Le week-end dernier à Villeneuve-la-Garenne, un jeune homme a été grièvement blessé suite à des violences policières (voir notre article). Depuis, plusieurs quartiers populaires de France se révoltent. A Toulouse, au moins cinq voitures et des poubelles ont été incendiées dans le quartier du Mirail dans la nuit du 21 au 22 avril. Des jets de projectiles et des feux d’artifice ont ciblé les dizaines de policiers mobilisés sur place. Aucune interpellation n’a été recensée pour l’instant.

Au lendemain de graves exactions policières à Villeneuve-la-Garenne (voir notre article), des révoltes ont éclaté en fin de soirée dans la ville. Affrontements avec la police, feux d’artifice, voitures incendiées, de nombreux jeunes ont riposté aux humiliations et aux violences de la police. Des scènes similaires ont eu lieu dans plusieurs villes notamment en région parisienne et dans le quartier du Mirail à Toulouse.

A Villeneuve-la-Garenne, un journaliste sur place a été violemment arrêté et relâché quelques heures plus tard.

A Villeneuve-la-Garenne, révoltes contre les violences policières.

Depuis le début du confinement en France, 5 personnes ont été tuées par la police et une petite fille a été placée en coma artificiel suite à un tir de LBD. Samedi 18 avril dans la soirée, des policiers ont grièvement blessé un jeune homme à Villeneuve-la-Garenne en Région Parisienne. Au même moment, des violences policières ont eu lieu dans le quartier de Bellefontaine à Toulouse. Le Comité Vérité et Justice 31 a lancé un appel à témoins pour organiser l’entraide et la solidarité face à la police.

Un jeune homme gravement blessé par la police à Villeneveuve-la-Garenne

Airbus, constructeur aéronautique, a fermé toutes ses usines en France et en Espagne le 17 avril au début de la crise sanitaire. 4 jours après, l’entreprise annonce la reprise partielle de ses activités, avec la présence d’au moins 25% du personnel sur site. La reprise d’activité d’Airbus a entraîné la reprise du travail dans de nombreux sous-traitants de la région toulousaine. Pour le reste du personnel, des congés payés ont été automatiquement posés sur une durée de 15 jours. Le vendredi 17 avril, l’avionneur annonce qu’il va recourir au chômage partiel pour au moins 3000 salariés, en particulier les ouvriers qui ne peuvent pas avoir recours au télétravail.

Des travailleurs du nettoyage de la gare de Matabiau à Toulouse exercent leur droit de retrait depuis lundi 13 avril pour dénoncer l’absence de mesures de protection face à l’épidémie de COVID-19 qui a fait plus de 17000 morts en France. En effet,  ils refusent de travailler sans masques ni autre protection alors que la gare est toujours ouverte et que quelques trains y circulent.

La pandémie mondiale de COVID-19 est en pleine expansion et elle a déjà fait des dizaines de milliers de mort·e·s dans le monde, dont plusieurs milliers en France. La gestion de la crise sanitaire par l’État et le patronat montre que c’est avant tout une crise du capitalisme.

Les politiques d’austérité et de casse sociale dans le secteur de la santé ont intensifié cette crise sanitaire avec un risque croissant de saturation du système hospitalier. Parallèlement, le patronat met tout en œuvre pour maintenir ses entreprises indépendamment des risques sanitaires qu’il fait peser à des milliers de travailleur·euse·s, en particulier aux femmes qui sont en première ligne des métiers sous tension : aides soignantes, femmes de ménage, infirmières, caissières etc.

Le gouvernement Macron a déclaré « nous sommes en guerre ». Mais c’est bien à nous qu’il la mène : travail maintenu dans les secteurs non essentiels, absence chronique de masques et de tests, sous effectif et manque de matériel à l’hôpital, absence de solution d’hébergement digne et stable pour les sans abris, mesures tardives et inconséquentes pour faire face aux violences faites aux femmes en augmentation, conditions sanitaires catastrophiques dans les Centres de Rétention Administrative et les prisons et la liste n’est malheureusement pas exhaustive !

Afin de contenir l’épidémie qu’il a été incapable d’anticiper et de gérer, la seule réponse du gouvernement a été des millions de contrôles policiers, des dizaines de milliers de procès-verbaux pour non respect du confinement et le déploiement d’un dispositif de surveillance sans précédent en particulier dans les quartiers populaires (traçage des téléphones, drones et hélicoptères…).

Aucune « union nationale » ne peut être envisagée avec nos ennemis. Face au développement des discours racistes et nationalistes, nous affirmons que la seule alternative est dans la solidarité et l’entraide entre les peuples.

La crise économique et sociale annoncée à la sortie de la crise sanitaire impose que les organisations révolutionnaires, anticapitalistes et antifascistes, fassent front ensemble pour faire face et préparer les conditions d’une alternative révolutionnaire. Chacun·e doit dès aujourd’hui s’engager dans ce sens !

Le combat contre l’État et le capital ne doit pas être confiné. Plus que jamais, nous devons préparer et organiser la riposte !

En particulier, nous appelons à soutenir à Toulouse et sa région plusieurs initiatives d’auto-organisation et de solidarité populaire :

et toutes les initiatives allant dans ce sens !

Toulouse, le 10 avril 2020

Premiers signataires : Secours Rouge Toulouse, UD Confédération Nationale du Travail 31, Groupe Libertad – Fédération Anarchiste, Union Antifasciste Toulousaine, Association Eunomia, Union Communiste Libertaire – Toulouse et alentours

 

Le Secours Rouge Toulouse vous invite à une soirée de soutien aux prisonnier·e·s de Lutte Révolutionnaire le mercredi 25 mars dès 19H30 au Chat Noir (33 rue Antoine Puget – Métro Barrière de Paris ligne B). Pola Roupa et Nikos Maziotis sont deux prisonnier·e·s révolutionnaires du groupe anarchiste “Lutte Révolutionnaire” en Grèce, emprisonné·e·s suite à des attaques répétées contre des organismes de la Troïka (siège du FMI, banques, ministère du travail…) revendiquées par leur organisation. Au programme : projection de “Il n’y a d’autre fin que la révolution” (42min’ VOSTFR), intervention de Nikos Maziotis depuis sa prison, écriture aux prisonnier·e·s anarchistes en Grèce, débat et discussions.

Soirée reportée à cause de l’épidémie de COVID-19.

 

Finalement, une petite trentaine de personnes sont venues assister mercredi 26 février à la soirée de présentation du Secours Rouge Toulouse au Chat Noir (merci à elles/eux pour l’accueil). La soirée a débuté par une courte vidéo pour présenter les activités et les principes du Secours Rouge International puis nous avons poursuivi par une introduction sur les raisons de la construction d’une telle organisation dans la région toulousaine. Le débat s’est poursuivi ensuite en petit comité notamment sur la question des photos en manifestation, la nécessité de poursuivre la solidarité avec le Rojava ou encore sur le soutien aux prisonnier·e·s de Lutte Révolutionnaire.

Une partie de l'assistance durant la présentation du Secours Rouge Toulouse au Chat Noir.

 

Samedi 29 février à Toulouse, la BRIC (Bourrassol Rugby International Club) organise un tournoi de rugby touché mixte solidaire. Les fonds récoltés serviront aux caisses de grève des cheminots et des intermittents. L’inscription au tournoi est gratuite et peut se faire par mail (bourrassol.rugby@gmail.com) ou sur place à partir de 12h30.

Plusieurs tables d’infos seront présentes lors de cette initiative dont celle du Secours Rouge Toulouse.