Une série d’articles du site Citizenlab, associé à l’Université de Toronto, avait rapporté dès 2016 l’existence d’un logiciel espion israélien nommé Pegasus, et susceptible d’être utilisé dans 45 pays dont le Canada. Le Comité [parlementaire] permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique a lancé lundi l’examen de l’utilisation d’un logiciel espion par la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Le ministre de la Sécurité publique du Canada, Marco Mendicino, a assuré que les agents fédéraux n’utilisent pas Pegasus, mais bien un autre logiciel capable de soutirer des données aux téléphones intelligents des suspects qui font l’objet d’une enquête, et dans le respect du cadre légal.

Des responsables du corps policier ont confirmé être en mesure de recueillir à distance et secrètement les données des téléphones de suspects — des messages textes, des photos, les images de la caméra, des enregistrements de communications privées, les sons à portée du micro, les notes et les entrées du calendrier de l’appareil, par exemple. La GRC doit demander un mandat à un juge pour utiliser ce logiciel, qualifié d’ »outil d’enquête ». Ni le ministre ni la GRC n’ont souhaité dévoiler le nom de la technologie utilisé depuis au moins 2012. Selon la GRC, ce logiciel aurait été utilisé pour 32 enquêtes, infectant un total de 49 appareils, depuis 2017. Des responsables de la GRC ont estimé qu’à peine un enquêteur sur dix qui fait la demande de cette technique en reçoit l’autorisation.

 

Dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques, lancée en 2008, la Gendarmerie nationale a dû fermer 500 de ses brigades, l’idée étant alors de créer des « communautés de brigades » [COB] afin de mutualiser les moyens. Cela a eut plusieurs effets négatifs : le temps d’intervention s’est allongé, la capacité des gendarmes à recueillir ce que l’on appelle, en matière de renseignement, des « signaux faibles » s’en est trouvée amoindrie, etc. Depuis, la Gendarmerie a mis un terme à la fermeture des ses brigades, tout en cherchant à créer de nouveau du lien avec les élus locaux et les populations avec des modèles alternatifs, comme des postes de gendarmerie dans des endroits où il n’y a pas de brigade. L’idée était d’affecter deux gendarmes dans le local d’une mairie ou d’un bureau de poste et de leur confier un « budget » ainsi que la responsabilité de réservistes qui habitent dans le coin.

Cependant, et conformément aux directives du président Macron, il est question d’aller plus loin et de recréer 200 nouvelles brigades. Ce qui, conjugué à la numérisation, va faire « changer de paradigme » la gendarmerie nationale, selon le général Rodiguez, qui était auditionné par les députés de la Commission de la Défense, le 27 juillet dernier. Ces 200 nouvelles brigades seront dotées de moyens de déplacement adaptés à leurs territoires : chevaux, motos, mais aussi trottinettes électriques là où c’est pertinent. Des brigades itinérantes seront également chargées de partir plusieurs jours dans des territoires qui ne sont jamais investis ordinairement, en dormant en chambres d’hôtes ou chez l’habitant. En attendant la construction des bâtiments des 200 brigades, elles seront créées de manière très souple, dès 2023, installées provisoirement dans des locaux fournis par les mairies.

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Les étudiants de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis ont encore manifesté en revendiquant la réhabilitation des voiries du campus. ils ont bloqué la RN 2 pendant plus d’une heure. Ils ont barricadé la chaussée par des grosses pierres, des branches d’arbres et incendié des pneus devant le portail principal. Pour rétablir l’ordre, les gendarmes ont usé de la force et de tirs de bombes lacrymogènes pour disperser les manifestants. Les étudiants ont caillassé les gendarmes qui ont tiré à balles réelles. Ces affrontements qui ont occasionné quelques blessés dont un grièvement atteint à la cuisse par une balle.

