Lundi 13 avril, les prisonniers la prison de Yaoundé Kondengui se sont révoltés, juste après le décès de six personnes soupçonnées malades du coronavirus. Les prisonniers ont dénoncé l’absence de mesures sanitaires pour les protéger du Coronavirus. Ils affirment que l’infirmerie est pleine à craquer avec une centaine de malades. Des militaires se sont déployés en nombre autour de la prison. Il s’agit principalement des éléments du Groupement Spécial d’Opérations (Gso). Prévue pour moins de 800 prisonniers, la prison de Yaoundé-Kondengui en accueille au moins 5000.

Prison Centrale de Yaoude Kondegui

Prison Centrale de Yaoude Kondegui

La France s’était engagée en 2015 à déclassifier les documents permettant de faire la lumière sur la répression des maquis indépendantistes durant l’occupation du Cameroun des années 1957 à 1969. Une partie de cette documentation a été volée à l’Union des population du Cameroun (Upc) et sera à nouveau rendue publique. L’Upc est un parti politique, fondé le 10 avril 1948, dont la plupart des leader seront assassinés. La mise à disposition de ces documents va permettre de revoir l’histoire la sanglante répression auquel le Cameroun a fait face de la part de l’Etat français avant son indépendance, le 1er janvier 1960.

En août 2016, la police avait tenté d’expulser un sans-papier camerounais, l’homme était ligoté et suffoquait. De nombreux passagers ont refusé de s’asseoir et tenté de venir en aide au prisonnier visiblement en détresse. Six des passagers passaient ce matin en procès pour “entrave méchante à la circulation aérienne” et “non respect des instructions du commandant de bord”. Ce matin, le procureur a plaidé l’acquittement, le jugement sera prononcé le 13 décembre prochain.

Bruxelles: Le procureur plaide l’acquittement des 6 personnes qui avaient empêché l’expulsion d’un sans-papier

Les médecins camerounais ont relancé ce lundi 15 mai leur mouvement de grève entamé il y a un mois en dépit des sanctions disciplinaires prises par leur tutelle. Le ministre de la Santé a décidé d’affecter à titre disciplinaire, dans les zones reculées du pays les principaux responsables du syndicat des médecins, le Symec. C’est ainsi qu’un neurochirurgien doit quitter Douala pour un dispensaire éloigné alors qu’il n’y a que trois capitales régionales qui ont un neurochirurgien. Les médecins appellent à l’amélioration de leur régime de travail et une réforme du système de santé.

L’hôpital général de Yaounde, touché par la grève

L'hôpital général de Yaounde, touché par la grève

Mercredi dernier, dans le cadre à la grève des travailleurs de la société TIC Le Bus, des bus ont barré la circulation dans le quartier de Nlongkak, dans la capitale Yaoundé. Les grévistes luttaient pour le paiement de 19 mois d’arriérés de salaires. Suite à ce mouvement, les forces de sécurité ont procédé à une vaste opération répressive. 45 hommes et trois femmes ont été raflés et amenés au commissariat central avant d’être dispersés dans différents commissariats de la ville. Ils ont été libérés progressivement sauf six qui restent en garde à vue : quatre délégués du personnels et deux travailleurs. Ils ont été rassemblés une nouvelle fois au commissariat central – sauf l’un d’eux qui a été hospitalisé.

Au dépôt de la société TIC Le Bus

Au dépôt de la société TIC Le Bus

Des heurts sanglants ont éclaté, lundi en milieu de matinée dans la ville anglophone camerounaise de Bamenda (Nord-Ouest) entre les forces de maintien de l’ordre et des centaines de manifestants, au premier jour d’une grève annoncée par les enseignants anglophones exigeant de meilleures conditions de vie et de travail. Ces affrontements, dont le nombre de blessés dans les rangs des civils ou de la police n’a pas été communiqué, ont été suivis de nombreuses arrestations. Les enseignants de la région du Nord-Ouest entendaient manifester contre le statu quo observé depuis des mois dans leurs négociations avec le gouvernement. Aussitôt dans la rue, ils ont été rejoints par d’autres mécontents.

