Le Comité national pour les réfugiés du Brésil a rejeté vendredi la demande de statut de réfugié politique faite par l’ex-militant italien d’extrême gauche, Cesare Battisti, ce qui ouvre la voie à son extradition vers l’Italie. La décision a été adoptée par la ‘majorité des membres’ du Comité, a indiqué le ministère de la Justice dans un communiqué. Ce Comité comprend des représentants du Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés ainsi que de l’ONG Caritas. Battisti aura quinze jours pour faire appel de cette décision auprès du ministre de la Justice, Tarso Genro. Condamné à la prison à perpétuité par contumace dans son pays pour la mort de quatre personnes lors d’actions de l’organisation révolutionnaire ‘Prolétaires armés pour le communisme’ entre 1977 et 1979, Battisti avait été arrêté à Rio de Janeiro en 2007 et écroué à Brasilia, dans l’attente d’une décision de la justice brésilienne sur la demande d’extradition déposée par l’Italie. Battisti était en cavale depuis août 2004. Il avait quitté clandestinement la France, où il s’était réfugié, peu avant que la justice française ne donne le feu vert à son extradition vers l’Italie en octobre 2004. Jusqu’à présent, le Brésil a toujours refusé les demandes d’extradition vers l’Italie d’anciens activistes italiens notamment des Brigades Rouges, considérant qu’ils étaient poursuivis pour des délits de nature politique. Mais en avril, le Procureur général de la République, Antonio Fernando Souza, avait rendu un avis favorable à la demande d’extradition de Battisti, refusant de considérer ses crimes comme ‘politiques’. Il avait estimé ‘qu’ils avaient été marqués par une certaine froideur et un certain mépris pour la vie humaine’. Le 25 juillet, la Cour suprême avait décidé de faire examiner le cas Battisti par le Comité national des réfugiés. Il lui appartient maintenant de dire si Battisti peut être extradé mais la décision finale revient à l’exécutif.

Le général Mario Montoya, chef de l’armée colombienne, a brutalement annoncé son départ mardi, dans le cadre du scandale sur de nombreuses exécutions extra-judiciaires de civils, qui pourraient avoir été abusivement présentés comme des guérilleros des FARC tués au combat. Encensé par la presse internationale pour avoir organisé la libération d’Ingrid Betancourt, le général Montoya aurait encouragé la pratique généralisée dans l’armée, d’assurer la promotion des officiers dont les unités tuaient le plus de guérilleros présumés, politique qui aurait été à l’origine des abus dénoncés. Au moins 27 officiers supérieurs, dont trois généraux, ont été limogés la semaine dernière dans ce cadre. Selon les organisations de défense des droits de l’homme, ces dernières années, cette politique aurait encouragé les soldats à tuer un grand nombre, voire même des centaines de civils, avant de les faire passer pour des guérilleros abattus au combat. Samedi, après une mission d’une semaine, la Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU a jugé que ces exécutions extra-judiciaires étaient ‘systématiques et très nombreuses’. Un ancien chef des escadrons de la mort d’extrême-droite, aujourd’hui emprisonné, a également accusé Montoya d’avoir fourni des armes à ces groupes paramilitaires, et selon des fuites en provenance de la CIA, il aurait mené des opérations conjointes avec ces paramilitaires lorsqu’il était commandant la région de Medellin, avant d’être promu à la tête de l’armée. Le cas du général Montoya est loin d’être isolé en Colombie: la justice enquête actuellement sur 657 affaires impliquant 688 militaires. Le Procureur Général enquête aussi sur 2000 membres de l’armée pour présomption d’exécutions ‘sommaires’, dont un tiers ayant eu lieu en 2007. La correspondante de Telesur en Colombie, Tatiana Pérez, informe que, ce mardi 4 novembre, une ONG a encore trouvé une nouvelle fosse commune contenant 120 corps.

Mario Montoya

Mario Montoya

Dossier(s): Amérique Latine Archives Tags:

Meeting pour les prisonniers chiliens

Meeting pour les prisonniers chiliens

Affiche pour le meeting des prisonniers chiliens

Affiche pour le meeting des prisonniers chiliens

La soirée d’hommage aux révolutionnaires chiliens organisée par Collectif Rodriguiste et le Collectif Européen contre l’Impunité ce samedi 25 octobre à l’Espace Marx, s’est bien déroulée. Une quarantaine de personnes ont participé aux débats. Le Secours Rouge y a tenu un stand d’information.

