La police a affronté vendredi des manifestants antifascistes masqués et cagoulés devant un hôtel accueillant une réunion internationale d’organisations d’extrême droite. Cette réunion de représentants du parti espagnol Vox et de groupes d’extrême droite de Colombie, du Pérou, de Cuba, du Venezuela et du Chili, a attiré une contre manifestation. Les antifas ont jeté des pierres et des poubelles sur l’hôtel accueillant le « Forum de Madrid », se heurtant à la police anti-émeute postée à l’extérieur qui a tiré des grenades assourdissantes. De nombreuses vitres de l’hôtel ont été brisées et la police a arrêté plusieurs manifestants. Un des thèmes déclarés du Forum de Madrid était précisément de « lutter contre le communisme » en Amérique latine.

 

Une nouvelle journée de protestations a eu lieu hier vendredi à Santiago, dans le secteur de la Plaza Baquedano, où la circulation a été déviée et les stations de métro fermées. Parmi les incidents, l’attaque, par un groupe de manifestants cagoulés, d’un commerce, l’Antigua Fuente, dont le propriétaire avait utiliser pistolet à air comprimé pour tirer des plombs sur une précédente manifestation. Les manifestants ont aussi érigé des barricades et affronté la police.

Le commerce ciblé

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Vendredi a vu une nouvelle journée de manifestations et d’affrontements à Santiago, sur la Plaza Italia et ses environs, comme souvent depuis la flambée de contestation sociale d’octobre 2019. Les manifestants se sont rassemblés sous des banderoles exigeant la libération des « prisonniers de la révolte », d’autres se référant au projet de loi d’amnistie en cours de discussion au Congrès et au deuxième anniversaire de la mort de Jorge Mora, alias « Neco », écrasé par un camion des Carabiniers. Des affrontements ont eu lieu. Deux bus ont été incendiés à Pudahuel: des manifestants cagoulés, ont forcé les passagers et les conducteurs des deux engins à descendre, puis y ont mis le feu. Deux personnes ont été arrêtées.

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

La demande d’asile de Peter Krauth et Thomas Walter a été reconnue par la CONARE, la commission vénézuélienne pour les réfugiés. Les deux internationalistes recherchés en Allemagne pour « terrorisme » ont ainsi droit à un droit de séjour illimité au Venezuela. Pour la première fois depuis leur fuite d’Allemagne en 1995, ils peuvent désormais vivre sans être arrêtés et extradés vers l’Allemagne. un troisième accusé, Bernd Heidbreder, était décédé en mai 2021 (voir notre article). Les trois internationalistes étaient recherchés pour leur appartenance au groupe K.O.M.I.T.E.E. qui a incendié en 1994 un bâtiment de l’armée allemande en raison du soutien par l’Allemagne de la guerre menée par la Turquie contre les Kurdes. En 1995, une patrouille de police avait surpris plusieurs militants du groupe en train de placer 120kg d’explosif dans un centre de détention pour sans-papier en construction à Berlin-Grünau. Ces actions auraient être prescrits en 2016, mais une manœuvre du parquet fédéral a porté leur délai de prescription à 40 ans.

Peter Krauth et Thomas Walter ont déclaré: « On peut considérer comme un peu de justice historique le fait que ce soient nous qui, justement, avons lutté dans les années 90 pour le droit d’asile des réfugiés du Tricontinent, bénéficions maintenant nous-mêmes de ce droit dans le Tricontinent. Nous l’apprécions. Et en tant que personnes concernées, qui ont vécu pendant des décennies l’absence de droits et l’insécurité permanente que les sans-papiers subissent quotidiennement partout dans le monde, nous voulons profiter de l’annonce de notre propre sécurité acquise pour lancer un appel passionné à tous ceux qui ont le privilège de vivre à l’intérieur de la forteresse Europe : défendez ceux qui fuient des gouvernements tyranniques de quelque couleur que ce soit, des persécutions en raison de leur différence ou tout simplement des conditions insupportables, et qui cherchent protection auprès de vous ! N’oubliez jamais que la prospérité européenne repose en grande partie sur la misère d’autres régions du monde. Prenez fait et cause pour les plus faibles ! Engagez-vous pour le droit de rester pour tous! »

 