 

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Lors d’un déplacement à Nice, le 10 janvier, le président Macron a promis la « création de 200 brigades de gendarmerie en milieu rural qui pourront prendre la forme de nouveaux types d’implantations avec des expérimentations qui vont être lancées dans plusieurs départements ». Sous l’effet de la Révision générale des politiques publiques [RGPP], 500 brigades de gendarmerie avaient été fermées en raison de la mise en place de « communautés de brigades ». Le temps d’intervention des gendarmes s’est alors allongé, et, en matière de renseignement, la capacité à collecter des signaux faibles s’en est trouvée amoindrie. Depuis, la Gendarmerie a cessé de fermer des brigades. Il est peu probable que 200 nouvelles brigades de gendarmerie sortent de terre durant le prochain quinquennat, notamment en raison du coût immobilier que cela représenterait. Les « expérimentations » évoquées par Macron font écho à celles qu’a détaillées le directeur de la Gendarmerie nationale en octobre dernier: affecter deux gendarmes dans une mairie ou un bureau de poste (voir notre article).

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Au petit matin du 27 décembre un engin explosif a explosé à la Direction de la Gendarmerie située au carrefour entre les rues Rosas et Teatinos, dans le centre de Santiago. L’engin était composé pour moitié d’explosif industriel et artisanal (ANFO), et était à effet dirigé (pour que l’onde de choc se concentre à l’intérieur du bâtiment). L’action, qui ciblait l’administration pénitentiaire, a été revendiquée par « La vengeance noire ». Lire le communiqué Le jour d’après, deux cocktails Molotov ont été lancé sur sur le « Centre de réinsertion sociale » de la Gendarmerie à Recoleta.

Le successeur du Véhicule blindé à roues de la gendarmerie (VBRG) est désormais connu: il s’agit de l’ « ARIVE » (pour ARmoured Infanty VEhicle), un blindé 4×4 produit par l’industriel Soframe (voir notre précédent article). Il répondra dans la gendarmerie au nom de Centaure. Il s’agit d’un imposant blindé 4×4 de 14,5 tonnes (soit deux de plus que le VBRG qu’il remplace). Il affiche une longueur de 6,2 mètres pour une largeur de 2,45 mètres et une hauteur de 2,5 mètres. Et contrairement à son prédécesseur, il possède, de manière uniforme, des capacités de pousser, ainsi que de dégagement, grâce à des lames montées sur des vérins pneumatiques, installées à l’avant du véhicule. Enfin, ces véhicules disposeront d’équipements optroniques modernes et de capacités actualisées, donc téléopérées, en matière de tir et de lancement de grenades. 90 exemplaires de cet engin blindé seront commandés, soit 30 de plus que le parc actuel des VBRG. La livraison du premier Centaure est attendue au 1er semestre 2022.

En 2019, la ministre des Armées, Florence Parly, avait décidé d’accélérer d’un an le programme d’hélicoptère interarmées léger. Le 22 décembre, elle a notifié le contrat d’acquisition et de soutien de 169 hélicoptères à Airbus Helicopters. avec une commande de 169 appareils, un marché global évalué à 10 milliards d’euros (qui comprend le développement et la livraison des appareils, la fourniture du système de soutien et de formation ainsi que la maintenance en condition opérationnelle pendant dix ans). Ce contrat comprend dix hélicoptères H160 pour la Gendarmerie nationale pour 200 millions d’euros, qui seront livrés à partir de 2026.

L’ARmoured Infanty VEhicle de Soframe

 

Ce lundi, devaient avoir lieu les examens à l’Université Alioune Diop de Bambey. Mais les autorités universitaires de Bambey ont décidé de faire appel aux éléments du commissariat urbain de cette localité, appuyés par 700 gendarmes, pour « assurer le bon déroulement des examens ». Cette introduction massive de forces de police sur le campus a provoqué un soulèvement des étudiants. Ils ont caillassé les forces de l’ordre ont tiré des grenades lacrymogènes. Le portail du campus a été incendié par les étudiants grévistes et 9 étudiants seront arrêtés par la gendarmerie puis embarqués au commissariat.

