Des manifestants masqués ont causé des dégâts cet après-midi à l’entrée de la tour du presbytère de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM), dans la Cité universitaire, et ont mis le feu à la porte principale. Les manifestants exigent le renvoi des directeurs du campus et la prise en compte des cas de harcèlement et de violence sexiste. En septembre dernier, les étudiants de la Prepa 5 se sont mis en grève pour exiger que leurs revendications soient satisfaites.

Des manifestants masqués se heurte à la police lors d’une manifestation d’étudiants devant l’Universidad Nacional Autonoma de Honduras (UNAH) à Tegucigalpa le 27 novembre. Les manifestants demandent qu’ils soient inclus dans les politiques d’emploi de la fonction publique. Dans le cadre de cette action, les manifestants ont brûlé des véhicules. Les forces de sécurité se sont déployées dans la zone et ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

Les petits pêcheurs ont manifesté mercredi matin à Valparaiso contre la nouvelle loi sur la pêche pour défendre le secteur de la pêche artisanale. Ils ont érigé des barricades, provoquant des embouteillages en pleine heure de pointe. La circulation des trains a également été bloquée. Les manifestants ont mis le feu à des pneus dans le secteur, ce qui a provoqué une énorme colonne de fumée. Des carabiniers du service d’ordre public (COP – les forces anti-émeutes) sont intervenus.

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,

Le 21 novembre a marqué le quatrième anniversaire de la révolte sociale de 2019, déclenchée dans le cadre de la grève nationale. Dans plusieurs régions du pays, des journées de protestation ont donc eu lieu hier, au cours desquelles les Colombiens se sont rassemblés dans les rues, à l’appel de syndicats, d’organisations politiques et étudiantes, entre autres. À Bogota, des affrontements ont duré plusieurs heures à l’intersection de la Calle 45 et de la Carrera 30, près de l’université nationale.

Cinq prisonniers politiques Mapuches sont en grève de la faim et de la soif. Quatre d’entre eux ont entamé le mouvement le 13 novembre et un autre le 18 novembre. La raison de cette lutte est la peine de quinze ans de prison qui leur a été infligée par la justice chilienne. Les condamnés dénoncent que le procès n’a pas respecté les garanties légales minimales. Ces militants politiques sont accusés d’avoir attaqué les intérêts de grandes entreprises capitalistes pillant le pays Mapuche.

Prisonniers politiques Mapuches

 

La manifestation a eu lieu devant le Palais du Gouvernement de Tuxtla Gutiérrez, lorsqu’un les élèves de l’École Normale Rurale de Macumatzá ont manifesté pour exiger que les autorités de l’État et le Bureau du Procureur de l’État annulent les poursuites contre 90 d’entre eux. Ceux-ci avaient été arrêtés et emprisonnés en mai 2021, après avoir bloqué l’autoroute Chiapa de Corzo-San Cristóbal, près d’un péage, où des affrontements avaient eu lieu. Ce vendredi 10 novembre, les manifestants ont pris le contrôle de deux camions de l’entreprise FEMSA et des affrontements ont eu lieu avec les forces de sécurité.

Jeudi avait lieu une journée de manifestations a eu lieu près de l’Universidad Pedagógica Nacional, qui s’est terminée dans l’après-midi par des affrontements avec les forces de sécurité. Ces affrontements ont eu lieu dans le quartier délimité par la Carrera 11 et la Calle 72, à Chapinero. Les forces anti§émeutes ont fait un tel usage de gaz lacrymogènes que des employés ont dû évacuer leurs bureaux…

Une nouvelle journée de manifestations a eu lieu mardi au Panama en opposition au contrat minier qui permet à la société canadienne First Quantum Mineral d’exploiter la plus grande mine de cuivre d’Amérique centrale (voir notre précédent article). Avant la tombée de la nuit, des affrontements entre les forces de sécurité et les protestataires ont également été signalés dans plusieurs régions du pays, y compris dans la capitale. Les manifestants ont brûlé des pneus et attaqué la police anti-émeute à coups de pierres. Les manifestations avaient débuté vendredi dernier après l’adoption par le Congrès de la loi autorisant l’exploitation de la société minière canadienne.

La police panaméenne a tiré des gaz lacrymogènes lundi contre des manifestants qui brûlaient des pneus et bloquaient des routes pour protester contre un contrat permettant à une société canadienne de continuer à exploiter la plus grande mine de cuivre d’Amérique centrale. Les manifestants s’inquiètent des dommages environnementaux potentiels causés par les activités de la mine appartenant à First Quantum, l’un des plus grands extracteurs de cuivre au monde. Après les protestations qui ont éclaté vendredi et se sont poursuivies pendant le week-end, les manifestants sont de nouveau descendus dans la rue lundi à Panama City et dans d’autres provinces, brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Protégez nos ressources naturelles » et « Arrêtez de détruire nos terres » : « Protégeons nos ressources naturelles » et « Arrêtons de détruire nos terres ». La circulation dans la ville de Panama a été perturbée et certaines stations de métro ont dû fermer. La police a indiqué que 25 personnes avaient été arrêtées.

Ouverte en 2019, la mine à ciel ouvert de Cobre Panama, située à quelque 120 kilomètres à l’ouest de la capitale, peut produire 300 000 tonnes de cuivre par an. En 2021, la Cour suprême du Panama a ratifié la décision d’un tribunal inférieur selon laquelle la concession initiale des droits miniers accordée jusqu’en 2037 était inconstitutionnelle. Les négociations entre le gouvernement et First Quantum ont été rouvertes et finalisées au début de cette année. Le nouveau contrat prévoit que l’entreprise versera au gouvernement au moins 375 millions de dollars par an, soit dix fois plus qu’auparavant, et autorise First Quantum à exercer ses activités au Panama pendant 20 ans, renouvelables pour 20 autres années. Le gouvernement affirme que la mine contribue à hauteur de 4 % au PIB.

Une manifestation a eu lieu mercredi 18 dans l’après-midi, dans le centre de Santiago, dans le cadre du quatrième anniversaire de la grande vague de protestation sociale. Cette manifestation a été marquée par des affrontements avec la police. Durant ces affrontements, un policier qui se faisait caillasser  a tiré en l’air avec son arme à feu, sans faire de blessés. Au moins 20 manifestants ont été interpellés. Il y a eu plusieurs blessés légers dont des policiers.  La grande vague de protestations sociales a débuté en octobre 2019. Déclenchée par l’augmentation du prix du ticket de métro, elle a été réprimée avec une extrême violence: une trentaine de personnes ont été tuées et des milliers d’autres blessées, dont beaucoup restent mutilées.

Dossier(s): Amérique Latine Tags: ,