Un membre présumé d’ETA a été arrêté mercredi à Marseille (sud de la France). Jose Manuel Azkarate Ramos, alias Manu, né en 1963, a été appréhendé lors d’une opération commune des polices française et espagnole alors qu’il vivait dans la clandestinité depuis avril 2014.

Depuis 1986, il alternait peines de prison et libérations conditionnelles assorties de contrôles judiciaires. Il avait cessé de se présenter régulièrement au commissariat comme il en avait l’obligation. En 2014, il vivait dans le sud de la France quand le Conseil d’Etat français a validé son extradition vers l’Espagne afin qu’il termine d’y purger ses peines. Il était alors passé à la clandestinité et s’apprêtait à quitter l’Europe pour l’Amérique latine. Azkarate est accusé d’avoir a appartenu au « comando Vizcaya », accusé notamment d’avoir attaqué un convoi militaire, faisant trois morts parmi les militaires.

Jose Manuel

Jose Manuel

Une manifestants d’étudiants protestant contre les élection à l’Université UPV-EHU (Bilbao) s’est terminée dans de violents affrontements. La manifestation dénonçait ces élections du recteur avec un candidat unique et un système favorisant le vote des enseignants. Encadré d’un lourd dispositif de la police autonome basque, la Ertzaintza, plus de 2000 manifestants ont défilé à travers le campus dénonçant le processus électoral mais aussi la présence de la police.

Les incidents ont commencé à l’issue de la manifestation, lorsque plusieurs centaines de manifestants se sont dirigés vers le bâtiment du Rectorat. Les policiers de l’Ertzaintza sont intervenus, ont chargé et se sont fait caillasser d’abondance: deux policiers et un journaliste qui était dans leur rang ont été blessés. Une personne a été arrêtée pour crime « d’attaque sur un agent de la force publique ».

L’intervention des policiers sur le campus

L'intervention des policiers sur le campus

La police a arrêté hier mardi à l’aéroport de Madrid-Barajas, Ibarluzea Garikoitz Murua, surnommé « El Guipuzcoano ». Ibarluzea Garikoitz Murua avait été arrêté en 2002 pour des actions de luttes de rue (jets de cocktails contre des maisons de politiciens, de journaux et d’institutions) mais avait été remis en liberté l’année suivante. Il s’était exilé à Londres où il avait été arrêté en 2010 (voir notre article), sous le coup d’MAE comme membre présumé d’ETA. Le MAE délivré contre lui avait cependant été jugé non valide par la justice britannique et le le Royaume-Uni avait refusé l’extradition.

Ibarluzea Garikoitz Murua

Ibarluzea Garikoitz Murua

Recherché depuis 2008, Mikel Irastorza a été arrêté, samedi 5 novembre, à Ascain, au pays basque français (Pyrénées-Atlantiques). Il est présenté par le gouvernement espagnol comme « le plus haut dirigeant actuel du groupe terroriste ETA qui échappait à la justice ». Mikel Irastorza, ainsi que le couple franco-espagnol qui l’hébergeait, a été placé en garde à vue à la police judiciaire de Bayonne. L’arrestation a été menée par des agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) en collaboration avec la garde civile espagnole. Les trois personnes devraient être transférés à Paris. Une enquête préliminaire avait été ouverte vendredi pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » et les investigations sont confiées à la Sous-direction anti-terroriste (SDAT), la DGSI et la police judiciaire de Bordeaux-Bayonne. Environ 200 manifestants ont protesté contre l’opération policière en début de soirée à Ascain, à l’appel de plusieurs mouvements nationalistes basques.

Mikel Irastorza

Mikel Irastorza

Un arsenal pouvant appartenir à ETA a été découvert par la police sur la commune de Carlepont, dans l’Oise. 120 armes de poing auraient été découvertes dans une cache aménagée dans la forêt de Compiègne, lors d’une l’opération de la police judiciaire et de la sous-direction antiterroriste (Sdat). Il est également question de trois missiles. Cette découverte a été réalisée dans le cadre d’une enquête mené conjointement par les polices espagnole et française.