Le Collectif Rodriguiste et le Collectif Européen contre l’Impunité organisent un hommage aux révolutionnaires chiliens: Miguel Henriquez, Cecilia Magni et Raál Pellegrini tombés dans la lutte, avec projection de films documentaires, ce samedi 25 octobre à 20h à l’Espace Marx, 4 rue Rouppe, à 1000 Bruxelles.

Affiche pour le meeting des prisonniers chiliens

Affiche pour le meeting des prisonniers chiliens

Télécharger cet affiche à un meilleur format

Le Peuple Mapuche et le Centenaire de la naissance de Salvador Allende

Le 5 novembre 1970, au stade national de Santiago, on célébrait le triomphe de l’Unité Populaire: Salvador Allende devenait président socialiste du Chili. ‘Nous sommes ici aujourd’hui pour commémorer le commencement de notre triomphe, mais aussi celui des autres qui ont aujourd’hui vaincu avec nous. Ils sont ici: Lautaro et Caupolicàn fraternisant malgré la distance avec Tupac Amaru et Cauthémoc’

Lire le communiqué – format pdf

Rassemblement pour les prisonniers chiliens

Rassemblement pour les prisonniers chiliens

Le 29 février 2008, journée internationale de mobilisation pour les prisonniers politiques au Brésil, des délégations du Collectif Européen contre l’Impunité, du Collectif Rodriguiste, de notre Secours Rouge et du Comité Solidarité et Liberté, ont rencontré le consul du Brésil à Bruxelles et lui ont remis une lettre pour exiger la fin de la torture dont font l’objet depuis 5 ans Mauricio Hernandez Norambuena, et les 5 camarades et amis qui appartiennent au FPMR et au MIR-EGP, et qu’ils soient reconnus comme prisonniers politiques. De semblables initiatives ont eu lieu de plusieurs ambassades du Brésil de par le monde.

Reçu sur le mail du SR:

Le soir du 7 février, nous avons été bomber ‘JUSTICE POUR LES MAPUCHES’ sur l’ambassade du Chili à Bruxelles. Par cette initiative, nous montrons notre solidarité avec le peuple mapuche et avec tout le peuple chilien vendu par la social-démocratie, comme il l’avait été par les fascistes, aux multinationales.’

Bombage pour les mapuches

Bombage pour les mapuches

[rouge]Vive l’internationalisme prolétarien! La solidarité est notre arme![/rouge]

Ce mercredi 16 janvier, le Secours Rouge/APAPC a répondu à l’appel de solidarité avec le peuple mapuche lancé par plusieurs organisations, pour la plupart chiliennes. Les régions où habitent les Mapuches, au Sud du Chili, sont sous occupation militaire. Six dirigeants de ce peuple, prisonniers politiques, ont accompli plus de 60 jours de grève de la faim, avec des séquelles très graves et un étudiant a été assassiné par les carabiniers. La ‘transition’ post-pinochétiste n’a apporté aucune amélioration de la situation des Mapuches. Les spoliations et la répression se font toujours sous le régime des lois pinochétistes, ‘anti-terroristes’ comme il se doit. Ces lois sont appliquées par le gouvernement ‘socialiste’de Madame Bachelet. Le gouvernement chilien ignore la résolution des Nations-Unies visant à rétablir les peuples autochtones dans leurs droits séculaires. L’Internationale Socialiste, pareil. Une délégation du Secours Rouge a participé au rassemblement en face du siège du Parti Socialiste, boulevard de l’Empereur, à Bruxelles.

Calicot SR pour les prisonniers chiliens

Calicot SR pour les prisonniers chiliens

Rassemblement pour les prisonniers chiliens

Rassemblement pour les prisonniers chiliens

Manifestation pour les chiliens

Manifestation pour les chiliens

Manifestation pour les chiliens

Manifestation pour les chiliens

Le 26 juin, journée internationale contre la torture, des représentants du Collectif Européen contre l’Impunité, du Collectif Rodriguiste, de l’Asociation de Réfugiés Latino-americains et des Caraibes et l’ASBL Subterra ont déposé à l’ambassade du Brésil en Belgique une lettre adressée au Président du Brésil Inacio Lula Da Silva, pour exiger la fin de la torture dont font l’objet Mauricio Hernandez Norambuena, et les cinq militants du FPMR et du MIR-EGP, et qu’ils soient reconnus comme prisonniers politiques.

Pour les prisonniers chiliens

Pour les prisonniers chiliens

Lire la lettre – format pdf