En novembre 2020, une bombe explose dans le commissariat de Talca. En mai 2021, dans le cadre d’une grande opération policière diligentée par un des parquets de la région de Santiago, qui, entre autres, supervise toutes les affaires d’explosions à caractère terroriste, la police a réussi à capturer Luis et Ignacio Avaca (voir notre article). Les deux anarchistes – des frères jumeaux – ont été amené à la prison de Talca, puis transférés à Rancagua. Les deux frère ont obtenu une procédure pénale abrégée, dans le cadre de la loi antiterroriste, c’est-à-dire à assumer leur responsabilité en échange d’une peine convenue avec le Parquet. C’est ainsi qu’ils ont assumé la responsabilité de l’action et obtenu d’être condamnés à 3 ans, une peine qu’ils continueront à purger sous forme de régime de restriction de liberté à l’extérieur.

L’arrestation des frères Avaca

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Euclides España, connu sous le pseudonyme de Jhonier, un des principaux commandants des FARC dissidentes qui avait refusé les termes du l’accord de 2016, a été tué dans une opération menée par l’armée avec l’appui de la police dans la municipalité de Tacueyo, dans le département du Cauca. Le gouvernement colombien avait promis une récompense de 755.000 dollars (environ 667.000 euros) à qui permettrait de localiser Jhonier, qui était également recherché par les Etats-Unis. Environ 5.000 combattants ont rejeté l’accord de paix signé en novembre 2016, qui a conduit au désarmement d’environ 13.000 guérilleros.

Dossier(s): Amérique Latine Tags: , ,

Les Chiliens sont descendus dans la rue pour protester contre le projet du gouvernement de vendre un contrat d’extraction de lithium, relançant le débat sur la nationalisation de la ressource. Les législateurs de l’opposition ont lancé une action en justice – rejetée vendredi parce que le délai de la procédure était écoulé – au début de la semaine pour arrêter le processus d’appel d’offres pour un contrat de 20 ans visant à extraire 400 000 tonnes de lithium dans le deuxième plus grand producteur mondial de ce métal, qui est notamment utilisé dans les batteries des voitures électriques.

Le processus d’appel d’offres, qui a débuté en octobre dernier, se terminera ce mois-ci, deux mois seulement avant que le président de centre-droit Sebastian Pinera ne soit remplacé par le candidat de la gauche Gabriel Boric, qui a été élu le mois dernier sur la promesse d’installer une « société nationale du lithium » similaire à la société nationale du cuivre (Codelco) créée dans les années 1970 à partir de sociétés minières nationalisées. Le Chili détient 57 % du lithium mondial.

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

A l’initiative de plusieurs personnalités détenues durant le règne de Jovenel Moïse pour leurs convictions politiques et leur engagement, ont appelé à une manifestation mercredi 29 décembre dans les rues de Port-au-Prince. Les revendications de cette manifestation sont d’abord la libération de tous les prisonniers politiques encore détenus dans les centres carcéraux du pays. Les initiateurs du mouvement ont également demandé à la Cour Supérieure des Comptes (CSCCA) de publier sans délai les arrêts de débêt concernant les dilapidateurs des fonds de PetroCaribe. Les conditions de détention ont aussi révolté ces anciens prisonniers qui exigent des réformes du système carcéral.

 

Au petit matin du 27 décembre un engin explosif a explosé à la Direction de la Gendarmerie située au carrefour entre les rues Rosas et Teatinos, dans le centre de Santiago. L’engin était composé pour moitié d’explosif industriel et artisanal (ANFO), et était à effet dirigé (pour que l’onde de choc se concentre à l’intérieur du bâtiment). L’action, qui ciblait l’administration pénitentiaire, a été revendiquée par « La vengeance noire ». Lire le communiqué Le jour d’après, deux cocktails Molotov ont été lancé sur sur le « Centre de réinsertion sociale » de la Gendarmerie à Recoleta.

Comme presque tous les 28 jours depuis le début de la grève nationale, des manifestants masqués ont affrontés les forces anrti-émeutes (ESMAD) dans les rues de la capitale Bogota. Les manifestants ont levé des barricades face à la police qui utilisait des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes et des blindés. A Suba, la situation est restée tendue jusqu’à avant minuit sur l’Avenida Ciudad de Cali, où les Esmad sont restés au milieu de la rue, dispersant avec des jets d’eau et de gaz les manifestants qui leur faisaient face, leur jetant des pierres et autres projectiles. Le système de transport public Transmilenio a été touché. Il y a eu aussi des émeutes à Medellín ce mardi près de l’Université d’Antioquia.