières qui a donné lieu à des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre (voir notre article). Il lui était reproché d’avoir insulté un officier de police de « facho » et de « collabo ». Cet agent, chargé de filmer la manifestation, a alors fait parvenir la vidéo au parquet, des images que le président a diffusée en début d’audience. Elle a écopé de deux mois de prison avec sursis, mais doit se présenter devant le juge de l’application des peines, pour un possible aménagement. Cette peine est susceptible d’appel.

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Dimanche 14 mars, un rassemblement se tiendra à Paris pour Dimitris Koufontinas, Pablo Hasel, Georges Abdallah et tous les prisonniers politiques révolutionnaires. Ce rassemblement, organisé par le Cri Rouge, aura lieu à 15H au 143 boulevard de Menilmontant (métro Ménilmontant, ligne 2). Plus d’infos ici.

Rassemblement pour Dimitris Koufontinas, Pablo Hasel, Georges Abdallah et tous les prisonniers

Rassemblement pour Dimitris Koufontinas, Pablo Hasel, Georges Abdallah et tous les prisonniers

Des heurts entre manifestants et forces de l’ordre ont éclaté ce samedi après-midi à Lille, en marge d’une manifestation contre les violences policières. La manifestation, qui mobilisait plusieurs centaines de personnes, a commencé à 12H30 place de la République. Le père de Cédric Chouviat, assassiné par la police le 3 janvier 2020, a fait un discours.  Les premiers affrontements ont eu lieu dans la rue Solférino, avec en tête de cortège des gilets jaunes. Des charges ont eu lieu des deux côtés, avec également des jets de projectiles et de gaz lacrymogènes. Des dizaines de manifestants masqués, situées en tête du cortège, ont jeté des projectiles en direction des policiers qui ont dû appeler des renforts. Trois personnes ont été interpellés et placés en garde à vue.

Vendredi 5 mars, une marche féministe de nuit en mixité choisie était organisée à Toulouse. Cette manifestation, interdite par la préfecture, a été réprimée par la police qui a nassé, frappé, gazé la marche. Des interpellations ont aussi eu lieu (voir ici et ici).

EDIT : 43 personnes ont été interpellées et conduites au commissariat.

Louise, ancienne présidente d’Act-Up Sud-Ouest avait fait appel en décembre dernier suite à sa condamnation en première instance pour “injures publiques” pour une action de dénonciation contre La Manif pour Tous (voir notre article). Quatre ans après l’action qui avait valu ce procès, et près de 3 ans après la mise en examen de Louise, cette dernière a été acquittée ce mercredi 3 mars.