Fresque pour ETA au Pays basque

Ce 6 octobre, Emilie Martin se verra notifier un nouveau mandat d’arrêt européen à Pau. Emilie est porte-parole du collectif Bagoaz pour la défense des prisonniers basques. Elle fut aussi celle d’Herrira, association engagée dans la même cause et créée légalement en 2012, un an après qu’ETA ait annoncé l’arrêt de la lutte armée. Le mandat d’arrêt concerne son activité dans Herrira, Emilie n’avait pas répondu à la convocation du juge Velasco en novembre 2013, un mandat d’arrêt avait donc été émis en avil 2016. C’est ce mandat d’arret qui lui sera notifié à Pau avec séance la semaine suivante (le 11). Emilie risque plusieurs années de prison.

Emilie Martin

Emilie Martin

La justice espagnole souhaite poursuivre Maria Natividad Jauregui Espina (58 ans) pour l’exécution en 1981 par ETA, à Bilbao, d’un lieutenant-colonel de l’armée espagnole. En 2013, la chambre des mises en accusation avait refusé de rendre exécutoire un premier mandat d’arrêt européen délivré pour les mêmes faits, craignant que Maria Espina soit victime de violation des Droits de l’Homme en Espagne. La Cour de cassation s’était prononcée dans le même sens en novembre 2013, permettant la libération de la Basque. Mais en août 2015, la justice espagnole a délivré un nouveau MAE, dans lequel elle réfute le risque de violations des Droits de l’Homme. Ce nouveau mandat d’arrêt européen a été lui aussi rejeté avant-hier, tant par la chambre du conseil de Gand que par la chambre des mises en accusation. Le parquet général près la Cour de Cassation ne voit aucun motif justifiant de casser cet arrêt.

Maria Natividad Jauregui Espina

Maria Natividad Jauregui Espina

La cour d’appel de Paris avait rejeté la demande de suspension de peine de l’ex-dirigeant d’ETA Ibon Fernandez Iradi « Susper ». La Cour de cassation vient d’annuler l’arrêt de la cour d’appel de Paris. Incarcéré aujourd’hui à Lannemezan, condamné à trente ans de réclusion en 2008 et 2009 pour avoir tiré sur un gendarme en 2001, « Susper » est atteint d’une sclérose en plaques. La décision de la Cour de cassation implique un réexamen de l’affaire par la cour d’appel, mais par de nouveaux magistrats.

Rassemblement pour la libération d’Ibon Fernandez Iradi

Rassemblement pour la libération d'Ibon Fernandez Iradi

La justice espagnole a condamné vendredi un membre d’ETA à 92 ans de réclusion, pour une tentative d’attentat contre le roi Juan Carlos lors de l’inauguration du musée Guggenheim de Bilbao en 1997. La condamnation d’Eneko Gogeaskoetxea a été prononcée par l’Audience nationale, une juridiction spécialisée dans les affaires de terrorisme. Avec un autre membre de l’ETA, Kepa Arronategi, l’accusé avait placé des grenades dans des jardinières à proximité du musée qui pouvaient être activées à distance.

Mais quelques jours avant l’inauguration prévue le 18 octobre 1997, ils avaient été surpris s’activant autour d’une de ces jardinières par deux policiers basques. Alors que les agents vérifiaient leur identité, Eneko Gogeaskoetxea a tiré sur l’un d’eux, le tuant sur le coup. Eneko Gogeaskoetxea, 49 ans, avait été arrêté à Cambridge, dans l’est de l’Angleterre, en juillet 2011. Il y vivait depuis plusieurs années avec sa femme et ses enfants, sous une fausse identité.

Eneko Gogeaskoetxea

Eneko Gogeaskoetxea

Les agents de la police provinciale basque sont entrés jeudi sur le campus Arrosadía de l’UPNA pour briser la protestation des étudiants. Deux personnes ont été arrêtées. Les étudiants réclamant la démission du recteur pour avoir appelé l’intervention policière alors que, dans la matinée, a maintenu une forte présence policière à l’extérieur du bâtiment.

Arrestation à Pampelune

Arrestation à Pampelune