Sur la place de la ville d’Accomarca, dans la région andine d’Ayacucho (sud-est), une cérémonie a eu lieu pour les victimes du massacre perpétré par l’armée le 14 août 1985 Ce jour là, les militaires des forces anti-guérilla ont investi le village, rassemblé les habitants, torturé les hommes et violé les femmes. Les militaires ont enfermé 69 personnes dans deux cabanes au toit de chaume, et y ont mis le feu et tout en mitraillant les occupants.

Tout au long des années 1980, les forces armées ont commis des massacres similaires dans les communautés rurales quechua des hauts plateaux, accusant leurs victimes de soutenir l’insurrection maoiste et présentant leurs massacres comme étant le fait de la guérilla maoiste (mensonges largement reproduits dans le monde entier). Ils ont massacré des villages entiers, y compris des enfants, des personnes âgées et des femmes enceintes. À Accomarca, 26 des victimes étaient des enfants.

Dossier(s): Amérique Latine

Dans l’après-midi du 24 mai à Bogota, les étudiants de l’Universidad Distrital ont organisé un sit-in près du campus de La Macarena, sur l’Avenida Circunvalar et la Calle 28. Ils protestent contre le fait sans eau depuis plusieurs semaines et les salles de classe sont tellement supeuplées qu’il n’est pas possible d’organiser certains cours. La police anti-émeute (ESMAD) est intervenue vers 16H pour les dégager, ce qui a provoqué la résistance des étudiants qui ont caillassés les policiers.

Dossier(s): Amérique Latine

La nuit du vendredi 20 mai, une attaque à l’explosif a été menée contre  l’entreprise de sécurité privée  Fullclean Security, dans la calle Roman Diaz, à Ñuñoa, une banlieue huppée de Santiago ; NdAtt.]. Cette société appartient à de Claudio Crespo Guzmán , un ancien policier qui a participé à une série de mutilations de manifestants pendant la révolte de 2019.  Claudio Crespo Guzmán est aussi connu  comme des groupes de choc du fascisme au Chili. Cette action, revendiquée par les Cellules révolutionnaires Mauricio Morales, a été menée en solidarité avec Marcelo Villarroel, qui se trouve encore en prison suite à des condamnations émises par la justice militaire, héritage de Pinochet perpétué par les gouvernements de la démocratie.

Dossier(s): Amérique Latine

Ce jeudi 12 vers midi, des membres du syndicat des travailleurs de l’université de Panama, de Frenadeso, de Suntracs et de Conusi ont organisé une manifestation pour protester contre les augmentations constantes du panier alimentaire de base et du prix du carburant. Dans l’après-midi, un groupe de manifestants a affronté des membres de l’unité anti-émeute de la police nationale dans l’enceinte de l’Université du Panama (UP). Vers 14 heures, la police a commencé à tirer des gaz lacrymogènes sur les participants à la manifestation qui avaient fermé les quatre voies de l’autoroute Transístmica depuis midi. Les manifestants se sont réfugiés à l’Université de Panama. Depuis le parking de l’université, un groupe d’étudiants a jeté des pierres sur les policiers.

Des manifestations ont commencé lundi dernier à Colón, sur la côte caraïbe du Panama, pour demander au gouvernement de mettre en œuvre des projets visant à améliorer les conditions de vie et les infrastructures dans la province, l’une des plus pauvres du Panama. Mardi, des affrontements ont eu lieu entre la police anti-émeute, qui a lancé des gaz poivrés, et des manifestants qui ont incendié des pneus dans plusieurs parties de la province, notamment dans la ville de Colon, l’une des plus importantes du pays car elle constitue l’entrée caraïbe du canal de Panama. Le secteur des transports a bloqué les routes principales pour demander l’intervention du gouvernement afin de geler ou de baisser les prix des carburants. Au moins six personnes ont été arrêtées mardi dont Edgardo Voitier, dirigeant du Frente Amplio Colonense et de la Coalición de Unidad por Colón. La police a déclaré qu’un policiers avait été sérieusement blessé et que des amendes avaient été infligées à des camions pour obstruction des routes.

 

 

Une marche féministe a commencé à 9 heures du matin à San José, la capitale du Costa Rica, à l’occasion de l’investiture du nouveau président Rodrigo Chaves. Vers la fin de cette marche, des manifestantes ont fait tomber des barrières protégeant un périmètre devant l’Assemblée législative, ce qui a entrainé l’intervention de la police anti-émeute. La manifestation s’est poursuivi et achevée dans les rues autour de la Plaza de la Democracia. Les manifestantes dénonçaient Rodrigo Chaves comme harceleur et misogyne.

 

El Amanecer de los Cartoneros, (« l’Aube des cartonniers ») est la plus grande coopérative de recycleurs de la ville de Buenos Aires, et fait partie du Mouvement des Travailleurs Exclus (MTE). Elle appelait ce jeudi à un grand rassemblement devant le Ministère de l’Environnement et de l’Espace Public, pour l’amélioration des salaires et des conditions de travail. La police municipale est intervenue brutalement parce que les manifestants occupaient l’avenue Martín García. Les manifestants ont résisté et caillassés les policiers, transformant la place Lezama en champ de bataille et envoyant 5 policiers à l’hôpital. Huit hommes et cinq femmes ont été arrêtés. Les cartoneros se sont ensuite déplacés au siège Procureur de la ville, situé près du Congrès, pour exiger la libération des 13 recycleurs. Comme ils ont trouvé le bâtiment fermé, ils ont décidé de se rassembler devant le Congrès.

Des affrontements ont eu lieu entre manifestants masqués, policiers municipaux et forces anti-émeutes (ESMAD) ce jeudi après-midi autour du campus Meléndez de l’Universidad del Valle, dans le sud de la ville de Cali. Les manifestants ont notamment utilisés des grenades artisanales. Ayant commencé à 14H, les affrontements ont cessés à 18 heures.

Mardi, des membres de la police de Catamarca sont arrivés à bord de sept véhicules dans la zone montagneuse de Capillitas avec l’objectif d’expulser le campement des habitants qui avaient bloqué la route pour empêcher l’entrée de machines et de carburant pour le projet minier de la société Agua-Rica. Après avoir été expulsés, les habitants de Choya sont retournés dans cette petite ville de moins de 500 habitants pour protester contre l’action de la police. La police a réprimé la manifestation avec des balles en caoutchouc : plusieurs personnes ont été blessées, dont des femmes et des personnes âgées, qui ont été emmenées à l’hôpital local.

Jeudi, des masses de manifestants ont affronté la police dans plusieurs villes de Colombie pour marquer le premier anniversaire du soulèvement de masse contre le président conservateur sortant Ivan Duque. À Bogota, Medellin et Popayan, des manifestants cagoulés ont lancé des pierres, des cocktails Molotov et des feux d’artifice sur les agents anti-émeute. La police a répondu par des grenades de désencerclement,, des munitions non létales et des gaz lacrymogènes. Un manifestant a été blessé à l’œil et plusieurs jeunes ont été interpellés à l’Université nationale de Bogota.

Il y a un an, en pleine pandémie de Covid-19, le gouvernement de M. Duque a proposé une augmentation des impôts, déclenchant une vague de troubles sociaux dans tout le pays qui a duré jusqu’en juin. Les routes ont été bloquées et les civils se sont engagés dans des affrontements sanglants avec les forces de sécurité. Selon un rapport des Nations unies, au moins 46 personnes sont mortes dans les affrontements de l’année dernière – 44 civils et deux policiers.