Sans garanties formelles sur le fait qu’il n’y aura pas d’intervention policière demain matin, les autorités de l’ULB ont proposé une salle ‘alternative’ (au gymnase) aux occupants pour les trois/quatre prochains jours. Cette ‘alternative’, qui ne semble pas en être une, pour laquelle les occupants doivent choisir après la visite demain, s’agit en fait de la salle Jefke. C’est la salle faite spécifiquement pour les fêtes étudiantes de l’ULB, qui pendant 15 ans baigne dans la bière, la pisse et le vomi des universitaires qui guindaillent. A première vue, il semble que cette salle est tout sauf salubre au sens où, selon les dires d’un gardien qui travaille sur place, les murs (même lavés) sentent la bière etc. Néanmoins, les autorités de l’ULB, les occupants et des experts – et toujours sans la garantie qu’elles ne fassent pas intervenir la police dès 7h demain matin! – devaient faire une expertise sur les conditions de salubrité des lieux à 11h. Les occupants seuls décideront ensuite de ce qu’il en est, de ce qu’ils veulent. Les groupes solidaires aussi.

Le CAS appelle à se rassembler dès 7h du matin au batiment E du Campus Solbosh – Assemblée Générale du CAS 12h30 dans les sous-sol du batiment E si la police n’est pas intervenue.

Depuis hier, les occupants sans-papiers du 133 chaussée d’Ixelles se sont déplacés au gymnase de l’ULB (campus du Solbosch). Le Comité d’Action et Soutiens est sur place et l’UDEP Bruxelles aussi mais pas seulement, il y a beaucoup d’electrons libres et autres réseaux qui rejoignent la dynamique. La situation est très difficile car les 500 sans-papiers sont exténués de tant de stress et de manque de repos mais ils sont très motivés de continuer leur lutte en lieu sûr. Le problème est que l’ULB refuse catégoriquement d’accueillir les sans-papiers dans leurs installations. Tout le monde est débordé sur place, toutes les aides, toutes les présences sont plus que bienvenues.

Ce matin, les flics ont très violement (contrairement à ce que rapportent les médias, répétant la version lénifiante du bourgmestre) expulsés les sans-papiers retranchés dans l’immeuble d’Elctrabel chaussée d’Ixelles. Environ 300 manifestants s’étaient regroupés autour de l’immeuble pour soutenir les sans-papiers et empêcher l’expulsion. La police a déployé les grands moyens (et en avait prévus de plus grands encore, puisque les auto-pompes et la cavalerie étaient présentes, prêtes à intervenir). Les visages de plusieurs expulsés portent les traces des violences policières. La députée Céline Delforge qui se trouvait prisonnière de la police avec les derniers occupants (dont un d’à peine 15 ans) a témoigné de ces exactions ainsi que de nombreux occupants qui ont montré les traces de coups au visage devant les caméras de la télévision flamande et de RTL. En outre, une femme enceinte de 8 mois a été malmenée à l’intérieur de l’occupation alors qu’elle demandait à un policier de pouvoir emmener ses affaires. Elle a pu être évacuée en ambulance avec une autre personne inconsciente grâce à l’intervention de P. van Muylder, président de la FGTB qui a convaincu la police de leur accorder des soins. 19 personnes ont été arrêtées ‘administrativement’.

500 hommes, femmes, enfants se sont donc dirigés vers les bâtiments de l’INSAS (rue Jules Bouillon) qu’ils occupent depuis 15h30. Leur intention n’est pas de demeurer dans cet endroit éternellement et de gêner l’école. Ils souhaitent passer la nuit à l’abri en attendant d’obtenir une négociation avec le bourgmestre. Celui-ci continue son sale jeu. Le bourgmestre PS Decourty aurait demandé à l’Office des Etrangers de venir contrôler les papiers des délogés et que le PS aurait fait pression sur le C.A. d’Electrabel (qui jusqu’alors était resté muet) pour qu’Electrabel reprenne la main comme propriétaire et fasse la demande d’expulsion en justice.

Expulsion des sans-papiers

Expulsion des sans-papiers

Expulsion des sans-papiers

Expulsion des sans-papiers

Expulsion des sans-papiers

Expulsion des sans-papiers

Sans-papier victime de l'expulsion

Sans-papier victime de l’expulsion

Sans-papier victime de l’expulsion

Sans-papier victime de l’expulsion

En Iraq, Abir, une fille de 15 ans, était violée et puis brûlée vive par des soldats américains. Amineh était lapidée en Afghanistan par les seigneurs de la guerre. En Iran, Kheirieh suppliait d’être pendue en lieu d’être lapidée…

Samedi 22 novembre, de 13h à 17h, se tiendra à l’ULB un séminaire sur le thème: ‘La violence contre les femmes se passe partout dans le monde‘. Les organisateurs en sont: le Mouvement pour une Alternative Socialiste (MAS), la Fédération des Associations Kurdes de Belgique, (FEK-BEL), le Collectif des Opprimés Immigrés (EGK-COI), 8 mars Organisation de Femmes, les Etudiants de Gauche Actif. Université Libre de Bruxelles, Campus du Solbosch / Auditoire H2215, Avenue Franklin D. Roosevelt 50, B – 1050 Bruxelles.

Nouvel épisode dans le conflit social chez Carrefour, un épisode une fois de plus marqué par l’intervention de la justice et de la police au côté du patronat. Dix magasins ont été bloqués par des actions syndicales. Les magasins Carrefour de Kraainem et Marche-en-Famenne, et le GB de Belgrade (Namur) ont ouvert leurs portes après l’intervention d’un huissier et de la police.