En fin de semaine dernière, quatre syndicats d’enseignants camerounais, aussi bien de la maternelle que du secondaire, ont annoncé une grève illimitée dès le 25 novembre pour dénoncer la non application, par le gouvernement, de résolutions arrêtées de commun accord.

Manifestation des enseignants à Bamenda

Manifestation des enseignants à Bamenda

Six personnes passeront en procès ce 1er décembre 2016, un rassemblement solidaire aura lieu dés 8h30 devant le Palais de Justice, Place Poelaert. Une soirée d’info se tiendra la veille à 18h30 à la Maison de la Paix (Rue Van Elewyck 35). Les six (dont trois Français, deux Allemands et un Camerounais) sont accusés en correctionnelle de rébellion et d’entrave méchante à la circulation aérienne. Ils étaient présents le 17 août dernier dans un avion de ligne alors que des policiers tentaient d’expulser une personne d’origine camerounaise en le forçant à rester dans un avion avec les méthodes qui leur sont chères : pieds et poings liés, étranglement et étouffement. Plusieurs passagers s’étaient manifesté en entendant les cris de douleur et de détresse de l’expulsé, forçant les policiers à débarquer avec ce dernier. Les policiers sont plus tard revenus à bord, ont choisi arbitrairement six personnes parmi ceux qui s’étaient manifesté et les ont arrêtés pendant 24 heures.

No Border

Le sous-préfet de l’arrondissement de Ma’an où est logé le projet du barrage électrique de Memve’élé, qui pourtant avait suivi les négociations tripartites, a pris sur lui d’utiliser les méthodes fortes pour obliger les grévistes à reprendre du service. C’est ainsi que le 17 juillet dernier, il y a eu affrontement entre les forces de maintien de l’ordre et les ouvriers. Trois coups de feu ont été tirés et des personnes blessées. Les éléments de la police et de la gendarmerie ont procédé à des arrestations, empêchant même les ouvriers de s’approvisionner en nourriture après avoir bloqué toutes les sorties du camp. Ils ont copieusement bastonné certains grévistes au point où les cas sérieux ont été évacués à l’hôpital Régional d’Ebolowa.

Le chantier du barrage hydroélectrique de Memve’élé

Le chantier du barrage hydroélectrique de Memve’élé

Le 22 avril 1997, un arrêté du vice-Premier ministre mettait à la disposition de la Mission d’aménagement et d’équipement des terrains urbains (MAETUR) un espace d’une superficie de 38 ha au quartier Ntougou. Peu après, le président Paul Biya et sa femmes, mais aussi d’autres pontes du régime, comme le directeur de la MAETUR…) y font construire une résidence somptueuse.

Les populations autochtones spoliées de Ntougou avaient prévu d’organiser un rite (une danse) funéraires en mémoire de leurs ancêtres, hier, devant la résidence du couple présidentiel pour revendiquer leurs terres. La préfecture l’a interdite “en raison des risques potentiels d’atteinte grave à l’ordre public”. Le Cameroun est régulièrement désigné comme le pays le plus corrompu du monde.

Cameroun: Autochtones spoliés et interdits de manifestation

Les suites des manifestations estudiantines au sein du campus l’Université de Buéa au courant des mois de février et mars sont tragiques. La répression s’acharne sur les étudiants. C’est avec retard qu’a été annoncée la mort en détention le 7 juillet de Ngu Lawrence, un des étudiants arrêtés il y a deux mois. 16 autres étudiants disparus depuis le 12 février, 22 autres en détention abusive depuis deux mois. Les étudiants arrêtés auraient été torturés, et ces traitements cruels et dégradants seraient d’ailleurs à l’origine du décès du jeune Lawrence.

répression étudiants cameroun

répression étudiants cameroun