Dossier(s): Afrique Tags: ,

Alors que se déroulait la COP26 à Glasgow, les militants de la ZAD de Grabels ont été violemment expulsés et arrêtés par la police, sur ordre du préfet, alors même qu’ils luttent contre un projet routier inutile et la déforestation. Depuis juin dernier ils occupaient des terrains pour empêcher la réalisation du projet de barreau routier « Lien » qui doit relier l’A9 à l’A750 au Nord de Montpellier. Les travaux avaient repris au début du mois avec notamment les activités de déboisement qui ont ravivé les tensions sur le site. C’est finalement tôt matin jeudi 4 que l’opération d’évacuation s’est terminée.

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Le renouvellement des Véhicules blindés à roues de la gendarmerie [VBRG], utilisés pour le maintien de l’ordre depuis 1974, avait été retardé par manque de crédits et par l’absence, sur le marché, de véhicules correspondant aux besoins (il fallait un moteur placé à l’arrière du blindé afin que celui-ci pût déblayer des voies entravées par des barricades avec une lame fixée à l’avant, alors que les blindés militaires ont le moteur placé à l’avant pour permettre la sortie arrière des soldats, à l’abri du véhicule. Les VBRG ont bénéficié de programmes pour prolonger leur durée de vie mais leur intense utilisation lors des derniers conflits sociaux a accéléré leur usure.

En décembre 2020 fut lancé un appel d’offres portant sur l’acquisition de 90 nouveaux blindés (voir notre article). Et, la Gendarmerie disposant de 20 VAB (véhicules de l’avant blindé) cédés par l’armée de Terre (voir notre article), il fut estimé superflu d’équiper ces futurs véhicules d’une lame. Trois candidats se présentaient: Arquus, avec le Sherpa Light, Nexter, avec le VBMR Serval et un dernier venu: Soframe, filiale du groupe Lohr avec le Multi Purpose Gendarmerie Vehicle (MPGV). Ce serait ce dernier qui aurait les meilleures chances d’être choisi. Cet engin 4 X 4 de 13 tonnes a été conçu pour transporter jusqu’à 10 personnes à la vitesse maximale de 90 km/h.

Une convention nationale a été signée le 4 juillet 2019 entre Pôle emploi et la Gendarmerie dans le but d’aider cette dernière a recruter. À cette fin, la Gendarmerie organise notamment des séances d’informations dans les locaux de Pôle emploi auxquelles certain·es chômeurs sont invité·es, par leur conseiller, à participer. Une vidéo d’une de ces séances d’informations datant d’octobre 2019 est sortie. On peut y entendre des Gendarmes vanter les avantages matériels du métier et justifier les mutilations de Gilets Jaunes.

Cette convention nationale a été déclinée par plusieurs convention locale. Jeudi 3 décembre 2020, la Région de Gendarmerie et Pôle emploi Occitanie ont ainsi conclu deux conventions locale. La première portait sur la sécurité des locaux de l’agence. La seconde elle portait sur le recrutement de gendarmes parmi les chômeurs. Une autre convention locale a également été signée à La Réunion et la Gendarmerie en juillet 2019. Ces partenariats vise a répondre à la diminution du nombre de candidat·es postulant à la Gendarmerie. Alors qu’en 2009, 16 candidats se disputaient un poste au concours externe de sous-officier de la Gendarmerie, on ne comptait plus que 3,4 candidats pour un poste en 2017. En 2019, année exceptionnelle, la sélectivité était de 8 candidats pour un poste. Mais cette évolution s’expliquait uniquement par la réduction de plus de la moitié du nombre de postes à pourvoir pour un nombre presque équivalent de candidats. D’autres conventions ont également été signées entre Pôle emploi, la Gendarmerie et des entreprises de sécurité pour permettre aux Gendarmes de se reconvertir dans la sécurité privée.

Conventions entre la gendarmerie et Pôle emploi

Conventions entre la gendarmerie et Pôle emploi