Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

« We need to take guns » est un document politique et militaire qui exprime clairement sa solidarité avec le Bataillon International de Libération (IFB) et les causes qu’il défend. Ce documentaire présente l’IFB, une unité combattante des YPG, les milices kurdes qui mènent et défendent la révolution du Rojava dans le Nord de la Syrie. Le film sera projeté à l’Université Paris VIII Vincennes – Saint-Denis, le vendredi 22 février et suivi d’une discussion avec les participant.es au tournage du film.

Trailer du film: https://youtu.be/JRcBHNPpE_Y

Événement Facebook

Projection du film

Projection du film

Le Bataillon International de Libération (IFB) est une unité combattante des YPG, les milices kurdes qui mènent et défendent la révolution du Rojava dans le Nord de la Syrie. La révolution du Rojava a apporté un modèle sociétal progressiste, démocratique, défendant les Femmes et les différents peuples qui habitent la région.

L’IFB prend pour modèles les Brigades Internationales qui avaient défendu la république espagnole en 1936. Le film est un document politique et militaire qui exprime clairement sa solidarité avec le bataillon et les causes qu’il défend. Le film, tourné à Raqqa, sera suivi d’une discussion avec Andi, secrétaire du Secours Rouge International, participante au tournage du film.

Une coorganisation Secours rouge/ACJJ, ce vendredi 14 décembre à 19h, à la “Maison Commune l’Aurore”, 162 Rue du Midi, 1000 Bruxelles.

Evènement Facebook

We need to take guns

We need to take guns

Comme chaque année se tenait ce week-end la “Semaine Culturelle Kurde” de Bruxelles. Cette année, l’événement avait lieu sur la Place des Musées, adjacente au Mont des Arts. Plusieurs stands étaient installés dont ceux du mouvement de libération kurde et du Secours Rouge.

Ce samedi soir, une commémoration à la mémoire de Sarin Awaz, guérillera du MLKP tuée le mois dernier au Kurdistan Sud (Irakien) lors d’affrontements avec les forces turques. Des camarades et amis de Sarin Awaz ont pris la parole pour rappeler la sa mémoire, des interventions ont également été faites par le Secours Rouge, par Halk Evi, et par Sosyalist Kadinlar Birligi. Une trentaine de personnes étaient présentes.

À la semaine kurde

Commémoration pour Sarin Awaz

À la semaine kurde
Commémoration pour Sarin Awaz

Le 17 août dernier, une combattante du MLKP a été tuée lors d’affrontements avec l’armée turque dans la région de Zap au Kurdistan irakien. Şevin Söğüt, dont le nom de code était Sarin Awaz, était âgé de 26 ans et avait rejoins le MLKP en 2012. Elle avait participé à la défense du Rojava et notamment à la bataille de Raqqa. Avant de se rendre dans cette zone, Şevin Söğüt avait déclaré : « Nous n’autoriserons pas que les pieds du colonisateur touchent ces terres. Nous allons résister contre l’armée colonialiste turque comme nous l’avons fait à Kobané et à Afrin. Nous défendrons chaque mètre carré de nos terre libres, des terres du Kurdistan et des terres où se trouvent notre Parti. »

La combattante Şevin Söğüt

La combattante Şevin Söğüt

İrfan Gerçek, combattant du MLKP, a été tué le 28 août dernier dans la région du Dersim lors de bombardements de l’aviation turque.
Le jeune homme de 33 ans était issu d’une famille de révolutionnaires, il était actif au sein de différents organismes du MLKP et d’organisations démocratiques depuis près de 20 ans.

İrfan Gerçek

İrfan Gerçek

L’Office fédéral de la protection de la Constitution (BfV), responsable du renseignement, a publié un rapport sur l’activité de l’extrême gauche turque en Allemagne.
Le rapport de 38 pages comprend l’histoire de ces groupes, leurs objectifs et leur fonctionnement dans le pays. Les services secrets ont également allégué que 2550 personnes sont membres de ces organisations en Allemagne. Le rapport fournit des comptes détaillés sur la structure et les activités du DHKP-C, du TKP/ML et du MLKP.
Le rapport conclut : “Les organisations en question opèrent sans violence en Allemagne, et en solidarité pour soutenir leurs camarades en Turquie, mais elles constituent toujours une menace pour la sécurité de la Turquie”.