Grève au Carrefour de Krainem

Grève au Carrefour de Krainem

Grève au Carrefour de Krainem

Grève au Carrefour de Krainem

Plus de photos du piquet à Kraainem sur indymedia

La police locale de la zone Bruxelles-Ixelles a contrôlé, la nuit de samedi à dimanche, 225 personnes à Ixelles. 59 personnes ont été interpellées parce qu’elles étaient en séjour illégal en Belgique. 36 d’entre elles ont reçu un ordre immédiat de quitter le territoire, 13 ont été emmenées dans un centre fermé ou à l’aéroport en vue de leur expulsion. L’immeuble occupé d’Electrabel n’a toutefois pas été visé. Les proches des sans-papiers se sont rassemblés dimanche à 18h30 place Fernand Cocq, devant la maison communale, pour dénoncer le bourgemestre Decourty (PS) qui a autorisé (commandité?) cette rafle. Ce rassemblement a été suivi d’une réunion où les suites à donner à cette rafle ont été discutées.

Il n’y a pas de rassemblement prévu ce lundi comme annoncé ce matin par erreur.

Trois supermarchés Carrefour (Malines Nord, Waterloo centre et Waterloo Mont-Saint-Jean) étaient fermés samedi matin, à la suite d’une action syndicale. Les magasins de Genk et de Leeuw-Saint-Pierre, où les syndicats mènent également leur action, sont ouverts. Le patronat dispose d’une ordonnance judiciaire interdisant un blocage pour quatre magasins. Il n’a pu cependant la faire appliquer dans les magasins de Waterloo car la police locale n’a pu suffisamment escorter l’huissier. En ce qui concerne Malines, Carrefour ne dispose pas d’une telle ordonnance. Le juge des référés a en effet refusé de donner suite à la demande de Carrefour, affirme le journal De Morgen dans son édition de samedi. D’après le juge, la procédure ne peut être acceptée lorsqu’un débat contradictoire est possible via une citation. Trois arrestations administratives ont eu lieu plus tôt dans la matinée au magasin de Leeuw-Saint-Pierre, après des échauffourées consécutives à l’intervention d’un huissier.

Le conflit social en cours chez Carrefour concerne le nouvel hypermarché de Bruges, où le personnel est inscrit à une convention collective impliquant une baisse de revenu de 25%. Les travailleurs de Carrefour craignent l’application de ce statut à tous les magasins. Au cours des précédentes semaines, des actions avaient déjà été menées durant le week-end dans plusieurs hypermarchés en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles. A chaque fois, le patronat a envoyé des huissiers escortés de policiers, et à chaque fois des grévistes avaient été arrêtés.

Logo pour Carrefour

Logo pour Carrefour

[rouge]’Pétain, reviens! T’as oublié tes chiens!'[/rouge]

Une centaine de manifestants ont répondu ce vendredi à l’appel du BEA de l’ULB et du Comité d’Action Solidaire avec les sans-papiers en se rassemblant avec des flambeaux à 18 heures devant la résidence de l’ambassadeur de France. Il s’agissait d’exiger la fin des poursuites contre les manifestants arrêtés lors des manifestations contre le sommet européen sur l’immigration à Vichy. Sur la quarantaine de manifestants arrêtés à Vichy, trois sont passés mercredi 5 en comparution immédiate à Vichy et ont été condamnés à : 30 jours et une amende de 10 euros pour jet de canette vide, de 250 euros pour jet de pierre et deux mois de sursis pour port de poing américain. Sur les huit manifestants belges arrêtés, un seul devra passer dans un mois en procès, pour bris d’abribus.

Ce soir à Bruxelles, les manifestants ont à deux reprises bravés l’interdiction policière de quitter le terre-plein où la manifestation était ‘tolérée’. Ils ont traversé la petite ceinture en y bloquant la circulation, pour se rassembler directement devant la résidence de l’ambassadeur. A 19h30 (heure de rédaction de ce communiqué) un renfort de police prenait position devant la résidence. Les slogans et mots d’ordre étaient nombreux, qui visaient Nicolas Sarkozy, Annemie Turtelboom, Brice Hortefeux, la police, les Etats belge et français, évoquant notamment la véritable provocation que constitue le fait d’organiser un sommet sur (c’est-à-dire contre) l’immigration à Vichy. Les expulsions et l’exploitation des sans-papiers étaient dénoncés à plusieurs reprises.

Rassemblement pour les manifestants de Vichy

Rassemblement pour les manifestants de Vichy

Calicot du SR pour les manifestants de Vichy

Calicot du SR pour les manifestants de Vichy

Rassemblement pour les manifestants de Vichy

Rassemblement pour les manifestants de Vichy

Banderole du SR pour les manifestants de Vichy

Banderole du SR pour les manifestants de Vichy

Rassemblement pour les manifestants de Vichy

Rassemblement pour les manifestants de Vichy

Rassemblement pour les manifestants de Vichy

Rassemblement pour les manifestants de Vichy

300 personnes sans papiers de l’UDEP ont ouvert hier mardi, dans le bâtiment vide d’Electrabel (et non de la RTT comme nous l’avions annoncé par erreur) chaussée d’Ixelles, un ‘espace citoyen de rencontres, de débat politique et d’accueil de la richesse du monde’ baptisé la Turtelb’HOME. La Turtelb’HOME apportera une solidarité concrète envers les plus démunis, avec ou sans papiers.