Couverture du rapport des renseignements allemands

Couverture du rapport des renseignements allemands

Figen Yuksedag, co-présidente du HDP, comparaissait hier au tribunal à Ankara (voir notre article à ce sujet). A cette occasion, elle est apparue souriante et déterminée à l’audience et a pleinement assumé ses paroles, affirmant que si elle pouvait les redire, elle n’hésiterait pas une seule fois. Remettant en cause la légitimité du procès, l’accusant d’être mis en scène par le pouvoir d’Erdogan, elle est allée jusqu’à interpeller le juge, en lui demandant dans quelle salle d’audience il comptait masser les 6 millions d’électeurs du HDP pour les juger (nombre de voix qu’elle a recueilli aux élections législatives). Le procès a été ajourné et reprendra le 18 septembre 2017.

Figen Yuksedag lors de son arrivée à l’audience.

Figen Yuksedag lors de son arrivée à l'audience.

Figen Yuksedag, co-présidente du parti de gauche pro-kurde HDP, comparaît aujourd’hui à la deuxième audience de son procès à Ankara. La députée de Van, déchue de son mandat parlementaire est condamnée – parmi une centaine de procès engagés à son encontre -, pour « propagande terroriste » du fait de ne pas avoir taxé le PKK d’organisation terroriste. La dirigeante politique risque la peine maximale.

A cette occasion plusieurs rassemblement ont lieu en Europe et notamment cette après-midi à Paris et hier à Bruxelles.

Rassemblement à Paris pour Figen Yuksekdag, co-présidente du HDP

Rassemblement à Bruxelles pour Figen

Rassemblement à Paris pour Figen Yuksekdag, co-présidente du HDP
Rassemblement à Bruxelles pour Figen

La police a brutalement attaqué la manifestation contre l’interdiction de 33 symboles liés aux YPG et aux YPJ en Allemagne, incluant un certain nombre de symboles, logos, drapeaux. Les manifestants ont été attaqués avec du gaz lacrymo et des coups de matraques, cinq ont été blessés dont un gravement. Sept autres ont été arrêtés. Malgré l’attaque, les manifestants ont continué à brandir les drapeaux désormais interdits des YPG, des YPJ et du PYD (le parti dont les deux précédents sont les milices d’auto-défense). Le drapeau représentant le visage d’Abdullah Öcalan sur un fond vert et/ou jaune ainsi que le drapeau du Rojava (voir photo) sont également concernés par l’interdiction. Ces 33 symboles viennent s’ajouter aux nombreux autres symboles de la résistance kurde et turque déjà interdits en Allemagne.

Egalement hier à Berlin, 1.400 manifestants antifas ont tenté de bloquer une manifestation fasciste. Ils ont eux aussi été attaqués par la police.

Le drapeau du Rojava ensanglanté à Berlin

Le drapeau du Rojava ensanglanté à Berlin

Deux commémorations avaient lieu ce samedi 3 juin au local Sacco-Vanzetti. La première à 15h rendait hommage aux deux combattants du Bataillon International de Libération tué lundi dernier sur le front de Raqqa en combattant Daesh. Les combattants appartenaient l’une au MLKP et l’autre au BÖG (Bataillon Unifié de Libération). Des dizaines de militants sont venus leur rendre hommage, plusieurs interventions ont été faites en turc et en français et un petit film a montré des images de Ayşe Deniz Karacagil, la combattante MLKP ainsi qu’une interview (lisible ici en français). Une intervention a été faite au nom de la campagne de soutien au Bataillon International de Libération.

La seconde commémoration, à 17h, rendait hommage aux martyrs de l’organisation MLSPB (Union Marxiste-Léniniste de Propagande Armée), tués en 1981. Des dizaines de militants venus de différents pays y ont assisté. Vous pouvez en apprendre plus sur les martyrs de 1981 dans la déclaration solidaire que nous avons publié hier à l’occasion de la commémoration (à télécharger ici).

Commémoration pour les combattants de l’IFB

Commémoration pour les martyrs MLSPB

Commémoration pour les combattants de l'IFB
Commémoration pour les martyrs MLSPB